A la veille d'une nouvelle loi de finances, le BTP veut éviter la catastrophe

 |   |  803  mots
Les surcoûts liés à la sécurité des compagnons sur chantiers, rarement partagés demeurent le principal problème rencontré par la filière, ce qui fragilise fortement les entreprises du BTP, soutiennent la FFB et la FNTP.
Les surcoûts liés à la sécurité des compagnons sur chantiers, "rarement partagés" demeurent le principal problème rencontré par la filière, "ce qui fragilise fortement les entreprises du BTP", soutiennent la FFB et la FNTP. (Crédits : Reuters/Jean-Paul Pelissier)
La Fédération française du bâtiment et la Fédération nationale des travaux publics s'invitent dans le débat politique alors qu'un troisième projet de loi de finances rectificatif sera présenté le 10 juin 2020 en Conseil des ministres.

Prise en charge des surcoûts liés au Covid-19, annulation des charges fiscales et sociales, mise en place d'un véritable mécanisme d'incitation à l'investissement, plan massif de rénovation énergétique des bâtiments, retour à un taux réduit de TVA à 5,5% pour l'ensemble des travaux... Voilà la liste des doléances adressées au gouvernement par la Fédération française du bâtiment et la Fédération nationale des travaux publics. Alors qu'un troisième projet de loi de finances rectificatif sera présenté le 10 juin 2020 en Conseil des ministres, la FFB et la FNTP "anticipent un effondrement de la construction si aucune mesure n'est prise", alertent-elles.

Lire aussi : Redémarrage du bâtiment: la méthode gouvernementale à l'épreuve des faits

Eviter "la catastrophe économique et sociale" 

Toutes les mesures sont bonnes à prendre pour éviter "la catastrophe économique et sociale", commente, pour La Tribune, le président de la fédération régionale des...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2020 à 10:40 :
"Quand le BTP va bien, tout va bien", ajoute José Ramos"

Tout dépend quel BTP, si c'est celui du 20ème siècle et de l'avènement de maisons au rabais et de mauvaise qualité c'était installer en même temps une véritable bombe à retardement.

Mais la pensée à court terme qui caractérise la finance n'est que de la pensée courte aux dégâts forcément exponentiels à long termes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :