Renault va profiter des bénéfices de son puissant allié Nissan

 |   |  869  mots
(Crédits : reuters.com)
Renault publie ses résultats semestriels mardi 29 juillet. Son allié Nissan, qui pèse deux fois plus que le français, affiche un bénéfice trimestriel en hausse de 37% et une marge de 5%... Ce qui n'est pas extraordinaire pour un japonais.

Alors que Renault publie ses résultats semestriels mardi 29 juillet, son allié Nissan annonce ce lundi un bond de 37% de son bénéfice net sur le premier trimestre fiscal 2014-2015 et des ventes en hausse de 6%. Des résultats qui vont améliorer ceux... de Renault, son premier actionnaire avec 43,4% de son capital. L'an dernier, Nissan avait sauvé Renault du rouge. Grâce à  la contribution du partenaire japonais (1,44 milliard d'euros), Renault avait en effet affiché un... bénéfice net l'an dernier !

Entre le 1er avril et le 30 juin 2014, le groupe nippon a dégagé un bénéfice net de 112,1 milliards de yens (800 millions d'euros au taux de change moyen de la période) et écoulé 1,24 million de véhicules, porté par les marchés américain (+14%) et chinois (+21%). Son bénéfice opérationnel a grimpé de 13,4% à 122,6 milliards de yens (880 millions d'euros). Soit mieux que le consensus des analystes réunions par Thomson Reuters. La marge atteint 5%.

Résultat pas exceptionnel pour un japonais

Par rapport à la moyenne de Renault sur les dernières années, c'est un résultat exceptionnel. Mais, pour un japonais,  ça n'a rien d'extraordinaire. Nissan avait dégagé une marge opérationnelle de 4,7% durant le dernier exercice financier annuel 2013-2014, qui était  la plus faible des grands constructeurs nippons, face aux 6,3% de Honda ou aux 9% de Toyota. Volkswagen avait, lui,  enregistré une marge de 6%. Nissan est encore loin des 8% de marge promis pour la fin de l'année fiscale 2016 par Carlos Ghosn, PDG de Renault et Nissan, dans  le plan "Nissan Power 88".

Cette moindre marge s'explique en partie par les investissements pour accroître les volumes de ventes. Nissan a annoncé début juillet l'ouverture d'une deuxième usine en Thaïlande. Fin juin, il avait signé un accord avec Mercedes pour une nouvelle usine commune au Mexique. Sur les cinq premiers mois de l'année, Nissan a accru de 9,5% sa production mondiale de véhicules à 2,18 millions.

Ventes en nette hausse

Pour l'ensemble de l'exercice 2014-2015 (1er avril-31 mars), le constructeur nippon vise un bénéfice net de 405 milliards de yens (2,9 milliards d'euros au taux de change prévu par le groupe), en progrès de 4%. Il vise un bénéfice d'exploitation en progression de 7,4% à 535 milliards de yens (3,8 milliards d'euros). Soit... 5% de marge. Ses ventes en volume devraient gagner 8,9% à 5,65 millions d'unités, selon ses prévisions.

Nissan compte sur quelques nouveaux modèles, tels que les "SUV" Qashqai et Rogue, la citadine  bas coûts Datsun Go pour pays émergents et la nouvelle berline de sa marque haut de gamme Infiniti, la Q50. Les ventes de sa compacte électrique Leaf - 124.000 unités cumulées depuis décembre 2010 - sont en revanche une vraie déception, très en-deçà de ce que Carlos Ghosn escomptait.

Nissan deux fois plus gros que Renault

Un constat s'impose : le japonais est à présent deux fois plus gros que l'ex-Régie et autrement plus rentable. Le nippon écoule aujourd'hui deux fois plus de véhicules que son actionnaire. Or, au moment de la prise de contrôle de Nissan par Renault en 1999, les deux constructeurs étaient à peu près de taille équivalente.

Stratégiquement, Nissan est présent dans toutes les régions du monde, ce qui n'était pas le cas, historiquement, de Renault. Facteur aggravant: Renault demeure centré par ses racines sur l'Europe, un continent où le marché automobile est en panne depuis plusieurs années. Par ailleurs, Renault pâtit des problèmes de compétitivité globaux intrinsèques à l'économie française... Ces constatations n'expliquent pas toutefois à elles seules le différentiel croissant entre les deux entreprises.

Puissant en Amérique du nord, Nissan s'est également fortement implanté en Chine et en Inde. Or, Renault n'est toujours pas présent outre-Atlantique, ni en Chine où il arrivera en 2016 grâce au... partenaire de Nissan ! En Inde, Renault est aussi à la traine, installé dans l'usine de Chennai créé par le japonais.

Renault est certes "chef de file" chez Avotovaz en Russie et en Amérique du sud, où Nissan est toutefois en train de progresser fortement grâce à l'implantation d'une usine au Brésil. Mais, les volumes écoulés par Nissan en Amérique du nord ou en Chine sont largement supérieurs à ceux de Renault en Russie et en Amérique latine. Humiliation suprême pour Renault, Nissan va voler au secours des usines Renault en France en leur confiant sa future petite Micra, histoire de pallier - partiellement - le sous-emploi de l'outil industriel hexagonal du constructeur tricolore.

Gamme complète chez le japonais

Technologiquement, le différentiel est tout aussi flagrant. Si Renault est "leader" dans les diesels, quasiment réservés à l'Europe, Nissan l'est dans les moteurs à essence, diffusés partout ailleurs. Le spectre des moteurs Nissan est d'ailleurs impressionnant, du trois cylindres au V8 !  Enfin, l'énorme gamme du japonais couvre tous les créneaux, de la "mini" au 4x4, du coupé à la limousine en passant par le pick-up. Nissan a même investi le haut de gamme avec son label Infiniti. Renault, lui, demeure globalement surtout le spécialiste des modèles à bas coûts d'entrée de gamme, les petites et les compactes...

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2014 à 10:29 :
Humiliation pour avoir repris les rênes et remonté un constructeur japonais au bord de la faillite ?
Les équipes qui ont "secoué" Nissan et l'ont remis à flot étaient françaises.
Renault ne "profite" pas d'un "allié". Il récolte le fruit de ses investissement au travers d'une participation dans une filiale !
a écrit le 29/07/2014 à 2:52 :
Renault est présent partout sur la planète grâce à ses filiales ou ses partenaires, il a fait de très bons investissements. Alors pourquoi parler d'humiliation ? C'est un peu l'esprit défaitiste et plaigneux français cet article !
a écrit le 28/07/2014 à 23:42 :
"Humiliation suprême" pour Renault = faut arrêter le rouge au petit déjeuner...
a écrit le 28/07/2014 à 23:40 :
la marge de VW est de 2.9 %
a écrit le 28/07/2014 à 19:37 :
Ça prouve au moins une chose,c'est que l'argent public qui a permis à RENAULT de se payer NISSAN alors que personne n'y croyait à été bien utilisé . DAIMLER l'a bien compris qui a pris le train en route pour une fructueuse coopération .
a écrit le 28/07/2014 à 19:15 :
Hélas pour cet article, merci Nissan d'être deux fois plus gros puisqu'il n'existerait plus sans Renault, quelle importance d'ailleurs puisque Renault se relance formidablement depuis deux ans , + 15.3 % au semestre Europe quand Vag fait un étonnant - 2.5 % et qu'Audi score à - 4.9 %... Une trop bonne qualité peut-être ...??? !!! Etonnant vous disais-je...!!!!
a écrit le 28/07/2014 à 18:47 :
Gohsn a volé Renault au profit de Nissan. Pourtant c'est le contribuable français qui a sauvé Nissan via Renault, entreprise semi publique.
Réponse de le 29/07/2014 à 2:53 :
L'état a 15% de renault ! Ghosn n'a rien volé il a développé renault partout dans le monde.
a écrit le 28/07/2014 à 18:05 :
S'il vous plait, pourquoi vous stressez comme ca? Ca roule.
Doucement, mais surement, Renault est en marche.
Ce jour, vous indiquez que Volkswagen et Opel vont copier Renault.
Si vos constructeurs chéris copient Renault/Dacia/Samsung ou que Mercedes coopère avec Renault, c'est que ca ne doit pas être une si mauvaise affaire?
Oui, c'est Renault qui a sauvé Nissan, alors que tous les autres constructeurs pensaient que c'était mission impossible.
Samsung ne serait-il pas implanté au Etats-Unis?
Donc, chaque chose en son temps.
a écrit le 28/07/2014 à 18:03 :
Il serait bon de se rappeler que sans Renault, il y aurait de fortes probabilités que Nissan n'existerai plus. Il était près de la faillite. Alors maintenant c'est Nissan qui est fort tant mieux. Mais l'historique de l'affaire n'a pas changé, c'est Nissan qui est redevable et non le contraire.
a écrit le 28/07/2014 à 13:59 :
Vous confondez avec des Audi à base de Skoda made in hongrie et de moteurs made in Tchéquie ??
a écrit le 28/07/2014 à 13:05 :
Comparer à la baisse des bénéfices de Kia (-13,3%) au 2eme trimestre les résultats de Nissan sont très impressionnants
a écrit le 28/07/2014 à 13:02 :
Après Nissan c'est au tour de Renault d'investir dans sa nouvelle collection, les bon chiffres viendront après ! Nissan est une richesse pour Renault, et le groupe pourrait devenir le premier constructeur mondiale avec des véhicules de qualité touchant toutes les gammes !
Réponse de le 28/07/2014 à 13:15 :
Helas, Renault n'a pas besoin de devenir le premier constructeur de bas de gamme, Renault est déjà constructeur qui met en service des Mégane dernier cri 2014 sur base Dacia qui échouent le crash test Euro NCAP à 3 étoiles comme ses soeurs Dacia mal soudées
Réponse de le 28/07/2014 à 13:58 :
À blues. Mauvaise foi ou incompétence? Les 3* de la mégane en 2014 sont liés à un changement du protocole EUNCAP et notamment au fait que l'alerte de non bouclage ceinture n'est pas indiqué dans toutes les langues européennes. Ce sera fait et la prochaine diffusion EUNCAP redonnera ses 5* à la mégane. Rien à voir avec une plateforme Dacia.
Réponse de le 28/07/2014 à 14:03 :
Renault Megane : 5 étoiles et Sandero: 4 étoiles. Qu'est que vous racontez ??
Réponse de le 28/07/2014 à 14:16 :
en 2014 ce n'est pas une nouvelle mégane dernier cri qui est sortie,mais juste un restylage, la base est la même depuis plusieurs années... faut se renseigner avant de critiquer...
a écrit le 28/07/2014 à 12:34 :
C'est donc demain que l'on va connaître les résultats de Renault !
en 2013 c'était 940 millions euro, près de 1 milliard euro de pertes avant intégration des dividendes Nissan proches de ceux annoncés pour ce 1er semestre...
mais quid des pertes dans le gouffre Avtovaz Lada
Réponse de le 28/07/2014 à 14:03 :
Sources SVP ?
Réponse de le 28/07/2014 à 14:14 :
et on n'oublie pas de lire le bilan complet, avec les provisions pour les problèmes en Iran et ce genre de choses. On n'oublie pas le désendettement....c'est un peu facile la lecture partielle. tout n 'est pas rose chez renault, mais la situation est loin d'être catastrophique.
Réponse de le 29/07/2014 à 2:57 :
Avtovaz est un très bon investissement à moyen terme. Une fois de plus c'est bien vu de la part de renault.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :