Rénovation thermique : la prise en charge des travaux pourra atteindre 90%

 |  | 284 mots
Lecture 2 min.
Un bonus jusqu'à 1.500 euros bénéficiera aux travaux qui permettent aux maisons individuelles de sortir du statut de passoire thermique.
Un bonus jusqu'à 1.500 euros bénéficiera aux travaux qui permettent aux maisons individuelles de sortir du statut de "passoire thermique". (Crédits : Mike Fouque)
"La prime sera calculée en fonction des revenus, de la localisation du logement et du type de travaux", a expliqué la ministre du Logement, Emmanuelle Wargon, au Journal du dimanche. Elle sera versée "dès la phase des travaux".

L'aide à la rénovation thermique des logements MaPrimeRénov, prévue l'an prochain par le gouvernement dans le plan de relance, pourra financer jusqu'à "90% du devis" des ménages modestes, a annoncé dimanche la ministre du Logement Emmanuelle Wargon.

"Pour les foyers les plus modestes, l'aide peut aller jusqu'à 90% du devis, puis elle descend à 75%, 60% et à 40% pour les ménages les plus aisés", a précisé la ministre dans une interview au Journal du dimanche.

Mme Wargon a détaillé le fonctionnement de cette aide, estimée à deux milliards d'euros, qui pourra être demandée à partir du 1er janvier 2021 et qui concernera les devis signés après le 1er octobre 2020.

"La prime sera calculée en fonction des revenus, de la localisation du logement et du type de travaux", a-t-elle expliqué, indiquant qu'un simulateur pour connaître son montant sera présenté le 5 octobre. Elle sera versée "dès la phase des travaux".

10.000 euros pour une chaudière à granulés en Ile-de-France

Un bonus jusqu'à 1.500 euros bénéficiera aux travaux qui permettent aux maisons individuelles de sortir du statut de "passoire thermique". Les travaux éligibles vont "du remplacement d'une vieille chaudière" aux "rénovations globales". En Île-de-France, passer à une chaudière à granulés pourra être soutenu à hauteur de 10.000 euros, a assuré la ministre.

Les bailleurs et les copropriétés sont également éligibles à cette aide, qui selon Emmanuelle Wargon, créera "22.000 emplois sur deux ans". Le dispositif de certificats d'économie d'énergie (CEE), qui oblige les fournisseurs d'énergie à financer des actions d'économies d'énergie sous peine de pénalités, est maintenu mais les contrôles seront renforcés pour "éviter les dérives", selon la ministre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/09/2020 à 9:48 :
de belle paroles pour inciter les gens a faire des travaux deja actuellement des aides existent mais edf trouve toujour un grain de sel dans le devis ou dans la facture pour ne pas regler la prime d'aide a l'economie d'energie, vous avez beau les attaquer ils ont toujours une paradeet l'entreprise qui realise les travaux n'est pas toujour au fait des tracasseries d' E D F
a écrit le 28/09/2020 à 9:02 :
Nombre de logements devraient tout simplement être mis par terre, et reconstruits, si l'on veut les améliorer durablement. C'est aussi simple que cela. Les travaux d'isolation (mettre des produits qui vont se décomposer en moins de dix ans, être foyers à rongeurs, et à poussières), ne sont pas la solution. Un gâchis d'argent public, non écolo, et un futur préjudice pour les plus pauvres. Et je m'interroge sur les chaudières à granulés, notamment si on veut réduite en ville les particules fines.
a écrit le 27/09/2020 à 13:49 :
Une seule communication detaillant montants pour qui et quels travaux , Et pour les coproprietes ....c est pour quand ?
a écrit le 27/09/2020 à 12:14 :
Tout ça pour laisser continuer la spéculation mortifère de la finance immobilière, si on était dans le cadre de la véritable loi de l'offre et de la demande les gens auraient les moyens de faire rénover leurs maisons et bâtiments.

Notre système est une sinistre farce.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :