Hostile à la dîme écologique de Bruxelles sur les avions, Pékin menace Airbus

 |   |  317  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
La Chine menace Airbus de représailles si Bruxelles confirme sa volonté de faire payer des droits à polluer à toutes les compagnies étrangères dépassant un certain quota d'émissions de CO2.

Le 1er janvier 2012, les 4000 compagnies aériennes qui dessservent les aéroports de l'Union Européenne devront soit réduire leurs émissions de gaz à effet de serre, soit s'acquitter de droits à polluer. Bruxcelles compte en effet intégrer dès l'an prochain le transport aérien dans le système d'échanges de quotas européens, baptisé EMS (Emissions Trading Scheme). Or la Chine ne l'entend pas de cette oreille. Pékin a d'ores et déjà fait savoir que si cette ponction financière devait concerner ses compagnies, Airbus en pâtirait.

C'est en tout cas ce que révèle un diplomate qui suit ce dossier interrogé par l'agence Reuters : "Il y a eu une réunion avec des responsables chinois il y a environ deux semaines et ils nous ont clairement dit que si nos plans étaient maintenus, il y aurait des conséquences pour Airbus" assure-t-il. Une autre source estime que ce sont les compagnies européennes qui risquent d'être les premières pénalisées, sans pour autant exclure que le constructeur aéronautique européen le soit par la suite.

On ne sait donc pas précisément quelle forme prendraient réellement ces mesures de rétorsion. En revanche, les autorités chinoises ont déjà évalué ce que pourrait coûter à leurs compagnies, la nouvelle réglementation européenne : 800 millions de yuan, soit 87 millions d'euros, pour la seule première année.

Selon le diplomate interrogé par Reuters, Paris, Berlin et Londres recherchent activement une solution. Se refusant à toute réaction officielle à ces menaces qui ne le sont, elles non plus pas encore, un porte-parole de la Commission européenne a néanmoins indiqué à l'agence de presse que l'exécutif communautaire évaluerait le système chinois visant à réduire les émissions polluantes afin de déterminer s'il est suffisant pour exempter les compagnies chinoises du système ETS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/05/2011 à 21:08 :
Ben, je comprends bien l'état d'âme des Chinois. Vous avez pollué pendant des décennies et maintenant vous voulez nous empêcher de nous développer et de rattraper notre retard en nous imposant une taxe carbone !!! Allez-vous nous payer pour toute la pollution que vous nous avez fait subir depuis si longtemps ???
Réponse de le 23/05/2011 à 14:12 :
L'erreur est humaine, persévérer dans l'erreur est diabolique. Laissons les polluer tranquillement tout en piquant les technologies gratos. Pas de soucis. Comme d'hab l'Europe va se mettre une balle dans le pied en taxant toutes les autres compagnies sauf les chinoises. La bonne blague.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :