Contre la pénurie de bois, un ébéniste franc-comtois mise sur le circuit ultra-court

Alors que la pénurie de bois en France menace les acteurs du BTP, Hugo Delavelle, un ébéniste artisan, situé à Saulnot, sur les contreforts de la forêt vosgienne, parie sur la qualité de la matière première -qu'il prélève lui-même, la performance de son outil industriel, mais aussi sur l'économie de proximité avec ses impacts positifs sur l'environnement et les délais clients.

6 mn

L'entrepreneur ébéniste Hugo Delavelle évalue l'assemblage du pied tulipe tripode d'une de ses dernières créations.
L'entrepreneur ébéniste Hugo Delavelle évalue l'assemblage du pied tulipe tripode d'une de ses dernières créations. (Crédits : Christine Biau / Atelier Hugo Delavelle)

« J'ai toujours acheté le bois au prix fort car je suis exigeant en termes de qualité, et conscient du travail que cela représente », explique Hugo Delavelle, fondateur de l'entreprise éponyme.

Même s'il devient de plus en plus difficile de trouver le bon fournisseur, la hausse des prix du bois a finalement peu impacté l'activité de l'entreprise qui s'est positionnée dès le départ sur du haut de gamme en production locale. Une stratégie qui paye puisque l'ébéniste n'a pratiquement pas augmenté ses prix.

« En septembre, nous avons répercuté cette inflation sur nos ventes de 1% à 5% en fonction de la teneur en bois de nos créations », admet-t-il.

Contrairement aux acteurs du BTP, pour le fabricant de meubles design en bois massif, la matière première représente une petite partie du coût de production, comparé à la main-d'œuvre. « Avec 1 mètre cube de bois, je réalise 60 tabourets, sachant qu'il faudra passer environ 5 heures sur chaque tabouret », explique Hugo Delavelle. Au final, le bois représente 25 euros HT sur un prix de vente à 400 euros.

Hugo Delavelle, ébéniste, meubles, bois, scierie, Vosges, table, tabouret, canapé

[Travail du bois dans l'atelier Delavelle: opération de rabotage. Crédit: Christine Biau]

Idéalement situé, sur les contreforts de la forêt vosgienne, l'entrepreneur achète son bois directement aux scieurs de la région, sans passer par des négociants qui prennent une marge importante. « Très peu d'artisans ont, comme moi, ce pied dans la scierie au quotidien », note Hugo Delavelle. « En cas de baisse de production, les scieurs préfèreront me le vendre au prix fort plutôt qu'aux négociants au rabais », poursuit-il.

La stratégie du chef d'entreprise est de miser sur l'économie de proximité. Originaire de Franche-Comté, Hugo Delavelle est fier de ses origines. L'entrepreneur est revenu sur ses terres pour fonder son entreprise après des études en Allemagne.

En 2009, le jeune homme démarre son activité dans le garage de ses parents de 30 m2 avec une seule et unique ancienne machine combinée à un local de 700 m2 pour travailler.

Résilience et esprit d'entreprise

En 2021, après avoir subi un incendie l'année dernière qui a détruit sa production et trois mois de chiffre d'affaires, Hugo Delavelle investit 1,1 million d'euros pour racheter et rénover un site industriel en friche de 4.000 m2, dont 2.000 m2 de bâtiment de stockage.

« Grâce à cet espace supplémentaire, j'ai pu acheter davantage de bois en 2020 pour anticiper les hausses de prix de cette année. Cela a impacté notre trésorerie, mais nous avons pu travailler durant huit mois sans acheter de bois », confie le chef d'entreprise.

Hugo Delavelle, ébéniste, meubles, bois, scierie, Vosges, table, tabouret, canapé  Christine Biau / Atelier Hugo Delavelle

[Travail du bois dans l'atelier: montage d'une table à pied tulipe tripode. Crédit: Christine Biau. Cliquez sur l'image pour l'agrandir plein écran]

Les vertus du circuit ultra-court sur l'environnement

Afin d'assurer la pérennité de l'entreprise, Hugo Delavelle souhaite aller encore plus loin dans sa stratégie locale. Le chef d'entreprise vise l'ultra circuit-court en créant une deuxième société qui s'appellera Scierie Bois Service d'ici la fin du second semestre.

« L'idée est d'avoir notre propre scierie en interne. Cela engendra un impact sur notre trésorerie les premières années car une fois acheté le bois, il faudra entre 3 et 4 ans pour le sécher. Les premières planches seront exploitables dans 5 ans environ », explique l'entrepreneur.

L'économie est donc envisagée à plus long terme. En revanche, à court terme, l'impact environnemental sera immédiat.

« Les bois sont coupés dans la forêt qui se trouve à 15 km d'ici, ils roulent 1h30 jusqu'à la scierie pour y être coupés et séchés, puis ils refont 1h30 de route pour rejoindre mon atelier où ils seront transformés », explique Hugo Delavelle.

Des distances courtes entre le lieu de prélèvement, la scierie et l'atelier, autant de kilomètres épargnés à la planète.

Qualité de la matière première et performance de l'outil industriel

Autre avantage pour l'ébéniste, designer de meubles : la qualité des bois. Depuis plusieurs années, Hugo Delavelle constate une vraie tension sur le marché du chêne avec les clients asiatiques qui viennent acheter en Europe et notamment en France :

« Les scieurs ont tendance à précipiter le séchage. D'où un phénomène de décoloration qui apparait dans le chêne. Certains diront que c'est à cause du réchauffement climatique, que les hivers ne sont plus assez rigoureux, d'autres diront qu'au printemps, il y a trop de chaleur dans l'air ambiant et que le bois sèche trop vite. Moi, je n'ai pas lu d'études sur ce phénomène. En le sciant moi-même, tout en revenant à des pratiques plus raisonnées de séchage, j'espère obtenir le bois qui me convient », précise l'artisan ébéniste.

L'atelier Delavelle possède désormais un outil ultraperformant, avec la possibilité de multiplier par 10 sa capacité de production grâce à ces derniers investissements.

« Pour l'ébénisterie artisanale, nous avons un des ateliers les plus performants au monde », ose même le chef d'entreprise.

D'ici la fin du mois de septembre, l'entreprise aura retrouvé le même volume d'affaires qu'avant la pandémie de Covid-19, soit 800.000 euros de chiffre d'affaires. Trois personnes ont été embauchées début septembre et deux recrutements côté forces de vente sont en cours.

Hugo Delavelle, ébéniste, artisan, meubles, bois, scierie, Vosges, table, tabouret, canapé, Franche-Comté

Hugo Delavelle, ébéniste, meubles, bois, scierie, Vosges

[L'entrepreneur ébéniste Hugo Delavelle évalue l'assemblage du pied tulipe tripode d'une de ses dernières créations. Crédit: Christine Biau. Cliquez sur les photos pour les agrandir plein écran]

6 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.