Prix de l'électricité : la facture de la SNCF pourrait grimper de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de millions d'euros

Très gros consommateur d'électricité, la SNCF subit elle aussi l'inflation des prix de l'énergie. Si la politique de couverture du groupe devrait limiter l'impact à quelques dizaines de millions d'euros en 2022, la facture pourrait s'alourdir de quelques centaines de millions d'euros en 2023.
Les TGV sont de gros consommateurs d'électricité.
Les TGV sont de gros consommateurs d'électricité. (Crédits : Charles Platiau)

Si la guerre en Ukraine n'a pas eu d'impact jusqu'à présent sur le trafic de la SNCF, elle pourrait bien en avoir sur ses résultats. Le groupe ferroviaire est en effet le premier consommateur d'électricité industrielle en France et se retrouve donc confronté à l'inflation des coûts de l'énergie. Sa filiale SNCF Voyageurs, en charge du transport de passagers, représente à elle seule 10 % de la consommation industrielle en France, soit entre 1 et 2 % de la consommation française totale.

Selon Christophe Fanichet, PDG de SNCF Voyageurs, la consommation prévue pour l'année 2022 est couverte à 95 % avec une politique d'achat deux à trois ans à l'avance. Mais l'impact pourrait se faire sentir sur les 5 % restant, avec un achat spot qui devrait "coûter quelques dizaines de millions d'euros".

La facture pourrait enfler bien plus sensiblement en 2023, avec une couverture de l'ordre de 75 à 80 %. Le surcoût pourrait alors passer de quelques dizaines à quelques centaines de millions d'euros au vu des prix actuels de l'énergie. Une révision de la stratégie d'achat est donc aujourd'hui à l'étude pour déterminer le meilleur moment pour compléter la couverture de 2023. La question devrait être tranchée au second semestre de cette année.

Lire aussi 3 mnLa SNCF préoccupée par la faiblesse du voyage d'affaires

Pas de hausse sur le prix des billets

Le patron de SNCF Voyageurs a affirmé que cette inflation des coûts de l'énergie n'aurait pas d'impact sur le prix des billets longue distance cette année. Et il a indiqué que plusieurs programmes étaient aujourd'hui à l'œuvre pour réduire la consommation sans avoir à réduire la vitesse des trains.

En 2021, la consommation d'énergie de l'ensemble du groupe représentait 16,4 térawatt-heure (TWh), contre 17,9 TWh avant la crise. Sur ce total, l'électricité représente environ 9 TWh, principalement destinés à la traction ferroviaire. Ce qui donne une facture électrique annuelle de l'ordre du milliard d'euros pour la SNCF, soit l'un de ses principaux postes de dépenses externes.

Lire aussi 4 mnElectricité : la production au charbon n'a pas attendu la guerre en Ukraine pour s'envoler

3,5 TWh pour les seuls TGV

Sur ce total, SNCF Voyageurs utilise 7 TWh d'électricité pour tracter ses différents trains. Les TGV sont les plus gros consommateurs avec la moitié du volume, tandis que TER et Transilien représentent un quart chacun. L'électricité contribue ainsi à hauteur de 87 % de l'énergie utilisée par SNCF voyageurs pour son matériel roulant, les 13 % restants provenant du diesel qui alimente une partie des TER.

Christophe Fanichet a d'ailleurs rappelé l'engagement de la SNCF pour sortir du diesel d'ici 2035, avec de nouveaux trains à batteries et à hydrogène ou l'utilisation des carburants durables.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 09/04/2022 à 19:53
Signaler
Solution: le vélorail sur des voies inutilisées pour procurer du jus aux TGV; ce sont toujours les pauvres qui travaillent pour les riches!

à écrit le 09/04/2022 à 19:29
Signaler
Une recapitalisation déguisée en facture énergétique...

à écrit le 09/04/2022 à 17:28
Signaler
En diminuant ou en arrêtant sa consommation électrique ! l'Europe à tout prévu .On appelle cela " L'effacement industriel " avec le " Quoi qu'il en coûte " J'adore ! Il suffit d'arrêter nos industries lors de pics de consommation . Ils vont pa...

le 10/04/2022 à 10:52
Signaler
Voilà quelqu'un de positif comme on aimerait en lire plus souvent ;) Il suffit aussi de ne pas rouler en voiture pour ne pas subir l'augmentation du prix du carburant, et de baisser son chauffage l'été pour moins consommer de gaz (cause bien connue d...

à écrit le 09/04/2022 à 16:44
Signaler
La haine de la Russie a un coup sur l'économie mondiale! M.Biden doit être satisfait ?

à écrit le 09/04/2022 à 15:05
Signaler
Et bien, il ne fallait pas vendre la SHEM et même développer sa propre auto-production plutôt que de se mettre à la merci d'un tarif international qui dépend de paramètres tels que la vitesse du vent en mer Baltique.

à écrit le 09/04/2022 à 13:47
Signaler
Les tgv n'ont qu'à rouler moins vite

à écrit le 09/04/2022 à 13:05
Signaler
L'électricité française la moins chère du monde grâce au nucléaire, ça semble terminé, le courant s'aligne sur le prix du gaz (qui 'explose' si on peut dire). La SNCF va devoir ressortir les motrices diesel,ça lui coûtera moins cher. :-) Le monde ma...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.