Les États-Unis veulent maintenant développer les éoliennes en mer flottantes

Afin d'augmenter la production d'énergies propres dans le pays, l'administration Biden, qui s'est déjà engagée à donner un nouvel élan aux éoliennes en mer, veut désormais aussi mettre l'accent sur les éoliennes flottantes. En Europe, les pays qui cherchent des alternatives au gaz russe, multiplient aussi les projets de développement de l'éolien offshore.
La course à l'éolien en mer est déjà bien lancée.
La course à l'éolien en mer est déjà bien lancée. (Crédits : Reuters)

Longtemps à la traîne des Européens en matière d'énergie éolienne en mer, les États-Unis veulent cette fois-ci prendre de l'avance. L'administration Biden, qui entend accélérer son programme d'énergie verte au niveau national, s'est fixé un nouvel objectif : déployer suffisamment d'éoliennes en mer flottantes pour produire 15 gigawatts en 2035, de quoi alimenter 5 millions de foyers en électricité. Un objectif qui s'ajoute à celui décidé l'an dernier par le gouvernement américain de générer 30 gigawatts d'électricité au moyen de l'énergie éolienne offshore d'ici à 2030.

Implanter des parcs éoliens en eaux profondes, réduire les coûts de 70%

« Aujourd'hui, nous lançons des efforts pour saisir une nouvelle opportunité, l'éolien en mer flottant, qui nous permettra de construire dans des zones en eaux profondes où les turbines ne peuvent pas être fixées directement au fond marin, mais où il y a des vents forts que nous pouvons exploiter », a expliqué jeudi la conseillère de la Maison-Blanche sur le climat, Gina McCarthy, lors d'un briefing avec des journalistes.

L'administration pense notamment à des projets au large des côtes de la Californie et de l'Oregon, à l'ouest, et du Maine, à l'est. Elle estime que deux tiers du potentiel des énergies éoliennes en mer aux Etats-Unis reposent sur les eaux profondes.

Le gouvernement américain voudrait aussi faire baisser le coût de production de ces éoliennes flottantes de 70% d'ici à 2035. L'administration entend consacrer près de 50 millions de dollars à des projets de recherche et développement.

Ces projets, assure la ministre de l'Énergie, Jennifer Granholm, seront menés de façon à s'assurer que les éoliennes flottantes « puissent coexister avec la faune et la flore sauvage, et avec les pêcheurs ».

Le ministère de l'Intérieur prévoit pour sa part de débuter le processus d'attributions de concessions en eaux profondes avec une première mise aux enchères pour une zone au large de la Californie à la fin de l'année.

Réduire les émissions de CO2 des États-Unis de 40% d'ici à 2030

Joe Biden, qui a fait de la lutte contre le changement climatique l'une de ses priorités, s'est fixé comme ambition de réduire les émissions de CO2 des États-Unis de 40% d'ici à 2030 par rapport à 2005. Cela passe notamment par le déploiement des énergies renouvelables. Une enveloppe globale de 370 milliards de dollars est allouée à de tels investissements dans ce domaine jugé « historique » par le président.

Lire aussiEnergies renouvelables, coût de la santé, taxe sur les superprofits...Le plan de Biden à l'épreuve du Congrès

Pour s'assurer le soutien des ménages américains, peu concernés par la crise climatique quand l'inflation atteint des records, le gouvernement a décidé de les toucher directement au portefeuille : une partie de ces fonds servira ainsi à financer des crédits d'impôts pour les producteurs et les consommateurs d'énergie éolienne, solaire et nucléaire. Il s'agit donc de mettre en place des incitations financières destinées à faire évoluer l'économie américaine vers des sources d'énergie non-fossiles plutôt qu'une politique de sanctions contre les pollueurs.

Si l'éolien se taille une place de choix dans le mix électrique américain, il n'est pas encore près d'éclipser les combustibles fossiles, encore largement majoritaires. La production d'électricité à partir de gaz fossile, qui est principalement obtenu par fracturation hydraulique outre-Atlantique, reste la principale source d'énergie pour produire de d'électricité.

Lire aussiÉtats-Unis : l'éolien devance pour la première fois le nucléaire et le charbon... mais reste loin derrière le gaz

______

ZOOM

Privée de gaz russe, l'Europe mise sur l'éolien offshore

Les pays européens, qui cherchent à tout prix des alternatives au gaz russe, multiplient les projets de développement d'énergies éoliennes. Huit pays de l'Union européenne riverains de la mer Baltique (Danemark, Allemagne, Pologne, Lituanie, Lettonie, Estonie, Finlande et Suède) sont convenus de multiplier par sept la capacité de production d'énergie éolienne en mer d'ici à 2030. La Baltique compte actuellement 2,8 gigawatts (GW) de capacité éolienne offshore, dont la quasi-totalité dans les eaux danoises et allemandes.

Quant à la France, qui accuse un grand retard dans ce domaine sur les pays d'Europe du Nord où des parcs entiers fonctionnent déjà, produit enfin de l'électricité éolienne offshore. Douze ans après les premiers appels d'offres, depuis le mois de juin, de l'électricité d'origine éolienne a été produite au large des côtes françaises près de Saint-Nazaire. D'autres sites éoliens offshore français doivent encore voir le jour dans la Manche et l'Atlantique dès 2023, et à terme en mer Méditerranée, alors que le développement de l'éolien terrestre marque le pas.

Lire aussiÉoliennes : ce qu'il faut faire pour qu'elles soient acceptées par les populations, selon le Cese

(avec AFP)

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 17/09/2022 à 22:44
Signaler
Encore plus de déchets marins qui iront s'échouer sur les côtes américaines non loin des rafiots de marchandises (e.g. Ever Forward) affrétés en Asie... Pourquoi attendre le vent tandis que les marées sont régulières et nettement plus puissante...

à écrit le 16/09/2022 à 17:27
Signaler
Ils ont compris que seul le flottant a un avenir. En France il faudrait aussi revoir les appels d'offres et les reserver à 100% au flottant

à écrit le 16/09/2022 à 15:50
Signaler
"Privée de gaz russe" Logique, puisque l’Europe n'en veut plus,les russes le coupe

à écrit le 16/09/2022 à 15:36
Signaler
Les éoliennes américaines ont produit 427 TWh sur 12 mois se terinant en juin 2022. Le total solaire atteint 186 TWh sur la même période. L'hydraulique semble ridicile avec "seulement" 273 TWh. Pour comparaison La France consomme environ 480 TWh d'él...

à écrit le 16/09/2022 à 13:42
Signaler
Je rêve d'une planète ou toutes les mers seront recouvertes d'éoliennes, toutes les terres de panneaux photovoltaïque, tout les cours d'eau de centrales hydraulique, bref que tout soit occupé, zoné qu'il ne reste surtout pas un brin d'herbe afin que ...

le 16/09/2022 à 15:09
Signaler
Il suffit 1% du sol occupé avec les nouveaux rendements des panneaux photovoltaiques. Nous ne sommes plus en 2011

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.