Leclerc va pouvoir continuer à faire campagne contre le prix des médicaments

 |   |  231  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La cour d'appel de Colmar a infirmé un jugement de la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Colmar qui ordonnait au distributeur, le 21 janvier dernier, de cesser cette campagne publicitaire,

Les centres Leclerc peuvent continuer à faire campagne contre le prix des médicaments non remboursés et revendiquer le droit de les vendre dans leurs "espaces santé", estime la cour d'appel de Colmar.

Celle-ci a infirmé un jugement de la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Colmar qui ordonnait au distributeur, le 21 janvier dernier, de cesser cette campagne publicitaire, a rapporté Me Gilbert Parleani, avocat de Leclerc.

La cour d'appel s'est fondée sur le droit à la liberté d'expression qu'il avait plaidé devant elle, a-t-il précisé.

Saisi par plusieurs groupements de pharmaciens, le juge de première instance estimait que le message délivré par Leclerc était "trompeur" pour le consommateur et constitutif d'une concurrence déloyale vis-à-vis des officines de pharmacie.

La chaîne d'hypermarchés de Michel-Edouard Leclerc est déjà sortie victorieuse, en appel et en cassation, d'une précédente bataille engagée en 2008 par les pharmaciens contre une campagne qui présentait les médicaments comme des produits de luxe.

La législation française interdit toute vente de médicaments, remboursés ou non remboursés, hors des pharmacies.

Dans leur dernière campagne de publicité, les centres Leclerc dénonçaient un prix du médicament qui "peut varier du simple au triple" selon les pharmacies et revendiquaient le droit de les vendre dans leurs hypermarchés "à prix E. Leclerc".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/03/2010 à 14:19 :
Il est tout a fait reel que l'on trouve de tres grosses difference de prix sur un meme produit non remboursable mais tres courrant j'en ai deja fait la triste experience,donc maintenant j'achete mes non remboursables ,mes dentifrices, ma para dans une grande pharmacie qui pratique des prix discout,pour les autres reflechissez vite vous pouvez tres bien vous groupper pour vos achats afin d'avoir des prix tires,sinon vous allez droit a la cata....le client n'est pas pigeon,il n'est pas la pour vous payer la rutilante BM ou L'AUDI qui dort pas loin de l'officine
a écrit le 30/03/2010 à 13:35 :
le consommateur dont le pouvoir d'achat baisse aimerait pouvoir acheter
un médicament non remboursé au meilleur prix ! il est donc anormal
d'interdire la concurrence et de laisser le monopole aux pharmaciens qui fixent librement le prix du simple au triple du prix courant ! mais c'est quoi le prix "normal ?" à quoi sert Bruxelles ? après on parle de libéralisme ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :