Centres commerciaux : Unibail perd son bras de fer avec Xavier Niel, l'action bondit en Bourse de 32% !

 |  | 476 mots
Lecture 2 min.
Après avoir remporté cette bataille, les opposants Léon Bressler, Xavier Niel et Susana Gallardo font leur entrée au conseil de surveillance du géant mondial des centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield (URW).
Après avoir remporté cette bataille, les opposants Léon Bressler, Xavier Niel et Susana Gallardo font leur entrée au conseil de surveillance du géant mondial des centres commerciaux Unibail-Rodamco-Westfield (URW). (Crédits : STEPHANE MAHE)
L'augmentation de capital du géant mondial des centres commerciaux a été refusée par un consortium d'opposants emmené par Xavier Niel et Léon Bressler, actionnaires à hauteur d'environ 5%. Ce consortium juge "désastreuse" la stratégie de l'actuelle direction, et a mis sur la table un contre-projet stratégique, "Refocus".

La direction d'Unibail-Rodamco-Westfield (URW), géant des centres commerciaux, a annoncé mardi n'avoir pas obtenu de soutien suffisant de ses actionnaires pour sa proposition d'augmentation de capital.

Niel et Bressler à la tête du consortium d'opposants

Deux de ses actionnaires minoritaires, l'entrepreneur Xavier Niel et Léon Bressler, l'ancien patron du groupe, s'opposaient depuis plusieurs semaines à cette opération.

Dans un communiqué qui annonce également l'entrée au conseil de surveillance des opposants Léon Bressler, Xavier Niel et Susana Gallardo, le président du directoire Christophe Cuvillier, a avoué sa défaite en ces termes:

"Nous prenons acte des votes des actionnaires exprimés en vue de l'assemblée générale du 10 novembre, et notamment concernant l'augmentation de capital proposée, qui n'a pas recueilli les deux tiers des votes requis."

Une assemblée générale mixte doit se tenir ce jour à 09H00, avec pour seul point à l'ordre du jour l'augmentation de capital voulue par la direction du groupe, dans le cadre d'un vaste plan d'économies baptisé "Reset".

En raison de la crise sanitaire, URW avait "invité" ses actionnaires à voter par correspondance, en amont de l'AG. Le scrutin a été clos le 9 novembre à 15H00", et ses résultats seront "entérinés par le bureau de l'assemblée générale", détaille le groupe dans son communiqué.

Le consortium d'opposants - mené par Xavier Niel et Léon Bressler qui détiennent un peu plus de 5% du groupe - était sorti du bois le 15 octobre, jugeant "désastreuse" la stratégie de l'actuelle direction, et mettant sur la table un contre-projet stratégique, "Refocus". Ils demandent notamment à URW de céder les centres américains du groupe, acquis voici deux ans lors d'une opération massive pour une vingtaine de milliards d'euro.

Pour Unibail, l'augmentation de capital visait à préserver la solidité financière du groupe, mais elle allait aussi mécaniquement réduire sa valeur pour les actionnaires actuels.

Lors de la publication de ses résultats annuels le 2 novembre, URW avait abaissé ses prévisions face au reconfinement, alors qu'il tablait déjà sur une chute de son bénéfice récurrent pour cette année. Sur les neuf premiers mois de l'année 2020, le groupe - dans le vert un an plus tôt - a subi une perte nette de 5,45 milliards d'euros.

L'action URW s'envole à plus de 32% à la Bourse de Paris!

L'action d'Unibail-Rodamco-Westfield s'envolait de plus de 25% à la Bourse de Paris mardi dans les premiers échanges après le refus des actionnaires de procéder à une augmentation de capital voulue par la direction.

Vers 09H30, le cours décollait de 26,52% à 54,10 euros, dans un marché en hausse de 0,54%. La veille, URW avait déjà bondi de 24,30% grâce aux espoirs d'un vaccin prochain contre le Covid-19. Vers 10h45 le cours atteignait le chiffre à peine croyable de +32,46%, à 56,640 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/11/2020 à 12:16 :
Alors que tout les centres commerciaux sont fermés, qu'ils viennent de de mettre le sapin de noel aux halles, c'est donc un cadeaux de noel sympa !!!

Sauf pour ceux qui doivent payer a mon avis des sommes pharaoniques pour actuellement être dans les cc qui sont fermés !

Comme quoi le lien entre la bourse et l'activité n'a rien a voir, le bateau ivre pourtant sera sans doute a flot.
Réponse de le 10/11/2020 à 13:18 :
Des " sommes pharaoniques", c'est la phrase qui convient, sans compter toutes les obligations imposées par ces bailleurs.
Des voyous. Je connais pour m'être battu 7 ans avec un bailleur qui exigeait au renouvellement du bail le doublement du loyer. Cette chose étant légale puisque ces loyers ne suivent pas les règles communes des baux 3/6/9.
a écrit le 10/11/2020 à 11:35 :
Très volatile en effet, mais toujours -60% depuis le 01/01. Le dossier reste à risques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :