Renault quitte la Russie : chronique d'un départ en catastrophe

Poussé dans ses retranchements, Renault a fini par céder en annonçant mercredi soir la suspension de ses activités en Russie et la possibilité de se désengager du constructeur russe Avtovaz. Un scénario inimaginable il y a encore un mois et qui se solde par une perte financière colossale. Récit d'un mois où tout a basculé.
Nabil Bourassi

4 mn

(Crédits : Christian Hartmann)

C'est jour de fête à Boulogne-Billancourt ce 18 février. Luca de Meo, le directeur général du groupe Renault, s'apprête à annoncer à la presse et à l'ensemble de la communauté financière des comptes de résultats miraculeusement bons dans un contexte pourtant défavorable avec la pénurie de semi-conducteurs, la hausse des prix des  matières premières, ou encore la baisse des marchés. Tous les voyants sont au vert : cash flow, profit opérationnel, résultat net...

Tout semble sourire à ce nouveau Renault que l'Italien, arrivé en juillet 2020, est parvenu à remettre sur les rails en un temps record. Le groupe automobile français est même prêt à enclencher une nouvelle étape dans son plan de reconquête : l'international. Dans les couloirs du siège, on prépare le lancement imminent de trois nouveaux modèles en... Russie. Ces modèles sont fin prêts, et certains cadres préviennent les journalistes de l'imminence d'une grande opération de lancement à Moscou même.

Inimaginable...

Renault est à des années-lumières d'imaginer qu'une semaine plus tard, le président russe enverrait ses troupes envahir l'Ukraine... C'est tout juste si Luca de Meo est interrogé sur les conséquences d'un embargo sur la production russe. Il assure alors que la forte localisation des approvisionnements des usines de Renault, à plus de 90% explique-t-il, protègera les activités russes. Sauf que la crise du Covid a montré qu'il suffisait qu'une seule pièce manque pour paralyser pendant plusieurs semaines une usine.

A ce moment de l'Histoire, personne chez Renault (comme ailleurs puisque le monde entier a été surpris par la tournure géopolitique des événements en Ukraine) n'envisage le pire. D'autant que la Russie représente des enjeux industriels colossaux pour le groupe français. C'est d'abord le rachat d'Avtovaz, le fabricant des célèbres Lada, dans lequel le groupe détient 63% du capital. Depuis dix ans, plusieurs milliards d'euros ont été injectés dans la modernisation des usines, puis la refondation d'une nouvelle gamme... Renault a commencé à tirer les premiers fruits de ses investissements avec un premier exercice profitable en 2021.

Le groupe attendait à ce que la Russie, son deuxième marché mondial en volume, monte désormais en puissance dans la contribution aux profits du groupe. Avec la nouvelle gamme que Renault s'apprêtait à lancer, Luca de Meo voulait appliquer sa nouvelle formule visant à privilégier la création de valeur, c'est-à-dire à augmenter la profitabilité unitaire par rapport à une stratégie de volumes. Pour Renault, le levier était alors perçu comme immense.

Un déni ?

Puis la guerre survint, et son cortège de sanctions internationales mais qui semblent préserver, sur le papier du moins, la légalité des opérations de Renault en Russie. "Nous resterons toujours en conformité avec les sanctions", a toujours expliqué Renault. Même le scénario d'une nationalisation russe n'est pas pris au sérieux : le pays de Vladimir Poutine ne serait pas capable de poursuivre les opérations industrielles, veut-on croire à Boulogne-Billancourt.

Au siège de Renault, on frôle le déni car en réalité, le groupe automobile a moins de raisons que d'autres entreprises françaises de rester en Russie compte tenu de la nature de son premier actionnaire, l'Etat français (15% du capital) et qui est largement engagé dans les sanctions contre Moscou. Les déclarations du président Ukrainien en visioconférence à l'Assemblée Nationale, désignant Renault, parmi d'autres, "sponsors de la machine de guerre russe (...) qui tue des enfants", puis celles de son ministre de affaires étrangères appelant à un boycott mondial de Renault a achevé la direction du constructeur à trancher dans le vif.

Pertes et profits

Un conseil d'administration réuni dans la soirée de ce mercredi 23 mars, a acté la fin de l'aventure russe. Et de préciser qu'il "évalue les options possibles concernant sa participation dans Avtovaz". Autrement dit, Renault prépare son retrait de Russie, et passe ses lourds investissements autant en cash qu'en ressources humaines (ingénieurs, transferts technologiques...) par pertes et profits.

Le préjudice s'élève à plusieurs milliards d'euros, trois milliards si l'on en croit la valeur comptable inscrite dans les comptes de 2021. Bien plus si on projette les profits prévus sur les dix prochaines années, additionnés aux investissements des dix années précédentes. Colossal !

Au passage, Renault abandonne son objectif d'une génération de trésorerie d'un milliard d'euros cette année, et baisse d'un point son objectif de marge opérationnelle (3%). Une annonce qui ne devrait pas stopper la chute du titre qui a déjà perdu 21% en Bourse depuis un mois...

Nabil Bourassi

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 45
à écrit le 25/03/2022 à 15:20
Signaler
On est en train de se tirer une balle dans le pied !!! Le seul effet économique de ce retrait, c'est d'offrir à Poutine la propriété des investissements des entreprises françaises en Russie ... !! Poutine va s'empresser de revendre aux chinois ou de...

à écrit le 24/03/2022 à 21:59
Signaler
Et si Zelinsky faisait tout simplement payer à la France son manque concret de soutien (je n'ai jamais lu une seule information sur une quelconque livraison d'armes françaises à l'Ukraine) face à l'invasion russe en dehors des bonnes paroles et des p...

le 25/03/2022 à 3:31
Signaler
Une personne qui comprend l'absurdité de l'indignation de ces commentateurs de Latribune. La France n'a en fait rien fait, et beaucoup moins que d'autres pays comme la Pologne, les États-Unis et le Royaume-Uni. C'est tellement évident pourquoi la Fra...

le 25/03/2022 à 15:27
Signaler
C'est fou !! L'armée française n'a même pas informé le grand "contribuable atterré" !! Il est surprenant que les secrets militaires ne soient pas partagés avec vous ... Trève de moquerie : Macron a expliqué qu'il considérait non souhaitable de comm...

à écrit le 24/03/2022 à 19:48
Signaler
dieu merci c'est juste une suspension, de toute facon vu les pbs d'appros..........mais qui sont ces gens qui proposent aux autres de se suicider pour qu'ils aient bonne conscience a leur reveil le matin; ce genre de boite ca se developpe sur des dec...

à écrit le 24/03/2022 à 19:29
Signaler
LE DINDON DE LA FARCE comme l' analyse F Asselineau, c'est la France ! Olivier_Truchot,journaliste de BFM plus courageux que d'autres, fait comprendre qu'il trouve bizarre que toute cette affaire ukrainienne, ne nuise pas aux intérêts des États...

à écrit le 24/03/2022 à 19:05
Signaler
Où est passé l' excellentissime Bruno Lemaire qui n' essaie même pas à défendre Renault et qui va devoir payer le solde net des parts russes de Renautl en rouble ?..! ? Il se passe des choses étranges à la bourse de Moscou. ...

à écrit le 24/03/2022 à 18:59
Signaler
Comment on dit merci Vladimir en Russe ? F Asselineau, LE PDG DE BLACKROCK,1er FONDS MONDIAL D'INVESTISSEMENT, ANNONCE LA FIN DE LA «MONDIALISATION» Il confirme que les événements en Ukraine sont historiques. Nous assistons sans doute...

à écrit le 24/03/2022 à 16:17
Signaler
L'abandon des marchés et des usines en Russie est complètement idiot et contreproductif. Le gouvernement français ferait mieux de prendre des décisions dans l'intérêt de la France et pas au nom d'un européisme technocratique détaché des réalités. O...

à écrit le 24/03/2022 à 15:12
Signaler
Je pense qu'il eu été plus judicieux de réfléchir à long terme : il aurait fallu que le gouvernement interdise l'exportation de pièces détachées précises, pour que Renault puisse prétexter un blocage de fait !!! ainsi, les usines auraient été arrêtée...

à écrit le 24/03/2022 à 15:11
Signaler
Je pense qu'il eu été plus judicieux de réfléchir à long terme : il aurait fallu que le gouvernement interdise l'exportation de pièces détachées précises, pour que Renault puisse prétexter un blocage de fait !!! ainsi, les usines auraient été arrêtée...

à écrit le 24/03/2022 à 12:34
Signaler
Le gouvernement français à la tête de Renault n'a plus d'alternative pour céder ses actifs russe car il faudra choisir (ou pas) entre le troc (cf. swap de contrats énergétiques) ou la nationalisation sachant que la parole de Poutine ne pèse pas bi...

à écrit le 24/03/2022 à 11:22
Signaler
C'est pas grave pour les russes, les voitures chinoises vont remplacer les françaises et elles seront payées en monnaie yuan.

le 24/03/2022 à 12:14
Signaler
Pas convaincu que le PCC veut payer des ouvriers russes pour fabriquer des tas de rouille russes... La stratégie de maintien du PCC au pouvoir c'est d'endormir le peuple chinois en lui offrant de l'emploi donc si la Chine rachète les participat...

à écrit le 24/03/2022 à 11:07
Signaler
J’aimerais savoir ce que font les entreprises de nos voisins européens.J’espère que ce ne sont pas que les Français qui s’en vont……

le 24/03/2022 à 16:20
Signaler
Nos voisins européens font de grandes déclarations mais attendent ... Nous les béats français on continue dans la bêtise ! Quand on entend Bruno Lemaire déclarer que la France va faire "une guerre économique totale" à la Russie on ne peut que se dem...

à écrit le 24/03/2022 à 10:57
Signaler
Le suicide de nos entreprises alors que l'Allemagne continue à importé du gaz russe. L'oncle Sam aura réussi la plus grande OPA mondiale sur l'UE en faisant croire aux ukrainiens qu'ils rentreraient dans l'OTAN et l'UE.

à écrit le 24/03/2022 à 10:46
Signaler
Et on a pas encore passé la Berezina. D'ici a ce que les boches nous fassent une convention de Tauroggen

à écrit le 24/03/2022 à 10:08
Signaler
Les hommes politiques font passer leurs idées avant les réalités économiques: on disait, avant, ce qui est bon pour GMC est bon pour les USA; on dit, maintenant, ce qui est mauvais pour RENAULT est bon pour l'honneur de la France; tant pis pour notre...

le 24/03/2022 à 18:43
Signaler
Rien d'étonnant et juste retour des choses!. Nos "hommes politiques" ne connaissent pas la "Real Politik". Ils ont confié la géo-stratégie et la diplomatie à des philosophes comme BHL et à des "tout le monde il est beau, tout le monde il est genti...

à écrit le 24/03/2022 à 9:53
Signaler
Il y a eu une erreur stratégique de Renault de ne pas réagir avant que l'Ukraine n'en demande le boycott mondial. Il était sûrement possible de trouver des solutions pour isoler la participation dans Avtovaz le temps que la situation s'améliore et qu...

le 24/03/2022 à 16:23
Signaler
"l'Ukraine demande le boycott mondial" ; Qu'est ce Zélinski qui laisse massacrer en masse ses compatriotes ainsi que des villes entières pour assouvir sa notoriété ? La France doit se préoccuper de ses intérêts et pas d'un comédien qui fait le tour ...

le 25/03/2022 à 3:27
Signaler
La capitulation et la collaboration avec les conquérants ne sont pas si naturelles dans tous les pays, désolé.

à écrit le 24/03/2022 à 9:45
Signaler
C'est n'importe quoi . C'est encore les français qui vont l'avoir dans l'os . Tous les autres pays s'organisent , agissent et se protègent en fonction de leurs intérêts et des l'intérêts de leurs peuples . Seul la France prends ses consignes des a...

le 24/03/2022 à 10:18
Signaler
Que vous dites … les gouvernements sont pas des économistes , industriels ou financiers ce n est d ailleurs pas leur rôle prenez le dictionnaire et regardez bien la définition du mot politique … c est surtout Renault qui a joué à la roulette russe … ...

le 24/03/2022 à 13:40
Signaler
Non on ne les écoute plus.. Jean Lassalle vient de dépasser Anne Hidalgo dans les sondages !!! Et Tf1 ne fera pas d'émission électorale lors des résultats du premier tour des présidentielles. Une première... à la place un film; les visiteurs !! Si c...

le 26/03/2022 à 3:21
Signaler
Vous meritez vos politiques puisque vous leur donnez carte blanche. Assumez.

à écrit le 24/03/2022 à 9:33
Signaler
Coincé dans lidéologie bobo socialo communiste, il nous reste donc à payer les dettes.... Pour les actifs en partant nous en faisons don à la Russie. C'est ca d'être gouverner par des incompétents.

le 24/03/2022 à 10:16
Signaler
Que vous dites … les gouvernements sont pas des économistes , industriels ou financiers ce n est d ailleurs pas leur rôle prenez le dictionnaire et regardez bien la définition du mot politique … c est surtout Renault qui a joué à la roulette russe … ...

le 24/03/2022 à 10:16
Signaler
Que vous dites … les gouvernements sont pas des économistes , industriels ou financiers ce n est d ailleurs pas leur rôle prenez le dictionnaire et regardez bien la définition du mot politique … c est surtout Renault qui a joué à la roulette russe … ...

à écrit le 24/03/2022 à 9:33
Signaler
Incroyable comment la direction a cédé au french bashing des médias occidentaux et de Washington.

à écrit le 24/03/2022 à 8:58
Signaler
Sage décision. Il en va de l'image de Renault. Souvenons nous de pourquoi Renault fut Nationalisée à la fin de la II ème guerre mondiale.

le 24/03/2022 à 11:51
Signaler
compte tenu de ce que l'on sait, mais il y a certainement de nombreux aspects cachés, il est difficile de trancher. Mais Renault est en Russie depuis longtemps, y a investi beaucoup, et y a-t-il eu une rentabilité de tout çà ? Sans parler que de fric...

le 24/03/2022 à 14:44
Signaler
Pas grave...tant pis pour Renault, la nature a horreur du vide, quelqu'un d'autre prendra lsa place !

à écrit le 24/03/2022 à 8:55
Signaler
Pendant ce temps là, l’Allemagne continue de distribuer des milliards à la Russie pour importer son gaz avec un passe droit unique. Bravo !

le 24/03/2022 à 11:51
Signaler
Exactement, comme ça, avec ce gaz, les usines VW , BMW et Mercedes peuvent continuer à produire plein pôt et leurs voitures rouler à +200km/h sur les autobahns brulant du gasoil et de l'essence importées de Russie.... Peut-être qu'un sous marin Fran...

à écrit le 24/03/2022 à 8:26
Signaler
Les hystériques ont gagné. La prochaine étape vers laquelle ils nous conduisent sera donc la guerre...

le 24/03/2022 à 10:19
Signaler
c est poutine qui a envahi l ukraine, pas l inverse. Si on regarde l histoire, on se dit que si la france n vait pas baissé son froc face a adolf (1936 rhenanie, 1938 munich) on aurait evidte une guerre mondiale et une humiliante defaire en 40

le 24/03/2022 à 11:22
Signaler
@CD : c'est bien ça, c'est exactement une réponse de cour de récréation d'école maternelle du genre "c'est lui qu'a commencé !". Pathétique de voir qu'on se laisse dominer par l'émotion et qu'on manque à ce point de maturité. Quant au parallèle avec...

le 24/03/2022 à 11:59
Signaler
@Britannicus Pathétique de voir que certains se laissent dominer non par l'émotion mais la cupidité...

à écrit le 24/03/2022 à 8:24
Signaler
Les coréens et les chinoia vont le remplacer.

à écrit le 24/03/2022 à 8:10
Signaler
Folie ! Le boomerang va revenir bien plus fort qu'il n'aura été lancé et blessera pour longtemps la France. Ces pertes de revenus sur le long terme alliées à une remontée des taux vont placer notre pays dans une situation intenable.

le 24/03/2022 à 13:19
Signaler
C'est le but...

à écrit le 24/03/2022 à 7:59
Signaler
Après avoir tué EDF avec l'ouverture à la concurrence et le marché unique de l'énergie, l'état français choisi de tuer Renault avec la Russie. Est-ce que l'Allemagne sacrifie une seule de ses entreprises au nom de l'Europe et de ses valeurs?

le 24/03/2022 à 11:53
Signaler
Bien sur que non. Par contre ils nous ont imposé la fermeture d'une centrale nucléaire et nous ont forcé à figer nos projets de nouvelles centrales pendant des années....ce que l'on paye maintenant par un manque de capacité de production décarbonée.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.