Suez refuse de se plier à la pression de Veolia

 |  | 1013 mots
Lecture 6 min.
L'OPA évoquée par Veolia, uniquement par voie de presse, présente selon Suez des conditions inacceptables et des risques d'exécution majeurs sur une longue durée de déstabilisation (possiblement presque deux ans), notamment au regard des autorisations des autorités de la concurrence requises pour réaliser la fusion.
L'OPA évoquée par Veolia, "uniquement par voie de presse", présente selon Suez "des conditions inacceptables et des risques d'exécution majeurs sur une longue durée de déstabilisation (possiblement presque deux ans), notamment au regard des autorisations des autorités de la concurrence requises" pour réaliser la fusion. (Crédits : Pascal Rossignol)
Dans un courrier envoyé au PDG de Veolia, le président de Suez, Philippe Varin, réaffirme l'insuffisance des éléments d'information transmis par le leader mondial du traitement de l'eau et des déchets à Suez. Alors que les échanges continuent de se tendre entre les deux groupes, il répète aussi son refus de désactiver la fondation de droit néerlandais qui fait obstacle au projet de fusion de Veolia.

Article publié à 10:44, la réaction de Veolia a été ajoutée à 11:19

Par communiqués, conférences de presse et auditions parlementaires interposés, l'hostilité entre Veolia et Suez ne cesse de croître, au lieu de s'atténuer. Mardi, Antoine Frérot, le PDG de Veolia, qui a acheté le 5 octobre à Engie une participation de 29,9% dans Suez, avait promis de lancer une OPA sur le reste des actions, au prix de 18 chacune, dès la conclusion d'un "accord de rapprochement" avec le conseil d'administration de Suez, qui s'y oppose farouchement. C'était une manière d'accentuer la pression sur sa cible au travers de ses actionnaires, en pariant sur le caractère extrêmement attractif du prix proposé.

Jeudi, Suez répond par une lettre cinglante de son président, Philippe Varin, à Antoine Frérot, transmise aux journalistes.

"Le Conseil d'administration de Suez ne peut que constater l'absence de toute offre ferme reçue de votre part, détaillée et complète", assurant "une égalité de traitement des actionnaires" et précisant  "le contenu du projet industriel en France et à l'international, les remèdes et les cessions d'actifs envisagés, les garanties suffisantes en matière d'emploi, le paiement en numéraire à un prix reflétant la valeur intrinsèque réelle de Suez et le caractère certain et inconditionnel de l'offre pour tous les actionnaires, y compris en matière de dividendes", réplique Philippe Varin.

L'OPA évoquée par Veolia, "uniquement par voie de presse", présente d'ailleurs selon Suez "des conditions inacceptables et des risques d'exécution majeurs sur une longue durée de déstabilisation (possiblement presque deux ans), notamment au regard des autorisations des autorités de la concurrence requises" pour réaliser la fusion.

"L'incertitude quant au principe, l'issue, la forme, les modalités, le prix (au terme d'un calendrier très long) de votre éventuelle offre publique persiste donc au détriment de nos actionnaires", malgré l'expression d'une "intention non engageante" quant à sa date, poursuit Philippe Varin.

Une attitude "incompatible avec l'engagement public d'amicalité"

Le courrier répond également à la demande de Veolia à ce que Suez désactive au plus vite la fondation de droit néerlandais constituée afin de rendre inaliénable sa filiale Suez Eau France -laquelle, dans le cadre d'une fusion avec Veolia, devrait être cédée pour respecter la législation antitrust. "Le dispositif est indispensable à la préservation de l'intérêt social de Suez", estime Philippe Varin, en notant au passage qu'après sa création en septembre, celui-ci a contribué à convaincre Veolia d'augmenter le prix proposé pour l'achat de Suez, de 15,5 à 18 euros par action.

Lire: Pourquoi la fondation créée par Suez reste le casse-tête principal de Veolia

"Nous ne pouvons donc donner suite à votre demande de 'déconstruction volontaire' d'un mécanisme tout à fait légitime", répond le président de Suez, en renvoyant à "l'information rendue publique" quant aux détails sur son fonctionnement.

Il rappelle par ailleurs à Veolia que le droit de la concurrence, comme une ordonnance prononcée par le tribunal judiciaire de Paris le 9 octobre, lui interdisent pour le moment "d'interférer dans la gestion de Suez". Veolia s'est déjà réservé d'agir en justice pour demander l'annulation de la fondation.

Comme il l'avait déjà fait devant les sénateurs qui l'ont auditionné mardi, Philippe Varin dit aussi regretter de la part de Veolia une attitude "incompatible avec l'engagement public d''amicalité'" publiquement pris par Antoine Frérot juste avant l'acquisition des parts d'Engie. Philippe Varin pointe aussi du doigt l'aspect "parfaitement contradictoire" par rapport aux principes de la loi Pacte, soutenue par Antoine Frérot, ainsi que le caractère "déplacé" en période de crise sanitaire.

Veolia renoue avec les bénéfices

Veolia, qui s'était dit mardi "déterminé" à poursuivre son projet de fusion malgré les obstacles opposés par Suez, se réjouit pour sa part jeudi des résultats du troisième trimestre 2020 solides, malgré la crise du Covid. Après un premier semestre dans le rouge en raison de la crise sanitaire, le groupe renoue avec les profits, le bénéfice net courant ayant crû de 6,2% à 142 millions d'euros sur ces trois mois. Le chiffre d'affaires reste néanmoins en repli de 2,3%, à 6,3 milliards d'euros (courant), du fait d'une variation de périmètre et d'effets de changes. Antoine Frérot, cité par l'AFP, espère donc "une performance opérationnelle au 4e trimestre 2020 équivalente à celle du 4e trimestre 2019".

Lire aussi: Bertrand Camus (Suez): "Il n'y a pas de dialogue avec Veolia"

Entretemps, la bataille avec Suez se poursuit aussi sur le terrain judiciaire. La Cour d'appel de Paris doit se prononcer avant la fin du mois d'octobre sur l'appel interposé par Engie et Veolia contre l'ordonnance du tribunal judiciaire qui a décidé la suspension de l'achat des parts du groupe énergétique dans Suez, tant que les comités sociaux et économiques (CSE) de Suez et Suez Eau France n'auront pas été "informés et consultés" sur l'opération. Une audience aura lieu dès jeudi après-midi.

Suez a également fait appel d'une décision de l'Autorité des marchés financiers qui rejetait son recours contestant la légitimité de l'opération en deux temps prévue par Veolia (rachat des actions d'Engie d'abord, OPA ensuite). L'intersyndicale du groupe Suez a également affirmé vouloir saisir le parquet national financier pour demander l'ouverture d'une enquête sur les conditions des négociations entre Veolia et Engie. Des entraves que mardi Antoine Frérot avait toutefois défini de "péripéties" attendues, et incapables d'arrêter "un train lancé".

La réponse de Suez "ne change rien à notre détermination", a ajouté Antoine Frérot jeudi matin lors d'une conférence de presse de présentation des résultats de Veolia. Elle montre plutôt, selon lui, que "Suez n'a pas d'autre projet au-delà de la création d'une fondation illégale de droit néerlandais", et que son conseil d'administration "refuse tout début de dialogue".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2020 à 4:19 :
L'actionnaire a in fine toujours tord.
a écrit le 05/11/2020 à 17:17 :
En tout cas, dès que j'ai occasion je demanderais au maire de cesser de travailler avec cette société, l'argent de nos dépenses ne peuvent mal'servir .
a écrit le 05/11/2020 à 12:20 :
Triste image du capitalisme à la française ou quand un X-Mines et son corps bataillent face à un X-Ponts et son corps : Sur que le client a tout à y perdre . Vive le pragmatisme anglo saxon
a écrit le 05/11/2020 à 12:14 :
ce Mr VARIN ne fut il pas dans un passé pas si ancien chez Peugeot , ou il ne laissa pas que des bons souvenirs ?
a écrit le 05/11/2020 à 11:06 :
Nous ne voulons pas du monople de l'eau et assainissement VEOLIA en France. Qu'attend le gouvernement pour le dire et le faire?
Réponse de le 05/11/2020 à 15:57 :
@Boule 05/11/2020 11:06
Ecrivez plutôt: JE ne veux pas du monopole et .......
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :