Boeing : vers une commande géante de 200 B737 de Ryanair

 |   |  431  mots
Le patron de Ryanair, Michael O'Leary Copyright Reuters
Le patron de Ryanair, Michael O'Leary Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
La compagnie irlandaise à bas coûts aurait passé une commande pouvant atteindre 200 appareils auprès de Boeing, d'une valeur de 18 milliards de dollars au prix catalogue.

Une bonne nouvelle pour Boeing en pleine tourmente en raison des déboires du 787... mais à condition qu'elle soit confirmée en fin de semaine. La compagnie irlandaise à bas coûts Ryanair a passé une commande pouvant atteindre 200 appareils auprès de l'avionneur américain, un contrat d'une valeur de 18 milliards de dollars au prix catalogue, a annoncé dans son édition de mardi le "Irish Independent". Ce contrat géant devrait être annoncé dimanche à la Maison blanche lors d'une visite du Taoiseach (Premier ministre) irlandais, Enda Kenny, au président américain Barack Obama. Ces nouveaux appareils serviront à remplacer certains Boeing 737 vieillissants de la flotte actuelle de Ryanair mais aussi à étendre son réseau, selon le journal. Dans la gamme de moyen courrier, Boeing dispose de 737 et de 737 Max, sa future version remotorisée. "Ryanair ne commente pas et ne se livre pas à des spéculations ou des rumeurs", a réagi un porte-parole de la compagnie aérienne, interrogé par l'AFP.

"D'ici 5 à 7 ans, nous projetons de commander 200 nouveaux avions", avait déclaré mi-janvier à La Tribune le directeur général de la compagnie low-cost irlandaise, Michael O'Leary. Présente dans 57 bases en Europe, 176 aéroports et 28 pays, la compagnie low-cost irlandaise (79 millions de passagers) exploite aujourd'hui une flotte de 305 avions. Elle était alors en discussions avancées avec l'américain Boeing et en pourparlers avec le chinois Comac. La compagnie a besoin d'avions pour atteindre son objectif de 120 millions de passagers d'ici à 2022. Michael O'Leary ne s'était pas privé d'une pique en direction du constructeur européen Airbus : "le seul constructeur avec lequel nous ne discuterons pas, c'est Airbus !". Pourquoi ? "Parce qu'ils croulent sous les commandes et qu'ils n'ont pas besoin de nous. Airbus n'a pas besoin de nos commandes. Ils peuvent se permettre de proposer des prix élevés. Ils n'ont pas assez faim !" Airbus a toujours indiqué qu'il ne souhaitait pas vendre à pertes.

Airbus vise la vente d'au moins 200 A320 en 2013

Airbus compte vendre cette année au moins 200 avions A320 de la génération actuelle et le total pourrait même atteindre 300, a déclaré lundi le directeur commercial de l'avioneur européen, John Leahy. Dans un entretien à Reuters, il a accusé Boeing de pratiquer une politique de prix "agressive" sur le principal segment des avions de ligne, où les deux constructeurs se disputent un marché estimé à 2.000 milliards de dollars (1.500 milliards d'euros) sur les 20 prochaines années. Un haut responsable de Boeing avait récemment déclaré à la communauté d'analystes que les prix se stabilisaient grâce à l'arrivée sur le marché de nouvelles versions des monocouloirs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2013 à 13:09 :
Il me semble que la flotte de Ryanair est exclusivement composée de B737 NG. Aussi, il donc normal pour les raisons d'uniformité des pilotes et de gestion de stock de pièces que Ryanair choisse Boeing. De plus, sur ces avions moyens courriers de nouvelle génération, NEO et MAX, Airbus a un carnet de commande plus garni que Boeing donc, des slots de livraison plus difficile à trouver. Cela pousse donc les clients voulant avoir ces appareils à s'adresser à Boeing.

Pas de nationalisme sur cette gamme d'avion car, au final, le NEO et le MAX seront très proches en terme de performances vu que la clé de ces avions vient éssentiellement des motoristes. Si la fiert du NEO vient de ses Sharklets, je dois refoidir les nationalistes que ces ailes Winglets existent déjà sur les B737NG. On pourra philosopher longtemps sur la forme des sharklets ou des Winglets mais, au final, les performnaces des B737 et A320/A321 actuels sont assez proches.
Prospective
Là où j'attends Airbus c'est sur le segment des longs courriers où le B777-300ER est seul sur le marché et fait le lait et le miel de Boeing. Si le B787 venait à fixer ses soucis de battérie, la mort de l'A330 serait donc programmée dans les 4ans à venir. Aussi, la pression est sur Airbus qui doit affronter Boeing sur deux fronts: B787 Vs A350-800/900 et le B777-300ER Vs A350-1000. Avec la venue prochaine des B777-8X/9X, le programme A350-1000 risque de repasser par la table à dessin.

De Toulouse.
a écrit le 13/03/2013 à 14:23 :
L'Irlande aura bien profité de l'UE et de ses subvention, mais ouvertement les Irlandais et leurs entreprises préfèrent ne pas favoriser l'emploi en Europe, ce qui était entendu avec l'élargissement de l'UE.........cherchez aussi l'erreur et la morale...
a écrit le 12/03/2013 à 15:38 :
Le pré carré de RyanAir est l'Ue , compte tenu de la conjoncture...est-ce le bon moment? . Thomas-Cook,lui
réduit la voilure à quel titre.....
a écrit le 12/03/2013 à 14:26 :
S'ajoute une Irlande où la fiscalité est calculée selon un mode spéculatif et le recyclage des actifs financiers dollars.
a écrit le 12/03/2013 à 14:24 :
Enders aurait pu chercher à établir une relation commerciale avec O'Leary d'autant plus nécessaire que RyanAir vit du marché européen. Il ne faut cependant rien attendre de la gestion Enders qui détériore la relation avec nos gouvernements, divise Allemands et Français dans d'éternelles restructurations, désorganise la production en permanence, délocalise aux Etats-Unis où il fait de somptueuses dépenses d'image et distribue de gros dividendes aux actionnaires du complexe militaro-industriel US à la tête maintenant d'EADS. Il est beaucoup plus facile de se plaindre d?un euro « trop fort » au lieu de s'adapter comme le font d'autres entreprises et de consulter nos gouvernements par rapport au dumping monétaire déloyal de la Fed.
a écrit le 12/03/2013 à 12:56 :
Les bénéfices de ryanair correspondent environ aux subventions versées par les collectivités locales des endroits où ses avions se posent. Et c'est pas aux US ...
Ils auraient pu prendre quelques airbus !!!
Réponse de le 12/03/2013 à 15:56 :
Tout à fait d'accord, en achetant non européen, il crache sur les contribuables qui lui permettent pourtant de (bien) vivre.
Réponse de le 12/03/2013 à 18:32 :
Globalement, l'Irlande se moque bien de l'UE. Elle a profité pendant des années des aides de l'UE pour se développer après son intégration en 1973, elle a bien profité de l'aide de la BCE en 2010, mais elle se fout bien de nous quand on lui demande d'arrêter son dumping fiscal (ce qui lui permet d'attirer tranquillement tous les IDE pour des prestations de service à direction de l'UE...). L'ascenseur ne semble vraiment fonctionner que dans un sens pour certains pays...
a écrit le 12/03/2013 à 12:44 :
Prix catalogue....j ai mes doutes...O'Leary n est pas un enfant de choeur....et puis en France on lui a tellement cherche des poux dans la tete pour faire plaisir aux syndicats de Air France que....
Réponse de le 12/03/2013 à 13:12 :
Rassurez vous, votre "pas un enfant de choeur" (NB il y a aussi des enfants de ...) n'en n'a pas fini avec les européens; il semblerait même que jusqu'à présent, ç'ait été de l'enfantillage...
a écrit le 12/03/2013 à 11:20 :
Et dire que le Boeing 787 ...est dans la tourmante ,comme le rapporte ce journaleux...à cause d'une batterie Made In France...(Talés...)
Réponse de le 12/03/2013 à 13:50 :
@Mike
Desole mais la batterie du 787 est japonaise par contre le coeur elec est d'origine Thales...
Réponse de le 12/03/2013 à 14:37 :
ah bon? Vous en savez des choses. Thales est responsable de la liaison de la batterie à l'avion, et pas de la batterie elle même... Je ne dis pas que Thales n'a aucune chance d'être en cause dans ces incidents, je dis que j'en sais sait rien, et vous non plus...
Pour info, la batterie elle même (qui marche peut être tres bien) est made in Japan...
Mike, le french bashing, c'est made in quoi?
Réponse de le 12/03/2013 à 15:49 :
@fab, j 'en sais autant que vous mais Le coeur electrique est de responsabilite Thales tandis que Le choix du fournisseur de la batterie c'est une autre histoire!
Si vous voulez plus d'infos jetez un coup d'oeil sur le site du Seattle Times et la vous en saurez beaucoup plus....
a écrit le 12/03/2013 à 11:06 :
Airbus produit en euro et vend ses avions en dollar. Rien qu'avec le taux de change, ses appareils sont 30% plus chers que ceux de Boeing. Pas étonnant qu'Airbus ouvre une usine aux Etats Unis.
Juste une question si quelqu'un peut me répondre: en quelle devise Airbus vends ses avions aux constructeurs de la zone euro (AF-KLM, Lufthansa, Iberia....)?
Réponse de le 12/03/2013 à 11:47 :
une bonne partie de morceaux d'airbus est quand même fabriquée hors zone euros
ailes, certains moteurs, une partie de l'avionique...
et certains morceaux de boeings sont fabriqués en zone euros
Réponse de le 12/03/2013 à 13:00 :
Et la plupart des matieres premieres sont achetées en dollars... Le taux de change n'as rien a voir!
Réponse de le 12/03/2013 à 13:54 :
@Jeff
Qq soit le pays, prix de base est en $ puis eventuellement converti en ? (idem pour les fournisseurs).
Réponse de le 12/03/2013 à 17:04 :
C'est pas moi qui le dit ce sont les présidents d'EADS et d'Airbus. Je leur fais confiance pour en savoir plus que nous à ce sujet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :