Heuliez : "Nous ne sommes pas là pour mettre des ressources dans des entreprises qui n'ont pas d'avenir" (Montebourg)

 |   |  798  mots
(Crédits : reuters.com)
Le ministre du Redressement productif n'est pas sur la même longueur d'onde que Ségolène Royal... Evoquant le sort de Heuliez, le carrossier fétiche de l'ex-compagne de François Hollande, le ministre du Redressement productif a déclaré que l’État n'avait pas vocation à financer des entreprises "qui n'ont pas d'avenir". Le tribunal de commerce de Niort a constaté ce lundi qu'aucune offre formelle de reprise n'avait été déposée pour sauver l'équipementier, ce qui devrait conduire à sa liquidation. Sauf coup de théâtre politico-financier de dernière minute.

Arnaud Montebourg n'est pas sur la même longueur d'onde que Ségolène Royal... Evoquant le sort du carrossier Heuliez, société fétiche de l'ex-compagne de François Hollande, le ministre du Redressement productif a déclaré ce lundi que l'Etat n'avait pas vocation à financer des entreprises "qui n'ont pas d'avenir". A l'agonie depuis six ans avec trois dépôts de bilan, Heuliez risque une liquidation. Le tribunal de commerce de Niort (Deux-Sèvres) a constaté ce lundi qu'aucune offre formelle de reprise n'avait été déposée pour sauver la société. Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 30 septembre, date à laquelle cette liquidation devrait être prononcée. Sauf coup de théâtre politico-financier de dernière minute. Entretenu à coup de fonds issus du contribuable, Heuliez est choyé par Ségolène Royal,  la présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes.

Trois ans d'aide

"Ca fait trois fois qu'on a aidé", a répondu Arnaud Montebourg, interrogé sur iTélé sur une éventuelle intervention de l'Etat, "Nous ne sommes pas là pour mettre des ressources rares dans des entreprises qui n'ont pas d'avenir", a ajouté le ministre, soulignant que de l'argent public avait "déjà" été injecté dans l'entreprise. "Il y en a encore eu dernièrement", a ajouté le ministre.

Pas de commandes

"Si, chez Heuliez, nous arrivons à trouver des solutions avec des donneurs d'ordres, des commandes, cela sera très facile. Or, le problème aujourd'hui, c'est que nous n'arrivons pas avec cette entreprise à trouver et garantir un avenir avec des commandes", a-t-il relevé, écartant l'option d'une nationalisation, qui avait été évoquée pour les hauts-fourneaux d'ArcelorMittal de Florange (Moselle), mis à l'arrêt en avril.

Société d'économie mixte

Le Conseil régional de Poitou-Charente a pourtant voté, le 13 septembre, en faveur de la création d'une société d'économie mixte (SEM) dont le but sera de soutenir l'entreprise, déjà sauvée par la région en 2009 avec l'argent public, à l'époque une entrée dans le capital à hauteur de cinq millions d'euros et plus tard une avance remboursable de 2,8 millions.

Ségolène Royal  en fait une affaire personnelle

"On n'a pas le droit de laisser tomber Heuliez", a en effet déclaré pour sa part la présidente du Conseil régional, Ségolène Royal, aux élus. "Seule la région peut maintenir Heuliez à flot en attendant une éventuelle commande. Il y a un contexte transitoire à aménager. Il faut tenir en attendant", a-t-elle dit, en faisant un cheval de bataille politique personnel.

Pas d'offre valable à ce stade

Heuliez - qui comptait encore 3.000 employés au milieu des années 2000 - pourrait être liquidé dès la fin septembre. C'est ce qui a été annoncé aux salariés jeudi dernier, au lendemain d'une réunion ayant rassemblé au ministère du Redressement productif des représentants du personnel et de la région Poitou-Charentes. Trois repreneurs sérieux se sont montrés intéressés : l'équipementier espagnol Cosmos XXI, un investisseur allemand, Matthias Bittner, et un Français, l'ingénieur automobile Christian de Léotard, pour fabriquer des "voitures à six roues"; mais, à ce stade, ils n'ont pas présenté "d'offres valablement exprimées". L'entreprise est en attente d'un contrat éventuel de sous-traitance avec le groupe Volkswagen, lequel devrait prendre sa décision au plus tard en novembre. Ce qui risque d'être trop tard.

Rien à voir avec Mia Electric

Cette société Heuliez SAS est  aujourd'hui distincte du fabricant de voitures électriques Mia Electric, né également des décombres du carrossier Heuliez, et également en situation hyper-précaire. Une femme d'affaires franco-coréenne, Michelle Boos, a fait son entrée au début de l'été chez Mia Electric avec un consortium d'investisseurs, Focus Asia. Le fabricant de voiturettes électriques  a été également maintenu à flot par la région et l'argent public. Cette société compte 220 salariés aujourd'hui, mais les ventes n'ont jamais décollé, malgré les proclamations enthousiastes de Ségolène Royal qui soutient aussi la société.

337 véhicules à peine

En 2012, Mia Electric a vendu 337 véhicules seulement dans l'Hexagone.  Très, très loin des 12.000 unités totales chaque année naguère escomptées officiellement, non sans un manque total de réalisme! Pour 2013, le fabricant espère compter sur les commandes de la centrale d'achat public UGAP, qui a annoncé l'achat sur trois ans de 500 Mia quatre places. Mia Electric espère atteindre l'équilibre financier l'an prochain. La production avait été arrêtée par le précédent propriétaire, l'allemand Edwin Kohl, qui a cédé ses 88% du capital, le reste étant détenu par la région Poitou-Charentes. Bref, le triste feuilleton de l'ex-groupe Heuliez n'est pas terminé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/09/2013 à 21:48 :
Il est vrai que Ségolène Royal a su gaspiller l'argent public dans un projet industriel voué à l'échec, pour maintenir temporairement quelques emplois.

Mais Montebourg a des projets bien plus dispendieux en voulant relancer les Zeppelin.
La fortune des hommes politiques et de leurs descendances devraient être mises en gage sur ces opérations douteuses et disproportionnées.

a écrit le 25/09/2013 à 14:02 :
De Montebourg se souvient lors d'une campagne présidentielle qu'il a été interdit de paroles pour ses outrances. Il Continue. Pauvre France
a écrit le 24/09/2013 à 21:20 :
Heuliez dois lancée Au paradis des pick-ups et 4x4 "Full Size" comme les gigantesques Ford "F",
a écrit le 24/09/2013 à 19:08 :
Montebourg devient enfin réaliste face à des situations perdues. Il parle comme un vrai patron ..........
a écrit le 24/09/2013 à 10:55 :
Pourquoi les politiques n'investissent pas dans cette affaire avec leurs DENIERS PERSONNELS ? Si les quelques 7,5 millions de fonds publics apportés par la volonté d'une personne politique sont perdus, il faudra réfléchir à une taxe perçue sur ceux qui ont voté ces avances, ne serait ce que 10% , et les choses se moraliseraient d'elles mêmes.
a écrit le 23/09/2013 à 17:32 :
L'Etat n'a rien a faire dans des entreprises industrielles, mais il y engloutit des millions... Par contre, l'Etat c'est le bien collectif, et il ne se gêne pas poru vendre tout ce bien public (terre, immobilier, fréquences, ressources) a des particuliers voyous. Il ne faut donc pas chercher bien pour comprendre qui pilote l'Etat réellement. Les privés a grandes poches s?accaparent ce qui est rentable, et renvoient le trognon a l'Etat, pour que le blaireau moyen recharge du jus dans le citron... Il va être grand temps d'inverser les roles. Lorsqu'il y a usage d'une ressource collective, alors l'Etat , en échange de cette ressource recoit 51% des parts (et surtout ne fait RIEN !!!). Les privés exploitant cette ressource se débrouilleront largement pour faire cracher le bouzin, et l'Etat touchera sa cote part. Mais de grace, pas d'investissement en activité.. Juste en ressource...
a écrit le 23/09/2013 à 16:44 :
Il faudrait sans doute que cet outil industriel sans avenir soit associé à une boite qui à de l'avenir. Ex : confier à Heuliez le montage des Tesla en Europe. Il y a déjà un site prévu aux Pays Bas mais si le succès est au rendez- vous pourquoi pas. Par ailleurs les activités de carrossier ne me semble pas dépassées il faudra toujours avoir des véhicules adaptés. Par contre la Mia ça fait pas rêver, je comprend que ça est fait un "bide". Même Renault c'est planté avec Zoé pourtant plus élaborée.
a écrit le 23/09/2013 à 15:17 :
Personnellement je suis d'accord pour que mes impôts soutiennent cette entreprise.
Bien sur avec des limites.
Si j'ai bien compris,
- ou on n'aide pas et plusieurs centaines de salariés se retrouvent sur la paille (le nombre est au moins multiplié par deux avec les sous traitants, les commerçants et artisans qui perdront de la clientèle). Et de toute façon ce qui ne sera pas mis avec nos impôts sera quand même versé par nous sous forme de cotisations assedic et manque de rentrées fiscales suite à une baisse de consommation etc...alors ....
- ou on aide et l'entreprise attend la commande de WW avec peut-être même un retour sur investissement par revente de parts, remboursement d'emprunt avec intérêts et pourquoi pas dividendes....

Bien sur certains me diront que ce n'est pas gagné, ils ont raison, mais qui n'essaie rien, n'a rien et ne serait-ce que par solidarité humaine cela vaut le coup d'essayer (pensons à ces centaines de familles dans la difficulté).
L'histoire nous a déjà montré que certaines aides publiques ont permis de sauver des entreprises, dont l'Etat a pu revendre les parts avec bénéfice (double car non seulement il y eu revente mais un gain au niveau des dépenses sociales ainsi que des ressources fiscales plus grandes...).

Bien sur, si cet espoir de commande devait disparaître, il faudra néanmoins savoir se résoudre.
En conclusion soutenons tant qu'il y a un espoir, si petit soit-il, il vaut le coup d'être tenté.

Arrêtons de penser uniquement en matière financière à court terme, derrière il y a des hommes et donc il doit y avoir solidarité. Sans parlé du savoir faire industriel qui doit aussi être préservé;

.




-

a écrit le 23/09/2013 à 14:15 :
Mais comment peut on laisser des fonds publics, argent des contribuables, aller s engouffrer dans des entreprises privees non viables?

Est ce le role d une entite publique d aller jouer les zoros a cause d un desirata d une personne qui pour la qualifier, justement les qualificatifs manquent....au moins de tomber dans une grossierete de bas etages....
a écrit le 23/09/2013 à 13:55 :
Lorsqu'Heuliez a connu ses premiers problèmes "l'investisseur" politique est venue redonner les cartes industrielles et depuis cette entreprise est devenue une affaire politique bien loin de ses besoins industriels. Les Heuliez n'ont pas compris que la fin était signée par l'aide politique. Si la famille est le premier fautif dans cette affaire mal gérée dans tournants de cette profession, les politiques ont sonné le glas. Souvenons nous lors de la dernière alerte le jeu de croc en jambes entre un pouvoir national de droite et un pouvoir local de gauche, les salariés étaient un jeu POLITIQUE pas industriel. Une nouvelle fois dans ce pays le politique est destructeur et non créateur de croissance.Le salarié est le cocu, mais la question ne le cherche-t-il pas dans une certaine facilité à faire appel à l'argent public au lieu de faire appel à l'industriel et pas au dernier moment celui de la fin. Les syndicats dans cette affaire ont une part de responsabilité importante car ils ont à leur habitude attendu le dernier moment pour remettre tout en question et chanté les louanges du repreneur public c'est à dire celui du contribuable.
a écrit le 23/09/2013 à 13:45 :
Pourtant ZORO qui est un zero avait bien dit qu'il sauverait Heliez
a écrit le 23/09/2013 à 12:36 :
Mais il met de l'argent dans la voiture à 2l/100 qui est déjà dépassé : http://www.7pm-auto.fr/lettre-ouverte-a-arnaud-montebourg/
a écrit le 23/09/2013 à 11:46 :
Ce n'est pas qu'une affaire personnelle.
L'outil productif d'HEULIEZ est un bel outil, sa cataphorèse par exemple est sans nul autre équivalent chez des sous-traitants.
La qualité des équipements de la société et le savoir-faire de ses salariés ont bien été identifiés par Volkswagen qui va signer en 2014 un accord de sous-traitance important apportant des centaines de millions d'euros de chiffre d'affaires à HEULIEZ, c'est bien le signe, n'en dépalise au ministre, que cette entreprise a de l'avenir !
a écrit le 23/09/2013 à 11:43 :
Ca c'est fait!
a écrit le 23/09/2013 à 11:37 :
"Ca fait trois fois qu'on a aidé", a répondu Arnaud Montebourg, interrogé sur iTélé sur une éventuelle intervention de l'Etat, "Nous ne sommes pas là pour mettre des ressources rares dans des entreprises qui n'ont pas d'avenir", a ajouté le ministre, soulignant que de l'argent public avait "déjà" été injecté dans l'entreprise. "Il y en a encore eu dernièrement", a ajouté le ministre.".

Le ministre du Redressement productif a raison de cesser de soutenir un canard boiteux , alors que l'argent se fait rare en France.
a écrit le 23/09/2013 à 11:30 :
Une affaire personnelle .... avec notre argent .On sait tous que cela partira dans le mur après moult injections d argent . C est pitoyable et finalement d'un cynisme effroyable envers les salariés.
a écrit le 23/09/2013 à 11:18 :
on est pour une fois bien d'accord! J'ai eu ce sentiment en payant mes impôts récemment. L'entreprise France doit être sérieusement réorganisée.
a écrit le 23/09/2013 à 11:16 :
Pour une fois qu'il ne dit pas une ânerie, je partage! Par contre, c'est exactement le sentiment que j'ai eu en payant mes impôts récemment....
a écrit le 23/09/2013 à 10:56 :
Tiens ! Changement de posture !

Pour une fois i l'a dit vrai, j'ignore si les échecs de ses interventions pour sauver les entreprises les auraient incité à modération. Après tout garder son poste est plus important que défendre ses idées idéologiques, s'il y en a .
a écrit le 23/09/2013 à 10:51 :
Tiens, enfin un qui vient de comprendre qqch à l'économie...
a écrit le 23/09/2013 à 10:37 :
Ce n'est pas qu 'Heuliez qui n'a plus d'avenir en France mais aussi Renault et PSA n'ont plus aucun avenir en France....et aussi toute l'industrie n'a plus beaucoup d'Avenir.
Reste le tourisme, mais tout le monde le sait.
a écrit le 23/09/2013 à 10:36 :
Ouais, ben laissez tomber les éoliennes, levez les pieds sur les chariotes électriques. Obama a tout compris lui il dit imprimantes 3D. Ils savent ce que c'est les 3D nos visionnaires aveugles ils doivent confondre avec les télés ? Mon père disait nous avons toujours été en retard d'une guerre.
a écrit le 23/09/2013 à 10:25 :
Quand on est tenu a bout de bras par les investissements de l'état et qu'on ne doit son futur qu'à une potentielle commande de l'état, le futur n'est pas "rose". ;-)
En affaire, le plus dur est toujours de reconnaître les échecs potentiels à temps.
Les chances qu'elle ait raison de s'entêter sont bien faibles aujourd'hui, Heuliez n'est pas G M !
a écrit le 23/09/2013 à 10:22 :
La Mia, c'est caca. Même sur un green, personne n'en voudrait. Ridicule, voilà un qualificatif objectif de cette chose. Mais qui est le directeur de cette boîte? 12000 véhicules par an il prévoyait ? Il est aveugle, sourd et tétraplégique?
a écrit le 23/09/2013 à 10:07 :
A Montebourg a au moins le mérite d' appeler un chat un chat. Et ça détonne dans le paysage politique français où tous ne sont que bisounours sur la scène et fauves en coulisses.
a écrit le 23/09/2013 à 10:01 :
V a falloir qu'il l'explique à Ségolene, la candidate qui n'a pas d'avenir

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :