JD.com, géant chinois de l'e-commerce, est enfin rentable

 |   |  517  mots
JD.com, géant chinois du commerce en ligne, a enregistré un chiffre d'affaires de 55,7 milliards de dollars en 2017 (+ 40,3% par rapport à 2016).
JD.com, géant chinois du commerce en ligne, a enregistré un chiffre d'affaires de 55,7 milliards de dollars en 2017 (+ 40,3% par rapport à 2016). (Crédits : Aly Song)
Pour la première fois en 20 ans d'existence, le détaillant chinois est rentable. JD.com a dégagé un résultat net de 18 millions de dollars en 2017. Mais son infrastructure logistique massive, sur laquelle l'entreprise a bâti sa réputation, pèse sur son activité.

Une première. JD.com, le géant chinois de la vente en ligne, a annoncé vendredi avoir clôturé sa première année entière de rentabilité lors de la publication de ses résultats annuels. En effet, il a dégagé un résultat net de 18 millions de dollars l'année dernière - contre une perte nette de 315,2 millions de dollars en 2016. Le rival d'Alibaba a enregistré un chiffre d'affaires de 55,7 milliards de dollars en 2017 (+ 40,3% par rapport à 2016). Il revendique 292,5 millions d'utilisateurs annuels actifs (+29,1% sur un an).

Le détaillant, qui fêtera ses 20 ans en juin, a lancé deux grands chantiers l'année dernière : le développement technologique et son internationalisation. Autant de projets qui pèsent sur son activité. Les investissements en technologie ont grimpé de 49,4% à 1 milliard de dollars. Plus qu'un site de ventes en ligne, "nous sommes une entreprise Tech", martelait Winston Cheng, président du développement international de JD.com, lors d'une rencontre fin janvier pour l'inauguration des bureaux parisiens. La firme a notamment lancé un partenariat avec l'université de Stanford en novembre dernier pour créer une unité de recherche sur le machine learning, le deep learning, la robotique ou encore la vision par ordinateur.

"En 2018, nous continuerons de prioriser les investissements dans la technologie, l'expérience utilisateur et l'expansion de l'écosystème JD pour apporter plus de valeur à nos clients et partenaires commerciaux", a justifié dans un communiqué de presse Sidney Huang, directeur financier de JD.com.

2018, année de l'expansion internationale

En parallèle, le rival d'Alibaba veut s'imposer sur la scène internationale. "2017 a été une année charnière pour rentrer en force sur le marché international", expliquait à Paris Winston Cheng, fin janvier. L'entreprise est présente aux États-Unis seulement depuis 2014 et elle s'est implantée en Indonésie il y a tout juste deux ans. Après l'ouverture d'une antenne à Paris il y a deux mois, le site de e-commerce est en train de finaliser l'ouverture de locaux à New York, Los Angeles, Tokyo, Melbourne, Londres, Milan ou encore en Allemagne... Pour se faire connaître, le détaillant a presque doublé son budget marketing en 2017, qui s'établit à 2,3 milliards de dollars (+46,9%).

Lire aussi : JD.com, le géant chinois du e-commerce à la conquête de l'Occident

JD.com a construit son entreprise grâce à un puissant réseau logistique. Contrairement à Alibaba, l'entreprise stocke dans ses propres entrepôts et assure elle-même la livraison des produits vendus sur ses plateformes. Fin 2017, JD.com possédait 486 entrepôts d'une superficie totale d'environ 10 millions de mètres carrés en Chine. Le coût de cette infrastructure - entrepôts, livraisons, service client, etc. - a bondi l'année dernière pour s'établir à 4 milliards de dollars (+39,4%).

Mi-février, le groupe avait annoncé lever 2,5 milliards de dollars de capitaux pour sa branche logistique. Cette levée de fonds devrait permettre, entre autres, de financer "des investissements supplémentaires dans l'automatisation (des entrepôts), les livraisons par drone et la robotique", avait commenté dans un communiqué de presse Richard Liu, PDG de JD.com.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :