Le devoir d'innover

 |   |  569  mots
(Crédits : DR)
Au lendemain de la victoire du Front national aux élections européennes, La Tribune compte prendre part à l'urgence d'un renouveau démocratique. Par Jean-Christophe Tortora, directeur de La Tribune.

Inutile de pleurnicher sur le "séisme" des résultats de l'élection européenne : les électeurs ont adressé un message clair de défiance à l'égard du gouvernement, des deux grandes formations politiques et de tous ceux qui construisent ou dirigent une Union européenne qui ne convainc plus personne. Ce n'est pas l'idée européenne qui est mise à mal, tous les sondages le montrent, mais ce qu'en ont fait les responsables politiques et technocrates depuis une vingtaine d'années.

 

Impuissance politique

L'Europe, créée sans les peuples, a continué de se construire sans eux. Son logiciel, le traité de Lisbonne, a fini de verrouiller cette absence de démocratie en gravant dans le marbre les principes communs d'une gouvernance automatique, basée sur des indicateurs macro-économiques absurdes et illisibles par les citoyens. La machine infernale s'est mise en marche et la succession des grands partis conservateurs ou sociaux-démocrates, servant la même politique économique et sociale, est devenu le triste spectacle de l'impuissance politique et démocratique. Dès lors à quoi bon voter, sinon pour ceux qui, malheureusement, sont les seuls à tenir un discours audible sur l'inanité de ce système...

Alors que faire ? Le vernis consensuel européen des grands partis commence à craqueler. C'est l'heure des frondeurs et des longs couteaux. Mais la recomposition des forces politiques, avec un FN fort, va être longue. L'UMP toujours prête à se ressouder derrière les thèmes rebattus de la sécurité ou de l'immigration est en retard d'un train. Le parti de Marine Le Pen a compris que c'est sur les thèmes de l'économie, de la sujétion aux marchés financiers, du diktat de l'Europe de Merkel et de Bruxelles ou du traité transatlantique qu'il peut ramasser la mise à double titre : ces sujets parlent aux Français et ils divisent profondément les deux grands partis. Les cicatrices de Maastricht et Lisbonne, pansées régulièrement, sont rouvertes et il faudra du temps pour guérir - ou autopsier - les deux grands corps malades.

 

Un renouveau démocratique régional 

Mais avec un Front national en tête de ce scrutin européen, pas question de baisser les bras ou d'attendre que ces appareils se remettent en marche. Il faut agir : ce sont les régions qui doivent prendre le relais de l'innovation démocratique, sociale et économique. Les discussions sur le mille-feuille territorial peuvent sembler provinciales ou austères. Elles sont pourtant l'occasion de reprendre la main sur le logiciel du pays. Les métropoles, dont les entreprises et les élus sont à la fois tournés vers leur territoire et vers l'international, sont un lieu possible de renouveau démocratique.

"La Tribune", qui suit de plus en plus près l'innovation et l'impact du numérique sur la société, l'économie et l'entreprise, sait que l'avenir se joue aujourd'hui dans les territoires, loin des appareils parisiens ou bruxellois. Dans la construction de villes intelligentes qui remettent le citoyens au cœur des décisions, dans les incubateurs de start-ups, dans les laboratoires de R&D des grandes entreprises, dans l'économie sociale et solidaire, dans les nouvelles formes d'échange, de monnaie et de commerce local ou global. Plus que jamais, nous sommes convaincus que c'est le rôle de la Tribune d'encourager ce renouveau, qu'il soit technologique, économique, social, démocratique... en un mot politique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2014 à 9:37 :
promesse opportune
ou création d'une rubrique ?

--
y-a plus d'époque !*
jf le scour, 2014
*je sais, je sais, je revendique
a écrit le 27/05/2014 à 7:30 :
Condition majeure - que les élus du mille-feuille territorial soit eux mêmes convaincus du devoir d'éthique, de responsabilité réellement participative, non partisane !
a écrit le 27/05/2014 à 2:40 :
C'est exact que les métropoles et les communautés d'agglomération semblent devenir un refuge essentiel pour la démocratie et des idées novatrices. Il n'y a pas grand chose a attendre du niveau européen qui bloque énormément non seulement la démocratie mais aussi le progrès scientifique, technique et économique. Heureusement qu il y a de grandes réussites urbaines qui permettent de concrétiser l'initiative intelligente a l'échelle humaine.
a écrit le 27/05/2014 à 2:36 :
C'est exact que les métropoles et les communautés d'agglomération semblent devenir un tremplin essentiel pour la démocratie et des idées novatrices. Il n'y a pas grand chose a attendre du niveau européen qui bloque énormément non seulement la démocratie mais aussi le progrès scientifique, technique et économique.
a écrit le 27/05/2014 à 0:33 :
L'Europe est morte avec l'Union européenne, qui exige la fin de la souveraineté de tous les pays membres. Les bureaucrates irresponsables de Bruxelles sont devenus supérieurs aux volontés des Français, les peuples allemands, britanniques, italiens, hollandais, espagnols, grecs et portugais.
L'unique solution c'est la disparition de EU, point barre.
a écrit le 26/05/2014 à 16:58 :
Simplifier le mille-feuilles en rajoutant une couche de métropole ? Revivifier la democratie grâce aux métropoles (c'est à dire sans les citoyens.) Vous aimez le paradoxe !
a écrit le 26/05/2014 à 16:45 :
Bravo!
Enfin un journal économique français qui à l'initiative de son directeur veut être ACTEUR de ce renouveau démocratique tant attendu!
Au niveau national, le manque de courage politique et la technocratie ont pris le dessus sur toute idée novatrice & réformatrice; la solution passe par le régional & le local (idée largement évoquée par E. Morin dans "La Voie").
Cette volonté affichée par un journal sérieux est le début d'un souffle nouveau tant attendu dans la presse économique française!
Belle idée,
"just do it!"
a écrit le 26/05/2014 à 15:53 :
Très bonne idées
Il y a du travail

Rêvons !!
a écrit le 26/05/2014 à 14:28 :
Voila un article qui parle à tous les orphelins de droite. Le fait qu'il n'y ai que 2 commentaires m'a séduit de suite. Généralement, ce qui est utile dans les journaux est soit peu lu, soit peu commenté. Le ton me plait autant que le contenu. Enfin un appel à utiliser ce que l'on peut changer.
a écrit le 26/05/2014 à 11:44 :
Bon, ça commence bien, et on est d'accord sur le constat.
En revanche, ça se termine de façon peu claire avec cet appel aux régions et au local qui ne veut rien dire.
Cela étant, je suis surpris que certains soient surpris de voir le front à 25%, car il devrait être à 40%.
Je m'explique : on est sortis de la présidence Sarko avec une situation économique très précaire, et les premières mesures de FH ont été de serrer encore plus la ceinture fiscale (ISF, quotient familial, TVA, Heures Sup...) et d'appuyer sur les freins.
A quoi s'est rajouté l'affaire du marriage homosexuel qui a tout de même mis 1 million de gens dans la rue, et la répression féroce de Manuel Valls.
En même temps on a eu Cahuzac, le conseil d'état et Valls contre Dieudonné, et le soutien aux djihadistes en Syrie (soutien en Syrie et répression en France, vas comprendre....).
Mon vrai souci, c'est que le successeur de FH ne fera pas mieux, car il faut un courage dont nos politiciens sont dépourvus.
Réponse de le 26/05/2014 à 13:24 :
Il faut fermer l ENA interdire au fonctionnaire d être candidat aux élections et changer toute la classe politique
A vrai dire lepen a un boulevard

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :