Travail de nuit : la CGT réclame à Monoprix près de dix millions d'euros

 |   |  390  mots
Sur les 17 magasins concernés par l'assignation, 12 sont aujourd'hui fermés la nuit et 5 restent ouverts suite à des accords conclus localement, fait valoir Monoprix. (Photo : Reuters)
Sur les 17 magasins concernés par l'assignation, 12 sont aujourd'hui fermés la nuit et 5 restent ouverts suite à des accords conclus localement, fait valoir Monoprix. (Photo : Reuters) (Crédits : DR)
Selon le syndicat, l'enseigne n'a pas appliqué dans les délais une précente décision de justice datant du 3 avril 2013. Il a donc demandé au tribunal de Nanterre de la condamner à une astreinte calculée par jour de retard dans chaque magasin.

9,65 millions d'euros : c'est le montant de l'astreinte réclamée par la CGT, devant le tribunal de Nanterre vendredi, de la part de l'enseigne Monoprix, qui selon le syndicat n'a pas respecté une décision de justice sur le travail de nuit. Le tribunal a mis son jugement en délibéré au 6 juin.

Une décision appliquée en dehors des délais, selon la CGT

Le 3 avril 2013, la Cour d'appel de Versailles avait confirmé l'invalidation d'un accord instaurant le travail de nuit, signé en 2006 par deux syndicats et auquel la CGT, syndicat majoritaire, s'était opposée.

Le tribunal interdisait notamment aux enseignes Monoprix (groupe Casino) concernées d'ouvrir après 21h00, sous "peine d'une astreinte de 5.000 euros par infraction constatée". Il accordait cependant un délai de quatre mois à Monoprix pour négocier un nouvel accord.

Mais selon la CGT, l'application de cette décision a été effectuée en dehors des délais. Le syndicat a donc  demandé une astreinte calculée par jour de retard constaté dans chaque magasin. L'avocat du syndicat, Me Benoit Pelletier, a plaidé à l'audience :

"La direction a clairement violé l'interdiction qui lui avait été faite par la Cour d'appel de Versailles de faire travailler des salariés de nuit en l'absence d'un accord collectif avec les syndicats".

1.500 salariés concernés

L'avocat de l'enseigne, Me Philippe Bouchez El Ghozi, a de son côté souligné que des accords avaient été conclus avant la date butoir du 30 août 2013 avec la CFDT, la CFTC et FO, mais que la CGT avait refusé de les signer, ce que Monoprix ne "pouvait supposer à l'avance".

Sur les 17 magasins concernés par l'assignation, 12 sont aujourd'hui fermés la nuit et 5 restent ouverts suite à des accords conclus localement, a-t-il fait valoir. L'avocat de Monoprix a insisté :

"Une direction soucieuse du dialogue social ne peut pas dire à 1.500 salariés que la majoration de 25% de leur salaire pour le travail de nuit va être supprimée du jour au lendemain et que l'on va être obligé de supprimer leur poste".

"Depuis plus de 30 ans, Monoprix a ouvert au-delà de 21h00, mais c'est seulement en février 2012 que la CGT saisit le tribunal sur des accords signés en 2006", s'est-il étonné.

Des arguments qui ne sont toutefois que "des menaces illusoires, du chantage à l'emploi", selon l'avocat de la CGT.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/05/2014 à 12:26 :
La CGT se fiche éperdument de l'emploi. Elle case tout sur son passage.
a écrit le 05/05/2014 à 12:01 :
Ce syndicat comme tous les autres d'ailleurs mais particulièrement cette CGT, ne s'intéresse pas du tout au bien être salarial des travailleurs mais seulement au nombre de procès qu'il peut engager , des dommages et intérêts financiers qu'il peut en recevoir car leur budget est tellement faible avec de moins en moins d'adhérents qu'il a trouvé ce moyen, avec les budgets de formation qu'il n'attribue pas aux salariés, de se faire du fric sur les bons sentiments sociaux balancés ici ou là.
Ces syndicats sont de plus en plus puants et jouent depuis des années contre les travailleurs avec un jusqu'au boutisme totalement débile et à leur seul profit. D'ailleurs, ils sont comme les politicars..... Ils restent en poste des années voir des décennies ! Ca paye le syndicalisme à son seul profit !
a écrit le 05/05/2014 à 9:05 :
pour defendre les travailleurs!!!!! mais qui n'hesite pas d'attaquer les patrons pour recuperer du fric on voit le resultat fermeture d'usine de magasins et donc des chomeurs en plus a indemnises la caisse etant sous surveillance de la cgt comme les soit disant centre de reconversion d'apprentissage qui permet subtilement de detourner des fondset ne pas aider lceux qui cherche vraiment un emploi
a écrit le 04/05/2014 à 15:51 :
J'espère que la justice va exiger de la CGT de justifier le montant du préjudice subi... parce que là, ca s'apparente plutôt à une tentative d'escroquerie, ou à minima une exploitation de la conditions de salariés ! Une amende, ca va à l'état et pas à un syndicat ! UN dédommagement, ca va à ceux qui subissent le préjudice et non à un tirs profiteurs de l'occasion pour s'enrichir !!! LA CGT parasite, ca semble se démontrer ici !!!
a écrit le 04/05/2014 à 14:28 :
Dite a la CGT de parcourir les rues de Los Angeles, San Francisco .... Ils verront des magasins ,des services ouvert 24/24 . Enfin libérer le travail , et laissez nous travailler !!!!
a écrit le 04/05/2014 à 12:47 :
Je ne voudrais pas être à la place de la nouvelle drh.
Tiendra t elle plus longtemps que l'ancienne drh?
a écrit le 04/05/2014 à 11:30 :
le rakette de la cgt et pouquoi il n'y a plus de syndicat dans les entreprises
celle fermer pour intransigence de ce syndicat
a écrit le 04/05/2014 à 11:15 :
La situation est caricaturale d'un droit social à 2 vitesses : D'un côté, les salariés CDI et leurs syndicats, dont les droits sont excessifs, et de l'autre, les chômeurs et retraités qui n'en ont quasiment pas ! Il est temps que ces injustices cessent...
a écrit le 04/05/2014 à 6:41 :
Marre de voir que ces gugus sont subventionnes par mes impots.
a écrit le 03/05/2014 à 19:32 :
qui a déjà participé à la faillite de plusieurs entreprises (cf le Port de Marseille) et qui se conduit comme une mafia. Le gouvernement devrait prendre cela très au sérieux et dissoudre ce syndicat qui ne fait en rien une politique pour le salarié mais une politique pour s'en mettre plein les poches (cf ce type d'action)
a écrit le 03/05/2014 à 10:36 :
Grâce à la CGT on aura quelques chômeurs supplémentaires qui pourront regarder la télé toute la nuit...
a écrit le 03/05/2014 à 4:10 :
les syndicats juste bon a vouloir s'engraisser sur le dos des entreprises en prétextant vouloir défendre les travailleurs ce qu'ils ont oublié de faire depuis longtemps eux qui ne représentent a l'heure actuel que 8% des travailleurs dont la plupart sont des fonctionnaires c'est a dire une minorité
a écrit le 02/05/2014 à 21:03 :
Si la justice était bien faite, elle pourrait décider d'une amende. Par contre, la CGT n'a RIEN à toucher dans la mesure ou elle n'a subit AUCUN préjudice en tant que personne morale !!! (éventuellement chaque salarié concerné, peut être...) !!!
Réponse de le 02/05/2014 à 21:31 :
La cgt demande l'application de l'astreinte financière. Il va de soi qu'elle ne touchera rien puisque ce ne sont pas des dommages et intérêts mais bien une amende.
Réponse de le 03/05/2014 à 14:21 :
non une astreinte n'est pas une amende, ce n'est pas du domaine fiscal, donc ce groupuscule anti travailleurs espère percevoir le fruit de son racket.
a écrit le 02/05/2014 à 20:59 :
Quand la CGT fait une grève perlée, les salariés ne perdent leur salaire qu'au prorata des heures non travaillées !
Donc dans le cas présent, si amende par jour de retard il doit y avoir, c'est au prorata des jours concernés,... c'est à dire seulement les dimanches !!
Réponse de le 02/05/2014 à 21:32 :
Les greves perlées sont interdites.
Réponse de le 02/05/2014 à 22:32 :
C'est une perle!
Réponse de le 04/05/2014 à 15:57 :
@ "sauf que" : ... alors comment s'appelle une grève sur un mois, avec cessation du travail tous les jours, 2h le matin et 2h le soir, comme un syndicat dans l'aerien en a déposé le préavis pour mai 2014 !?? cette "organisation" étant prévu pour contourner la loi Diard, et permettre de faire perdre le moins de salaire possible, tout en risquant de provoquer la ruine de la compagnie nationale par la désorganisation totale de la journée complète !!!
a écrit le 02/05/2014 à 20:43 :
Le travail de nuit et du dimanche est devenu pour les syndicats un véritable business qui remplit leurs caisses. Tant pis si l'on détruit des emplois. Pauvre France.
a écrit le 02/05/2014 à 20:28 :
Quand est ce que dans ce pays on va laisser bosser ceux qui veulent bosser???? C'est ahurissant de voir l'énergie des syndicats à lutter contre ceux qui créent de l'emploi....et contre ceux que en ont besoin!
a écrit le 02/05/2014 à 20:21 :
tout ça pour acheter des canettes de bière lors des défilés que la CGT organise (véridique, voir le nombre de gus canette à la main, visage viloacé, bavant à force de crier avec un bon coup dans le cigare en fin de défilé quand plus soif), ceci n'est pas anecdotique, regardez bien leurs défilés,
Réponse de le 03/05/2014 à 21:01 :
non c est pour acheter un nouveau chateau pour les gros pontes de la cgt

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :