Médicaments : les Européens s'organisent contre des prix "déraisonnables"

 |   |  582  mots
D'après les informations recueillies par Euractiv, le groupe de la Déclaration de La Valette se concentrerait sur les nouveaux médicaments qui ne sont actuellement pas remboursés dans ces États membres.
D'après les informations recueillies par Euractiv, le groupe de la Déclaration de La Valette se concentrerait sur les nouveaux médicaments qui ne sont actuellement pas remboursés dans ces États membres. (Crédits : Reuters)
La Slovénie a rejoint la « déclaration de La Valette », une alliance d’États membres souhaitant négocier ensemble les prix des médicaments avec l’industrie pharmaceutique. La Croatie en devient observatrice.

Les rangs de la coalition de pays européens sur les prix des médicament se remplissent, avec l'arrivée de la Slovénie et celle probable de la Croatie.

En mai 2017, les ministres de la Santé de Malte, Chypre, de la Grèce, de l'Italie, de l'Espagne et du Portugal avaient signé la « déclaration de La Valette », dans le but d'explorer les stratégies possibles pour négocier ensemble les prix des médicaments avec l'industrie pharmaceutique.

Parti du sud de l'Europe, ce mouvement englobe à présent l'Irlande, la Roumanie, la Croatie en tant que pays observateur, et la Slovénie, suite à une rencontre à Madrid le 30 janvier. Pour la première fois, la France a également exprimé son intérêt pour l'initiative et a suivi de près les travaux du comité technique du groupe.

Des accords similaires ont déjà été passés entre plusieurs pays européens, comme l'Autriche et le Benelux, qui ont signé l'accord Beneluxa en 2015.

"Les gouvernements s'organisent" contre les "prix déraisonnables"

Yannis Natsis, responsable à l'alliance européenne pour la santé publique (EPHA), se réjouit de l'adhésion au groupe de Ljubljana et Zagreb.

« Avec Beneluxa, la déclaration de La Valette et ce genre de projets, les gouvernements s'organisent. C'est leur réponse à la stratégie du 'diviser pour mieux régner' mise en place depuis des années par les entreprises pharmaceutiques et le résultat direct des prix déraisonnables demandés par les fabricants de médicaments », estime-t-il.

Pour lui, ces initiatives « prouveront leur potentiel hautement perturbateur » cette année.

L'objectif de la réunion de Madrid était de renouveler « l'accord politique » entre les pays participants et de procéder à la préparation technique des prochaines étapes afin d'évaluer et de négocier conjointement les prix des nouveaux médicaments qui arrivent en Europe.

L'industrie pharmaceutique exige la confidentialité sur les prix

D'après les informations recueillies par Euractiv, le groupe de la Déclaration de La Valette se concentrerait sur les nouveaux médicaments qui ne sont actuellement pas remboursés dans ces États membres.

« Si nous parlons réellement d'une Europe unique des citoyens et des droits sociaux, la Commission européenne devrait soutenir cette coopération volontaire sur la base du droit communautaire », a souligné le ministre grec de la Santé, Andreas Ksanthos.

L'industrie pharmaceutique ne s'oppose pas à la coopération régionale entre les pays de l'UE, mais exige que la confidentialité des prix nets négociés soit respectée.

___

CONTEXTE

En juin dernier, les responsables de la santé de l'UE ont pris quelques mesures pour faire face à la hausse du prix des médicaments, reconnaissant que, dans de nombreux cas, la logique de marché empêchait les patients d'avoir accès aux médicaments.

Les ministres se sont inquiétés du système actuel de fixation des prix, trop complexe, qui pourrait ne pas être équilibré et qui « ne favoriserait pas toujours le meilleur résultat possible pour les patients et la société ».

En outre, les États membres ont été encouragés à explorer des stratégies pour négocier conjointement les prix avec l'industrie pharmaceutique et à échanger des informations au cours de la phase précédant le lancement des négociations avec les fabricants de médicaments.

__

Par Sarantis Michalopoulos, Euractiv.com (traduit par Manon Flausch)

(Article publié le vendredi 2 février à 10:00)

___

Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union européenne sur Euractiv.fr

EURACTIV 2017 new logo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/02/2018 à 23:43 :
En Inde seuls les médicaments réellement innovants et efficaces sont protégés. Tous les autres sont reproductibles en génériques.
Résultat: un traitement contre l'hépatite C vendu 84 000 USD est disponible pour 900 USD en inde.

Autre piste: mettre sur pied une agence de recherche médicale pan-européenne de statut public, constituée de toutes les universités et centres de recherches, et chargée de trouver les médicaments et traitements. La fabrication pouvant être sous-traitée au privé mais les prix de vente en pharmacie étant fixés par la puissance publique sur la base de l'utilité et non plus de la rentabilité financière de l'entreprise.
a écrit le 02/02/2018 à 20:14 :
Les prix aux USA dépendent des états ou c'est uniforme ? Si c'est uniforme pourquoi en UE, le prix ne pourraient être identiques pour tous les pays, même si les populations ne sont pas en quantité égales. Y aurait moins de produit pour réduire le cholestérol en Crète qu'en France mais c'est un marché "unique"...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :