Sondage Grand Paris : les Franciliens ne veulent pas quitter la région, mais rêvent de meilleurs transports

Selon un sondage Ifop pour les Notaires du Grand Paris en partenariat avec La Tribune et BFM Paris, 63% des habitants de l'Île-de-France estiment que le projet du Grand Paris doit d'abord être recentré sur l'amélioration des conditions de transports. La construction de nouveaux logements n'apparaît qu'au 5ème rang des priorités. La question environnementale est devenue cruciale. 37% des Franciliens estiment que le projet va avoir un impact sur le climat. Décryptage.
César Armand
(Crédits : DR)

C'était il y a douze ans, trois mois et dix-sept jours. La loi relative au Grand Paris était promulguée par le président Sarkozy. Un projet « urbain, social et économique d'intérêt national » qui promeut le développement économique durable, solidaire et créateur d'emplois de la région-capitale. Son objectif : « réduire les déséquilibres sociaux, territoriaux et fiscaux » au bénéfice du territoire national.

Force est de constater que le projet continue de mobiliser les Franciliens. Selon un sondage Ifop pour les Notaires du Grand Paris en partenariat avec La Tribune et BFM Paris, 61% des habitants de l'Île-de-France se disent « optimistes » quant à l'impact des réalisations du Grand Paris sur leur situation personnelle.

Deux ans et demi après la première vague de Covid-19, les Franciliens ne semblent pas non plus vouloir quitter Paris et sa région. Seuls 37% des sondés envisagent de le faire. C'est 3 points de plus qu'en 2018, mais cela reste marginal et va à l'encontre de l'idée reçue d'un exode massif des « Parisiens ».

Priorité à l'amélioration des conditions de transport

En réalité, sur l'échantillon de 1.503 personnes, 63% des interrogés estiment que l'accent doit d'abord être mis sur l'amélioration des conditions de transport, avant même l'amélioration de leur qualité de vie (57%).

« Nous faisions l'hypothèse qu'après la Covid et avec le télétravail, la problématique des transports serait moins prégnante, mais cela reste un sujet dominant, tant le projet du Grand Paris reste perçu sous l'angle de l'amélioration des transports », explique François Legrand, chef de groupe à l'IFOP.

Il ne croit pas si bien dire. Dans l'article 1 de la loi du Grand Paris du 3 juin 2010, il est écrit noir sur blanc que « ce projet s'appuie sur la création d'un réseau de transport public de voyageurs dont le financement des infrastructures est assuré par l'Etat ».

Il s'agit du Grand Paris Express, le métro circulaire construit par la Société du Grand Paris, mais il sera livré progressivement de 2026 à 2030. Ce moyen de transport reste en outre cantonné à la petite couronne, à part quelques exceptions près en grande couronne.

Le logement, seulement en 5ème priorité

Autre grand sujet lié au transport : le logement. Là encore dans l'article de la loi de 2010, l'objectif de construire 70.000 logements « géographiquement et socialement adaptés » et « contribuant à la maîtrise de l'étalement urbain » est gravé dans le marbre.

Malgré des temps de transport toujours plus grands et un écart de 1 à 11 entre l'offre et la demande de logement social, la construction de nouveaux logements n'apparaît qu'en 5ème priorité aux yeux du panel.

« Cela m'a surpris aussi. Le mot « logement » n'apparaît pas non plus lorsqu'on leur demande de citer tous les mots (verbes, adjectifs, expressions) qui leur viennent à l'esprit pour parler du Grand Paris », relève le chef de groupe à l'IFOP, François Legrand.

Pour autant, les Franciliens ne se plaignent pas de leurs conditions de vie et peu expriment l'envie d'habiter ailleurs en Ile-de-France. 69% des sondés se disent satisfaits du quartier ou de l'endroit où ils vivent. Cela monte à 77% en Seine-et-Marne, 76% dans les Yvelines, 74% dans les Hauts-de-Seine et même à 72% à Paris. En revanche, cela tombe à 61% dans le Val-d'Oise et même à 56% en Seine-Saint-Denis.

Sur la part du panel qui souhaitent déménager dans le Grand Paris, 21% citent en premier Paris, suivi des Hauts-de-Seine (17%) et du Val-de-Marne (12%). Sans doute est-ce parce que les emplois qualifiés en Île-de-France s'y trouvent et permettent de réduire les temps de trajet domicile-travail.

Le projet du Grand Paris va avoir un impact sur le climat

En parallèle, les Franciliens veulent à 24% davantage d'espaces verts dans les zones résidentielles, 14% des logements et des quartiers certifiés de haute qualité environnementale et 13% un urbanisme repensé (avec des infrastructures plus proches...)

Depuis la dernière étude publiée en 2018, la question environnementale est en effet devenue cruciale. Derrière le développement de nouvelles lignes de métro et de RER (67%) et la réduction du coût des transports (57%), la réduction de l'impact négatif des transports sur l'environnement (45%) est érigée en priorité par les interrogés. 37% d'entre eux estiment en effet que le projet du Grand Paris va avoir un impact sur le climat.

_ _ _ _

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 14
à écrit le 20/09/2022 à 15:47
Signaler
37% d'une population c'est marginal ? Est-ce que lorsque si on parlait de chômage par exemple, le chiffre de 37% serait également marginal ? En plus on parle bien de 37% de 12 millions d'habitants...

à écrit le 20/09/2022 à 15:22
Signaler
Avant de créer de nouvelles lignes et de nouveaux réseaux, il faudrait peut-être faire fonctionner correctement ceux qui existent ! Les usagers de la ligne J de la SNCF (entre Paris et Val d'Oise ouest) sauront de quoi je parle...

le 20/09/2022 à 20:40
Signaler
Très juste, il faudrait que la RATP arrête d'espacer les rames en dehors de heures de pointe: est-ce une politique de faire en sorte que prendre le métro soit toujours un cauchemard, quelle que soit l'heure ? Est-il normal de voir régulièrement des b...

à écrit le 20/09/2022 à 12:14
Signaler
Oui...oui...qu'ils restent en Francile les Franciliens, ça nous fait des vacances dans nos campagnes profondes...dans le calme...la sécurité...la sérénité 🤣

à écrit le 20/09/2022 à 9:58
Signaler
Les transports en commun du "grand paris" ne peuvent avoir qu'un sens: enfin un flux des passagers de banlieue" à "Banlieue" sans passer par la case paris. Mais, on peut toujours "rêver", il est impossible de voyager de région à région en SNCF, sans ...

à écrit le 20/09/2022 à 9:46
Signaler
Etonnant, ce Grand Paris Express, un chantier colossal dont les Français devraient être fiers, qui se construit dans un silence médiatique assourdissant. Toujours ce mépris petit bourgeois de nos élites parisiennes pour le travail manuel ? Et, bien...

le 20/09/2022 à 16:41
Signaler
"ce serait se mélanger à la piétaille" Le transport des communs

à écrit le 20/09/2022 à 8:49
Signaler
pour dire une telle ânerie on voit que vous n êtes pas concerné pas le transport idf: j habite Chaville (78) et taff a st denis (93)...70 klm mais 2h de transport par trajet ...quand tout va bien QUAND AUX PÄRISIENS le maillage du métro est histori...

le 20/09/2022 à 11:31
Signaler
Pas un peu sans but non ? Chaville - St Denis en 2 heures 30 ça c'est en prenant la bagnole au heures de pointe avec tous les bovidés non ? Soit vous vous levez plus tôt, soit vous déménagez, soit changer de boite. Les grands travaux payés par les no...

le 20/09/2022 à 11:31
Signaler
Pas un peu sans but non ? Chaville - St Denis en 2 heures 30 ça c'est en prenant la bagnole au heures de pointe avec tous les bovidés non ? Soit vous vous levez plus tôt, soit vous déménagez, soit changer de boite. Les grands travaux payés par les no...

le 20/09/2022 à 16:43
Signaler
En 2017, la SGP a mis au point la « météo des chantiers », une application mobile permettant de suivre en temps réel l’avancée des travaux, mais aussi d’observer les différentes nuisances qui y sont liées. Un investissement estimé à un peu moins de 5...

à écrit le 20/09/2022 à 7:23
Signaler
Les parisiens sont beaucoup trop accrocs aux transports en commun. Déjà, ils ne les payent pas au vrai prix, ce qui fait qu'ils finissent par êtres hors sol. Les transports en commun sont un gouffre financier, trop de gens semblent l'oublier

le 20/09/2022 à 14:36
Signaler
Doit on comprendre que vous les préféreriez accros à la voture ??? Vous avez raison quant au coût; mais c'est loin d'être le seul cas de Paris. Pensez vous que, en région, les dizaines de km faits en car (sans possibilité d'optimiser son engagement q...

le 21/09/2022 à 9:29
Signaler
" trop accrocs " on devrait tous devenir accro aux transports en commun ! Je ne sais plus si c'est pas 7% des transports qui se font par véhicules de surface à Paris, le reste c'est métro, bus, à pieds et vélo (c'était kamikaze quand j'y circulais y...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.