SNCF : la Cour des comptes s'inquiète des gares, "dans une impasse financière"

 |  | 457 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
SNCF Gares & Connexions tire ses revenus des redevances versées par les compagnies ferroviaires, essentiellement SNCF Voyageurs, et des concessions commerciales. Mais le système des redevances est opaque, inégalitaire et trop favorable aux transporteurs, tandis que la faible marge de manœuvre financière de Gares & Connexions l'empêche d'investir pleinement, jugent les sages de la Cour des comptes.

Gares & Connexions, la branche de la SNCF chargée des gares, se trouve dans "une impasse financière qui appelle une réaction de l'État", estime la Cour des comptes dans un rapport publié mardi.

L'offre de service de Gares & Connexions --filiale de SNCF Réseau depuis début 2020, "gagnerait à être mieux définie, et la qualité du service rendu améliorée", juge la Cour, citant des "indicateurs limités en nombre et parfois peu pertinents dans leur définition, (des) objectifs encore peu contraignants et (...) un système d'incitations financières dont les effets restent faibles".

SNCF Gares & Connexions tire ses revenus des redevances versées par les compagnies ferroviaires --essentiellement SNCF Voyageurs-- et des concessions commerciales.

"En principe, ce modèle économique doit permettre à l'entreprise de couvrir ses coûts d'exploitation et de dégager une marge opérationnelle pour financer les investissements en gare. Cependant, il souffre de plusieurs faiblesses qui nuisent à son efficacité", pointent les sages de la rue Cambon.

Système de redevances opaque et inégalitaire

Le système des redevances est opaque, inégalitaire et trop favorable aux transporteurs, tandis que la faible marge de manœuvre financière de Gares & Connexions l'empêche d'investir pleinement, jugent-ils. Et, ajoutent-ils, quand la société s'allie à des promoteurs privés, ce sont ces derniers qui captent "une grande part de la valeur générée par les projets".

"Proposer un meilleur service aux transporteurs et aux voyageurs"

D'où la nécessité d'améliorer les performances "pour proposer, au meilleur prix, le meilleur service aux transporteurs et aux voyageurs", soulignent-ils:

"Gares & Connexions devra convaincre ses interlocuteurs qu'elle demeure la mieux à même de gérer les gares", y compris celles qui pourraient être transférées aux régions.

La Cour des comptes préconise parallèlement une réforme du système de redevances "pour améliorer la capacité d'autofinancement" du gestionnaire des gares".

Elle demande surtout une augmentation des subventions de l'État, notamment pour l'entretien des bâtiments historiques, d'autant que les besoins ont plus augmenté que les ressources avec l'intégration l'an dernier des quais, passerelles et grandes halles voyageurs précédemment gérés par SNCF Réseau.

Lire aussi : Comment la SNCF veut réinventer 1.000 gares

Vers "une réflexion de l'ensemble des parties prenantes"?

"Aujourd'hui, l'État ne prend pas en charge le financement d'obligations dont il est pourtant responsable, pour un patrimoine qui lui appartient et dont Gares & Connexions n'est qu'affectataire", estime-t-elle

"La question du financement des investissements en gares doit aussi s'inscrire dans une réflexion de l'ensemble des parties prenantes sur l'avenir des gares et de leur développement" dans leur environnement, ajoute-t-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/04/2021 à 11:02 :
Les problèmes sont multiples, dettes pharaoniques, service de plus en plus restreint, personnel qui débraye pour un oui ou pour un non.. Et si on commençait vraiment à se mettre à la concurrence en ouvrant enfin le réseau à d'autres prestataires de services que la SNCF? Pour l'instant, essayer de protéger le mammouth n'a pas conduit à de très bons résultats.. Perso, moins je prends le train, mieux je me porte, et je doute des chiffres sur les empreintes carbone quand les trains ne font pas le plein!
a écrit le 21/04/2021 à 1:58 :
Une entreprise communiste qui pratique le clientélisme local et
centralise sa dette à Paris...
a écrit le 20/04/2021 à 20:09 :
Le démembrement et la privatisation de la SNCF et de son personnel était une connerie de plus, dont nous n'avons pas fini de payer les conséquences. En fait ça commence seulement.

idem EDF, autoroutes, telecom, courrier, services public de l'eau, santé...
a écrit le 20/04/2021 à 17:52 :
les grandes gares implantées majoritairement au coeur des villes ont un très grand potentiel de développement commercial pourvu que leur gestion et les investissements d'activité correspondants soient privatisés . les cheminots SNCF doivent se limiter à gérer les voies de circulation des trains , les matériels roulants et éventuellement la billetterie s'ils sont en capacité d'y mettre du personnel qualifié et motivé .
a écrit le 20/04/2021 à 16:58 :
Les gares finiront comme les aéroports et les autoroutes: en concession à Vinci ou un autre prestataire
a écrit le 20/04/2021 à 16:38 :
y a aucune impasse
la sncf est dirigee par les syndicats d'ultra gauche qui prennent le pays en otage quand on ne repond pas positivement aux oukhazes
le contribuable paiera, et l'ultra gauche sera ravie pour ses adherents, elle pourra meme exiger des embauches et des augmentations de salaires, ca sera ' paye par personne'
a écrit le 20/04/2021 à 13:31 :
Banqueroute, voila la situation. Fillon avait raison.
Réponse de le 20/04/2021 à 15:30 :
C'est sûr , payer sa compagne (Pénélope) 8 000 euros par mois (avec l'argent du contribuable tout est possible surtout pour les belles histoires de famille) pour gérer un agenda et faire quelques courriers , c'est un atout pour la France …
Quant aux experts du palais de la rue de Cambon , ils devraient déjà payer leurs billets de train !
Réponse de le 20/04/2021 à 20:16 :
Le hic c'est qu'il a tout fait pour que cette situation perdure et s'accroisse pendant les 5 années où il a squatté Matignon.

Il a laissé le pays avec un déficit à 5%, une sécu en déficit de 24 milliards et un chômage à 10%.

Avoir raison ne suffit pas, on attendait de lui qu'il se sorte les doigts et agisse, quitte à froisser le mec en talonnettes.
a écrit le 20/04/2021 à 13:21 :
Belle institution que la Cour des Comptes quand même qui depuis de nombreuses années maintenant expose de véritables problèmes de fond, je suppose que cette forme de liberté et de sérieux du travail est indissociable du fait qu'elle soit totalement dépourvue de pouvoir et que finalement très peu de politiciens l'écoutent mais dans un pays dans lequel les gardes fous semblent avoir tous sautés c'est à souligner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :