La voiture autonome, victime collatérale de la crise ?

 |   |  672  mots
(Crédits : DR)
Alors que le marché automobile s'effondre, la technologie du véhicule sans conducteur pourrait bien pâtir des arbitrages d'investissement des constructeurs. Certains usages intéressent toutefois les industriels.

Il y a peu de certitudes sur les conséquences de la crise du coronavirus dans l'industrie automobile. Seule conviction : les experts sont à peu près sûrs que le marché mondial sera amputé de près de 20% de ses immatriculations en 2020 (voire pire en cas de deuxième vague épidémique). Pour les constructeurs, la catastrophe financière qui s'annonce impose des arbitrages radicaux, et la voiture autonome pourrait directement en pâtir.

« Il y a un processus évident de sélectivité des investissements où le retour sur investissement sera un critère beaucoup plus important qu'auparavant. Autrement dit, les technologies qui vont être privilégiées seront celles qui auront une réalité commerciale à court ou moyen terme », explique Guillaume Crunelle, associé chez Deloitte et spécialiste de l'industrie...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2020 à 14:43 :
Au contraire, ce sont les constructeurs traditionnels qui seront les victimes mais la voiture autonome se fera avec ou sans eux.
Tesla, Waymo et leurs concurrents chinois prendront une partie dominante de la valeur ajoutée du secteur automobile. Les vieux européens sont encore une fois, comme pour l'hybride et les batteries, fichus et feront faillite ou seront très marginaux dans une dizaine d'années. Les capitalisations de bourse ne se trompent pas dans ce cas. La valeur est ailleurs
a écrit le 22/07/2020 à 14:20 :
Les voitures individuelles sont incompatibles avec le danger majeur d'effondrement de notre civilisation. De toute façon, vers 2080, l'extraction de fer diminuera et on devra choisir où l'allouer.
a écrit le 21/07/2020 à 23:36 :
Et pourquoi pas un Hal dans notre moteur comme on avait jadis un tigre ?

Hardware Abstraction Layer, quand la machine s'abstrait de sa condition matérielle en dure, enfin solid state quoi.

C'est dingue tout est planifié de longue date (justin doit), on avait un nanard télévisé dans les année je sais plus 90 peut etre ça s'appelait K2000 ! C'était K2020 !

On est dressé technologiquement par des aliens qui nous enskill pour leurs fin dernière comme dirait Nietzche !

Mais nous s'qu'on veut c'est d'la vie !
a écrit le 21/07/2020 à 23:01 :
Je ne veux absolument pas une voiture dite autonome - c'est a dire hackable par qui sait qui et quand et certainment par le NSA etc pour tuer n'importe qui deplaise le roi. Cette "technologie" est une "solution" a rien - et quand les terroristes hack 10.000 voitures en meme temps au centre du Paris et les envoient a haute vitesse contre des cibles - la reve humide de tout "terroriste". Si le menace terroriste est reel, cette technologie est a interdire tout de suite.
a écrit le 21/07/2020 à 14:59 :
Ouais mais...cpte tenu de ce qu'ont déjà investi les constructeurs européens et particulièrement français sur ce sujet en RD avec des équipes dédiées ultra spécialisées, il est indispensable qu'une veille attentive soit maintenue, car des petits malins pourraient poursuivre leur RD envers et contre tt et prendre qcqs longueurs d'avance pour rafler le jack pot lorsque les circonstances seront favorable et le marché mûr.
On se souvient du petit poucet Tesla, raillé par ses pairs, qui voyait Gd ds la voiture électrique et l'autonomie des batteries à la fin des années 2000.
Désormais, ce futur géant ne fait plus rire personne, d'autant plus qu'il y a peu de chance qu'il fasse une pause ds la voiture autonome ds lequel il est aidé par ses copains Gafa et qui correspond à moyen terme à un besoin outre Atlantique, cpte tenu de l'immensité du réseau routier, de sa faible densité hors des villes et de la Côte Est et des distances à parcourir.
a écrit le 21/07/2020 à 10:04 :
Des aides à la conduite, des systèmes pour améliorer la sécurité, c'est positif. Une voiture autonome dans un environnement qui n'est pas prévu pour elle est une utopie.
a écrit le 21/07/2020 à 8:55 :
La voiture autonome est une lubie, faire dans la voiture ce que l'on fait a la maison est d'un ennuie...!
a écrit le 21/07/2020 à 8:31 :
Crise ou pas, la voiture autonome ne pourra marcher que si tout l'environnement est autonome. On imagine difficilement un réseau de voitures autonomes au milieu duquel circuleraient des véhicules en conduite classique. Ca serait placer des chiens au milieu d'un jeu de quilles. Le système en réseau ne peut marcher et réagir de manière optimale que s'il est 100% en réseau.
a écrit le 21/07/2020 à 8:22 :
Si cette idée de voiture autonome pouvait réjouir, ceux qui par handicap en auraient besoin, rapidement on s'apercevrait des dégâts collatéraux que ce véhicule deviendrait dans la main des terroristes.
Réponse de le 21/07/2020 à 8:59 :
Le terrorisme ne sont que "des actes" publicitaires qui ont besoin des médias!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :