Un meilleur usage du médicament entraînerait 378 milliards d'euros d'économies

 |  | 309 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Six leviers essentiels permettraient d'économiser quelque 500 milliards de dollars (378 milliards d'euros) sur les dépenses de santé, au niveau mondial, d'après une étude du cabinet spécialisé en santé IMS Health, qui s'est penché sur le cas de 186 pays.

Il n'y a pas de petites économies. Surtout dans le domaine de la médication, comme le révèle mardi le cabinet spécialisé en santé IMS Health, qui s'est penché sur le cas de 186 pays à partir de ses propres données, de celles de l'OMS et de la Banque mondiale. Un meilleur usage du médicament permettrait ainsi d'économiser quelque 500 milliards de dollars (378 milliards d'euros) sur les dépenses de santé, au niveau mondial.

8% du coût total

"Ce montant représente 8% du coût total des dépenses de santé dans les pays considérés", a souligné Robert Chu, président d'IMS Health France, cité dans un communiqué. Or, selon IMS Health, ces coûts seraient "évitables grâce à une série de mesures en faveur d'un usage responsable du médicament". Le cabinet a ainsi déterminé "six leviers essentiels" pour un meilleur usage du médicament.

Un meilleur encadrement

Pour commencer, il faudrait "améliorer l'observance" des prescriptions. Chiffrée à 269 milliards de dollars (203,4 milliards d'euros), la non-observance des traitements représente plus de 50% des coûts évitables, selon l'étude. Le cabinet pointe du doigt le "rôle renforcé du pharmacien" dans le respect des traitements. Le cabinet préconise aussi "la réalisation d'audits, de suivis médicalisés pour les patients âgés" qui ont des polymédications.

Enfin, comme facteurs d'économies, IMS Health met en garde contre l'abus des antibiotiques, la réduction des erreurs médicamenteuses et l'usage optimisé des médicaments génériques.
Des mesures qui vont peut-être pousser la France à statuer sur la polémique vente de produits en ligne. Cette pratique est en effet jugée "dangereuse" par l'agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), et propice au risque de mauvais usage des médicaments.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/01/2013 à 18:00 :
on est le pays du droit écrit, la moitié de la france est mobilisée à en empiler des tonnes, presque 3000 pages pour le code du travail... mais d'une part c'est trop compliqué à appliquer, d'autre part il faudrait faire de grosses économies de personnel sur cette usine à créer l'inutile, et en mettre une partie sur les controles. La sécu, le plus gros pourvoyeur de la dette avec l'état et les collectivités, a un gisement de gains à la hauteur de la dépense, y compris et surtout dans les régimes spéciaux qu'elle renfloue, encore faudrit il des gestionnaires dans le secteur public et les politiques, mots tabous pour ces secteur au laxisme incommensurable
a écrit le 20/12/2012 à 15:23 :
Pensez vous que les lobby pharceutiques laisseront faire...
Quelqu'un peut me dire qui a dit cette phrase. "Nous avons vendus nos medicaments aux malades, maintenant, il faut les vendre aux autres.." Merci
a écrit le 19/12/2012 à 6:06 :
faire autant d'économie pour les donner comme aide soi disant humanitaire a des pays arabes je ne suis pas d'accord ils ont voulu être indépendant cela veux dire de se mettre au boulot et ne pas vivre avec l'argent de nos économie c'est nous les dindons de la farce ceux qui payons des impôts.
a écrit le 19/12/2012 à 1:45 :
atendez 378 milliards c'est a lechelle mondiale.
Réponse de le 19/12/2012 à 2:01 :
@gina: c'est des lires italiennes parce que comme tu l'as constaté l'auteur "délire" dans ses chiffres :-)
a écrit le 18/12/2012 à 23:57 :
Que de médicaments mal prescrits par les médecins..! .Le mien rejette les contre-indications exposés par un spécialiste ("Tout ça, c'est des conneries"), il confond par exemple IEC et sartans et remplit largement ses ordonnances. Il est au 1° étage et son épouse, pharmacien au rez de chaussée: y aurait-il un rapport? Pourquoi l'assurance maladie n'y jette pas un oeil?
a écrit le 18/12/2012 à 19:58 :
Et inversement , il faudrait que les boîtes de médicaments contiennent 30 comprimés au lieu de 28 quand il s'agit d'un traitement de 1 mois , ainsi que le compte pour quinze jours au lieu de 14 pour un traitement en quinzaine .
Et pour les traitements à long terme, des conditionnements sur 2 mois .
Réponse de le 18/12/2012 à 23:52 :
Surtout qu'avec une boite de 28 pour un mois, le pharmacien en profite pour vendre 2 boites.
Réponse de le 19/12/2012 à 16:03 :
28jours c'est 4 semaines, et le mois d'après la boite supplémentaire n'est pas délivrée.
En général une boite correspond à la durée du traitement.
D'autre part vous avez le libre choix du médecin,du pharmacien c'est facile d'en changer.
a écrit le 18/12/2012 à 19:08 :
Et peut être aussi interdire la vente de médicament par boîte de 20 quand le patient n'en nécessite que 5. Ou par boite de 5 quand le patient en nécessite 6 ....
Réponse de le 18/12/2012 à 19:59 :
exact combien de boites pour un medicament, en general prescrit un mois, a raison de 1/jour, sont de 28 comprimés ?? Que de gaspillage tout ca !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :