Avec Symbiose, Lacroix Group veut inventer l’usine 4.0

 |   |  430  mots
25 millions d’euros vont être investis dans le nouveau site de Lacroix Electronics, dans les Mauges. Une usine qui marque le renouveau de l’industrie électronique angevine.
25 millions d’euros vont être investis dans le nouveau site de Lacroix Electronics, dans les Mauges. Une usine qui marque le renouveau de l’industrie électronique angevine. (Crédits : DR)
Avec six partenaires technologiques, Lacroix Group lance son projet d’usine 4.0, Symbiose. Objectif : construire un écosystème industriel du futur compétitif, faire renaître une filière électronique en Anjou et devenir une référence en Europe.

Collaborative, responsable et connectée, la future usine de Lacroix Group (1) veut devenir le symbole de la réindustrialisation de l'électronique en France. Installée à Montrevault-sur-Èvre (49), dans un bâtiment construit en 1910, l'usine, devenue obsolète, déménagera en 2021 à Beaupréau-en-Mauges, où Lacroix Electronics (70 % du CA de Lacroix Group), concepteur et fabricant de cartes électroniques et de systèmes intégrés pour l'avionique civile et militaire et pour l'industrie, s'apprête à bâtir une unité d'environ 16 000 mètres carrés, sur un terrain de 7 hectares. L'investissement de 25 millions d'euros doit marquer le renouveau de l'électronique angevine, ex-fleuron de l'industrie régionale qui, au cours des dernières décennies, a plutôt vu disparaître ses usines. En tenant compte des écarts salariaux de plus en plus faibles avec les pays de l'Est et de la réhabilitation compliquée du bâtiment d'origine, Lacroix Group a préféré rester dans les Mauges, capitaliser sur les compétences humaines locales et se digitaliser pour créer une usine du futur, plutôt que d'investir dans un pays à bas coûts.

Terrain expérimental

Engagée depuis 2016 par le groupe, la démarche a permis de former progressivement un personnel à la robotisation, à l'introduction de la réalité augmentée dans une unité qui produit 50 000 composants à l'heure.

« Ici, 90 % des employés ont conscience que leur job va changer dans les prochaines années  », indique Stéphane Klajzyngier, directeur général de Lacroix Electronics.

Rassurés par un déménagement à seulement quelques kilomètres, les salariés ont par ailleurs été invités à se prononcer sur leurs attentes en matière de bien-être au travail. Plus humaine, Symbiose sera aussi plus verte avec des panneaux solaires en toiture, des systèmes de récupération des énergies chaudes et froides, des toits végétalisés...

L'ambition est de construire un modèle de référence en Europe, proche des donneurs d'ordre. La démarche a déjà séduit plusieurs partenaires qui feront de Symbiose un terrain de jeu expérimental  : Orange va y tester la 5G ; Microsoft, Inventy et PTC, l'intelligence artificielle autour du monitoring en temps réel de la production, de l'analyse prédictive ; Schneider Electric et ASM, la transformation organisationnelle et l'optimisation des tâches. Ces partenariats sont un facteur de notoriété autant qu'un accélérateur de business...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2019 à 8:39 :
"En tenant compte des écarts salariaux de plus en plus faibles avec les pays de l'Est"

Une façon de dire que les salaires des pays de l'ouest, du fait du dumping social de l'europe de l'est ont régressé. Faire une usine du futur dans des conditions du travail du 19ème est ambitieux en effet...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :