Rio Tinto remplace ses conducteurs de train mieux payés que des chirurgiens par des robots

 |   |  436  mots
Rio Tinto automatise ses trains australiens. (Photo Reuters)
Rio Tinto automatise ses trains australiens. (Photo Reuters) (Crédits : Reuters)
En Australie, la compagnie minière Rio Tinto automatise une partie de son fret ferroviaire pour réduire ses coûts, supprimant au passage des postes de conducteurs de train dont le salaire est l'un des plus élevé au monde.

Ils étaient mieux payés que des... chirurgiens. Ils vont être remplacés par des robots. En Australie, la compagnie minière Rio Tinto a choisi de réduire sa masse salariale. Grâce à l'expansion du secteur pendant des années liées aux besoins du grand voisin, la Chine, les conducteurs de trains chargés du transport des minerais dans le pays font partie des mieux payés au monde. 

Jusqu'à 7 fois la rémunération d'un conducteur de train en France

Chez Rio Tinto, les quelque 400 conducteurs de la région de Pilbara dans l'Etat d'Australie-Occidentale perçoivent ainsi environ 240.000 dollars australiens par an, rapporte Bloomberg. Cela représente environ 166.000 euros (ou 13.800 euros par mois). 

A titre de comparaison, les conducteurs de trains de la SNCF perçoivent entre 1800 mensuels bruts en moyenne à l'embauche et 3.300 en fin de carrière, selon cette note de l'institut européen du salariat. Soit entre 4 et 7 fois moins que ces cheminots australiens. De leur côté les chirurgiens français gagnaient en moyenne 145.000 euros annuels en 2010, selon l'Insee

La Chine, eldorado du fer australien

La rémunération des conducteurs travaillant pour ses principaux concurrents Vale et BHP atteindrait le même ordre de grandeur que chez Rio Tinto. A eux trois, ces groupes représentent plus de 70% du marché mondial du minerai de fer. Dans leur viseur: le marché chinois en plein essor qui ingurgite 60% de la production mondiale de fer. Les niveaux de production battent des records.

Le 17 juillet, le groupe BHP a annoncé une production annuelle sans précédent de 187 millions de tonnes tandis que Rio Tinto compte augmenter sa capacité annuelle à 290 millions de tonnes d'ici fin septembre. Une situation qui fait baisser les cours et incite à poursuivre la course aux marges.

>> Plombé par la croissance Rio Tinto veut économiser 7 milliards 

D'après Bloomberg, Rio Tinto espère pouvoir réduire ses coûts afin qu'ils passent de 23,10 dollars la tonne à 15,60 d'ici 2020. Pour cela, la compagnie automatise le transport de ce minerai sur le sol australien. Quelque 40% de sa flotte à Pilbara devrait ainsi être robotisée. 

Un monstre du rail sans chauffeur

La compagnie espère pouvoir faire rouler le premier train longue distance (1.500 km) entièrement automatique en 2015. Une machine à trois locomotives de 2,3 km de long dont l'installation devrait coûter près de 383 million d'euros. Les systèmes de contrôle intégré sur ce monstre du rail seront supervisés depuis le centre de Perth. 

Ses concurrents ne sont pas en reste et remplacent peu à peu une partie des camions roulant dans les mines par des convoyeurs robotisés. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/10/2013 à 17:30 :
La robotisation n'est ni positive ni négative en soit, cela dépend de comment elle se fait. Si la formation professionnelle accompagne correctement la disparition progressive des tâches simples, répétitives, dangereuses etc, cela peut permettre d'élever le niveau d'un pays et d'être plus intéressant a l'international. Il faut également faire attention a l'utilisation de l'argent économisé, si cela permet une baisse de prix, une hausse des embauches (en nombre ou en valeur), ou des investissements nouveaux, c'est très positif, mais si les économies ne permettent que de verser d'énormes dividendes il n'y a pas de grand intérêt économique.
De toute manière l'automatisation d'un grand nombre de métiers est inévitable sur le long terme, on ne peut pas le nier comme on ne peut revenir a une agriculture entièrement manuelle, la science avance quoi qu'il arrive.
Je pense que des pays développés, comme la France, devrait penser un peu au long terme, il serrait plus intéressant dans 50 ou 100 ans d'avoir 30 millions de chercheurs/ingénieurs/hauts techniciens/... Que 30 millions d'ouvriers a la chaîne...
a écrit le 03/10/2013 à 17:07 :
Cela les oblige à embaucher des gens qui vont installer, entretenir et programmer ces robots, mais effectivement, cela représentera au final moins de personnel, mais ce raisonnement en réalité vaut aussi pour les salaires, qu'une personne ai un salaire trop haut, on peut la virer pour embaucher plus de personnes. Ainsi on aurait pu virer ces conducteurs fortement payés pour employer 5 personnes à la place.
C'est le principe du libre marché, de la libre concurrence, empêcher que tout à chacun soit protégé, comme cela les salaires ne montent que très peu car constamment soumis à concurrence entre eux, et ainsi on maximise le nombre de gens qui travaillent. En France, il y a tellement de gens non soumis aux lois du marchés, que cela crée énormément de chômeurs en face.
Au final, le libre-marché parfait, c'est le communisme, tout le monde a les mêmes revenus, car dès que un dépasse du lot, il est aussitôt concurrencé. Le problème est que cela reste théorique, car l'humain n'est pas capable de s'adapter à tout, d'apprendre tout, donc de concurrencer tout et ses capacités varient en plus selon son âge et sa situation familiale, et les imperfections de notre système d'enseignement, des conditions familiales, et des relations humaines, se retrouvent projetées dans les imperfections de la pyramide salariale. Les robots n'y changeront rien, ce n'est pas leur rôle.
Réponse de le 05/10/2013 à 10:58 :
dans le fond je vous rejoins , mais pourquoi cette firme robotise ses trains ? parce que les chauffeurs sont trop chers ? , non pour rentabiliser leurs capitaux qui sont aussi sous pression de leurs clients ( chinois ) et qui pourraient les racheter un jour prochain , l'entreprise avait donc pas trop le choix en faisant une poussée technologique , a terme dans une 30ene d'années peut-être que tous les trains du monde seront sans chauffeurs et sans accidents non plus ? , peut-être on peut rêver bien sur il faudra des equipes de révisions de ces robots et cela coutera finalement aussi cher a la longue car la panne imprévue d'un tel robot sera inadmissible et rien ne remplace un humain , une machine est tributaire de son fonctionnement , enfin si la masse salariale libre ( chômeurs ) se voit concurrencé par les robots on va faire quoi des chômeurs ? , a ce problème est lié aussi la démographie et également un autre problème , la fiscalité des entreprises qui robotisent a fond et qui décuplent leur chiffre d'affaire , ce fut helàs vrai dans les années 80/90 ou l'informatique a permis des rendements énormes des multi-nationales . logique
a écrit le 03/10/2013 à 13:40 :
Je ne le vois pas mal. Au delà des difficultés personnels pour les personnes qui travaillent dans la filière...
Je crois qu'à terme touts les métiers répétitifs vont être remplacés par des machines et les personnes devront se former de plus en plus pour réaliser des activités plus créatives. C'est quelque chose de positive mais la transition sera dure car il aura toujours de personnes qui n'arriveront pas à se former autant...
Réponse de le 03/10/2013 à 20:19 :
J'ignore si cette catégorie représente beaucoup de personnes, tout ce que je peux dire est que la diversité des motivations et des critères de satisfaction ne me permettent pas de l'imaginer vide.
a écrit le 03/10/2013 à 13:35 :
ce que je trouve "intéressant" avec ce genre de décision c'est l'effet pervers de sa généralisation, autant c'est rationnel au niveau d'une entreprise, autant cela devient contre productif au niveau d'un pays.
Je suis impatient de voir l'augmentation du pouvoir d'achat des "robots" et le marketing qui leur sera destiné...
Un excès de pessimisme ?
a écrit le 03/10/2013 à 12:50 :
A quand les robots qui remplace les chirurgiens?
Je vois que là il y a moins de candidats tout de suite.
a écrit le 03/10/2013 à 12:23 :
Tiens, une idée pour remplacer les conducteurs SNCF...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :