La région Île-de-France veut faire des JO 2024 la vitrine de ses compétences

 |   |  546  mots
Rendez-vous le 18 juin pour la publication de feuille de route partagée entre le Comité olympique français et la région Île-de-France, lors de la visite du Comité international olympique à Paris.
Rendez-vous le 18 juin pour la publication de feuille de route partagée entre le Comité olympique français et la région Île-de-France, lors de la visite du Comité international olympique à Paris. (Crédits : Reuters)
En présence de Tony Estanguet, la présidente du conseil régional francilien Valérie Pécresse a dévoilé comment son administration entend accompagner le Comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024. Elle en a surtout profité pour vanter les sujets-clés de l’Île-de-France dont elle est dépositaire, à savoir les transports, le tourisme et la formation.

«Un partenaire majeur depuis le tout début », « Valérie Pécresse a voyagé avec nous pour parler en français, en anglais et en japonais », ou encore « Sans la région Île-de-France, les Jeux n'existeraient pas ». N'en jetez plus, Tony Estanguet, président du comité d'organisation des Jeux olympiques et paralympiques 2024 (Cojo), se charge de féliciter Valérie Pécresse. Ce 28 mai 2018, en marge d'un séminaire consacré à l'écriture d'une feuille de route partagée, la présidente (LR) du conseil régional francilien s'est félicitée d'être membre fondatrice du comité de candidature : « La Région va investir pour montrer le meilleur visage d'elle-même ! »

100% d'accessibilité pour les transports de surface

Celle qui est aussi présidente d'Île-de-France Mobilités a de prime abord mis l'accent sur la mobilité, insistant sur « l'effort massif pour améliorer la desserte des territoires impactés et pour que [les] transports deviennent exemplaires », promettant 1.000 bus propres ainsi qu'une desserte en véhicules autonomes des sites des Jeux. Elle promet aussi 1,4 milliard d'euros pour l'accessibilité des personnes handicapées et à mobilité réduite, souhaitant couvrir 100% des transports de surface à échéance 2024.
En matière de tourisme, Valérie Pécresse reconnaît elle-même l'opération de communication : « Nous travaillons à l'attractivité de la région comme vitrine ». Son nouveau projet : "l'Île-de-France multilingue", une application qui permettra aux Franciliens d'apprendre l'anglais et d'autres langues. Le Cojo est sollicité pour la mettre à disposition des sportifs et des bénévoles. Autre innovation : le lancement cet été de la V1 du site Internet "Welcome to Paris region", pensée comme « une plateforme d'accueil ».

L'héritage de la piscine toujours en suspens

Sur le plan économique mais aussi environnemental, le conseil régional mise beaucoup sur l'héritage urbain des grandes infrastructures olympiques. « On veut les accompagner par des projets innovants » mais aussi « mettre en place un urbanisme de transition sur les chantiers ».

À cet égard, Valérie Pécresse, « déçue » de l'enterrement du rapport Borloo par le président Macron, rappelle qu'avec Stéphane Troussel, son homologue (PS) de Seine-Saint-Denis, elle est prête à reprendre la piscine olympique, dont les coûts ont été pointés fin mars par un rapport de l'Inspection des finances. Citant le chiffre d'un jeune sur deux ne sachant pas nager dans le 93, Tony Estanguet dit, lui, élaborer un scénario pour tenir le budget et l'héritage.

Publication d'une feuille de route partagée le 18 juin

La présidente francilienne veut également renforcer la formation. Son portail Oriane.info, destiné à l'orientation des collégiens, lycéens et étudiants, comportera un onglet sur les métiers des sports. Un lycée à Saint-Ouen ainsi qu'un campus à Brétigny, en lien avec le département de l'Essonne, devraient ainsi voir le jour sur cette thématique. L'alimentation aussi s'invite au chapitre, la région développant actuellement un label "Produit en Île-de-France".

« Des jeux où l'on mange bien et l'on mange sain des produits locaux, si possible bio », avance Valérie Pécresse, qui travaille en parallèle sur le gaspillage alimentaire.

Rendez-vous le 18 juin pour la publication d'une feuille de route partagée entre le Comité olympique français et la région, lors de la visite du Comité international olympique à Paris.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :