VIH : plus de la moitié des malades ont désormais accès à un traitement

 |   |  754  mots
En 2016, 2,4 personnes séropositives supplémentaires ont pu être mises sous traitement.
En 2016, 2,4 personnes séropositives supplémentaires ont pu être mises sous traitement. (Crédits : © Dadang Tri / Reuters)
Selon l'OMS, 53% des personnes séropositives avait accès à un une thérapie antirétrovirale en 2016. Outre l'action des associations, les laboratoires ont multiplié les partenariats avec les fabricants de génériques, seule stratégie tenable pour commercialiser leur traitement dans des pays à faible revenu, africains en particulier.

Jamais autant de personnes n'avaient reçu un traitement contre le VIH. Sur 36,7 millions de malades vivant avec le virus de l'immunodéficience humaine (VIH), 19,5 millions avaient accès à une thérapie antirétrovirale en 2016, rapporte l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ce vendredi. C'est la première année que plus de la moitié des patients touchés par cette maladie bénéficie des médicaments ad hoc. Rien qu'en 2016, 2,4 millions de personnes supplémentaires ont pu être mises sous traitement, rapporte l'Onusida. En Afrique, continent le plus touché, la diffusion des traitements pour les séropositifs a progressé, mais les taux de suivi différent selon s'il s'agit de l'Afrique de l'Ouest (35%) ou à l'Est et au Sud du continent (60%).

Cette tendance s'explique par une augmentation du nombre de diagnostics, avec une amélioration de la prise en charge des systèmes de santé. Mais aussi par des accords, comme ceux passés en 2015 entre l'Onusida et Roche pour baisser le prix des diagnostics dans les pays en voie de développement, où la prévalence du virus est forte notamment en Afrique. Plus largement, la stratégie des laboratoires pharmaceutiques leaders dans le VIH a dopé la disponibilité des traitements. Ces dernières années, ils ont passé de nombreux accords avec les « génériqueurs », leur donnant accès au brevet de leurs antirétroviraux.

BMS, l'un des principaux leaders dans ce domaine, a ainsi commencé à accorder des licences dès 2006 pour l'atazanavir en Inde et en Afrique du Sud. De nouveaux accords ont été scellés ensuite pour les pays en voie de développement. Puis le médicament a été licencié au Medecine Patent Pool en 2013, une organisation de santé publique soutenue par les Nations Unies, pour être diffusé dans 110 pays, dont une grande partie en voie de développement. Une politique également adoptée par ViiV, une coentreprise de GSK, Pfizer et Shionogi. Pour les pays à faibles PIB, et notamment en Afrique subsaharienne, ViiV a effectué des partenariats avec des « génériqueurs » et l'organisation Medicines Patent Pool pour son dolutegravir dans 121 pays au total, en juillet 2015.

Des appels d'offres sont effectués par les États, qui peuvent potentiellement faire baisser les prix proposés par les « génériqueurs » en concurrence. Ainsi, le Kenya est devenu le premier pays africain à en bénéficier en juin 2017. Le dolutegravir sera, dans un premier temps, disponible pour les personnes ne supportant pas les effets secondaires d'un autre traitement. Le coût d'une boîte de 30 pilules passe à 4 dollars, contre 25 à 50 dollars auparavant. L'Afrique voit le dolutegravir arriver sur son marché, trois ans après l'Europe et le feu vert de l'Agence européenne des médicaments en janvier 2014.

Gilead, qui a effectué les mêmes types de partenariats, estime qu'en 2011, deux millions de patients des pays du sud étaient traités avec des médicaments brevetés Gilead, contre dix millions en 2016.

"Tirer les leçons du passé"

"Nous avons essayé de tirer les leçons du passé. Les brevets sont indispensables, ils permettent de financer la recherche, mais ils ne doivent pas être une barrière à l'accès aux médicaments dans les pays à faible revenu", explique à La Tribune Michel Joly, président de Gilead France.

Ce dernier fait référence à un camouflet historique pour l'industrie pharmaceutique, survenu dans les années 1990. Sous la présidence de Nelson Mandela, l'Afrique du Sud avait "cassé" les brevets des laboratoires pharmaceutiques pour autoriser des « génériqueurs » à fabriquer des traitements contre le VIH, afin qu'ils soient commercialisés moins cher. L'industrie pharmaceutique avait lancé un procès contre l'État, l'accusant de porter atteinte à l'exclusivité sur leurs médicaments, puis avait dû y renoncer.

Les laboratoires préfèrent désormais essayer de contrôler le marché en acceptant de laisser des fabricants de génériques disposer de leurs brevets. Car s'ils tentent de maintenir l'exclusivité de leurs médicaments dans les pays en voie de développement, ces derniers pourraient faire fonctionner des licences obligatoires, un droit conféré à l'État d'utiliser le brevet sans l'accord du laboratoire détenteur en cas d'urgence sanitaire. Cela permet la fabrication de génériques moins chers que la molécule d'origine, en considérant leur importance vitale pour la santé publique. En outre, avec ces accords avec les « génériqueurs », un laboratoire comme Gilead évite la contrefaçon en demandant à ses partenaires « génériqueurs » "de produire des comprimés dans une couleur et une forme différente".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/01/2019 à 7:47 :
Je ne sais pas par où commencer parce que je suis submergé. Je n'ai jamais pensé que je serais guérie du virus VIH et des verrues génitales. Ces maladies ont affecté ma vie de nombreuses façons et j'ai tout perdu, y compris mon travail, dans la recherche de solutions à ces maladies. Je souhaite dire aux personnes vivant avec le virus du VIH et aux verrues génitales et à celles qui souffrent de diverses maladies de ne pas abandonner parce que je ne savais pas que je serais un jour guérie et que tout irait bien. Ma foi est revenue après avoir lu de ceux qui avaient été guéris après avoir consulté le Dr APAMA pour ses médicaments à base de plantes. J'ai été inquiète de contacter ce grand docteur sur DRAPAMAHERBALHEALINGCENTRE@GMAIL.COM. Il m'a fait espérer que je serais totalement guéri après le traitement, j'ai fait tout ce qu'il a demandé et m'a envoyé ses médicaments préparés avec les instructions pour l'utiliser à ma grande surprise. La troisième semaine, je remarquais de grands changements dans mon corps. système et les verrues totalement disparu bien que je ne croyais toujours pas jusqu'à ce que j'ai été confirmé les verrues VIH et génitales absolument négatives. S'il vous plaît, si vous vivez avec une maladie quelconque, je vous conseille d'écrire au Dr Apama pour ses médicaments, il est en fait un homme merveilleux et Godsent, il est gentil et très franc. Son adresse électronique est Drapamaherbalhealingcentre@gmail.com. Son Whatsapp est 2349072570496
voici mon email Afloyonah04@gmail.com.
a écrit le 24/07/2017 à 4:57 :
En epidemiologie, une maladie est considerre comme eradiquee des lors qu'il ne reste aucun foyer suceptible de redeclencher une epidemie. 50 % c'est loin du resultat espere.
Quelqu'un qui mene une sexualite a risque devrait etre conscient de cela, on en est loin.
a écrit le 23/07/2017 à 15:30 :
quelle stupidité monumentale : pour rétablir un système immunitaire efficace, il faut une alimentation de grande qualité elle seule apte à refaire un système immunitaire !!! mais il est vrai que trouver cette alimentation revient à trouver de l'or !!!!! aucun médicament ne remettra un système immunitaire en état !!!
a écrit le 21/07/2017 à 23:20 :
Une enquête de l'insee serait "utile" , qui a accès aux soins et qui n'a pas accès ?
Est ce que les toxicomanes sont ils exclus ?
Est ce que les pauvres(femmes, enfants, hommes SDF) sont ils exclus ?
a écrit le 21/07/2017 à 18:59 :
D'un autre, plus de dix-sept millions de malades n'y ont pas accès, à ce traitement.
Cherchez l'erreur dans un monde qui n'a jamais été aussi riche !
Cette absence de traitement ne vaut-elle pas, ici aussi, condamnation à mort des malades -non-traités- et génération concomitantes de plus de sept milliards d'êtres humains complices de ce que les générations futures qualifieront peut-être, un jour, de crime de masse ?
Réponse de le 23/07/2017 à 18:46 :
Vous avez écrit :
génération concomitantes de plus de sept milliards d'êtres humains complices de ce que les générations futures qualifieront peut-être, un jour, de crime de masse ?

Les générations futures ( quand la population terrestre sera de 14 milliards d'humains et plus ...) feront nettement plus de crimes de masse que nous !

Pour la simple et unique raison que l'eau , la nourriture , les matières premières ( avec les problèmes climatiques et de pollutions ) manqueront cruellement au 4/5 eme de la population ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :