Uber fusionne avec son concurrent Yandex Taxi en Russie

 |   |  496  mots
La Russie est le second grand pays dans lequel Uber est contraint de battre en retraite après la Chine, où la société américaine avait vendu ses activités en 2016.
La Russie est le second grand pays dans lequel Uber est contraint de battre en retraite après la Chine, où la société américaine avait vendu ses activités en 2016. (Crédits : Tyrone Siu)
De ce mariage doit naître un service de transport en commun personnalisé.

YandexTaxi, propriété du géant russe de l'internet Yandex, et le géant américain des voitures de transport avec chauffeur (VTC) Uber vont fusionner leurs plateformes de réservation en Russie, a annoncé jeudi Yandex dans un communiqué :

"Yandex et Uber ont décidé de fusionner leurs services de réservation de déplacements en ligne et créeront à ces fins une nouvelle société."

Cette société exercera en Russie et dans les ex-républiques soviétiques d'Azerbaïdjan, du Bélarus, du Kazakhstan, ainsi que dans celles d'Arménie et de Géorgie où Uber n'exerce pas actuellement, a précisé de son côté le groupe américain.

"C'est une opportunité excitante dans une situation unique et nos activités dans d'autres pays ne seront pas affectées", a souligné Uber dans un communiqué.

Dans le détail, la société sera détenue à 59,3% par Yandex, à 36,6% par Uber tandis que les 4,1% restant seront détenus par les employés de la nouvelle entreprise, selon le groupe internet russe.

3,7 milliards de dollars

Uber et Yandex vont investir respectivement 225 millions et 100 millions de dollars dans la nouvelle société qui sera dirigée par le PDG de Yandex.Taxi, Tigran Khoudaverdian, selon la même source. La valeur de la nouvelle société est estimée à 3,7 milliards de dollars.

"Après la fusion, rien ne changera pour les utilisateurs des deux services de taxi: les deux applications, Yandex Taxi comme Uber, seront toujours accessibles pour réserver" un véhicule, a assuré Tigran Khoudaverdian, cité dans le communiqué. "Cela permettra aux chauffeurs d'avoir plus de commandes par heure et aux passagers de continuer de bénéficier de prix accessibles", a-t-il ajouté.

Développer un transport en commun personnalisé

Cette fusion, qui doit encore être approuvée par les régulateurs du marché, "nous permettra de faire une nouvelle percée en matière de services et d'efficacité", s'est-il félicité. "Ensemble, nous allons développer un 'transport en commun personnel' qui sera alternatif à la voiture privée, aux autobus et au métro", a ajouté Tigran Khoudaverdian.

Selon lui, en se basant sur les chiffres de juin des deux entreprises, la nouvelle société sera présente dans 127 villes de six pays, assurera 35 millions de déplacements par mois représentant 7,9 milliards de roubles mensuels (115 millions d'euros au taux actuel).

"Le marché doit être finalisé dans le quatrième trimestre de l'année", selon le groupe américain. Uber s'était implanté en 2013 en Russie, deux ans après son principal concurrent, Yandex Taxi, qui possédait encore plus de la moitié du marché en 2016. Le troisième gros acteur du marché russe est Gett, lancé en Israël en 2011 et qui couvre aujourd'hui plus de 70 villes russes. La Russie est le second grand pays dans lequel Uber est contraint de battre en retraite après la Chine, où la société américaine avait vendu ses activités en 2016.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :