Le montage pour faire cohabiter Air Caraïbes et Corsair

 |   |  1025  mots
Les 3 B747 de Corsair sortiront de la flotte en 2017
Les 3 B747 de Corsair sortiront de la flotte en 2017 (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le groupe Dubreuil a détaillé son projet pour le rachat de Corsair qui coexistera avec son autre filiale, Air Caraïbes. Si ces deux entreprises seront conservées, une troisième entité sera par ailleurs créée pour exploiter les futurs A350 qui vont devenir le coeur de flotte du groupe. Cette création ex nihilo permettra de définir des conditions de travail qui améliorera la productivité du personnel.

«On veut faire découvrir le profit à Corsair, dès la première année». Jean-Paul Dubreuil, le président du conseil de surveillance du groupe Dubreuil, qui va racheter d'ici à juin Corsair au géant du tourisme TUI, donne le ton. Le retour dans le vert de Corsair, qui deviendra une compagnie soeur du groupe aux côtés d'Air Caraïbes, constitue la priorité.

«Mon leimotiv c'est gagner de l'argent. Sinon nous ne pouvons pas investir (...) Corsair dispose d'une marque forte ouverte sur l'ensemble du globe, d'une clientèle fidélisée, et d'un personnel de qualité. C''est une compagnie en redressement. Il nous reste la dernière touche à faire pour la faire passer du bon côté du compte», a-t-il expliqué ce vendredi, en précisant qu'il prendra la présidence du conseil de surveillance de Corsair, une fonction qu'il occupe déjà chez Air Caraïbes.

Déjà président du directoire d'Air Caraïbes, Marc Rochet occupera lui aussi le même poste chez Corsair.

Un retour aux bénéfices qui sera facilité par TUI qui recapitalisera Corsair avant la cession.

Création d'une nouvelle entité

Les deux entreprises ne fusionneront pas. Chacune conservera sa marque commerciale, ses avions, son personnel. Néanmoins, le groupe va créer une nouvelle entité dans laquelle seront logés les 11 Airbus A350 qui entreront dans la flotte entre la fin 2016 et 2024 ainsi que le personnel navigant nécessaire à leur exploitation.

Basée en France, cette nouvelle structure disposera de son propre certificat de transport aérien (CTA) et exploitera les A350 pour le compte des deux marques Air Caraïbes et Corsair. Elle coexistera avec l'entreprise Corsair et l'entreprise Air Caraïbes Atlantique (l'activité long-courrier du groupe Dubreuil ) mais aussi avec Air Caraïbes (spécialisée sur les vols court-courrier aux Antilles).

Son nom qui n'a pas de vocation commerciale n'est pas arrêté. Elle grossira au fur et à mesure des prises de livraison d'A350 qui constitueront le cœur de flotte du pôle aérien du groupe Dubreuil, même s'il n'est pas exclu que certains A330-300 soient encore conservées en 2024 si l'activité le nécessite.

Des conditions de travail élaborés à partir d'une feuille blanche

Cette nouvelle structure permettra ainsi au groupe Dubreuil de partir d'une feuille blanche pour l'élaboration des conditions de travail et de rémunération des personnels navigants du secteur A350. Celles-ci seront donc différentes (et forcément moins avantageuses que celles en vigueur chez Corsair et Air Caraïbes International), dont on ne sait pas si les accords d'entreprise vont être dénoncées ou pas.

«La dénonciation des accords existants ? On n'en est pas encore là », a indiqué Marc Rochet. Corsair a dénoncé les accords des hôtesses et stewards mais pas ceux des pilotes. « Ces derniers ont peu de temps à vivre devant eux », a néanmoins indiqué Marc Rochet.

Et Jean-Paul Dubreuil de préciser : «il faut être clair. Nous ne baisserons pas les effectifs. Il n'y aura pas de plan social chez Corsair mais une démarche visant à augmenter la productivité.

Le modèle d'Air Caraïbes Atlantique

Vont donc coexister sur le long-courrier trois «statuts » différents, sachant que l'uniformisation viendra du développement de la flotte A350 et de la sortie des B747 en 2017, puis des A330-200, puis des 330-300 un jour. Ce système permet d'éviter de supporter un empilement d'accords collectifs existants et l'élaboration d'une liste de séniorité commune aux pilotes deux compagnies. Il permet donc de mettre en place des conditions de travail permettant d'augmenter la productivité du personnel. Ce système avait été mis en place pour la création d'Air Caraïbes Atlantique en 2003, fera appel aux volontaires.

«Nous sommes dans un environnement réglementaire et social extrêmement complexe. Nous ne ferons pas de plan social. Nous avons besoin de tous les effectifs pour faire voler nos avions et faire voler ceux qui vont arriver en plus (...). Nous aurions pu passer des mois et des mois à batailler là-dessus (la remise en cause des accords, ndlr) mais nous pensons que ce n'est pas productif, que c'est créateur de tensions entre les personnels de Corsair et d'Air Caraïbes, qu'on y perdrait notre âme et surtout notre compétitivité. Nous allons loger les A350 dans une nouvelle structure. Nous partirons d'une feuille blanche pour construire quelque chose de simple, de moderne, d'efficace avec le personnel. Nous ferons appel aux volontaires de Corsair, d'Air Caraïbes Atlantique, d'Air Caraïbes. Nous cherchons la performance sur les coûts, sur la productivité. Nous voulons que les navigants fassent 800 heures de vol par an (contre 750 heures chez Air Caraïbes et moins chez Corsair ndlr), a déclaré Marc Rochet, convaincu qu'il y aura beaucoup de volontaires. «Pour ceux qui ne voudront pas nous accompagner, il y a encore 9 A330 à faire voler pendant un certain temps».

Marc Rochet a également justifié la création de cette nouvelle structure par la modernité de l'A350 qui ne peut être exploité « avec d'anciennes méthodes de travail ». La langue anglaise sera par exemple obligatoire dans les cockpits et les manuels d'instruction.

Pas de plan social

Et Jean-Paul Dubreuil d'ajouter : «nous maintenons le volume d'activité de Corsair (500 millions de chiffre d'affaires), le socle indispensable pour sauvegarder le niveau d'emploi global avec des réorganisations, car nous ne sommes pas des magiciens. Nous n'allons pas passer d'une situation déficitaire à une situation positive sans rien faire. Donc il faudra faire des choses. Nous sommes déterminés à aller dans cette direction ».

Les livrées des avions des deux compagnies sont conservées. La direction travaille sur la livrée des futurs 350 pour « leur donner une identité qui accroche les clients des deux compagnies ». Si l'aménagement des cabine des avions aujourd'hui dans les flottes des deux compagnies ne changera pas, il sera commun dans les A350 avec des sièges convertibles en lit plat en classe affaires.

Concernant la maintenance et l'assistance en escales, elles seront mises dans des sociétés filiales pour pouvoir s'ouvrir à des clients extérieurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2015 à 10:35 :
Bonjour!

Comme a dit Bizounours, le projet du groupe DUBREUIL, sur le papier parait alléchant.Je suis employé d'air caraibes en escale en GUADELOUPE. Marc ROCHET, dans le milieu, tout le monde le connait; son surnom le "fossoyeur".
Les syndicats chez CORSAIR ont réagit, contrairement au "pseudo syndicat" majoritaire pour le personnel sol en GUADELOUPE.
La "succes story " d' AIR CARAIBES est due essentiellement à une compression du personnel, à des salaires minables, et souvent du manque de matériels essentielles pour pouvoir travailler correctement. A l'escale de PTP, depuis déjà 4 ans règne une chef d'escale qui d'une main de dictatrice fait régner la peur au sein du personnel.Pour arriver à ses fins, elle est capable d'agir en enfreignant les lois du code du travail et les procédures de fonctionnement interne. Même les clients s'en plaignent et ont même fait des remontés à la direction. Mais en vain, le personnel a également alerté Messieurs DUBREUIL et ROCHET, sans retour.
Malgré tout cela, le personnel c'est plié en quatre pour faire fonctionner l'entreprise, le plus souvent avec la peur au ventre.
Nous avons reçu un courrier par rapport au rachat de CORSAIR, et Monsieur DUBREUIL est venu rencontrer le personnel. Le personnel d'escale passera en société d'assistance en escale. Voilà le cadeau que le personnel en escale a reçu pour ses bons et loyaux services. Pour le moment, ils parlent de la création d'une nouvelle entité où le personnel serait transféré avec tous ses avantages.Mais nous ne sommes pas dupent. Cela fait depuis l'arrivée de la Chef d'escale qu'ils parlent à demi mot de nous transférer chez SAMSIC qui assiste CORSAIR. Mais AIR CARAIBES faisant des bénéfices monstres, légalement ils ne pouvaient pas. Le rachat de CORSAIR devient l'occasion rêvée.
Les sacrifices du personnel ont permis au groupe DUBREUIL de faire des bénéfices énormes, lui permettant de racheter CORSAIR. Voila comment le personnel sol voit les choses.
Il ne faut pas se fier à l'image extérieure d' AIR CARAIBES. En interne c'est un océan de misère. Et c'est comme cela que ça fonctionne avec Monsieur DUBREUIL.
a écrit le 24/02/2015 à 16:01 :
Bonjour,

Le groupe Dubreuil a largement distribué à la presse un projet très attractif donnant naissance au premier Pôle Aérien Français privé derrière Air France.
A répété qu'il n'y aurait aucun plans social, que la marque Corsair, son produit, ses lignes et ses effectifs seraient maintenus.
Des synergies et une meilleure gestion de nos vols communs donneraient aux deux compagnies de quoi absorber tout ça...

- Magnifique!

Oui enfin sauf qu'au passage la Direction Technique (ceux qui réparent les avions) et la Direction de l'Exploitation (ceux qui programment les vols, les navigants,toute la machinerie quoi..), soit déjà beaucoup de monde seront "filialisés", comprendre externalisés, et tout ça sans volet social avec les doublons???
Premier hic!

Mais surtout voilà qu'en décembre 2016, arrive le tout beau tout neuf Airbus A350, dernier cri que même Air France n'aura pas encore, le premier livré d'une commande de 11 de ces superbes avions - sur lequel je rêve personnellement de voler un jour - passée par le groupe Dubreuil.

- Arrêtez, stop! Mais c'est trop beau!!! Bin alors pourquoi z'êtes pas contents, j'comprends pas??? Ça c'est bien la France! #*!@!!!

Alors voilà, figurez-vous qu'en 2017 (dans juste deux ans), une nouvelle Compagnie sera créée par le groupe pour exploiter ces 11 nouveaux et superbes avions, bin non, ce n’est pas Corsair ni Air Caraïbes qui les auront en fait! DTC!

Non, au fur et à mesure que les avions vieillissant des deux compagnies, Corsair (5 avions à partir sur 7) et Air Caraïbes (3 sur 5), sortiront de leurs flottes, les nouveaux avions arriveront dans la nouvelle compagnie qui "opérera leurs lignes au profit des deux marques".

- Bon et bien j'imagine que les navigants des deux compagnies seront passés sur la troisième au fur et à mesure qu'elle reprendra leur activité, c'est logique!

Et non, car figurez-vous que cette compagnie sera "le moyen de partir d'une page blanche" et que pour y entrer, il faudra laisser à la porte après 15 à 35 ans de métier dans sa compagnie, son contrat, son ancienneté, son grade, ses conditions salariales et même passer des sélections!!!! Et non, aucune garantie donc de réussite et pour marquer le coup, et être bien certains que vous ne soyez pas des nôtres, vous devrez tous prétendre d'un niveau d'anglais TOEIC 850 (pour desservir les Antilles quand Air France qui dessert le monde entier ne demande que 700!)

Pour ceux qui entreront les conditions seront au minimum réglementaire et la productivité au maximum (soit 850h de vol par ans contre 700 aujourd'hui)

Pour ceux qui entrent donc, car pour ceux qui ne feront pas l'affaire, rien n’est prévu. Non on vous l'a dit, pas de plan social!
Et que deviennent Corsair et Air Caraïbes après 2017, avec deux avions chacune, sans plan de remplacement et siphonnées de leurs lignes?
Et bien c'est là tout le problème, rien n'est dit, rien est prévu dans ce superbe projet... mais nous le savons tous bien.

Le but de la manœuvre est juste de créer une nouvelle compagnie en supprimant deux concurrentes et en imposant à leurs 3500 salariés de renoncer à l'ensemble de leurs acquis.

Pas étonnant lorsque l'on sait que notre futur patron sera Marc Rochet, fossoyeur de la compagnie Air Lib sur la mort de laquelle il créa... Air Caraïbes.

Voilà les raisons pour lesquelles, l'ensemble des corporations, pilotes, stewards et hôtesses, personnels sol, cadres, seront en grève du vendredi 27 février au dimanche 1er mars.

Ce projet de rachat comporte "en l'état" beaucoup trop d'incertitudes et de menaces sur tous nos emplois, nous ne le jugeons pas acceptable.

Nous sommes tous très attachés à cette compagnie dans laquelle nous nous sommes tous énormément engagés depuis bien longtemps, nous avons tous su montrer au cours des années et des transformations que nous savions faire des efforts et acceptions le changement sans jamais perdre notre satisfaction client record, le client, nôtre métier, ceux qui ont déjà voyagé avec nous savent de quoi je parle.
Mais on ne va pas la laisser mourir et mourir avec elle au moment où tous nos efforts portent leurs fruits et où Corsair redevient performante!

Notre actionnaire actuel devra poursuivre ses recherches d'un nouveau repreneur et assurer en attendant le renouvellement de notre flotte conformément à ses engagements, ou le groupe Dubreuil apporter davantage de perspectives de développement pour Corsair et de garanties pour nos emplois et nos acquis.
a écrit le 22/02/2015 à 9:31 :
Au moins ils achètent européen avec les A350. Pas comme Air France qui préfère Boeing
Réponse de le 22/02/2015 à 15:01 :
En tant que passager je n'ai que faire de la marque de l'avion qui me transporte. J'attends d'une compagnie aérienne qu'elle me transporte aussi rapidement que possible en toute sécurité avec un confort de vol satisfaisant. Si l'offre d'Airbus correspond au business modèle d'Air Caraïbe c'est bien car ce constructeur est subventionné par mes impôts néanmoins si une compagnie aérienne refuse d'acheter des avions chez Airbus, cela signifie que mes impôts ont été gaspillé par nos décideurs.
Réponse de le 24/02/2015 à 21:06 :
Aviateur ... du dimanche? Un business plan ne se monte pas sur le seul fait qu'un constructeur soit européen. Même sans avoir fait de grandes études, vous devriez avoir les capacités pour le comprendre ;-)
a écrit le 21/02/2015 à 22:59 :
Bonne chance à cette compagnie française qui fait le choix des Airbus A350 quand Air France n'a yeux que pour le Boeing 777 et 787. Air France n'a daigné acheter quelques A350 que sur la pression des politiques....
Réponse de le 21/02/2015 à 23:57 :
Vous avez raison, sauf que Air Caraïbes achète 6 A 350 dont 3 en leasing alors qu'AF KLM en a 25 en commande !
Je me joins à vous pour féliciter les politiques de la qualité de leur pression ;-)
a écrit le 21/02/2015 à 15:11 :
Divisons, divisons, il en restera toujours quelque chose... Rochet, qui a écumé quasiment toutes les compagnies française depuis des décennies a certainement été faire un stage chez O'Leary... Ce qui est étonnant c'est de ne pas lire qu'ils ont (peut être) le projet de localiser la structure aux Antilles... des fois que le Girardin puisse s'appliquer...; "p'tit bras", les gars...! Quant à l'obligation de l'anglais (ou approchant...; si un autre statut (irlandais) était dans les tuyaux...) dans les cockpits, "va p'têt falloir attendre" de lire les conditions du CTA; pas sûr que Toubon apprécie. Quant à avoir une vision moyen terme, pour une flotte de 11 avions... faut vraiment être sûr de rester sur un duopole "de niche" rémunérateur; désolé pour la clientèle... On rappellera l'axiome sarkozien (qu'il a honteusement pompé à Taylor sans le citer...): 1/3 clients, 1/3 travail, 1/3 capital. Il semble que 2 des précédents soient appelés à disparaître dans ce business plan.
a écrit le 21/02/2015 à 14:28 :
Pour exister Le groupe Dubreuil devra faire plus d'une pirouette. La première est de faire glisser sa structure aérienne actuelle et ses deux marques vers une autre plus dynamique. C'est ce qui est exposé ici. Toutefois la performance de l'ensemble si on l'imagine complet sera liée à la capacité de ce groupe de plus de 1,5 milliards de chiffre à acquérir des avions, beaucoup d'avions. Or si la partie aérienne va désormais représenter 65% du groupe, le restant est fortement diversifié en une multitude de métiers pour lesquels un arbitrage féroce devra se faire afin de n'en conserver qu'un seul. Il est probable que le portage pourra exister sur quelques années avant que ce segment ne vienne gonfler les nouvelles ambitions d'Air France. Dubreuil devra veiller à ne pas s'engloutir dans la spirale à venir.
a écrit le 21/02/2015 à 10:03 :
J'aime beaucoup l'emploi généralisé de l'anglais dans cette future compagnie . L'anglais en effet une langue couramment pratiquée a la Martinique Guadeloupe réunion ... En fait cette présentation est une provocation. Pourquoi présenter un plan stratégique a 2 ans ? On a compris que le groupe Dubreuil va "pomper" les 14 ou 17 millions de TUI dans les deux ans, mettre sur la paille Corsair et monter cette troisième compagnie !!! Le cynisme de M Dubreuil atteint des sommets et il fiche complètement de ses salariés !!!
a écrit le 21/02/2015 à 9:19 :
Trois fusions sur quatre ne fonctionnent pas.
On a vu le résultat chez Air lib. Pas sur que le personnel des 2 compagnies s'entendent sur le long terme.
Très trés risquer pour Air Caraïbes. Ca pourrait déboucher sur des conflits sociaux lourds de conséquences.
a écrit le 21/02/2015 à 9:09 :
On appelle ça une faillite frauduleuse ou déguisée.
Les même dirigeants aux mêmes places 20 ans plus tard.
Quant on voit que Le Pdg de corsair est un proche de Sarko on ne pouvait pas attendre mieux de celui ci. On coule discrètement et lentement une boîte pour mieux enfiler ses salariés. BRAVO. A VOMIR.
a écrit le 20/02/2015 à 23:26 :
On vit une époque formidable. Une entreprise qui gagne de l'argent en rachète une autre en plein redressement. Comme argument pour motiver les personnels, ils annoncent la création d'une nouvelle compagnie dans laquelle les conditions sociales seront " moins favorables".
Autrement dit, ils veulent simplement gagner encore plus au détriment de leurs salariés. Quant aux clients, ils ne parlent pas d'une baisse de tarifs. C'est tout pour les actionnaires.C'est beau, c'est enthousiasmant, comme projet ;-(
Réponse de le 21/02/2015 à 0:18 :
Euh ... qui met ses billes en jeux ... Ah ben oui, les actionnaires, donc oui logique qu'ils aient un remerciement financier en retour. Faut vraiment être aveugle, socialiste ou syndicaliste pour ne pas se rendre compte de ces choses-là...
Réponse de le 21/02/2015 à 2:33 :
Pour Sergio
Bien-sûr Autrement il y a la solution chomage pour le personnel de corsair
Et uniquement 2 compagnies qui desserve les dom tom
Réponse de le 21/02/2015 à 4:59 :
@Sergio

Vous auriez sans doute préféré que Corsair dépose le bilan... notamment si vous êtes son concurrent direct sur son terrain de prédilection.
Réponse de le 21/02/2015 à 5:09 :
Il est tout à fait normal que les actionnaires aient un rendement sur l'investissement satisfaisant. Mais la méthode employée pour y parvenir envoie un signal négatif aux salariés. Au moment même où Walmart, connu pour ses conditions peu favorables, augmentent les salaires de 500 000 personnes et ce n'est que le débutant, les repreneurs de Corsair n'ont aucune gêne à n'utiliser que le bâton en montrant aux salariés qu'ils n'ont aucune confiance en eux pour rentabiliser les compagnies, si ce n'est de proposer des perspectives de conditions de travail moins bonnes.
L'entreprise réalise des profits et les actionnaires reçoivent de dividendes grâce au travail collectif des salariés. Si la seule perspective est d'espérer garder son emploi avec de moins bonnes conditions, cela illustre la vision à court terme, dénuée d'idées novatrices permettant de rassembler les salariés autour d'un projet commun et rentable. Le capitalisme français est-il condamné à imiter le capitalisme anglo-saxon pour réussir au moment même où celui-ci s'interroge sur sess manquements ?
Réponse de le 21/02/2015 à 23:50 :
@ Jul et Redg et Michel
Je vous signale que les actionnaires d'air Caraïbes n'ont pas à se plaindre. Leur entreprise gagne de l'argent. C'est parce que les salariés ont fait de gros efforts les années passées qu'ils ont les moyens de racheter Corsair.
Je maintiens que la création d'une nouvelle société pour exploiter les A 350 à des conditions revues à la baisse n'est pas de nature à motiver les personnels.
Tout petit mot pour Jul: Vous avez raison, je suis socialiste et syndicaliste et j'en suis fier. Par contre, à l'inverse de vous, je ne suis pas aveugle.
Réponse de le 22/02/2015 à 14:47 :
@Sergio

Si les salariés de Corsair ne sont pas satisfait de la reprise proposée par Air Caraïbes, ils peuvent toujours voir ailleurs car Paul emploie...
Réponse de le 03/03/2015 à 19:56 :
@Redg mais c'est exactement ce qui va se passer
a écrit le 20/02/2015 à 23:20 :
Plan décevant. Pas de vision. Ils gardent les 2 structures pour éviter des conflits sociaux dans l'immédiat. Mais dès l'année prochaine, ils vont commencer à les vider avec des conditions beaucoup moins alléchante. Vont-il essayer de faire du Air Liberté en légèrement mieux ? À l'instar du Royaume-Uni ou de l'Allemagne, il n'y pas la place pour 2 cies aériennes en France qui vise le même marché, à moins d'être soutenu financièrement par d'une major (Detla Airlines pour Virgin ou Etihad pour Air Berlin) ou un grand groupe (Air Europa avec Globalia ou Thomson Airways avec TUI justement !). Ils sont chanceux qu'AF aient d'autres priorités pour le moment.... Leurs jour
Réponse de le 21/02/2015 à 15:17 :
Nous parlons ici, @Gil, pratiquement uniquement des pilotes qui ont bénéficié d'un monopole largement abusif durant des années, particulièrement sur ces corners. Revenir un peu sur terre n'a rien d'excessif. Pour des raisons réglementaires l'association de plusieurs structures prend toujours 2/3 ans sous différentes formes car il est préférables que les évolutions se fassent en douceur. Par ailleurs les compagnies aériennes sont mondiales, on parle de marchés. Delta, Globalia avec Air Europa, sont partie de Skyteam sous l'impulsion principale d'Air France gèrant environ 4 500 avions. TUI avec sa filiale Thomson dans l'aérien est un acteur très considérablement plus petit. Eithiad qui dispose d'environ 100 avions avec ses participations, forcément minoritaires, en regroupe à peu près 450.
a écrit le 20/02/2015 à 23:15 :
Vive Corsair !!!
a écrit le 20/02/2015 à 22:56 :
ne pas tuer l'esprit d'une entreprise qui a 35 ans d'histoire et qui a démocratisé le transport aérien dans les caraïbes et l'océan indien. ce que air caraïbes n'a jamais fait.
a écrit le 20/02/2015 à 21:46 :
J'abonde dans votre sens. Toutefois le fait de passer sur des a350 neufs est un gage de sécurité me semble t il. Reste a savoir a qui et dans quelles conditions sera sous traitée la maintenance ...
a écrit le 20/02/2015 à 21:44 :
Moins de concurrence et retour à un duopole pour plumer les Domiens...

Sur le plan social, c'est aussi très mauvais, mais c'est pas une surprise.
a écrit le 20/02/2015 à 21:19 :
Aucun mot sur la SECURITE........mais un discours sur la rentabilite , l argent à tout prix.
je tiens à ma vie, je change de compagnie.
Bye Bye Corsair
Réponse de le 20/02/2015 à 21:36 :
Le but de cet article et de l'entretien avec le PDG de Air Caraïbe est de démontrer la viabilité du projet de rachat de Corsair pour sauver cette compagnie et la développer. Ainsi les emplois seront préservés et peut-être même que d'autre seront crées. Pourquoi parlerait-il de sécurité?
Une entreprise doit assurer sa rentabilité pour survivre et se développer, ce n'est pas la sécurité qui en est la cause, mais les stratégies économiques prévues par les dirigeants.
Vous semblez mélanger deux choses différentes.
La sécurité, c'est le respect d'un certain nombre de règles et de procédures, établies par les régulateurs nationaux et internationaux. Cela n'est pas le sujet de cette actualité.
Réponse de le 21/02/2015 à 0:21 :
Et pour vous, rentabilité = insécurité... Je connais alors une société aérienne française qui devrait être au top de la sécurité vu son manque de rentabilité... Quoique... pour elle, c'est non rentable et pas très "sage" ...
Réponse de le 05/03/2015 à 11:23 :
Enfin tout est remis en cause aux dernières nouvelles il n y a plus de rachat beaucoup de bruit pour rien a quand le prochain épisode

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :