Ces pales qui tombent pile pour l’emploi

Près de mille postes sont à pourvoir entre LM Wind Power, à Cherbourg, et Siemens Gamesa, au Havre. L’éolien marin souffle un vent d’optimisme sur le marché de l’emploi normand.
(Crédits : Reuters)

Tout vient à point à qui sait attendre. Après des années de stop and go qui ont mis ses nerfs à rude épreuve, la Normandie, dont le littoral abritera trois des six premiers parcs éoliens offshore français, commence enfin à tirer profit de son soutien financier et politique à la filière des moulins à vent marins.

Lire aussi : L'éolien en mer pourrait devenir la première source d'électricité en Europe

Direction Cherbourg, d'abord, où l'usine LM Vind Power, la seule à fabriquer les gigantesques pales de l'Haliade de 12 MW de General Electric, a revu récemment ses prévisions d'embauches à la hausse pour 2019. De 120 recrutements annoncés au printemps, la filiale de GE les a réévalués à 200 à la rentrée.

À l'origine de cette accélération, le joli succès commercial de la « plus grand éolienne au monde ». Non content d'avoir été choisi par le danois Orsted pour ses parcs états-uniens, le groupe américain vient aussi de décrocher une promesse d'achat pour le parc britannique XXL de la société Dogger Bank Wind Farm. À la clé, une commande probable de plus d'un millier de pales pour l'usine du Cotentin.

Le vent dans le dos

Au Havre aussi, l'heure est à l'optimisme. Sans attendre le démarrage de la construction de son usine de pales et de nacelles prévue pour mi-2020, le groupe Siemens Gamesa prépare la campagne de recrutements qui devrait être effectivement lancée en fin d'année prochaine.

À la manœuvre, Arnaud Gomel, nouveau DRH pour la France et transfuge de Dresser-Rand. Ce normand a pour mission de signer 750 CDI en deux ans. Une vague d'embauches comme la ville du Premier ministre n'en a pas connu depuis longtemps.

Malgré un taux de chômage qui tutoie les 11 %, l'exercice relève de la gageure car beaucoup des métiers d'opérateurs de production qu'il recherche sont déjà en tension, qu'il s'agisse des spécialités de la mécanique ou des composites.

« L'un des enjeux sera de ne pas déséquilibrer le marché de l'emploi local, reconnaît Arnaud Gomel. Nous voulons à tout prix éviter de vampiriser les sites environnants. »

Pour rassurer les industriels locaux, Siemens Gamesa annonce qu'une bonne partie de ses recrutements concerneront « des personnes peu ou pas qualifiées », qui seront formés en interne durant trois à six mois. Les intéressés sont déjà invités à candidater à l'adresse lehavre.careers@siemensgamesa.com pour une éventuelle embauche fin 2020. À bon entendeur.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 11/11/2019 à 19:45
Signaler
Excellente nouvelle, autant pour l'emploi que pour notre approvisionnement en électricité. Les éoliennes produites à Saint-Nazaire et Cherbourg sont conçues pour un facteur de charge moyen de plus de 60%, pas si loin des 70% de notre parc nucléaire a...

à écrit le 11/11/2019 à 11:56
Signaler
bonne nouvelle !

à écrit le 11/11/2019 à 8:52
Signaler
L'urgence écologique, ce dont ne veut surtout pas parler notre oligarchie car exposant ses profondes défaillances aux yeux de tous, devrait exiger un marché protégé sur tous les produits liés à la sauvegarde de la planète, aucun juge au monde ne nous...

le 11/11/2019 à 15:04
Signaler
Sous entendre que tous les élus sont plus soucieux de leurs compte en banque que des citoyens est de la diffamation. Et si les solutions sont si simples, à quand un bulletin de vote 'citoyen blasé' aux prochaines elections?

le 11/11/2019 à 18:33
Signaler
L'urgence écologique consisterait surtout à ne pas nous construire ces friches industrielles en mer dont nous n'avons pas besoin... Pour ce qui est de l'électricité, on est déjà décarbonés. Ces ventilateurs (en prime sans stockage) ne résolvent en ...

le 12/11/2019 à 9:16
Signaler
@ multipseudos: "Sous entendre que tous les élus sont plus soucieux de leurs compte en banque que des citoyens est de la diffamation" Tous les gros élus sont plus soucieux de leurs comptes en banque et de leur réseau que de la gestion des cito...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.