Air France prévoit d'assurer plus de 80% des vols lundi

 |   |  569  mots
Le transporteur fait état d'un taux de 32% de grévistes, contre 41% annoncés pour dimanche.
Le transporteur fait état d'un taux de 32% de grévistes, contre 41% annoncés pour dimanche. (Crédits : © Amr Dalsh / Reuters)
Plus de 95% des vols long-courriers, plus de 80% des moyen-courriers à Roissy et plus de 80% des vols intérieurs seront maintenus.

Plusieurs milliers de passagers ne pourront pas embarquer dimanche, en raison de la grève des hôtesses et stewards d'Air France, portant à 150.000 le nombre total de clients touchés par les annulations de vols ou les limitations à bord des avions au bout de cinq jours, selon les derniers chiffres communiqués par la direction. Le PDG d'Air France-KLM, Jean-Marc Janaillac, est par ailleurs passé "soutenir les équipes" travaillant à l'aéroport parisien d'Orly dimanche matin, a indiqué la compagnie au dernier jour du chassé-croisé estival qui enregistrait encore près de 20% de vols annulés.

Air France prévoit un taux d'annulations similaire pour lundi. Le taux de grévistes chez les personnels navigants commerciaux (PNC) devrait, lui, retomber à 32% selon la direction, qui l'évaluait à 41% pour dimanche, la secrétaire générale adjointe du SNPNC-FO, Christelle Auster, le chiffrant, elle, à 50%. Une légère amélioration est attendue lundi pour les longs-courriers, avec "plus de 95%" de vols maintenus, contre 90% dimanche. Plus de 80% des moyen-courriers à Roissy et plus de 80% des vols intérieurs seront maintenus.

Aux quelque 30.000 personnes en moyenne impactées chaque jour par le mouvement s'ajoutent "quelques centaines de passagers concernés à chaud par des annulations de vol", selon la compagnie, qui cite "3 vols long-courrier et moins d'une dizaine de vols court et moyen-courrier" depuis mercredi. Il faut aussi compter les centaines de personnes qui, une fois à l'aéroport, n'ont pas pu monter à bord ou ont été débarquées d'avions maintenus, faute de personnel suffisant, "avec un pic à plus de 1.000" vendredi, "un peu moins de 700" samedi.

Dimanche à l'aéroport parisien d'Orly, plus de 28% des vols (34 sur 111 au départ, 27 sur 105 à l'arrivée) étaient annulés, selon une source aéroportuaire. S'il n'y a pas eu d'annulation à chaud dans la matinée, selon cette même source, trois vols à destination de la Corse ont subi des limitations avec, par exemple, cinquante passagers n'ayant pu décoller pour Calvi. De quoi donner du pain sur la planche aux employés chargés de la relation client, qui doivent aussi recevoir M. Janaillac dimanche à Montreuil. Ce dernier compte également aller "prochainement auprès des équipes de Roissy-Charles de Gaulle en compagnie de Frédéric Gagey", PDG d'Air France, selon la direction.

Les discussions sont en revanche toujours au point mort avec les grévistes, déplore Christelle Auster. "Nous n'aurons pas d'autre choix que de redéposer un préavis de grève" à l'issue du mouvement, menace-t-elle. Les PNC en grève jusqu'à mardi soir à l'appel du SNPNC-FO et l'Unsa-PNC (45% des voix) refusent que l'accord collectif fixant leurs règles de travail, de rémunération et d'avancement, en vigueur jusqu'au 31 octobre, ne soit prolongé que pour 17 mois, comme le propose Air France, invoquant un besoin de "stabilité".

Plus de 900 vols ont été annulés depuis mercredi, selon la compagnie qui évalue à "quelques dizaines de millions d'euros" l'impact financier de la grève. Les pourcentages donnés par Air France incluent l'activité de la filiale Hop!, qui assure les trajets intérieurs, même si son personnel n'est pas en grève. Les pilotes d'une autre compagnie, Aigle Azur, sont, quant à eux, appelés à la grève depuis jeudi et pendant huit jours par le SNPL pour contester leurs conditions de travail. Dimanche, 12 vols sur 57 étaient annulés à destination de l'Algérie et du Portugal et 11 autres étaient modifiés, selon le site internet de la compagnie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/08/2016 à 15:20 :
On peut toujours recourir aux anathèmes habituels ( SNCM, passagers pris en otage, enfants gâtés, privilégiés etc..) il n'en demeure pas moins qu'il y a un sérieux problème de communication entre la direction et les personnels. Une grève aussi suivie que celle ci alors qu'un des trois syndicats représentatifs ( UNAC) n'a pas pris part au mouvement, cela devrait faire réfléchir.
De plus, si ce n'est qu'un problème de durée de la convention, je ne comprends pas pourquoi ils en sont arrivés à un tel blocage. Soit la situation économique d'AF continue de s'améliorer, et il n'y a aucune raison de ne pas signer pour trois ou cinq ans comme cela a toujours été le cas, soit on pense que la conjoncture va se dégrader, et il est toujours possible, en cas de difficultés majeures, de dénoncer la dite convention. Les parties ont alors un an pour négocier. Quel intérêt, sinon à montrer qui a la plus grosse ( détermination bien sûr), entre la direction et les syndicats.
Le discours " quand ça va mal, il faut faire des efforts" et " quand ça va mieux il faut faire des efforts car ça risque d'aller plus mal" est démobilisant.
Au moins, Christian Blanc en 1995 avait un projet clair. Les personnels se sont mobilisés, et la compagnie s'était rapidement redressée.
a écrit le 01/08/2016 à 10:56 :
Ils sont complètement inconscients chez Air France... Ils disparaitront comme leur petite scoeur la SNCM, leur cousin la SNCF et leur ami EDF...Moi en tout cas je ne travaille plus avec cette famille là et ça ne me fera ni chaud ni froid. L'histoire a commencé par une nuit dans ma voiture dans un port de corse il y a de nombreuses années et depuis ce genre de boîte pas fiable je ne travaille plus avec eux. A quand la grande grève des services fiscaux qu'on se régale !
a écrit le 31/07/2016 à 17:35 :
KLM face à une menace de grève au sol
27 juillet 2016 à 07h30

La compagnie aérienne KLM Royal Dutch Airlines a refusé « l’ultimatum » posé par le syndicat de personnel au sol FNV, qui menace de faire grève si les négociations en cours sur un nouvel accord d’entreprise n’aboutissent pas.

Alors que se compagnie-sœur Air France fait face à une grève de huit jours par deux syndicats hôtesses de l’air et stewards, la compagnie nationale néerlandaise pourrait faire face à un mouvement similaire de la part de son personnel au sol. Dans un communiqué du 26 juillet 2016, elle indique qu’elle ne « peut accepter l’ultimatum » du syndicat FNV, qui avait menacé la semaine dernière de déposer un préavis de grève s’il ne recevait pas d’ici hier une réponse écrite à ses demandes. Certaines de ces exigences sont nouvelles selon KLM, qui qualifie la menace de grève de « geste irresponsable en regard de la situation actuelle de la compagnie ». Elle affirme avoir démontré à maintes reprises sa volonté de négocier, et dit « comprendre et reconnaître l’importance des conditions de travail de tous les employés », avant de souligner que ces conditions de travail chez elles « sont et continueront d’être excellentes par rapport aux autres entreprises néerlandaises et aux autres compagnies aériennes », y compris une fois ses propositions d’accord entérinées. Avant de rappeler que tous les autres syndicats de personnel au sol ont accepté de discuter avec leurs membres ce qu’elle présente comme une « proposition finale ».

La compagnie néerlandaise de l’alliance SkyTeam insiste sur le fait qu’afin de « se développer, d’investir, de préserver les opportunités d’emploi et les perspectives d’avenir », il lui est nécessaire de continuer de diminuer ses coûts en augmentant sa productivité, « conformément aux objectifs convenus ». De plus, elle dit avoir avant l’ultimatum modifié de manière importante ses propositions « en réponse aux problèmes soulevés par les syndicats » pour arriver à une nouvelle proposition globale. En échange des mesures de productivité, cette dernière proposition d’accord « équilibrée » inclut le paiement d’une indemnité de 1600 euros, une amélioration du partage des bénéfices pour les employés, une augmentation structurelle des salaires au 1er janvier 2018, la protection des emplis, la « réparation » des coupes dans les pensions, un programme de formation de plusieurs millions d’euros, et le passage à des contrats de travail permanents pour certains employés temporaires. Pour KLM, toute concession à cette proposition la rendrait « trop chère pour le marché », ses ambitions et plans de croissance devenant alors « irresponsables ».

Si jamais le syndicat FTV met en œuvre sa menace de grève, KLM indique qu’elle « fera tout pour en minimiser l’impact sur ses clients et employés ».
Réponse de le 01/08/2016 à 6:58 :
C'est vrai qu'il y a de quoi se réjouir pour la santé du groupe Air France KLM... Vous avez une certaine idée du progrès... Je dirais plutôt "on recule" !
Réponse de le 01/08/2016 à 12:56 :
Tout d'abord je note :
1/ que la grève reste nettement plus exceptionnelle chez nos amis bataves que chez nos syndiqués nationaux,
2/ que les hollandais négocient, menacent de faire grève...et continuent de négocier. À l'inverse, les syndiqués chez AirFrance font une grève préventive, menacent de négocier... et refont grève !
malheureusement pour le groupe franco-néerlandais, il existe Easyjet en europe (et beaucoup d'autres), Qatar, Emirates et tant d'autres pour les longs courriers ! Comptez vous faire grève chez Pôle Emploi aussi ?
AirFrance-KLM fait parti des derniers dinosaures a conserver le personnel au sol en interne : Il y a longtemps qu'il n'y a pas de personnel au sol pour Ryanair, Easyjet, etc : ils sont sous-traités !
Pour mon voyage en Afrique du sud en juin dernier, j'avais choisi de transiter par Amsterdam pour contourner la grève du SNPL. Au départ de Lyon, ça ne me changeait pas grand chose, voire ça m'évitait un transfert Orly-CDG en bus ou en RER ! Je craignais une difficulté linguistique : essai concluant, je n'ai plus de crainte envers une étape hors de Paris !
Si KLM devient aussi peu fiable que sa consoeur française, ce n'est pas grave : j'irai visiter Dubaï sur mon trajet ! Ça peut faire une étape sympa, après tout, non ? ...et puis si l'essai s'avère concluant, ça pourrait bien devenir la seule étape à l'avenir... à bon entendeur...
a écrit le 31/07/2016 à 17:33 :
Ca grogne chez les PNC de British Airways
air-journal_British Airways PNC
Publié le 22 juillet 2016 à 13h00 par François Duclos

Les hôtesses de l’air et les stewards de la compagnie aérienne British Airways basés à l’aéroport de Londres-Heathrow sont appelés par leur syndicat à voter sur le principe d’une « action n’allant pas jusqu’à la grève », contre un nouveau programme de performance qui pourrait mener à des suppressions de postes.

A l’appel du syndicat BASSA (British Airlines Stewards and Stewardesses Association, une section de Unite), quelque 8800 PNC de la compagnie nationale britannique ont du 21 juillet au 17 aout 2016 pour se prononcer sur cette grève ; selon un sondage informel du syndicat, 94% seraient en faveur du principe d’un mouvement social. Le BASSA veut obtenir la suspension par British Airways du lancement d’un nouveau programme, « Dashboard Performance Management », qui dans sa forme actuelle signifie que les employés « reçoivent constamment des cartons rouge, vert et peut-être ambre, basés sur un score sans fin d’amélioration continue », résume Matt Smith pour Unite dans les colonnes d’ATW. La suspension réclamée devra durer jusqu’à ce que les « pires craintes des employés » aient été calmées, ajoute le dirigeant syndical pour qui un « système de performance parfaitement adéquat existe déjà » : être bien noté par ce nouveau système deviendrait année après année « de plus en plus difficile », ce qui faciliterait in fine le départ des PNC les plus anciens.

Pour British Airways, le nouveau Dashboard Performance Management n’est guère différent des systèmes mis en place dans les autres compagnies aériennes, avec l’inclusion des retours d’expérience des passagers. Il permet en outre de récompenser les PNC qui font bien leur travail, et « soutenir ceux qui ont besoin de s’améliorer » – le tout afin que les voyageurs reçoivent le meilleur service possible selon un porte-parole.

La compagnie de l’alliance Oneworld se dit ouverte à de plus amples discussions « pour assurer que les équipages fournissent aux passagers un service exceptionnel de façon régulière ».
Réponse de le 01/08/2016 à 13:00 :
"En Marche", ne serait-il pas, ici, un "troll" masque du SNPL ???? C'est abusif dans ce cas, mais il faut dire que l'abus n'est pas problématique pour le SNPL....
a écrit le 31/07/2016 à 15:08 :
RIP
Je pense que d'ici une paire d'années, AF aura disparu ou sera en voie de disparition et les grévistes professionnels iront chercher un job chez Qatar ou Emirates qu'ils prendront faute de mieux avec l'interdiction de faire grève.
Bande d'irresponsables
De la part d'un très bon client AF qui voyage au minimum maintenant avec AF qui était une bonne compagnie (platinum pendant 5 ans).
Les suivants sur la liste seront Lufthansa qui sont assez souvent en grève pour des motifs à peu prés aussi sérieux que ceux d'AF, mais qui ont cependant du retard. Il faut dire qu'une semaine de grève pour un désaccord sur une durée de validité d'accord d'entreprise soit au moins une bonne cinquantaine de Millions d'euros de perte, il fallait le faire
a écrit le 31/07/2016 à 13:27 :
Patron de TPE, j'annonce que je prevois de répondre à 100% de mes clients Lundi. :)
a écrit le 31/07/2016 à 13:27 :
Patron de TPE, j'annonce que je prevois de répondre à 100% de mes clients Lundi. :)
a écrit le 31/07/2016 à 9:12 :
J'espère que les grévistes seront en tête de liste lorsque Air France devra réduire ses effectifs
a écrit le 31/07/2016 à 7:29 :
Puisqu'il y a grève de toute façon avec l'intention de nuisances la plus grande c'est le moment de dénoncer l'accord d'entreprise
a écrit le 30/07/2016 à 19:53 :
Quand l état coursicuite le pdg voici le résulta
Super le PS
a écrit le 30/07/2016 à 18:36 :
Ah bon, parce qu'ils ont encore des passagers qui veulent voyager avec Air France ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :