Ne laissons pas le virus du plastique nous envahir

 |  | 792 mots
Lecture 4 min.
L'eau en bouteille coûte de 100 à 200 fois plus cher que l'eau du robinet, plombant ainsi inutilement les dépenses des ménages, soulignent les membres de l'Action Tank.
L'eau en bouteille coûte de 100 à 200 fois plus cher que l'eau du robinet, plombant ainsi inutilement les dépenses des ménages, soulignent les membres de l'Action Tank. (Crédits : Flickr / Cha già José)
OPINION. Chaque Français produit en moyenne 590 kg de déchets ménagers par an, un chiffre qui a doublé en 40 ans. La consommation de l’eau du robinet est un geste simple et écologique pour réduire la pollution des bouteilles en plastique, rappellent les membres d'un collectif fondé par Eau De Paris, à l'occasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets. (*) Par les membres fondateurs et permanents de l’Action Tank zéro déchet plastique.

Au plus fort de la crise sanitaire, il est une héroïne discrète dont il a peu été question dans le débat public, à laquelle nous voulons rendre hommage ici. Alliée essentielle du personnel soignant comme des citoyens ordinaires, l'eau nous aide chaque jour à nous protéger du virus, à travers des gestes simples mais essentiels, comme le fait de se laver les mains régulièrement. Livrée à domicile, sans contact ni emballage, l'eau du robinet est essentielle, et nous accompagne à tous les instants de la vie.

Pourtant, au lieu d'un hommage, nous voyons réapparaître, surfant sur la crise et les peurs, la vieille rhétorique, visant à disqualifier l'eau du robinet au profit de l'eau embouteillée, venant parfois d'acteurs industriels supposés responsables. Alors que le mouvement de réduction des déchets commence enfin à prendre une ampleur importante, notamment grâce à l'interdiction des gobelets et de la vaisselle jetable, mais aussi à la prise de conscience de l'impact écologique des bouteilles en plastique, il est impératif de ne pas revenir en arrière. Les préoccupations écologiques ne doivent pas être reléguées au second plan. Non, la bouteille jetable n'est pas indispensable au quotidien.

Un enjeu social et écologique majeur

Nous, service public de l'eau, ONG de défense des océans, entreprises privées et start-up engagées, sommes alliés, au sein d'une coalition d'acteurs, pour transformer nos modes de consommation et inventer de nouveaux accès et usages de l'eau du robinet. Nous y voyons un enjeu social et écologique majeur.

Écologique d'abord. Chaque année, en France, 8,7 milliards de litres d'eau sont mis en bouteille et consommés selon la European Federation of Bottled Waters, mais une bouteille sur deux seulement est recyclée selon PlasticsEurope. Ces plastiques polluent massivement les océans, au point que l'on parle aujourd'hui d'un 7ème continent, fait de milliards de déchets plastiques agglomérés en une monstrueuse masse qui ne cesse de s'étendre en plein Pacifique. Une pollution pourtant si facile à éviter, si nous changeons, chacun à notre niveau, nos habitudes... c'est pour cela que nous unissons nos forces pour promouvoir des solutions zéro déchet partout où le jetable (gobelets, bouteilles, cannettes...) règne encore.

C'est aussi un enjeu résolument social. L'eau en bouteille coûte de 100 à 200 fois plus cher que l'eau du robinet, plombant ainsi inutilement les dépenses des ménages...

Mutualiser les bonnes idées

La crise sanitaire nous a tous et toutes bousculés. Nous devons nous adapter en permanence pour conjuguer protection sanitaire et activités économiques. Les consignes sont complexes et les enjeux vitaux. Ces derniers mois, nous avons dû réapprendre à vivre ensemble. Nous avons dû intégrer durablement quelques gestes pour nous protéger : porter un masque, se laver les mains avant de toucher la machine à café, la fontaine à eau ou lors de nos échanges avec des commerçants ou nos voisins. Mais se protéger les uns les autres ne doit pas se faire au détriment des enjeux écologiques. Refusons le retour du tout jetable et des bouteilles plastiques, qui ne nous protègent pas mieux, et menacent de réduire à néant nos efforts et nos changements de comportements qui commençaient tout juste à porter leurs fruits quand la crise COVID a frappé.

Nous, services publics, ONG, entreprises, lieux de culture, de soin et d'éducation, appelons à mutualiser les bonnes idées pour trouver les solutions durables et protectrices, de la santé et de la planète. Nous en avons déjà testé certaines pour généraliser l'accès à l'eau du robinet dans les entreprises et les lieux qui accueillent du public. Nous partagerons ces propositions dans les prochains mois, à travers un livre blanc qui présentera les résultats de toutes les expérimentations que nous menons à travers l'Action tank du Paris de l'eau zéro déchet plastique, grâce au soutien d'acteurs engagés.

L'eau du robinet est plus que jamais essentielle. A cette eau discrète, rendons hommage pour qu'elle soit le symbole de de notre engagement à construire un monde qui prend soin de la planète et des gens.

--------------------

Les membres fondateurs de l'Action Tank zéro déchet plastique: EAU DE PARIS, SURFRIDER FOUNDATION EUROPE, GOBI.

Et les membres permanents: ACCORHOTELS ARENA, AGENCE PARISIENNE DU CLIMAT, CARREAU DU TEMPLE, DÉLÉGATION GÉNÉRALE AUX JEUX OLYMPIQUES ET PARALYMPIQUES ET GRANDS ÉVÈNEMENTS DE LA VILLE DE PARIS, DIRECTION DES AFFAIRES SCOLAIRES DE LA VILLE DE PARIS, ECOTABLE, FOODCHÉRI, FONDATION AIA, FRAMHEIM, GROUPE ACCOR, GROUPE BERTRAND, HÔTEL MATIGNON, OLVO, RADIO FRANCE, REUNION DES MUSEES NATIONAUX - GRAND PALAIS, SCHNEIDER ELECTRIC, SISLEY, SCIENCES PO, WE LOVE GREEN.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2020 à 10:36 :
revenons un peut en arriere qui a voulu du pastique
et bien les ecolos qui ont meme oblige le gouvernement a sanctionne les emballages carton et de ce fait detruis des milliers d'emploi en france
et ceux sous la pression du maire de begles ex journaliste ainsi que beaucoup
d'autres comme ex ministre voir m hulot
a écrit le 23/11/2020 à 17:18 :
Ok maintenant que Paris a une régie communale de l'eau, il est vrai que ce sera toujours bien mieux que ces millions de tonnes de bouteilles en plastique que nous jettons maintenant je vous le dis tout net cela semble un combat perdu d'avance du fait du consommateur particulièrement bien paramétré par la société pour polluer, puisque New York est la ville qui propose la meilleur eau du robinet du monde, du fait d'un système naturel de filtration par sol et malgré tout les New Yorkais sont les gens qui achètent le plus de bouteille d'eau au monde, alors peut-être aussi parce que avant cette méthode naturelle de filtration elle était devenue particulièrement immonde l'eau du robinet et ça les a totalement traumatisés mais c'est une vérité exposant que qualité de l'eau ne rime pas avec arrêt d'achat de bouteilles en plastiques qu'il faudrait simplement interdire ou que l'eau soit servie dans des petits contenants en verre jusqu'à 2 litres et ensuite en grosse quantité avec distributeurs mais de laisser faire du fric sur la vente d'un bien commun après l'avoir pollué par du plastique est intolérable.

Pour ma part j'ai trouvé mieux mais j'habite à la campagne, depuis qu'une certaine compagnie d'eau qui fait parler d'elle en ce moment a prit en charge la régie de ma commune mon eau est 3 fois plus chère et vraiment plus mauvaise or comme il n'est pas question non plus que j'achète tout ce plastique, pour tester le gout de votre eau je vous conseille de boire un verre dès le réveil au matin, je peux vous garantir que le chlore vous le sentez bien, et bien depuis trois ans maintenant je bois l'eau d'une source du coin, certifiée par plusieurs personnes, des références, du cru et tout va bien, bon parfois ça tire un peu mais c'est vraiment rare faut juste que je fasse attention en la prélevant. Mais alors que ma famille me voit aller très bien, elle ne veut pas essayer, c'est pour dire comme nous sommes vraiment bien programmés. Nous partons de très très loin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :