Grand Paris : les projets d'Inventons la métropole 1 et 2 sont-ils sortis de terre ?

ENQUÊTE. Les deux premiers concours d'architecture et d'urbanisme de la métropole du Grand Paris ont-ils tenu leur promesse sur le terrain ? Les maires se sont-ils emparés de ces projets immobiliers privés ?
César Armand

15 mn

Après avoir déjà lancé deux appels à projet « Inventons la métropole du Grand Paris » en 2016 et 2018, et désigné les lauréats en 2017 et 2019, l'intercommunalité aux 131 communes reprend le chemin du concours ce 6 mai 2021.
Après avoir déjà lancé deux appels à projet « Inventons la métropole du Grand Paris » en 2016 et 2018, et désigné les lauréats en 2017 et 2019, l'intercommunalité aux 131 communes reprend le chemin du concours ce 6 mai 2021. (Crédits : DR)

Article publié le 6 mai 2021 à 10h12, mis à jour le 6 mai 2021 à 14h11 avec la réaction de la métropole du Grand Paris

Quelle commune du Grand Paris est plus pro-active que les autres dans la construction de la ville de demain ? Quelles conséquences ont eu les élections municipales de 2020 sur les grands projets d'architecture ? La révolution urbaine promise par la métropole francilienne dès sa naissance en 2016 est-elle au rendez-vous ?

Après avoir déjà lancé deux appels à projet « Inventons la métropole du Grand Paris » en 2016 et 2018, et désigné les lauréats en 2017 et 2019, l'intercommunalité aux 131 communes reprend le chemin du concours ce 6 mai 2021. Il est cette fois question de la transformation des bureaux en logements, du recyclage des friches et de l'aménagement des gares du Grand Paris Express.

Sans attendre la liste des nouveaux terrains soumis aux acteurs privés, La Tribune est allée interroger, début mai les mandataires des projets lauréats des deux premières éditions pour tenter d'établir à date un état des lieux. Les entreprises qui n'apparaissent pas sont celles qui n'ont pas (encore) répondu aux sollicitations ou souhaité communiquer.

A Antony - Antonypôle, la promesse de vente du foncier a été signée avec la commune en 2019, pour des premières livraisons en 2026, confie le promoteur Linkcity.

A Argenteuil - Berges de Seine, la promesse de vente a été signée en février 2021 et la demande de permis de construire déposée la semaine dernière, fait-on savoir chez Atland.

Toujours dans cette commune du Val-d'Oise, pour le site Secteur gare, Bricqueville a obtenu trois permis de construire. Dans l'attente d'autorisations spécifiques de la SNCF pour pouvoir mettre en chantier le projet, le lancement des opérations est prévu à horizon fin 2021 dans les meilleurs délais. Les demandes de commercialisation des lots Hôtellerie et tertiaire ont débuté.

A Asnières - site Patinoire : Figures Libres, le permis est en cours de préparation, explicite Pichet.

A Bagneux - Blanchard/Croizat Fortin, le groupe Lamotte déposera le permis de construire cet automne pour un démarrage des travaux fin 2022.

A Bagnolet - pôle Gallieni, le promoteur Giboire indique que la promesse de vente est en cours de rédaction.

A Bondy - site « Noue Caillet », Pichet évoque des « travaux en cours ».

A Bondy - site « PRU Centre-ville de Lattre de Tassigny », Altarea a obtenu le permis de construire le 5 mars dernier. Le lancement commercial est intervenu le 12 février 2021 auprès des Bondynois puis le 12 mars 2021 auprès du grand public. Le chantier devrait ainsi démarrer au 4ème trimestre 2021 pour une livraison au 1er trimestre 2024.

A Bourg-la-Reine - site de la Faïencerie, la Ville a mené une concertation en 2019, puis lancé une étude de programmation, mais le dépôt de permis devrait intervenir fin 2021-début 2022. « Le projet a pris du retard du fait de la Covid-19 notamment, mais il est toujours bien engagé et la volonté de faire est toujours au rendez-vous », souligne Altarea.

A Cachan - site Campus, la commune a souhaité amender le projet avec une prise en compte encore plus forte des aspects environnementaux de la même façon qu'elle aère lancé un appel d'offres début 2020 pour sélectionner un aménageur qui réalisera les espaces publics et coordonnera tous les projets. « L'aménageur devrait bientôt être désigné ce qui permettra une entrée prochaine dans une phase opérationnelle », mise Altarea.

A Charenton-Bercy, à cheval entre la commune du Val-de-Marne et le XIIème arrondissement de Paris, la zone d'aménagement concerté (ZAC) est en cours de création pour un dépôt du permis de construire prévu pour mi-2022, déclare Bouygues Immobilier.

A Chelles, rare ville de Seine-et-Marne en dehors du périmètre métropolitain, les mises au point urbanistiques et architecturales se poursuivent avec la ville dans l'optique de déposer un permis de construire de la première tranche au 2nd semestre 2021. En attendant, les procédures environnementales et d'étude d'impact se poursuivent, conditionnant la modification du plan local d'urbanisme nécessaire à l'opération et donc au premier dépôt de permis de construire, précise Atland.

A Clichy-la-Garenne (92), le groupe Duval travaille sur les dossiers d'autorisations pour la Maison du Peuple. Pichet, sur le site Léon Blum Urban Osmose, a déposé le permis de construire.

A Clichy-sous-Bois (93) - site Terrains Leclaire, Nexity entend déposer un permis de construire en 2021, « en cohérence avec les attentes de la Ville et des habitants ».

A Clichy-sous-Bois-Montfermeil, sur le quartier du Plateau, le permis de construire est en cours de préparation, en raison d'un décalage lié au passage du tunnel du métro du Grand Paris Express, clarifie Pichet.

A Corbeil-Essonnes - site « Ancien hôpital Gilles-de-Corbeil », Altarea a effectué des sondages complémentaires, dont les résultats ont remis l'équilibre économique global du projet. À croire en d'autres termes le projet a été abandonné.

A Evry et Courcouronnes, désormais fusionnées sous le nom d'Evry-Courcouronnes, le site « Canal Europe Tour H, Hôpital Louise Michel » devrait faire l'objet d'un permis de construire en 2022 pour les 50.000 m² neufs. Pour la réhabilitation de la tour H, le montage est en cours dans l'attente d'un accord de cofinancement entre la région Île-de-France et le département de l'Essonne, poursuit Bouygues Immobilier. En revanche, le projet lié au Génopole a été abandonné. « Après un an d'études approfondies en lien étroit avec les collectivités, les différentes hypothèses n'étaient pas concluantes », écrit Linkcity.

A Issy-les-Moulineaux - ZAC Léon Blum, îlot E, Icade communique sur un permis de construire en cours d'instruction avec un démarrage prévisionnel des travaux en 2024.

Au Bourget, le groupe Duval n'est guère plus disert que pour Clichy-la-Garenne : « nous travaillons sur les dossiers d'autorisation », lâche-t-il à propos du site « Entonnement Est du Grand Paris Express ».

Au Kremlin-Bicêtre, dans le secteur de la gare, l'emprise foncière est aujourd'hui utilisée pour la construction de l'extension de ligne 14 et sera libérée qu'en 2024. « Nous attendons 2022 pour travailler les PC en lien avec la nouvelle municipalité conformément au planning prévisionnel », relève Altarea.

Aux Lilas, Cibex témoigne d'aléas techniques gérés par une reprise de l'implantation de certains bâtiments et d'une révision du projet présentée à la population en 2019, en vue d'une signature à l'été 2021.

A Lieusaint - Carré Sénart, le permis de construire a été obtenu et purgé, si bien que le projet est en cours de commercialisation, explique Sopic.

A Limeil-Brévannes - site « Cœur de ville », Quartus assure que le concours a été l'occasion pour la municipalité d'étendre sa réflexion sur un périmètre plus large concernant la revitalisation de son centre-ville. Tant est si bien que le groupe immobilier se revendique désormais comme assistant à la maîtrise d'ouvrage sur l'évolution urbaine de l'ensemble du cœur de ville.

A Montreuil, la reconversion de l'usine EIF, le projet est en reconversion à la demande de la ville, avec un travail de concertation des différents acteurs, avoue Bouygues Immobilier.

A Morangis - site de l'Armée Leclerc, Paris Sud Aménagement qui a obtenu le permis de construire consulte les entreprises afin de lancer la commercialisation début juin 2021.

A Nanterre, sur le site « Centre d'accueil et de soins hospitaliers (CASH)», le foncier appartenant au CASH a été acquis par Icade, lui permettant d'envisager de signer en juin 2021 une promesse de vente pour le périmètre socle. Suivie d'un dépôt du permis de construire au quatrième trimestre 2021, le démarrage des travaux de démolition sur le premier socle mi-2022 et la livraison prévisionnelle mi-2026. Pour le projet situé place de la Boule, la livraison du terrain par l'aménageur SEMNA est prévue pour fin 2021, dit Ogic.

A Nogent-sur-Marne, sur le site de Plaisance-sur-Marne, le projet a été mis en standby puis arrêté par la ville car elle n'avait finalement pas les terrains.

A Noisy-le-Grand (93) sur le site de l'ancienne école Louis-Lumière, les dernières validations sont en cours entre la commune et l'aménageur EPAMARNE afin de permettre la signature d'une promesse de vente début juillet. De la même manière, la préparation des permis de construire a déjà débuté pour un premier dépôt fin septembre-début octobre 2021, un démarrage opérationnel en 2022 et une livraison en 2024-2025, détaille BNP Paribas Real Estate.

A Noisy-le-Sec (93) site « Plaine Ouest », les permis de construire ont été délivrés en février et mars 2020. Les travaux de construction ont commencé début 2021 sur le premier lot. Le second sera acquis par Bouygues Immobilier dès lors que l'établissement public foncier d'Île-de-France (EPFIF) en sera propriétaire.

Toujours à Noisy-le-Sec, pour le site « Pont de Bondy-Triangle Ouest », les actes authentiques ont été signés fin 2020, faisant démarrer le chantier le 15 avril dernier, avec comme objectif de livrer l'opération d'ici à l'été 2023, liste Linkcity.

A Pantin, le projet n'est jamais sorti. « Il n'y avait pas de volonté très claire de la ville », regrette le directeur général de Demathieu Bard Immobilier, Philippe Jung.

A Paris - site « Paul Bourguet »« le permis est en cours d'instruction » dixit Pichet.

A Paris - porte de Saint-Ouen, BNP Paribas Real Estate « attend » la délivrance du permis de construire cet été pour un démarrage du chantier au premier trimestre 2022. « A ce stade, tout se déroule normalement malgré la complexité du projet. On suit le processus normal d'une opération parisienne », concède la filiale immobilière de la banque BNP Paribas.

A Paris - rue du Soleil, l'architecte Nathalie Couineau a signé en septembre 2019 une promesse de bail ainsi qu'une convention d'occupation temporaire. Elle est désormais sur le point de finaliser la levée des conditions suspensives et vise un passage au Conseil de Paris au mois de juillet. Objectif : signer le bail dans la foulée et démarrer le chantier en septembre.

A Paris - quai de Bercy-Charenton, à la frontière de la capitale et de Charenton-le-Pont (94), Icade parie sur une livraison en 2025-2026.

Toujours à Paris, cette fois dans le XVème arrondissement, le site « Quai d'Issy », le projet a été validé au Conseil de Paris le 11 mars 2022, et le permis déposé vendredi dernier. A tel point que les travaux débuteraient à l'été 2022 pour une livraison au premier semestre, énumère Bouygues Immobilier.

Direction maintenant la porte de Vanves-porte de Brancion dans le XIVème. « L'objectif est de sortir le projet en fin d'année pour la partie parisienne et courant 2022 pour la partie vanvéenne », écrit-on chez Woodeum.

A la frontière cette fois de Pierrefitte-sur-Seine et de Stains, en Seine-Saint-Denis, Atland a été le premier à poser la première pierre du premier concours Inventons la métropole en mars 2019, soit un an et demi après la désignation des gagnants. Les bâtiments ont été livrés.

A Romainville, rue de la Commune de Paris, du fait de l'intercommunalité Est-Ensemble qui a revu son plan local d'urbanisme intercommunal, le permis de construire sera déposé fin juillet 2021 avant le démarrage des travaux en 2022 et une livraison prévue en 2024, confesse-t-on chez Alsei.

A Rueil-Malmaison, dirigée par le président de la métropole du Grand Paris, sur le site de l'Écoquartier de l'Arsenal, la commercialisation a été lancée par Altarea en septembre 2020, avec des travaux qui devraient démarrer en juillet 2021.

En revanche sur le site Jean Jaurès, Giboire écrit n'avoir « pas de retour de la ville ».

A Saint-Denis, l'ancienne piscine municipale est aux mains de l'exploitant Cultplace. Maxime Stzulcman, dont l'associé est à l'origine de la Bellevilloise à Paris, veut déposer le permis de construire en septembre 2021. « Le nouveau maire [Mathieu Hanotin, Ndlr] semble plutôt intéressé par le projet et le trouve intéressant. Les choses sont sur la bonne route », ajoute-t-il.

A Saint-Ouen-sur-Seine, le changement de maire en 2020 a redonné du souffle aux deux projets. Pour le site du stade Bauer, le directeur général de Réalités Luc Belot a déposé le premier permis de construire le 31 mars et signé la promesse de vente avec le nouvel édile Karim Bouamrane le 8 avril. Suivront le lancement des travaux de mise en norme du stade le 19 mai et le dépôt du permis de construire le 30 juin.

Idem pour le site « Marché aux Puces » remporté par Novaxia. Son président Joachim Azan se félicite que le projet soit de nouveau à l'étude par la municipalité après avoir été bloqué par l'ancienne.

A Sevran, pour les terrains Montceleux, la concertation citoyenne est en cours dans la zone d'aménagement appartenant à l'aménageur d'Etat Grand Paris Aménagement, avec en ligne de mire un démarrage des travaux en 2023, estime Linkcity.

A Thiais, les secteurs 1 et 2 dits « pont de Rungis - parcs en Scène », Linkcity promet des premières livraisons début 2025 à Orly. Pour le secteur 3 dit « pont de Rungis / Faubourg », Vinci Immobilier rappelle que le programme a évolué depuis le concours, mais que les principes de base (diversification des habitats, des vues, place des espaces verts) ont été maintenus.

A Vaucresson - « Jardin des sens », comme à Vaujours - « Centre-ville Fénelon », c'est en cours de travaux selon Ogic.

A Ville d'Avray, les quatre sites constituant « Cœur de ville partagé » ont fait débat aux élections municipales, mais Demathieu Bard Immobilier espère déposer les permis de construire à l'été 2021.

A Villejuif - site « Bizet », Pichet fait part d'un « démarrage des travaux».

A Villemomble, le site de l'ancien conservatoire est gelé par la volonté de la nouvelle municipalité. « A notre grande stupeur, ils nous ont fait part de la décision du bureau municipal du 2 novembre dernier de ne pas donner suite au projet en évoquant que le maire précédent avait pris la décision seul sans consultation ce qui est évidemment faux », évoque Altarea. « Nous avons demandé à la métropole de bien vouloir intercéder auprès du maire afin que le projet puisse voir le jour », poursuit le promoteur.

Interrogé sur ce point, le président de la métropole du Grand Paris Patrick Ollier a assuré que ses services étaient « au travail pour trouver une solution ». Son 5ème vice-président délégué à la stratégie et aux partenariats institutionnels Eric Cesari a, lui, tenu à souligner que « l'arrêt d'un projet par un changement de municipalité peut arriver dans n'importe quel contexte ». « Inventons la métropole reste un facilitateur de projets», a-t-il insisté.

A Villeneuve-la-Garenne (92) dans le quartier de la Bongarde, Sogeprom devrait signer les promesses de vente cet été avec, dans la foulée, le dépôt des permis de construire.

A Villiers-sur-Marne, l'établissement public d'aménagement EpaMarne et la Compagnie de Phalsbourg ont signé, le 29 avril dernier, un avenant au protocole d'exclusivité, marquant le lancement opérationnel du projet.

A Vitry-sur-Seine, Linkcity a glané deux sites : le pôle Gare des Ardoines - le premier immeuble sera livré avec la gare en 2025 - et la ZAC Chérioux. Ce dernier est toutefois sorti d'Inventons la métropole du Grand Paris en accord avec l'aménageur Sadev 94, mais « différents projets sont à l'étude », affirme le promoteur immobilier.

Confronté à ces données, Patrick Ollier a souligné qu'« il n'y a[vait] pas de catastrophe en vue »  tout en confirmant l'abandon du projet situé à Gonesse et la renégociation en cours à Saint-Denis Pleyel sur le volume de bureaux. Le président de la métropole du Grand Paris ayant ses propres chiffres-clés pour les première et deuxième édition du concours: un site en commercialisation, 4 chantiers déjà lancés, 6 hectares d'agriculture urbaine, 14 permis de construire accordés, 15 hectares de surfaces végétalisées, 37 promesses de vente signées ainsi que 15.000 logements « qui commencent à sortir du sol ». « Des villes nous ont remerciés car sinon, des promoteurs ne seraient jamais allés chez elles », a-t-il conclu.

César Armand

15 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 07/05/2021 à 8:39
Signaler
Alors que l'on assiste au sursaut et nouvel éveil des petites villes de demain, à la restauration et à la réhabilitation de nos cœurs de ville et centre bourg, pour éviter l'étalement urbain de type pavillonnaire, l'avenir des métropole s'annonce en ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.