Gare du Nord : la Mairie dénonce un "Notre-Dame-des-Landes" en plein Paris

Le préfet de Paris-Île-de-France Michel Cadot a annoncé ce 7 juillet avoir délivré le permis de construire visant à rénover la Gare du Nord. Les travaux vont démarrer, a réagi la société porteuse du projet Stationord. Soutien puis opposante à cette transformation, la ville de Paris compare la situation à Notre-Dame-des-Landes. Et demande la révision du projet.
César Armand
(Crédits : Valode & Pistre)

La guerre reprend sur le chantier emblématique de la "nouvelle gare du Nord". Le permis de construire "valant autorisation d'exploitation commerciale" sur le projet de transformation de la première gare d'Europe continentale a été délivré, a annoncé ce 7 juillet le préfet de Paris, préfet d'Île-de-France Michel Cadot dans un communiqué. Et ce "à la suite d'une instruction attentive et au regard de l'avis favorable émis par la commission d'enquête et de l'ensemble des concertations réalisées".

Lire aussi : Gare du Nord: la commission d'enquête donne un avis favorable, et maintenant ?

Lancé en 2014, le projet de rénovation prévoit en effet 61.500 mètres carrés (m²) de surfaces supplémentaires d'ici à 2024. Outre la création de 10.375 m² d'espaces de loisirs, culturels et sportifs, toutes les autres typologies vont s'agrandir: de 35.200 à 57.600 m² pour les espaces voyageurs, de 25.200 à 32.900 m² pour les bureaux et de 5.450 à 18.900 m² pour les commerces et de 5.250 à 12.825 m² pour la restauration.

Lancement des travaux

"La délivrance de ce permis de construire est une nouvelle étape pour l'aménagement de la Gare du Nord. Elle permettra à la gare de se situer au niveau des autres grandes gares européennes, tant en termes d'équipements, d'accessibilité, d'intermodalité que de capacité", écrit la représentant de l'Etat en région-capitale. "Cette gare moderne est non seulement nécessaire, dans la perspective de la Coupe du monde de Rugby en 2023 et des Jeux Olympiques et Paralympiques 2024 à Paris, mais elle permettra aussi de faire de la Gare du Nord un nouveau lieu de vie urbain, associant commerce, sport, culture et travail, tant pour les voyageurs ponctuels, venus de l'Europe entière, que pour les usagers quotidiens des transports collectifs", poursuit le préfet Cadot dans le communiqué.

Le lancement des travaux se fera sans attendre, a réagi dans une déclaration transmise à la presse la co-entreprise porteuse du projet. "Malgré le contexte de crise sanitaire, la SA Gare du Nord 2024 est confiante quant au respect du calendrier pour que la nouvelle Gare du Nord soit plus écologique, plus confortable et plus solidaire à l'échéance des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024", ajoute-t-elle.

"Un Notre-Dame-des-Landes en plein Paris"

Soutien puis opposante à cette transformation, la mairie de Paris, qui avait encore adressé cinq points de vigilance dernièrement au préfet Cadot, a haussé le ton hier. Le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, a déjà tweeté: "Avec le projet de rénovation actuel de la Gare du Nord, le gouvernement vient de s'inventer un Notre-Dame-des-Landes en plein Paris. Je lui souhaite beaucoup de courage sur le plan politique et juridique".

Lire aussi : Municipales à Paris: le débat fait (encore) rage sur la gare du Nord

Emmanuel Grégoire tiendra une conférence de presse ce mercredi matin à 9 heures pour revenir sur les points "qui constituent des lignes rouges" pour la majorité municipale. La Ville demande une révision substantielle du projet, selon elle "contraire aux exigences écologiques et urbaines porté par l'exécutif parisien nouvellement élu". La Ville appelle à la poursuite des discussions avec l'ensemble des parties prenantes pour "le rendre viable et acceptable".

Lire aussi : Gare du Nord: la mairie de Paris appelle à revoir "en urgence" le projet de rénovation

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 08/07/2020 à 11:42
Signaler
ça fait jamais que la troisième rénovation de la Gare du Nord en moins de 25 ans. D'abord pour le TGV avec Londres, puis une seconde couche etc... Le lobby des travaux publics ne sait pas quoi faire pour alourdir encore plus la barque des dépenses pu...

à écrit le 08/07/2020 à 2:18
Signaler
Ville puante, sale, insecuritaire.

à écrit le 07/07/2020 à 22:11
Signaler
Mais Notre-Dame des Landes était un très beau projet, plébiscité par les habitants de la région ! La Ville de Paris ferait bien de ne pas reproduire les erreurs du gouvernement précédent et ses agissements contre la volonté exprimée par les citoyens ...

le 08/07/2020 à 8:20
Signaler
+1000

le 08/07/2020 à 9:52
Signaler
"Mais Notre-Dame des Landes était un très beau projet, plébiscité par les habitants de la région ! " Dit il alors que l'économie aérienne vient d'être amputée des trois quarts. C'est bien c'est réaliste, continuez à vous racontez des histoire...

le 08/07/2020 à 9:52
Signaler
Logique plus on était loin du projet , plus on y était favorable. Les résultats sont divisés selon les communes et montrent une fracture régionale : les villes les plus proches du futur aéroport semblent s’opposer majoritairement au projet de tra...

à écrit le 07/07/2020 à 20:18
Signaler
Toujours cette maladie Française, de toujours faire et défaire, moderniser, inlassablement. Comme s'il fallait éternellement continuer la révolution de 1789. Par opposition, en allant à Londres, j'ai découvert avec émerveillement, la gare de St Pancr...

le 08/07/2020 à 11:00
Signaler
"la gare de St Pancras, qui certes a subi aussi des travaux, mais avec pragmatisme. " Vous avez tout dit : avec pragmatisme ... Sans idéologie gauchisante

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.