Melisana, un nouveau groupe pharmaceutique qui veut croître en relançant de vieilles marques

 |   |  453  mots
Melisana Pharma investira trois millions d'euros en 2017 dans ses trois sites de productions en France.
Melisana Pharma investira trois millions d'euros en 2017 dans ses trois sites de productions en France. (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Cette nouvelle société, qui regroupe cinq entités, mise sur la communication auprès des pharmaciens et des médecins pour relancer des marques comme Dermophil et Dermagor. Le groupe, qui attend 45 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, vise un doublement de ses ventes en cinq ans.

"Gagner en visibilité, afficher notre volonté de croissance." La création d'un nouveau groupe pharmaceutique en France, baptisé Melisana Pharma, a été annoncé mardi 15 novembre. La majorité du capital de la société est détenue par le groupe allemand Klosterfrau. Melisana Pharma a été créé suite à la fusion de cinq entités: Dermophil Indien, Hépatour, Melisana Sarl, 7Med et Gandhour. Ses activités vont de l'urologie à la gynécologie, en passant par la santé familiale. Le siège social du nouveau groupe est situé à Vincennes, et ce dernier détient trois sites de production. Les cinq entités n'avaient "pas de ligne stratégique ni de visibilité commune" auparavant, rappelle Jean Hantzsche, président du groupe fraîchement créé.

"Relancer les marques du patrimoine"

"Relancer les marques du patrimoine" est "la priorité" du groupe, explique Jean Hantzsche, président de Melisana Pharma. Parmi la centaine de produits dont Melisana Pharma dispose, il compte relancer à partir de 2017 deux marques phares mais "endormies" des entités réunies. A commencer par le Dermophil Indien (un stick à lèvre qui dispose d'un statut de médicament, après avoir obtenu une autorisation de mise sur le marché) et le Dermagor, un produit de beauté/dermatologie.

Pour ce faire, le groupe Melisana Pharma prépare de nouveaux packaging pour ces produits-là et va surtout lancer une grande campagne de communication. Le montant de cette dernière est tenu secret. Des spots publicitaires sont prévus (autorisés pour des médicaments non soumis à prescription médicale obligatoire et non remboursables par l'Assurance maladie), mais surtout un grand effort de communication avec une présence renforcée de délégués médicaux. Une stratégie qui diffère de celle des sociétés pharmaceutiques comme Sanofi et Servier, qui ont tendance à supprimer ces postes-là.

Ainsi, 32 délégués seront chargés de voir 11.000 pharmaciens sur le terrain. Concernant la médecine de ville, 42 employés de Misana Pharma sont attelés à la promotion de médicaments auprès des médecins. "On a désormais la présence nécessaire sur le terrain et les moyens de communiquer", explique le groupe. Melisana Pharma va également investir 3 millions d'euros en 2017 pour accroître ses capacités de productions de médicaments.

Peu d'investissements en R et D

Si le groupe prévoit le lancement de neuf nouveaux produits entre 2017 et 2019, ses dépenses R et D seront modestes comparées à celles de la plupart des groupes pharmaceutiques (plus de 10% en général). Elles grimperont à 1,5 million de d'euros, soit autour de 3,3% de son chiffre d'affaires (45 millions d'euros attendus cette année). Melisana Pharma projette un doublement de son chiffre d'affaires en cinq ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2016 à 9:34 :
L'idée est excellente, ne faisant que confirmer la financiarisation massive des laboratoires pharmaceutiques, à savoir ce que je dis depuis que je viens ici, mais dans cette espèce de zone de non droit autant ne pas être hypocrite.

Tant que les agissements des laboratoires pharmaceutiques ne seront pas contrôlés c'est un bon moyen de fonctionner et une bonne option d'investissement.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :