SNCF : la concurrence arrive, la grève reste

Alors qu'une nouvelle ère s'ouvre pour la SNCF avec l'arrivée ce samedi sur le marché français du concurrent italien Trenitalia, les syndicats ont appelé à la grève pour ce week-end pour demander des augmentations salariales et de meilleures conditions de travail. Un timing incompréhensible pour le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, qui veut faire l'année 2022 "l'année du service client". Il espère que les syndicats "accepteront un monde qui change". En tout cas pour Trenitalia, cette grève est une véritable aubaine.
Fabrice Gliszczynski
Le mouvement de grève de la SNCF pourrait provoquer un effet d'aubaine pour la promotion de Trenitalia en France.
Le mouvement de grève de la SNCF pourrait provoquer un effet d'aubaine pour la promotion de Trenitalia en France. (Crédits : Charles Platiau)

Le monde change, les habitudes restent. Alors que l'ouverture à la concurrence du marché ferroviaire intérieur sera effective ce samedi avec l'arrivée de Trenitalia sur la ligne Paris-Lyon-Chambéry prolongée vers Modane-Turin et Milan en Italie, les syndicats de la SNCF ont appelé à la grève pour le premier week-end des vacances de Noël, notamment sur l'axe Sud-Est, celui que va emprunter son concurrent transalpin. Non pas pour s'opposer à cette libéralisation qu'ils ont toujours dénoncée, mais pour obtenir une hausse des salaires, de meilleures conditions de travail et des effectifs supplémentaires.

Immortalité

Un timing incompréhensible aux yeux du PDG de la SNCF Jean-Pierre Farandou, mais qui traduit bien l'univers dans lequel baignent les syndicats : la SNCF est immortelle, ouverture à la concurrence ou pas. Les syndicats le savent. Et en jouent. Ils savent aussi que le degré de concurrence dans le ferroviaire sera probablement sans commune mesure avec celui observé dans le transport aérien, ne serait-ce parce que la filiale low-cost, Ouigo, joue depuis bien longtemps le rôle de bouclier. Pour autant, immortalité n'est pas synonyme d'invulnérabilité. Les syndicats ont beaucoup à perdre à refuser le changement. Car le client aura peu de scrupules à changer d'opérateur si d'aventure celui-ci proposait un service jugé meilleur, soit par la qualité de service, soit par sa grille tarifaire, soit les deux.

En tout cas, Trenitalia ne pouvait rêver mieux pour lancer ses opérations. L'appel à la grève de la SNCF lui donne une belle opportunité de remplir ses trains pendant les fêtes de fin d'année, alors que la commercialisation tardive des places ce lundi, cinq jours à peine avant le début de l'exploitation samedi, laissait augurer d'un remplissage des trains en demi-teinte, ou d'une recette encore plus faible qu'espérée. Dans un premier temps, les trains rouges italiens devaient surtout attirer les curieux du ferroviaire et les passagers italiens avant de se faire connaître du grand public français et que celui-ci prenne l'habitude d'aller chercher les trajets disponibles ailleurs que sur le site de voyages SNCF. Le mouvement de grève pourrait donc provoquer un effet d'aubaine pour la promotion de Trenitalia en France.

Lire aussi 3 mnL'appel à la grève à la SNCF, une aubaine pour Trenitalia

Cette grève sur "l'axe TGV Sud-Est est un coup dur porté à la réputation de l'ensemble des cheminots auprès des Français", a déclaré Christophe Fanichet, PDG de la société SNCF Voyageurs. A deux jours des grands départs, où sont attendus un million de voyageurs sur trois jours, il n'a pas hésité à qualifier le mouvement de grève de "proprement scandaleux".

"L'année du service client"

Face à ce déficit d'image, Jean-Pierre Farandou n'a pas non plus mâché ses mots pour inviter les syndicats à changer. Invité ce mercredi du Club de l'économie du Monde, il a déclaré qu'il comptait faire de 2022 "l'année du service au client" pour que la compagnie ferroviaire devienne "impeccable", ce qui implique aussi selon lui que les syndicats en finissent avec leur culture de la grève.

"Ce que les Français veulent, c'est que la SNCF fasse bien son métier du ferroviaire, c'est notre rôle et il y a du boulot", a-t-il dit. Et d'ajouter : "c'est sûr que cette ambiance de menaces, de non-continuité du service avec les mouvements sociaux est très perturbante, elle peut être un facteur qui peut freiner la progression du ferroviaire (...). J'espère que les syndicats seront capables aussi, au fond, d'accepter le monde qui change. (...) Est-ce que les syndicats seront capables d'accepter un monde qui change - parce qu'il change - ?" (...) Sur la concurrence en particulier, il n'y aura pas de retour en arrière. (...) Il faut l'accepter, il y a une nouvelle donne. La SNCF ne sera pas le seul opérateur (et), franchement, faire une grève sur le Sud-Est entre Paris et Lyon au moment où Trenitalia fait un lien entre Paris et Lyon, je ne comprends pas (...) "C'est ce nouveau monde-là qu'il faut que nous apprenions ensemble. Je tends la main aux syndicats, je suis prêt à poursuivre le dialogue", a-t-il conclu.

Équation complexe

La partie est d'autant plus compliquée pour Jean-Pierre Farandou que la société doit faire des efforts après avoir bénéficié d'une aide d'Etat de 4 milliards d'euros, et qu'elle doit respecter les objectifs de performance prévus par la loi sur la réforme ferroviaire de 2018 en contrepartie de la reprise par l'Etat de 35 milliards d'euros de dette. Le groupe doit atteindre un flux de trésorerie libre (« free cash flow ») à l'équilibre en 2022. Autrement dit, cesser de brûler du cash. Pas facile avec la crise sanitaire. Après les 3 milliards d'euros de pertes enregistrées en 2020, le groupe public devrait en effet perdre "entre 1,5 et 2" milliards d'euros cette année et "dans ces conditions, envisager une augmentation salariale n'est pas chose aisée", selon Jean-Pierre Farandou, qui explique devoir "emprunter sur les marchés financiers pour payer les salaires du mois de décembre !"

Lors de la présentation des résultats semestriels, le groupe avait annoncé « emprunter l'équivalent de (son) déficit pour faire face aux dépenses courantes ». La SNCF annonçait disposer d'une ligne de crédit de 3,5 milliards d'euros, pour une trésorerie disponible de 8,7 milliards d'euros.

Depuis ces mesures, et alors que la SNCF affirme que le désendettement est une priorité, la dette de la SNCF est repartie à la hausse. Pour faire face à un flux de trésorerie libre déficitaire de 2,8 milliards d'euros en 2020, le groupe a emprunté autant. Et le niveau d'endettement s'est à nouveau accru de 256 millions d'euros au premier semestre pour atteindre 38,4 milliards d'euros. Le groupe SNCF a également exclu la possibilité de recourir à une nouvelle cession d'actifs, se limitant à la cession actée en octobre de sa filiale de location de wagons de fret Ermewa, qui devrait lui rapporter 3 milliards d'euros.

Fabrice Gliszczynski
Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 07/01/2022 à 9:49
Signaler
bjr TOTOTITI ! bonne année ! je suis bien d'accord avec vous. il est largement temps que les français ait un service ferroviaire à la hauteur des milliards que l'état (donc "NOUS") verse à cette entreprise ! les contribuables dont je fais partis en o...

à écrit le 16/12/2021 à 12:38
Signaler
Les professionnels de la grève sont de retour. Vivement plus de concurrence pour casser cette machine infernale des dinosaures cegetistes.

à écrit le 16/12/2021 à 8:57
Signaler
Privatisation du rail qui a été catastrophique au RU et en Allemagne, incompréhensible de ce fait, ces grèves tombent vraiment à pique, seul argument de la classe dirigeante et de ses médias au final.

à écrit le 16/12/2021 à 8:22
Signaler
Si cela peut éviter la transmission du virus d'une région a l'autre c'est déjà ça.

à écrit le 16/12/2021 à 8:18
Signaler
trenitalia est une compagnie etatique aussi donc syndicat et tutti quanti faut voir ce qu est le train en italie et vous allez comprendre ...les retards e tla salete sont bien pire que chez nous la sncf a de gros effort a faire sur les services mais ...

à écrit le 16/12/2021 à 8:16
Signaler
trenitalia est un ecompagnie etatique aussi donc syndicat et tutti quanti faut voir ce qu ets le train en italie et vous allez comprendre ...la sncf a de gros effort a faire sur les services mais le consommateur est il pret a le payer ..j en doute .....

à écrit le 16/12/2021 à 7:40
Signaler
dans ce pays tout ces gens qui rouspete et qui ont des emplois stable avec pas mal d acquis par rapport a d autres bloque notre pays en permanence tout ce monde a la rue et mettons des vrais travalleurs il ffaut se debarasser de ces punaises

à écrit le 16/12/2021 à 6:31
Signaler
En espérant que la SNCF et ses cheminots fonctionnaires ineptes disparaissent bientôt

à écrit le 16/12/2021 à 1:52
Signaler
Un cegetiste est borne par definition.

à écrit le 16/12/2021 à 1:43
Signaler
J'voudrais signaler au patron d'la tribune qu'un d'ses salariés journaliste ( Fabrice Glissesanssky * faut voir ) est chaud bouillant pour se faire arnaquer. Les syndicats, la revendication, les pneus et palettes brûlées, la saucisse merguez su'l bra...

à écrit le 16/12/2021 à 1:06
Signaler
C'est ça qu'j'aime bien sur internet... çà part en vrille en 2 secondes et les propos fâcheux fascho abondent. Le gars ( des 2 côté: journaliste, commentateur ) qui te racontais la messe la veille, que nanani nanana la liberté, les droits d'l'homme,...

à écrit le 15/12/2021 à 21:13
Signaler
La grève ! Ca rappel Krasucki, de bons souvenirs

à écrit le 15/12/2021 à 19:10
Signaler
Syndicats des cheminots : élus "Meilleures agence de promotion 2021" par Trenitalia !!!!

à écrit le 15/12/2021 à 19:09
Signaler
Syndicats des cheminots : élus "Meilleures agence de promotion 2021" par Trenitalia !!!!

à écrit le 15/12/2021 à 18:49
Signaler
Voilà la grève de trop, il faut tout mettre sur la table quelles sont les grilles salariales ã la SNCF, quels sont les avantages et tous les avantages petits et gros, le régime de retraite et de prévoyance avec la médecine inerte à la SNCF , ainsi on...

le 15/12/2021 à 20:44
Signaler
En faisant grève, je dois prendre un avion, ils m'incitent a aller à la concurrence ce weekend !! Ils ont tout faux de faire grève.... Je veux rester fidèle à la sncf, mais si ils ne répondent pas à la demande, sure que la concurrence va faire les ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.