Opérateurs télécoms et "Big Data" : entrer dans le cercle vertueux des services et des données

OPINION. Selon Éric Denoyer, PDG de la startup Otodo et ex-directeur général de SFR-Numericable, l'arrivée des assistants personnels vocaux constitue une opportunité pour les opérateurs télécoms de regagner du terrain dans la chaîne de valeur du digital, par le biais de nouveaux services pour la maison.
Pierre Manière

3 mn

Ancien directeur-général SFR-Numericable, Eric Denoyer est désormais à la tête d'Otodo, une startup dans le domaine de la maison intelligente.
Ancien directeur-général SFR-Numericable, Eric Denoyer est désormais à la tête d'Otodo, une startup dans le domaine de la maison intelligente. (Crédits : Reuters)

Le terme "Big Data" évoque d'abord chez le public un enjeu sociétal - 42% des Français s'inquiètent de l'utilisation de leurs données privées. Opportunément rappelée par Tim Cook [le PDG d'Apple, Ndlr] devant le parlement européen tout acquis à cette cause, il y a une impérieuse nécessité de défendre le droit à la vie privée de chacun, face au « complexe industriel de la donnée ». Mais ces données sont aussi un fantastique enjeu économique : en 2020, elles représenteront en Europe un revenu de plus de 80 milliards d'euros selon le cabinet IDC, et plus de 400 milliards si l'on ajoute les emplois indirectement créés.

On le sait bien, ces ressources sont principalement exploitées aujourd'hui par les géants du Net, majoritairement américains, qui ont développé un savoir-faire sophistiqué pour les collecter et les monétiser. Les données sont non seulement une source de revenus publicitaires, mais aussi et surtout le socle de l'amélioration de leurs services et de la création de nouveaux services innovants.

La possession des données conforte ainsi leur domination du marché en construisant un cercle vertueux : la diffusion de services digitaux à très grande échelle permet d'acquérir une connaissance de plus en plus fine des utilisateurs. Et correctement traitée, cette connaissance procure un avantage concurrentiel important dans la création de nouveaux services, qui eux-mêmes légitiment la collecte de nouvelles informations. Ainsi Uber - toujours lui - exploite chaque jour plus finement la géolocalisation de ses chauffeurs et de ses clients pour améliorer son application.

Le risque de commoditisation des télécoms

Pour les acteurs qui ne sont pas entrés suffisamment rapidement dans cette course aux données, il est souvent trop tard. Pas de data, pas de service... Ainsi en va-t-il des opérateurs de télécommunications, qui ont longtemps été les gardiens du "Big Data" avant de se faire doubler par les plateformes du web et autres réseaux sociaux. Les voici réduits à mener une guerre des prix sur les abonnements à l'internet fixe et à la téléphonie mobile, dont la valeur pourrait diminuer inexorablement jusqu'à devenir une commodité. Et il n'est pas certain que les contenus audiovisuels [sur lesquels mise SFR dans l'Hexagone] ou les services bancaires [comme Orange Bank, la banque digitale de l'opérateur historique] soient des compléments suffisamment puissants pour retrouver durablement le chemin de la croissance.

Dans ce contexte, l'arrivée massive et rapide des assistants vocaux est une belle opportunité de rebattre les cartes. Avec plus de 100 millions d'unités vendues en moins de trois ans, on ne peut plus parler d'un banal effet de mode éphémère.

Bien évidemment, il s'agit avant tout d'une bataille entre géants du web, et on voit bien l'offensive d'Amazon sur ce terrain. Mais c'est aussi une opportunité unique pour les opérateurs de télécommunications de revenir dans le quotidien numérique de leurs clients avec la création de nouveaux services pour la maison, et de regagner du terrain dans la chaîne de valeur du digital. Certains opérateurs ont déjà compris les gains à récolter. En annonçant il y a quelques jours l'intégration de l'assistant vocal Alexa au sein de leurs box, Free et Orange unissent leur offre de contenu à l'ensemble des capacités de service détenues par le mastodonte de Jeff Bezos. La preuve, s'il en est, que la maison connectée n'en est qu'à ses débuts !

Lire aussi : Maison connectée : Otodo se rêve en contrôleur universel

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.