Hépatite C : le traitement au Sovaldi coûtera "seulement" 41.000 euros par patient

 |   |  268  mots
Le laboratoire américain Gilead devra rembourser à l'Assurance maladie la différence entre le prix pratiqué au début de la mise en vente et la décision du CEPS le 20 novembre.
Le laboratoire américain Gilead devra rembourser à l'Assurance maladie la différence entre le prix pratiqué au début de la mise en vente et la décision du CEPS le 20 novembre. (Crédits : Reuters)
Le prix de ce médicament innovant contre l'hépatite C, remboursé par la Sécurité sociale, a été négocié à la baisse par le gouvernement, a annoncé jeudi le ministère de la Santé. Le Solvaldi devrait coûter près de 1 milliard d'euros à l'Assurance maladie en 2014.

Ce ne sera pas 19.000 euros, mais 13.667 euros la boîte de 28 comprimés. Des négociations avec le Comité économique des produits de santé (CEPS), ouvertes à l'été, viennent de déboucher sur un accord pour baisser le prix du Sovaldi, médicament pouvant guérir l'hépatite C, a annoncé le ministère jeudi 20 novembre. Le traitement par ce médicament, qui dure en général 12 semaines, coûtera 41.000 euros au total par patient et sera entièrement remboursés par la Sécurité sociale.

"Compte tenu du nombre de patients pris en charge", entre 10.000 à 20.000 cette année sur environ 200.000 personnes touchées en France par ce virus, "des réductions supplémentaires liées aux volumes de ventes prévisionnels ont été obtenues", a précisé le ministère.

Un poids pour l'assurance maladie

En quelques mois, ce traitement a très vite fait peser un risque réel de dérapage des dépenses de l'assurance maladie: rien que pour 2014, son coût devrait avoisiner 1 milliard, selon une source proche du dossier. La charge financière est donc très lourde pour la branche maladie, alors même qu'elle s'efforce de réduire drastiquement ses dépenses (3,2 milliards d'économies ambitionnées pour 2015).

Cet accord met un terme à la période d'autorisation temporaire d'utilisation. Le laboratoire américain Gilead, qui a introduit le Sovaldi sur le marché français au début de l'année, devra rembourser à l'Assurance maladie la différence entre le prix pratiqué pendant cette période et celui qui vient d'être fixé, indique le ministère de la Santé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2014 à 16:44 :
Le coût de revient de cette boîte de ce médicament anti-viral de 28 gélules à 13 667 €, serait de 80 € -et il ne serait efficace que dans 80% des cas d'après les études canadiennes.
a écrit le 21/11/2014 à 14:16 :
C est du racket pur et simple, et aucune pilule ne vaut ce prix. Qui est derrière ce labo???? La mafia, des bangsters ou des politiciens?????
Pourquoi les gouvernements acceptent ils ces prix délirants, alors qu ils refusent de payer pour les dents, pour la vue et pour l ouïe !!!!!!!! S attaquer aux pauvres ça ils savent le faire, mais contre les milliardaires ou banquiers ils sont nuls.
a écrit le 21/11/2014 à 11:29 :
d'autres! S'attaquer aux pharmacies; médecins , assurances-mutuelles, laboratoires et industries chimiques (la on touche aussi l'Oréal, Total, Monsanto.........), c'est bien plus dangereux que de s'attaquer au système bancaire.........................
a écrit le 21/11/2014 à 8:49 :
la bonne question est:

qu'est ce qui justifie des comprimés à 1000 euros le cachet...? alors que la masse de patents à traiter mondialement est énorme........

serait ce le fait que c'est un médicament qui soigne définitivement, et donc...... n'st pas sujet à recurrence de soin tout le reste de la vie?

les coûts de recherche justifient ils un tel prix?

à moins que ce ne fut, simplement...... pur cynisme de la part des labo.....les "assurances maladies".. étant prises au piège de la démocratie....

si on fait un calcul... 1 milliard par an.... rien qu'en france..... ça donnerait en fait 10 ou 15 milliards dans le monde..... par an.... aucun rapport avec le coût de la recherche......

dis autrement, c'est du pur chantage à la santé, acceptée par les états....
a écrit le 21/11/2014 à 7:30 :
Le prix des soins est un sujet tabou surtout lorqu'il s'agit de proches. "la santé n'a pas de prix", Si l'on part de ce postulat, notre système de santé s'effondrera.
a écrit le 21/11/2014 à 0:17 :
j'ai entendu parler de 800000 cas sur la France, donc, étalé sur 10 années sans compter les nouveaux cas: 41000 x 80000 = + de 32 000 000 000 / an, juste en France!
Y'aurait pas un abus quelque part?
a écrit le 20/11/2014 à 20:31 :
On se moque de qui ? Plus de 3 ans de SMIC. Qui y aura droit ?
a écrit le 20/11/2014 à 20:18 :
Je sais que ce n'est peut-être pas élégant ce que je vais écrire, mais va-t-il pouvoir être prescrit dans le cadre de l'Aide Médicale d'Etat ? Humainement, c'est compréhensible, mais financièrement peut-on vraiment demander un tel sacrifice financier à la collectivité nationale ? Difficile à trancher car lorsque l'on s'embarque dans une affaire comme l'AME, on est alors confronté à ce type de choix cornélien. L'enfer est pavé de bonnes intentions.
a écrit le 20/11/2014 à 19:56 :
Nous preconisons un arret de prise en charge des personnes de plus de 80 ans par le regime general, nous prevoyons une mutuelle renforce pour la prise en charge des soins, cout mensuel negocie 489 euros mensuel a leur charge
Réponse de le 20/11/2014 à 20:19 :
Comment une telle vulgarite peut elle etre acceptee par La tribune. Quel est l'interet de ce vomis?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :