Les hôteliers hostiles à un retour de l'école le samedi

 |   |  548  mots
Vue de Nice Copyright Reuters
Vue de Nice Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Face à la réintroduction de la semaine à cinq jours dans les écoles primaires, la branche hôtellerie saisonnière de l'Umih souhaite que la demi-journée supplémentaire soit le mercredi et pas le samedi. Face à ce sujet sensible des rythmes scolaires, Jean-Marc Ayrault promet la concertation.

Finis les week-ends en famille avec la réintroduction de l'école le samedi à la rentrée 2013? Les hôteliers le craignent. En rappelant jeudi cet engagement de campagne de François Hollande, le nouveau ministre de l'Education nationale Vincent Peillon s'est attiré les foudres des hôteliers. Ces derniers, dont la clientèle est surtout touristique, notamment les établissements saisonniers, sont opposés à la réintroduction de l'école le samedi, a expliqué à l'AFP Thierry Grégoire, le président de la branche hôtellerie saisonnière de l'Umih, principale organisation patronale du secteur. Plus précisément, l'organisation professionnelle n'est pas hostile au passage à quatre jours et demi de la semaine d'école mais souhaite que cette demi-journée soit fixée "le mercredi pour conserver un week-end complet en famille".

Le samedi à l'école incompatible avec les 35 heures?

Selon Thierry Grégoire, le retour à l'école le samedi matin "ne correspond plus à la volonté des Français qui ont, avec les 35 heures, les familles recomposées, un autre mode de vie". Alors qu'il prône une concertation sur le sujet, les hôteliers de montagne sont eux aussi sur le qui-vive. Leur revendication porte surtout sur le maintien d'un étalement des vacances de février sur quatre semaines. "Si on nous enlève ces quatre semaines pleines, on est foutus", a déclaré Claude Daumas, président de la Fagiht, la Fédération de l'industrie hôtelière touristique, qui compte 4.000 adhérents, essentiellement dans les massifs montagneux. "Ce sont ces quatre semaines qui permettent aux sports d'hiver d'être rentables", insiste-t-il. "A Noël, il y a souvent une bonne semaine sur les deux et pour les vacances de printemps, c'est plus aléatoire car elles sont souvent tard". Outre leur étalement sur quatre semaines, les vacances de février doivent démarrer dès samedi et non en milieu de semaine, sinon on perd des clients la première et la dernière semaine, précise-t-il.

Ayrault promet la concertation

Devant ce sujet très sensible, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a promis une "concertation sur les rythmes scolaires". Vincent Peillon "a eu raison de rappeler que c'était une priorité" mais "il y aura une concertation avec les enseignants, les parents d'élèves, les professionnels", a dit le nouveau locataire de Matignon. "A la fin de cette concertation, il y aura un arbitrage, je le prendrai", a-t-il ajouté.

La question du temps périscolaire

Interrogé par l'AFP, Sébastien Sihr du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, demande "un processus de discussion transparent, cadré par un calendrier". Selon lui, si les écoliers (qui ont aujourd'hui les journées les plus longues d'Europe) n'ont plus cours cinq heures par jour (contre six ou plus aujourd'hui) et finissent à 15H30, comme l'a préconisé en 2011 le comité de pilotage sur les rythmes scolaires, "la question cruciale de l'organisation du temps scolaire avec le temps périscolaire doit être débattue avec les collectivités locales". "Il ne faudrait pas que de mauvaises décisions génèrent de nouvelles inégalités, entre des communes riches et des communes moins bien dotées financièrement qui risquent de laisser sur le trottoir des enfants, notamment ceux issus des milieux défavorisés", a-t-il ajouté.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/05/2012 à 16:34 :
Et les enfants dans tout ca?....Jsuis con,on s'en tape d'avoir des illettrés,des momes fatigues,money,money,money!
a écrit le 22/05/2012 à 14:15 :
Depuis que je suis entré au service de l'Education Nationale en 1967 (et avant en tant qu'élève ou étudiant) j'ai vécu de multiples réformes du rythme scolaire. Mais toutes ces réformes ont toujours eu lieu en vertu d'impératifs n'ayant rien à voir avec les rythmes scolaires : un élève de primaire, de collège ou de lycée produit un travail inefficace si les séquences (=cours) sont trops longues. La vraie reflexion prenant en compte les élèves a été faite à plusieurs reprises par des médecin, mais les résultats ont toujours été superbement ignorés par les différents ministres de l'Education Nationale qui ont accordés plus de poids à des impératifs économiques, touristiques et financiers qu'à des impératifs d'éducation.
Alors lorsque j'entends les professionnels du tourisme se plaindre que le retour des classes le samedi leur porterait préjudice je me pose la question suivante : ces professionnels n'ont-ils aucun enfant en collège, au lycée ou à la fac où les cours ont lieu tous les jours du lundi 08.00 au samedi 12.00 ?
Ou sont-ils trop nombrilistes ?
Un retraité de l'Education Nationale depuis 2008
Réponse de le 25/05/2012 à 12:45 :
Le souci, ce n'est pas le nombrilisme. Le tourisme est la dernière "industrie" française. Si l'on supprime déjà un jour par semaine pour la clientèle potentielle, combien obtiendrons-nous de chômeurs supplémentaires ?

A moins que les parents partent quand même en week-end avec les enfants... Dans ce cas, augmenter le nombre de jours de classes pour que seule une partie des élèves en profitent, quel intérêt ?
a écrit le 21/05/2012 à 10:47 :
Les autres pays (Allemagne, suède, ...) sortent autant d'ingénieurs de qualité que la France et leurs sociétés ne souffrent pas plus que les françaises ..... par contre leurs enfants arrêtent les cours à 14h30 .... cherchez l'erreur !! Cette mesure est un NIVELLEMENT par le bas et notamment vis à vis des parents que l'on déresponsabilise puisque les devoirs seront fait à l'école. Faire des enfants avec l'unique idée que c'est à la société française de les éduquer est une CATASTROPHE !! Si on ne peut pas s'occuper des enfants, on n'en fait pas !!
a écrit le 21/05/2012 à 9:53 :
mais on faisait comment avant 2008 ?? l'école ce n'est pas aller à l'abattoir que diable !!! l'éducation des enfants c'est prioritaire avant même l'intérêt de tous ces mendiants, ils sont la France de demain (normalement...)
a écrit le 21/05/2012 à 9:46 :
Vous en connaissez, vous, des familles avec des enfants scolarisés, qui vont se faire un petit week-end à l'hotel-restaurant, hors vacances scolaires ? Autour de moi, non, alors que c'est un milieu plutôt aisé. Ou alors, exceptionnellement (fête de famille en province, par exemple). Et les devoirs, quand est-ce qu'on les fait ? Bref, j'aimerais bien que ce syndicat hôtelier apporte quelques chiffres pertinents...
a écrit le 21/05/2012 à 8:51 :
L'éducation nationale, voilà un domaine ou il y a eu le plus de réformes en trente ans, voila un domaine avec un budget abyssal et malgré tout cela la majorité des gamins arrivent au bac avec des lacunes que ma grand-mère n'avait pas en n'ayant eu que son certificat d'études. Quand dans ce pays va-t-on faire en sorte que c'est la formation et l'éducation de nos enfants qui est prioritaire de façon à leur donner un bagage qui leur permettra d'aborder l'avenir sereinement. Cessons d"écouter les faiseurs de rêves au rabais (profs, parents, politiques, lobies) et avant de réformer inspirons-nous au moins de ce qui fonctionne bien chez nos voisins et SVP arrêtons d'inventer le fil à couper le beurre et de réformer tous les cinq minutes en pensant que nous sommes les meilleurs et que nous seuls détenons la vérité.
a écrit le 20/05/2012 à 22:10 :
Tout le monde est hostile à l'école le samedi !!! pourquoi la semaine de 5 jours des écoliers ne serait elle pas en phase avec la semaine de 5 jours des travailleurs que sont souvent leur parents ??
Réponse de le 21/05/2012 à 0:55 :
@ahbon: oué, même qu'on devrait les envoyer au fonds de la mine dès leur plus jeune âge. On faisait bien ça dans le temps :-)
Réponse de le 21/05/2012 à 8:29 :
Patrick ... je parles juste de période de travail ... c'est quand même plus pratique si celle des enfants et des parents est synchrone ... Mais c'est vrai les français aiment quand c'est compliqué ...
a écrit le 20/05/2012 à 20:33 :
Non mais de quoi ils se mèlent ceux là ? On sacrifierait la formation des enfants pour améliorer les bénéfices de hoteliers ? Et quoi encore ???? C'est vraiment ridicule.
Réponse de le 21/05/2012 à 12:41 :
tout à fait d'accord avec vous;
la priorité est à l'éducation des enfants qu'on leur donne les moyens de le faire en dehors de tout calcul politicien ou arguments financiers
a écrit le 20/05/2012 à 13:49 :
"secteur du tourisme :excédent de 12,8 milliards d?euros en 2007. Les entreprises touristiques (plus de 230 000), emploient plus de 900 000 personnes. Le tourisme est l?un des premiers secteurs créateurs d?emplois depuis 2004." (source INSEE)
à tous ceux qui traitent des entrepreneurs de 'Racailles', je leur conseille de se souvenir de ces quelques réalités économiques : maintenant, vous pouvez continuer à souhaiter la fermeture de ce pan entier de notre économie, mais il ne faudra pas ensuite être surpris de l'explosion du chômage, et de l'effondrement de notre balance des paiements avec toutes les conséquences induites !!!
Réponse de le 20/05/2012 à 20:34 :
Vous croyez vraiment que ce sont les français qui font l'excédent budgétaire ? Mais vous ne comprenez vraiment rien : ce sont par définition les dépenses des étrangers !!! Vous êtes complètement hors sujet mon vieux, commencez par réfléchir avant d'écrire n'importe quoi.
Réponse de le 21/05/2012 à 3:19 :
@??? :
consommation touristique en France : 108,1 milliards d?euros
touristes français 55,5 % - touristes étrangers 35 % (source ministère du tourisme)
ces chiffres se passent de commentaire !
et si les français ne faisaient pas l'excédent, il faut bien la part des français pour que les étrangers puissent faire un excédent ...
Révisez vos chiffres et votre logique "avant d'écrire VRAIMENT n'importe quoi !"
a écrit le 20/05/2012 à 5:52 :
brave français vous allez travailler 5 jours enfants et parents que vont devenir les 35 heures j'adore le socialisme français.
a écrit le 19/05/2012 à 22:42 :
Et si on demandait fortement aux parents de coucher leurs enfants du primaire à 21 H !
a écrit le 19/05/2012 à 20:14 :
Ce n'est quand même pas la racaille UMP des hôteliers, restaurateurs, gargotiers et petits commerçants Sarkozystes qui va faire la loi désormais! La belle vie, c'est fini maintenant!
Réponse de le 20/05/2012 à 13:52 :
vous avez raison : c'est pas 900.000 emplois qui vont nous faire réfléchir ! y a qu'à tous les faire fermer. Des emplois, on en a tant qu'on veut, alors !! et même l'excédent de plus de 12 milliards d'euro, on s'en fout : des excédent, on en a plein, alors....
Réponse de le 20/05/2012 à 13:52 :
vous avez raison : c'est pas 900.000 emplois qui vont nous faire réfléchir ! y a qu'à tous les faire fermer. Des emplois, on en a tant qu'on veut, alors !! et même l'excédent de plus de 12 milliards d'euro, on s'en fout : des excédent, on en a plein, alors....
Réponse de le 20/05/2012 à 20:37 :
On ne va quand même pas commencer à faire des coix aussi importants que l'éducation uniquement pour faire plaisir à tel ou tel lobb. Faire cela, c'est faire une croix sur toute cohérence politique, c'est aller au suicide. IL faut le courage de prendre les décisions importantes malgré les réclamations de tous ces mendiants. Courage, messieurs les ministres, ne vous laissez pas intimider par tous ces bonimenteurs.
Réponse de le 21/05/2012 à 3:20 :
uniquement : non ! mais la moindre des choses quand on parle de concertation, c'est de demander l'avis de tous ceux qui sont impliqués !
a écrit le 19/05/2012 à 18:14 :
dans cette affaire,il s'agit de l'intérêt des enfants et non de celui des hôteliers ou des enseignants ...... à croire que les intérêts privés et économiques ou ludiques de quelques-uns va primer encore une fois l'épanouissement des enfants , de tous les enfants y compris ceux des classes modestes qui ne voient jamais les hôteliers parce que eux ne partent jamais en vacances.
l'existence de cet article montre le délabrement moral de notre société !!!
Réponse de le 20/05/2012 à 13:56 :
@egoismes : s'interesser à l'économie de la France n'est pas forcément synonyme de désintérêt pour les enfants : simplement, il y a des réalités à prendre en considération : budgétaire, organisation, ...
effectivement,comme le suggère mimosa, le mercredi matin gênerait moins le monde économique...
Quand aux vacnces scolaires, un étalement par zone ne gêne en rien les enfants, et ça arrange l'hôtellerie : mais peut-être qu'il y a d'autres considérations qui entrent en jeu pour que ce ne soit pas fait correctement...
Réponse de le 20/05/2012 à 18:58 :
cela fait 30 ans que dans ce pays on sacrifie les intérêts des enfants et surtout des enfants les plus modestes pour les intérêts des professionnels du tourisme et des parents . ça suffit, avec ce système , qui morfle le plus ?, les enfants des couches populaires.
Que les gosses de riches continuent à partir en vacances !!!, leurs parents ont les moyens de leur payer des cours individuels, mais ce qu'il faut, c'est que les autres enfants bénéficient d'un encadrement plus important , au lieu de passer leur temps libre devant la TV;
Réponse de le 20/05/2012 à 22:12 :
mimosa , je te soutiens !!!
Réponse de le 21/05/2012 à 3:22 :
parce que s'ils vont à l'école le samedi matin, les enfants ne regarderons plus la TV le samedi ap-midi !!??? Les hoteliers ont vraiment un pouvoir inimaginable sur le système éducatif, même eux ne s'en doutent pas !!? LOL
a écrit le 19/05/2012 à 14:19 :
Si les hôteliers avaient travaillé à l'école lorsqu'ils étaient jeune, ils ne seraient pas là.
Réponse de le 20/05/2012 à 19:00 :
je ne vois pas en quoi être hôtelier serait une infamie, y'a pas que l'école et les diplômes classiques pour réussir dans la vie !!!! ce que tu dis montre ton manque d'ouverture d'esprit , est-il dû à trop ,,, ou à pas assez d'école ????
a écrit le 19/05/2012 à 10:15 :
de quoi se mêlent ils où est la priorité l'éducation des enfants ou le "partir en week en" en ce qui me concerne le choix est fait l'éducation de mes enfants EST la priorité absolue. de toute façon il est des secteurs comme l'hôtellerie, le commerce, l'agriculture ou la pêche quoi que l'on fasse pour eux ILS NE SONT JAMAIS CONTEND
Réponse de le 20/05/2012 à 13:59 :
@sfrederic13 : "ils ne sont jamais content"... quand on déstabilise le monde économique sans leur demander leur avis, ils ont des raisons de se plaindre non ?!
a écrit le 19/05/2012 à 9:43 :
Que faut il privilégier... Le bien être de nos enfants ou le chiffre d'affaire des hoteliers??? voila la vrai question
Réponse de le 20/05/2012 à 14:01 :
vous est -il arrivé de penser qu'on peut chercher aussi à concilier les 2 : le choix n'est pas entre "sauver nos chers bambins" et "sauver 900.000 emplois" !
Réponse de le 20/05/2012 à 20:39 :
C'est au monde ééconomique de s'adapter à la scolarité, qui est une priorité absolue pour l'avenir de notre pays, et non pas l'inverse. Sacrifier l'enseignement pour faire plaisir à un lobby est suicidaire.
Réponse de le 21/05/2012 à 3:24 :
chez vous , tout est blanc ou noir : pas de réflexion possible... c'est votre vision de la démocratie ??
a écrit le 18/05/2012 à 23:54 :
l'église va également s'en mêler comme d'habitude et ne voudra pas se laisser prendre le mercredi matin. les enfants iront donc à l'école le samedi matin ( en espérant que l'on ne donnera pas de dérogation ici et là) et les vacances intermédiaires ne seront pas raccourcies à cause des hôteliers. retour à la case départ. c'est hautement normal. ET PUIS les routes seront moins encombrées le week- end.Il y aura moins de frais d'essence , moins d'accidents et plus de pouvoir d'achat.....la vie normale pour tous et ça ne coûte rien, sauf aux enfants .
a écrit le 18/05/2012 à 23:35 :
Foutez la paix aux enfants. De toute manière le monde tel qu'on le connait aujourd'hui - travailleur salarié/pousseur de caddy - est appelé à disparaître. Alors qu'on leur apprenne plutôt à affronter le monde de demain plutôt que de leur bourrer le crâne 40H00 par semaine de faux savoir, tout aussi inutile qu'orienté, bref qu'on leur apprenne avant tout à être demmerdard (et épanoui aussi tant qu'à faire). Et qu'on les laisse, eux, et leurs parents, dormir pépère le samedi matin.
a écrit le 18/05/2012 à 22:34 :
Ca fait drole de voir l'hotellerie restauration defendre les acquis des 35 heures, alors qu'ils sont les derniers à les appliquer ...
a écrit le 18/05/2012 à 20:38 :
C'est à chaque école de déterminer le temps de scolarisation hebdomadaire et annuel puis aux parents de choisir l'école qu'ils souhaitent pour leurs enfants en fonction de ce critère parmi d'autres. Pour quelle raison le temps scolaire devrait-il être déterminé par l'Etat ? Le rôle de l'Etat doit être limité à l'appréciation des résultats conduisant à un agrément ou une fermeture des écoles en fonction de ces résultats.
Réponse de le 20/05/2012 à 20:40 :
EGALITE est un des trois mots de notre devise; la connaissez vous ?
a écrit le 18/05/2012 à 19:28 :
Comme d'habitude on crie haro sur le baudet concernant l'industrie de l'hotellerie restauration alors que le choix du samedi est en majorité pour permettre aux chères petites tetes blondes qui ne sont pas dans le privé d'aller au catechisme le mercredi matin.
Moi je n'ai pas envoyé mes filles au caté et ca me gonfle cette fausse raison, d'autant plus qu'en période de crise il serait plus judicieux de penser à la relance économique plutot qu'a la pseudo philo du catéchisme.
Ras le bol de l'ingérence de la religion dans cet état laic. Et ce sont des socialistes qui servent la soupe à l'église....
a écrit le 18/05/2012 à 19:09 :
mais de quoi se mêlent ils ? pour une fois que nous avons un vrai gouvernement qui prend dès le troisième jour enfin LA décision que tous les Français attendaient depuis si longtemps, celle de la semaine des 4 ou des 5 jours à l'école. Comment le monde ne peut il pas nous envier un tel gouvernement, un tel président qui prend à bras le corps les grands problèmes de la France et avec ça, vous pensez qu'il ne va pas faire céder la chancelière Allemande ? Quand on me demande si je suis Français, je réponds désormais: non Belge. Moi le ridicule m'a toujours fait mal.
a écrit le 18/05/2012 à 18:08 :
Mais on leur demande pas leur avis aux hôteliers !!!!!
Il s'agit de l'éducation de nos chères tètes blondes.
C'est n'importe quoi !!!! Peillon doit réagir , Hollande taper du poing
a écrit le 18/05/2012 à 17:18 :
les petits français sont sacrifiés pour que les hôteliers fassent leur beurre ET QUEL BEURRE !!!!!. voyons donc les décisions EXEMPLAIRES que l'on nous fait miroiter . je parie 10 contre 1 que les hôteliers obtiendront ce qu'ils veulent.....
a écrit le 18/05/2012 à 16:39 :
Parle-t-on de l'éducation des enfants ou des profits des hôteliers-restaurateurs ??? Si on mettait le président de la chambre de l'hôtellerie ministre de l'éducation, il pourrait fermer toutes les classes pour que son secteur gagne plus, non :-)
a écrit le 18/05/2012 à 16:28 :
les hoteliers ont reçu le beau cadeau tva,les tickets restaurant ,avec la tva sociale sarko ils auraient en plus bénéficié de la baisse des charges je pense que cela commence à bien faire il est temps de savoir les recadrer
Réponse de le 20/05/2012 à 20:43 :
Injustice ? La vraie injustice c'est que les prix n'ont pas baissé après la baisse de TVA, les français ont été volés par les restaurateurs dans cette histoire.
a écrit le 18/05/2012 à 16:05 :
qu'on mette la matinée du samedi le mercredi matin ! de toutes façons les enfants dont la mère travaille vont à la garderie le mercredi et se lèvent aussi tôt ! le mercredi après midi serait pour les activités de nature et sport - on garde ainsi le samedi libre et on ne raccourcit pas les vacances d'été au grand dam des hôteliers aussi et plus d'étalement de vacances possible alors ..
a écrit le 18/05/2012 à 15:47 :
L'école le samedi est une stupidité. Pour une utilisation de cette 1/2 journée le coût est exorbitant. Il faut au contraire habituer les enfant à un rythme normal de travail et de loisir comme les adultes. Pour cela le site physique de l'école doit devenir celui d'un bâtiment d'usage de préférence privé que l'on peut louer ou occuper pour d'autres activités et y compris pour les loisirs ou l'éducation sportive privée de nos bambins. Cet enfermement sur soi des professeurs qui s'approprient un lieu est des plus malsain. Une belle réforme devrait bousculer tout cela et aérer l'école.
a écrit le 18/05/2012 à 15:45 :
Que viennent faire les hôteliers là dedans ? Faudrait aussi les écouter pour mettre tout le monde à la retraite à 55 ans et doubler les retraites et la durée des vacances pour qu'ils puissent faire marcher leurs affaires ? La priorité à l'éducation de la jeunesse et à lui donner ses chances pour l'avenir. Si le nécessaire est fait, alors il y aura des gens qui iront à l'hôtel. Il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs !
Réponse de le 20/05/2012 à 20:45 :
Les secteurs non délocalisables ne sont pas ceux pour lesquels l'état doit faire des efforts, vu que de toutes façons ils ne peuvent pas partir. Il faut mieux faire des efforts pour garder en France les secteurs délocalisables; les autres s'adapteront car ils n'ont pas le choix.
a écrit le 18/05/2012 à 15:12 :
c'est au pied du mur que nous verrons le maçon .j'espére qu'il sera meilleur que les predécesseurs qui ont seulement amené du fric pour calmer les syndicats
a écrit le 18/05/2012 à 14:57 :
Ce n'est pas une priorité. La priorité c'est d'aider les élèves en difficulté ! Utilisons plutôt ces heures pour aider ceux qui en ont besoin, ça serait bien plus utile pour tout le monde et le coût serait le même pour l'Etat.
a écrit le 18/05/2012 à 14:57 :
en FRANCE les loisirs d abord ....le reste est ????
a écrit le 18/05/2012 à 14:40 :
Je ne peux pas comprendre que le tourisme , les transporteurs, les commerçants ( qui ont eux aussi des enfants ) puissent s'opposer aux rythmes scolaires des enfants.
Il faut savoir ce qu'on veut.
Ou les journées sont mal fichues et on change ce qui est nécessaire pour les transformer ou on laisse tout en l'état mais il ne faudra pas se plaindre...
a écrit le 18/05/2012 à 14:20 :
Aujourd'hui les hoteliers,demain une autre catégorie etc.... La mission des pouvoirs publics : politiques et administrations est de défendre l'intéret général ,dans le cas présent celui des élèves et non les interets particuliers des uns et des autres : enseignants,parents, hoteliers et qui plus ?
Réponse de le 20/05/2012 à 20:47 :
L'intérèt général prime sur l'intérêt particulier des lobbys, vous avez parfaitement résumé le problème et tranché le débat.
a écrit le 18/05/2012 à 14:19 :
Comme d'habitude, tout le monde est pour la réforme du moment qu'on ne change rien !
Où l'on se rend compte que quand on dit réforme scolaire il ne s'agit pas du tout de l'éducation des enfants dont tout le monde se moque mais de la garderie, du week end , des vacances des familles et des desiderata des hôteliers, des stations de ski, des responsables de la circulation et des professeurs.
Ca fait quarante que ça dure et qu'on fait passer les intérêts de tout le monde avant ceux des enfants, normal , ils ne votent pas.................
Bienvenue au club Mr Peillon !
a écrit le 18/05/2012 à 13:49 :
Je suis expatrié en Allemagne. Vu d'ici je trouve que le systeme scolaire francais est excellent. Il ne faut donc pas tout casser. Toute réforme doit impérativement etre menée avec un phase pilote afin d'en évaluer les effets.
Par ailleurs aussi bon soit notre systeme un défaut terrible plane : le niveau général en anglais de la population francaise: comment faire face à des clients étranger sans avoir un minimum de compétence dans cette langue. Le redressement de nos comptes cher a nios politique dépend des exportations ou nous sommes NULS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :