Droits voisins : un Netflix de la presse française serait plus efficace

 |   |  1165  mots
(Crédits : Reuters)
OPINION. De la même façon que la démocratie donne au peuple le pouvoir de décider de leurs destins, nous Européens, devrions penser à créer notre Netflix de la presse, et pourquoi pas nous, Français, celui de la francophonie. Par Bernard Chaussegros, président de l’Observatoire de la transformation audiovisuelle.

Au moment même où la France s'apprêtait à devenir le tout premier pays à transposer dans sa loi la directive européenne sur le droit d'auteur, l'institut Sapiens publiait une note intitulée « Droits voisins, et maintenant ? ». Elle essayait de montrer que le texte n'était pas la victoire que beaucoup célébraient, mais laissait en réalité de nombreuses questions en suspens. Il était illusoire d'imaginer que les GAFA allaient se plier aisément aux injonctions des Européens et redonner à notre presse moribonde les moyens de profiter enfin équitablement de la manne publicitaire du numérique.

Lire aussi : Les droits voisins, c'est une "question de survie" pour la presse

L'histoire récente nous enseigne typiquement à quel point Alphabet, la maison mère de Google, est passé maître dans l'art de contourner les obstacles européens, à défaut de les repousser. Même les récentes victoires engrangées par la pugnace et très redoutée commissaire européenne Margrethe Vestager doivent être relativisées.

Google a fait appel, ce qui gèle pour l'instant le paiement des amendes. Les mesures provisoires, quant à elles, sont si légères qu'elles ne doivent guère inquiéter. Ainsi, alors qu'il croyait pourtant avoir remporté la victoire décisive, le champion français Qwant a dû très vite déchanter : l'ouverture d'Android à d'autres moteurs de recherches que celui de Google serait certes bientôt possible lors de la première installation d'un smartphone Android par l'usager, mais la possibilité de lui être proposé comme une des 4 alternatives à Google Search ferait l'objet d'enchères au plus offrant. Bref, comme au Poker, il faut payer pour voir et pour jouer.

Quand le piège se referme...

Et c'est précisément là que le piège se referme inexorablement : les GAFA revendiquent, comme la presse le ferait d'ailleurs, le fait qu'ils génèrent de l'audience (ou des usagers, c'est selon), et que cela a donc un prix pour qui veut en profiter, qu'il s'agisse d'annonceurs, ou de développeurs d'applications concurrentes. Quoi de plus libéral au fond ?

Plus de 20 ans avant Google, Microsoft avait déjà montré le chemin en résistant, puis finalement en annihilant, les effets le concernant de décisions européennes en matière d'antitrust.

Aujourd'hui, comment s'étonner encore du fait que dès la promulgation en France de la loi sur les droits d'auteurs votée le 25 Juillet par le Parlement, Google en ait douché les principaux espoirs et même les fondamentaux, d'un communiqué laconique qui fait finalement office de simple changement des conditions générales d'utilisation ?

« Nous n'afficherons plus d'aperçu du contenu en France pour les éditeurs de presse européens, sauf si l'éditeur a fait des démarches pour nous indiquer que c'est son souhait. Ce sera le cas pour les résultats des recherches effectuées à partir de tous les services de Google »précise le communiqué de presse.

Dit autrement, Google ne compte absolument pas rétribuer les éditeurs de presse, pas plus les Français que les autres d'ailleurs. Au contraire, si un éditeur souhaite désormais voir apparaître plus de contenu que le titre, ce sera en plus à lui de le déterminer, en conscience et par écrit. Et tout ça, sans espérer bien sûr être rétribué...

Les GAFA ? Un trou noir dans une galaxie de contenus

Au contraire, peut-être même qu'un jour, il faudra payer Google en participant pour cela, comme Qwant a dû y renoncer faute de moyens, à des enchères ouvertes pour avoir l'espoir d'être vus sur Google News dont l'ambition affichée, sans mauvais jeu de mot, est de capter l'audience de la presse qui se répartit déjà de plus en plus sur les smartphones dotés de leur système Android sur lesquels nous glanons frénétiquement ci et là un article plutôt que d'acheter un journal ou un magazine, ou de s'y abonner.

Les GAFA seraient finalement comme un trou noir dans une galaxie de contenus. Les trous noirs ont ceci de particulier qu'ils sont tellement denses et puissants, qu'on ne les voit pas, parce qu'ils absorbent tout, même la lumière.

Lire aussi : Sébastien Soriano (Arcep): "Mieux réguler les Gafa permettra de libérer la capacité des autres acteurs à innover"

Si les trous noirs mettent au défi les lois de la physique, les GAFA mettent, quant à eux au défi l'Europe. Un dernier exemple en date concerne le droit à l'oubli numérique cher aux Européens qui va finalement s'appliquer uniquement à l'intérieur de nos frontières.

En effet, la veille du communiqué de presse du ministre de la Culture qui dénonçait le 25 septembre 2019 la réaction de Google après la promulgation de la loi sur les droits d'auteurs et les négociations qu'elle devait permettre de déclencher, la Cour de justice de l'Union européenne tranchait en faveur de l'Américain dans le dossier du droit à l'oubli, estimant que Google n'était pas tenu de l'appliquer en dehors des frontières de l'Union.

Internet, le 4e secteur de l'économie américaine

Cette bataille du pouvoir dépasse donc le seul cadre de la presse, de l'audiovisuel, ou de l'exception culturelle. La numérisation est devenue le poumon de l'économie américaine. Pour s'en convaincre, une étude publiée le 26 septembre par un organisme proche des GAFA a donné quelques chiffres : internet a pesé 2,100 milliards de dollars dans le PIB des États-Unis en 2018. C'est désormais le 4e secteur de l'économie américaine, après l'immobilier, l'État, et juste derrière l'industrie. Ce sont aussi 6 millions d'emplois directs, et 13 millions de plus en indirect, rien qu'aux États-Unis. On comprend mieux dans ce contexte que la taxe GAFA, la loi sur les droits d'auteurs, et finalement tout ce qui pourrait ralentir l'inexorable marche en avant des GAFA, sont autant de freins que le gouvernement américain va chercher à lever en pesant pour cela de tout son poids.

Lire aussi : Taxe Gafa : la France n'a pas gagné grand-chose dans "l'accord" Macron-Trump au G7

De la même façon que la démocratie donne au peuple le pouvoir de décider de leurs destins, nous Européens, devrions penser à créer notre Netflix de la presse, et pourquoi pas nous, Français, celui de la francophonie. La réaction de Google renforce aujourd'hui cette nécessité. Elle ouvre même un autre champ de réflexion, à savoir celui de l'éducation. Il faut apprendre aux plus jeunes à multiplier les sources d'information, mais aussi à les hiérarchiser pour mieux les apprécier, et pas seulement s'en remettre à l'intelligence artificielle que nous promettent les GAFA afin de tout faire et de tout trier pour nous, et finalement arriver à penser à notre place. L'humain doit rester maître de son destin, il doit utiliser la machine et non en être l'esclave.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/10/2019 à 10:00 :
Pensez vous que la Démocratie suivent la courbe de l'enrichissement de certain désireux d'être "plus égaux" que les autres?
a écrit le 24/10/2019 à 19:15 :
Mais Google respecte la loi.
Puisque rajouter du contenu (extrait, vignette, etc.) à un lien vers un article de presse devient payant, alors Google publie uniquement le lien vers l'article et ne paie RIEN.
Où est le problème ?

Encore une loi écrite avec les pieds des ayant-droits.
a écrit le 20/10/2019 à 11:38 :
La problématique de l’information mondiale :

1) comment le journaliste reçoit les directives ?
2) comment le journaliste l’interprète ?
3) est ce que les journalistes sont libres d’écrire ce qu’ils veulent comme ils le ressentent ?
4) les journalistes sont ils connectés à l’espace temps réalité ?
Pour ma part je pense que les journalistes sont orientés et influencés ( sinon ils risquent de perdre leur popularité) donc nous pouvons conclure que l’information mondiale est «  orientée » par des intérêts x y ou z.

L’information neutre peut exister que par le changement des valeurs humaines.
a écrit le 20/10/2019 à 10:43 :
Les GAFA ? Un trou noir dans une galaxie de contenus

Je ne sais pas en regardant l'information sur la tnt et le câble, je constate que les pubs sont en même temps comme les sujets.
Lorsque l'on fait un débat et que l'invite uniquement des "commentateurs" ou " journalistes" qui ont parfois une petite dizaine de casquettes pour raconter la même chose, disons qu'en regardant l'information hier sur l'un des gafas, disons qu'il y en avait plus (d'informations).

Et puis je viens de lire dans une autre langue du nord des informations, dont je vais voir combien de temps cela va prendre ici?!!
a écrit le 20/10/2019 à 10:20 :
Une bonne analyse mais la francophonie semble une bien meilleure idée puisque l'europe construite par l'argent pour l'argent n'a plus aucune motivation, volonté, vie, lobotomisée par le court terme, si ce n'est de nous vendre aux capitaux étrangers.

L'union méditerranéenne était une excellente idée de sarkozy qui hélas ne s'en était servie que pour cacher au final sa servitude envers les marchés financiers.
a écrit le 19/10/2019 à 19:59 :
Je croyais que Netflix, c'était comme Canal Plus sauf qu'ils ne font que proposer leurs propres séries et aident les décérébrés dans leur choix comme Google, qui vous bombarde de pub personnalisées.
Le commerce, c'est trouver le besoin à satisfaire pour ses clients. Actuellement, les gens papillonnent pour tout, donc l'abonnement classique ne peut fonctionner, il vous enferme dans un seul support, pouvoir accéder à de multiples articles sur un même sujet ou à divers quotidiens ou magazine, c'est ce que veulent les internautes.
Le problème, c'est la rémunération de la presse existante, ce qui serait intéressant, c'est de faire pour la presse ce que la Sacem fait pour la musique. Qu'un site proposant des abonnements avec l'accès à de très nombreux titres par pays européen avec un tarif en fonction du nombre de connexion au site et des articles dont juste le titre et l'en-tête sont affichés et ceux vraiment lus. Ensuite, les journaux actuels seraient rétribués en fonction de leur audience sur ce site comme pour la musique. Il suffirait de demander aux programmateurs de Qwant d'offrir aux abonnés une possibilité de recherche par thème, par actualités et par type de presse, au lieu d'avoir un simple accès par nom d'un quotidien ou autres magazines... Beaucoup de gens seraient intéressés par ce genre de site.
TV5 Monde, c'est déjà une chaîne francophone, un site francophone de presse pourquoi pas, mais ce n'est pas le sujet, il ne s'agit pas de se contenter de la presse francophone mais d'avoir accès à toute la presse européenne.
a écrit le 19/10/2019 à 15:00 :
Le "Netflix de la presse" existe en France. Sur ePresse.fr, nous avons développé la lecture illimitée de la presse depuis Novembre 2017 : plus de 450 journaux et magazines que vous pouvez lire en illimité pour un prix forfaitaire de 9,99€/mois sans engagements, sur votre téléphone, tablette ou ordinateur.
a écrit le 19/10/2019 à 14:58 :
Le "Netflix de la presse" existe en France. Vous pouvez tester la lecture illimitée sur plus de 450 journaux et magazines en numérique sur @ePressefr. Offre découverte pendant 3 jours sans engagement et sans moyen de paiement requis. https://www.epresse.fr/offre-decouverte
Réponse de le 19/10/2019 à 19:41 :
Pendant trois jours seulement, ce n'est pas un abonnement illimité pour la suite.
a écrit le 19/10/2019 à 11:48 :
La France avait les moyens du temps d'Alcatel de créer des GAFA français, ou impulser leur création en Europe avec nos voisins. J'ai participé à cette avancée technologique. Je constate la nullité des dirigeants Français, atlantistes bornés (et cela continue avec Macron) qui ont laissé notre industrie technologique se faire manger par les américains (Concorde à l'A380 torpillés, Alstom volé, etc ...) ou les allemands. Ainsi le projet Galileo sensé remplacer le GPS a été torpillé par les allemands, comme résultat de les mis à la tête de l'agence spatiale européenne, alors que ce sont les ingénieurs français qui ont permis l'avancée dans ce domaine !
De la même façon que Chirac a laissé tomber l'industrie d'armement de Saint-Etienne, pour la première fois de son histoire depuis les Gaules la France est obligée d'acheter les fusils de son armée à l'étranger (fusil d'assaut allemand) !
C'est la même chose pour le numérique. Les start-up sont soutenues par des fonds publics mais on les laisse s'installer aux USA ! Il faut concentrer les investissements en France, faire de vrais choix stratégiques forts comme le gouvernement de la Libération l'a fait. Mais pour cela, il faut de vrais dirigeants qui défendent les intérêts du pays et non des marionnettes payées par des fonds étrangers ...
a écrit le 19/10/2019 à 11:21 :
Excellente initiative ! Les américains nous offrent soit disant un internet gratuit pour mieux contourner nos lois et notre liberté en monétisant nos données personnelles et faire d'énormes profits : ça suffit ! Il est grand temps de développer ce genre de projet sinon les citoyens du monde deviendront de véritables esclaves conditionnés par ces GAFAM....
a écrit le 19/10/2019 à 10:47 :
Bonjour,

Non
C’est 1 mauvaise idée ;
Ensemble nous sommes plus forts et nous pouvons apporter plus de créativité à l’humanité, par conséquent le «  mieux » :

Est une «  ouverture des capitaux  » des GAFA , inviter des investisseurs Français à participer en % au capital et ainsi «  créer des super méga groupes multi-internationaux »

Faut arrêter de se voiler la face et se prendre tout le temps des «  murs » :
nous sommes tous des citoyens du monde, non ?

La culture est internationale et ça se partage...

Cordialement,
a écrit le 19/10/2019 à 10:31 :
la presse etait assis sur sa rente, avec distribution par nnpp, dont tout le monde sait ce que ca veut dire....
le numerique a envoye tout ca en l'air, les rentiers sont furieux
concernant google, la meme presse cherche un imbecile qui va payer pour eux ( sachant que plus personne ne veut payer 2 euros par jour pour de l'info qu'on trouve de toute facon gratuitement)
en hurlant que google les pillait il s'est passe exactement ce que je disais, c'est a dire que goggle va se proposer de les dereferencer pour montrer qu'il ne pille rien......... et la, oh surprise, que constate t on?
que le remede est pire que le mal, comme prevu
je pense qu'il faudrait virer les vieux crabes incompetents si la presse veut trouver une solution in fine
sinon, ca sera ' dailymotion reenchante pour tous'
Réponse de le 19/10/2019 à 11:28 :
Et alors ? Des boîtes françaises font des profits, ça vous dérange ? Des boîtes US font des profits encore plus importants et vous trouvez ça normal ? Expliquez nous.
Dailymotion, Meetic et toutes les autres cas de succès français rachetés par des boîtes US illustrent l'hégémonie dangereuse des américains... C'est pas en baissant les bras qu'on peut gagner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :