Ces dizaines de milliers de logements "fantômes" oubliés des statistiques officielles

 |   |  447  mots
Les mises en chantier de logements neufs en France ont reculé de 9,4% de novembre à janvier sur un an,
Les mises en chantier de logements neufs en France ont reculé de 9,4% de novembre à janvier sur un an, (Crédits : reuters.com)
Le ministère du Logement a admis que les chiffres officiels de la construction des logements étaient erronés ces dernières années, à cause de "trous de collecte". Il a dévoilé vendredi de nouveaux indicateurs mensuels, qu'il estime plus fiables, pour évaluer les logements mis en chantier.

Voilà un aveu qui va beaucoup faire parler. Les chiffres officiels de la construction des logements n'était pas en phase avec la réalité ces dernières années, a admis le ministère du Logement, qui a pour la peine mis en place une nouvelle méthode statistique, publiée vendredi 27 février.

La France construit beaucoup plus de logement que ne le disaient les statistiques jusqu'à aujourd'hui. Depuis 2004, le seuil de 400.000 logements mis en chantier a été franchi sept fois, avec un pic à 493.900 en 2006, selon les nouveaux calculs.

En 2014, qui apparaissait comme la pire année depuis 17 ans, 356.200 logements ont vu leur construction débuter, soit près de 58.600 de plus qu'initialement annoncé. Les logements non comptabilisés jusqu'ici s'élèvent ainsi à 69.900 en 2013, 52.400 en 2012, 68.900 en 2010... mais seulement 1.500 en 2011, sans explication apportée par le ministère pour ce dernier chiffre.

 "Trous de collecte" dus aux omissions de demandeurs de permis

Jusque-là, les données publiées par le service de l'observation et des statistiques (SOeS) du ministère se basaient sur les déclarations d'ouverture de chantier, saisies administrativement.

Or ces chiffres pâtissaient de "trous de collecte", car un certain nombre de demandeurs de permis de construire omettaient de les transmettre, a affirmé le ministère.

Une nouvelle méthode censée délivrée une information "en temps rééel"

La nouvelle méthode du gouvernement conduit à comptabiliser plusieurs dizaines de milliers de logements supplémentaires par an, ces dernières années. Désormais, le nombre de logements mis en chantier est calculé à l'aide d'un modèle statistique "fiable", censé délivrer "une information en temps réel de la conjoncture" et fournir des "résultats plus fidèles à la réalité du terrain".

Les données collectées sont ainsi complétées par des enquêtes annuelles et croisées avec d'autres paramètres (stock de logements invendus des promoteurs, taux d'intérêt, moral des ménages...), a précisé le ministère.

88.200 mises en chantier de logements neufs

Concernant les derniers chiffres publiés vendredi 27 février, les mises en chantier de logements neufs en France ont reculé de 9,4% de novembre à janvier sur un an, à 88.200. Dans le même temps, le nombre de permis de construire accordés pour des logements neufs a chuté de 7,5% à 85.600 par rapport à la même période de l'année précédente.

Sur 12 mois, à fin janvier, le recul est de 8,2% pour les permis de construire, qui s'élèvent à 374.500, indique le ministère. Et sur la même période, les mises en chantier ont cédé 11,6% pour s'élever à 352.900, selon une nouvelle méthode statistique dévoilée vendredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/03/2015 à 16:17 :
Lorsque l'on regarde ce qu'un déclarant veut/doit répondre en temps et en heure, ce que le fonctionnaire en mairie comprend et retranscrit dans son logiciel lorsqu'il a le temps, pas tellement étonnant qu'un tel écart apparaisse. Aberrant, mais pas étonnant dans une situation aussi ubuesque où la taylorisation est de mise, même pour ces activités et où le selfcare assisté serait d'une aide appréciable pour optimiser les déclarations à coûts maîtrisés
Mais là on peut encore rêver ; lorsque en France même les entreprises sont loin d'être encore au top dans l'intégration de ces outils dans notre vie quotidienne.
Pas prêt d'avoir des lois pertinentes... et ce qu'elle que soit le parti en place.
a écrit le 01/03/2015 à 10:21 :
La rigueur des chiffres se retrouve à tous les niveaux . Le Pays s'améliore !!! nos élites découvrent des ----- "fantômes" ----- encore une vingtaine d'années ce sera des '' momies '' à découvrir ...........
a écrit le 01/03/2015 à 9:13 :
Pas étonné de la nullité de l'iNSEE.
Une bande de feignasses manipulés par les pouvoirs successifs.

Ma belle mère travaille à l'INSEE. Le jour où ils ont installé une pointeuse pour que les employés fassent leur 35h, elle fulminait de devoir augmenter son rythme alors que le "fini parti" lui permettait de travailler moins de 30h.
Sans le bac et à 57 ans elle gagne 2500euros net par mois (et elle se plaint )
Réponse de le 02/03/2015 à 10:29 :
c'est pas l'Insee qui est responsable de ces chiffres (je les défends pas, on peut se plaindre de bien des choses à leur égard) mais le SoeS, le service des statistiques du ministère en charge du logement....
a écrit le 01/03/2015 à 8:47 :
la France subventionne le logement : Faux: une personne achète un appartement neuf à 200 000 €, il aura payé sur cet achat 20 000 € d’impôts en Allemagne et 56 000€ en France. ( source Fidal).

La TVA sur les logements neufs en France est de 20%. ce qui fait que le solde taxes/ aide est positif pour l'état. En Allemagne cette TVA est de ZERO. La France veut construire des logements : passer la TVA à taux 5.5 ou zéro et arrêter toute subvention : le logement n'est pas de première nécessité ?
Réponse de le 02/03/2015 à 10:27 :
mais quand on achète un logement neuf, on ne paye pas de droit de mutation (les fameux droits de notaire qui vont en grande majorité dans les caisses des communes). Dans tous les cas, neuf ou anciens, on paye quelque chose (TVA ou droit de mutation) c'est kiff-kiff. Mais c'est sur, on paye plus que dans d'autres pays...
a écrit le 28/02/2015 à 19:05 :
Les promoteurs passent leur temps à parler d'une soit disant "pénurie" de logements en France, appuyée par une soit-disant "étude" réalisée en fait par des étudiants (!!!) de master financés par une banque, dans le but de réclamer une augmentation des 44 000 millions d'euros de subventions annuelles à l'immobilier et finalement les chiffres de construction étaient faux !!! A qui profite le crims ?
a écrit le 28/02/2015 à 14:12 :
Des chiffres pas oubliés par hasard...
Ca permet de justifier des subventions à la bulle immobiliere (50 milliards par an)
scellier,duflot...promoteurs,agences immobilieres...en passant par l'Etat, c'est le grand gavage depuis 2001.
Réponse de le 28/02/2015 à 17:35 :
@nene : arrêtez la bière en toute urgence ..Le duflot c est 3 milliards
Réponse de le 28/02/2015 à 22:54 :
Le duflot oui mais le reste? Et puis laisser penser que l'immobilier ne s'est pas emballé en France a permis de sauver les apparences... Non nous ne sommes pas l'Espagne... Regardez pas de stock de logements vides... Et mon bip c'est du poulet? Et de plus qui investit massivement dans l'immobilier ? Et le defiscalise? Nos politiques... Attention le defiscalise pour des situations précises... Les lettres leurs... Pas celles des petits propriétaires de leurs logements
a écrit le 28/02/2015 à 13:36 :
Encore un bel exemple d'un indicateur qui devient un objectif. La réalité n'est en rien changée par ces soit-disant chiffres; mais nos politicards malades de leur égo (ce sont des person alités) et de leur soif de garder leur petit pouvoir perso se gargarisent, tout en augmentant les impots de la classe moyenne. Tout ceci, comme par hazard, à 3 semaines des élections. Ne tombons pourtant pas dans le pièges de quelqu'extrémisme que ce soit (ces gens là aussi ont soif de vous exploiter en promettant des mirages).
a écrit le 28/02/2015 à 12:04 :
Qui a profité de ces statistiques fausses? on a oublié que c'est un argument pour justifier les hausses des prix...Une arnaque aux gens qui ont acheté avec des hausses de prix incroyables...
a écrit le 28/02/2015 à 11:26 :
c'est comme la multiplication des pains , il suffit d'y croire .
de plus en plus forts ces socialistes qui gouvernent le pays .
a écrit le 28/02/2015 à 9:59 :
Si la règle est claire pour les logements neufs sortis de terre, elle ne n'est pas pour les rénovations.
Je fais rénover ma maison de famille. La rénovation étant plus coûteuse que le neuf, j'ai demandé l'aide de l'ANAH ; ce qui veut dire que je crée des logements sociaux.
Il y a donc eu une demande de permis de construire pour la création de 2 logements et les travaux ont commencé par la destruction de l'intérieur de la maison car les cloisons porteuses et l'escalier ne respectaient pas les normes handicapés.
J'ai donc fait transformer un logement de 150m² en deux logements de 75m².
A part les murs extérieurs et le toit qui ont été conservés, ces logements sont construits comme des logements neufs.
La question est comment on les compte ?
Le permis de construire a été enregistré comme la création de 2 logements.
Et comme cette construction est aidée, c'est aussi la création de 2 logements sociaux.
Est-ce que le parc immobilier français a été agrandi : non, j'ai juste contribué à sa rénovation.
J'aide à augmenter le parc de logements sociaux mais comme j'ai du faire une rénovation lourde (à cause des normes handicapés), je ne bénéficie pas de la TVA à taux réduit et cette rénovation est faite à taux plein (20%). La TVA sur les travaux est en gros du même montant que l'aide de l'ANAH, ce qui fait ça ne coûte rien à l'état.
Dans cet exemple, on peut faire dire ce qu'on veut aux statistiques.
La seule chose vraie est que ces travaux ont donné du boulot aux entreprises locales et que les logements crées auront une bien meilleure isolation thermique et phonique.
Mais on ne peut pas inciter les français à rénover les logements anciens et les mélanger dans les statistiques avec les logements neufs sortant de terre.
a écrit le 28/02/2015 à 9:09 :
encore un enfumage electoraliste ,il serait plus que necessaire d'installer des detecteurs de fumee electoralistes dans les bureaux des ministres ,les français en ont assez d'etre pris pour des gogos!!!!
Réponse de le 28/02/2015 à 22:57 :
Et oui ;-)
a écrit le 28/02/2015 à 5:39 :
Loi QUILLOT (22/06/1982) et maintenant Loi DUFLOT, Loi PINEL. Toutes des Lois socialistes qui ont plombées l'immobilier en France.
Réponse de le 28/02/2015 à 19:08 :
Ce qui a plombé l'immobilier en France, ce sont toutes ces subventions hyper couteuses : Scellier, Robien, PTZ, etc, qui ont démoli le budget de l'état, crusé le déficit, et fait exploser les prix immobiliers au détriment des français et au bénéfice des promoteurs, notaires, agents immobiliers et banques.
a écrit le 27/02/2015 à 19:13 :
Mais a-t-on une idée des logements détruits en parallèle ? Car les statistiques de création de logements neufs ne veulent rien dire si on ne les compare pas avec les destructions.
a écrit le 27/02/2015 à 18:40 :
Les permis de construire ne devraient pas être décernés par les mairies mais par un service particulier de la préfecture ,ce qui était en place il y a une cinquantaine d'années .C'est Mitterrand qui avait décidé de ce système pour accentuer le pouvoir des maires.Mais c'est le contraire qui s'est produit et malheureusement avec des conséquences lourdes pour d'autres raisons que les déclarations de chantiers Quand on pense à toute la paperasse qu'il faut remplir ,qu'il faut afficher, maie que rien n'est contrôlé.il ne faut pas s'étonner que tous les résultats soient erronés .
a écrit le 27/02/2015 à 18:04 :
Le problème est qu'à force de manipuler les inversions de courbes pour des raisons populistes, on ne sait plus ou est la vérité. Comme on prends des décisions sur des données erronées, le résultat ne peut être qu'approximatif...
a écrit le 27/02/2015 à 17:39 :
Donc le ministère avoue implicitement que toutes les discussions et décisions qui ont été prises ces dernières années l'étaient sur la base de mauvaises informations.

Y aura-t-il une remise en question des décisions? Ou est ce que l'on fait comme si de rien n'était (bon on connait tous la réponse....)?
a écrit le 27/02/2015 à 17:15 :
comme quoi, avec une administration pléthorique, on fait guère mieux que la Grèce
Réponse de le 28/02/2015 à 9:10 :
NON pire!!!!!!!!
a écrit le 27/02/2015 à 17:02 :
nos ( politicailles) ne craignent ils pas les prochaines élections ?
a écrit le 27/02/2015 à 16:46 :
c est bizarre tous vas mieux quand les elections arrivent???
a écrit le 27/02/2015 à 15:23 :
Tout n'est pas si simple !! la collecte de ces données n'est pas du fait des "fonctionnaires" de l'Etat mais dépend des services municipaux qui sont en charge de l'instruction des permis de construire. Donc effectivement, depuis les quelques années où l'Etat incite les communes à instruire elles-mêmes leur permis, les remontées de données n'étaient pas bonnes. Concernant les logements dits commencés, le problème de remontée vient du fait que les pétitionnaires oublient de déclarer l'ouverture de chantier à l'administration compétente malgré l'obligation qui leur en est fait, mais vu qu'aucune pénalité n'est possible... quant à demander aux fonctionnaires de parcourir tout le territoire pour vérifier les ouvertures de chantier, il faudrait savoir ce qu'on veut, réduire les dépenses de l'Etat ou pas ?!!
a écrit le 27/02/2015 à 14:32 :
Comment peut on être aussi incapable de comptabiliser les permis de construite et les déclarations d'achevement de travaux ON CROIT REVER
a écrit le 27/02/2015 à 13:30 :
Aller une petite promotion pour tous ces compteurs de logements
Dans l'administration on récompense les mauvais élèves depuis des lustres
Réponse de le 28/02/2015 à 19:10 :
Dans la finance aussi... Grosse crises, grosses faillites, aides de l'état = personn viré.
a écrit le 27/02/2015 à 13:25 :
Donc pendant l'ère SARKO c'est on arrivait à faire plus de 400 000 logements et depuis Hollande il se construit environ 300 000 et cela après rectification des chiffres donnés par le Ministère. soit les fonctionnaires voulaient la peau de SARKO soit ils sont vraiment incompétents.
a écrit le 27/02/2015 à 13:22 :
Que de chance pour le gouvernement, les logements non comptabilisés ont explosé depuis l'arrivé de FH a l’Élysée. Alors que pour le quinquennat précédant il n'y aurait pas de modification. Cela me rappelle les statistique fiable de 2002 qui prévoyait ps et ump au second tour de la présidentielle.
Cela me fait penser au chiffres du chômage qui aurait baissé en janvier pour la catégorie A, mais les chiffres de décembre aurait été fortement minoré. En toute discrétion les chiffres du chômage au mois de décembre ont été modifié et a augmenter de 15 000 personnes.
a écrit le 27/02/2015 à 12:49 :
Attention, finalement on construit trop. En pleine phase de dégonflement des prix, cela va accélérer la dégringolade...
a écrit le 27/02/2015 à 12:33 :
bravo les stats de ce ministère... ne pas oublier que ces avec ces faux arguments que l'on vote des lois...dufot pinel et que l'on porte des jugements péremptoires sur l'état de la constructions et des sans logis.. nous sommes a l'age de la pierre??? et encore avec des équipes de stat super efficace.. qui renseigne Macron Hollandele medef les syndicats... et vous voulez que l'on croit a ce que l'on nous dit....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :