La Poste lâche du lest en promettant 1.000 embauches

 |   |  373  mots
Copyright Reuters
La direction de La Poste a présenté jeudi dix mesures concrètes visant à améliorer le quotidien des salariés. Les syndicats exigeaient une « pause dans les réorganisations » comme préalable aux négociations dans le cadre d'un "Grand dialogue" lancé par le PDG Jean-Paul Bailly après le suicide des deux salariés.

La Poste lâche du lest. Elle vient de dévoiler « dix mesures concrètes » visant à améliorer le quotidien de ses salariés, avant la rédaction d?un rapport par Jean Kaspar, ancien secrétaire de la CFDT, prévue en septembre. Faute d'obtenir gain de cause sur un arrêt des réorganisations, qu'elles jugent à l'origine d'un mal-être à la Poste, les syndicats avaient tous claqué la porte, le 5 avril, lors de la réunion de « Grand dialogue » monté par Jean-Paul Bailly.

Jeudi 12 avril, la direction ne s'est pas engagée sur une échéance, mais a indiqué que les réorganisations seraient suspendues au delà de la fin du mois, le 30 avril, date initialement fixée, ont rapporté les syndicats à l'AFP. Parmi les dix mesures annoncées et à effet "immédiat", La Poste indique, sans plus de précisions, qu'"aucune nouvelle réorganisation n'est mise en oeuvre jusqu'à ce que le protocole de conduite du changement que La Poste souhaite partager avec les syndicats soit finalisé".

Un premier pas, selon le syndicat SUD

La Poste va aussi consacrer 20 millions d'euros à l'amélioration de la vie au travail. Elle promet 1.000 recrutements supplémentaires en 2012. Et elle s?engage à adopter un délai "d'au moins deux ans" entre deux réorganisations, contre 18 mois actuellement. Les syndicats ont déploré le caractère "unilatéral" des mesures et interprété de façons diverses les engagements de la direction.

"C'est un premier pas, mais largement insuffisant par rapport à la demande de l'ensemble des organisations syndicales ", a commenté Gaëlle Differ, reponsable SUD, deuxième syndicat à la Poste, dans des propos rapportés par l?AFP. Alain Barrault (CFDT), a évoqué de son côté une "petite brisure dans l'intersyndicale". Il a souligné que la pause dans les réorganisations avait été perçue comme une "avancée" par tous les syndicats, mais a relevé que la direction n'était pas allée "comme on le demande jusqu'à la fin de la commission Kaspar". FO a toutefois lui jugé les mesures présentées "insuffisantes". De son côté, la CFTC a estimé qu'une "position de blocage systématique serait mettre encore en attente et en danger les postières et postiers".
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2012 à 15:40 :
moi je dis c'est du grand n'importe quoi!!!!!!!!! les agents sont exténués fatigués....cassés.......mal payés!!! 1000.... emplois c'est à peine 7 agents du plus par départements!!! MÉTROPOLE, DOM-TOM ET TAAF.... tout services confondu.... non mais ont se moque de qui!!!! il en faudrait 50 par département au minimum!!les postiers ne veulent pas l?aumône!!!!! MAIS JUSTE FAIRE EFFICACEMENT LEUR BOULOT!!!!! au lieu de cela ils sont méprisés!!! mais surtout gérés à la base par des "chefaillonts" nommés par par des cadres incompétents.....et juste parce qu'ils sont dans le même type de "trips" malsains addictifs ou autres!!pppppfffffffff!!!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :