En Afrique, Orange veut devenir le « champion de la ruralité »

L’opérateur historique voit dans le continent africain un relais de croissance de choix. Présent dans 20 pays, il cherche à séduire la classe moyenne et ses villages pour s’imposer.
Pierre Manière
Avec Orange Money, l'opérateur historique espère réaliser un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros d'ici à 2018.
Avec Orange Money, l'opérateur historique espère réaliser un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros d'ici à 2018. (Crédits : © Feisal Omar / Reuters)

Loin de la foire d'empoigne du marché français des télécoms, l'Afrique constitue une des principales priorités d'Orange à l'international. Depuis plusieurs mois, l'opérateur historique est en pleine offensive sur ce continent, qui pèse 11% de ses 40 milliards de chiffre d'affaires en 2014, et 40% de ses clients (avec notamment 115 millions de cartes SIM). Pour se démarquer de ses concurrents, Orange veut surtout séduire les classes moyennes et devenir « le champion de la ruralité et des villages », insiste Marc Rennard, le directeur exécutif de la zone Afrique, Moyen-Orient et Asie du groupe, qui faisait vendredi le point sur la stratégie du groupe.

C'est donc avec cet objectif que le groupe investit aujourd'hui environ un milliard d'euros par an sur le continent africain. Parmi ses initiatives récentes, Orange a dégainé un smartphone low cost en début d'année. Baptisé « Klif », celui-ci est commercialisé « à moins de 40 dollars, avec de la data et une SIM incluse », souligne le monsieur Afrique du leader français des télécoms. « C'est une innovation très importante, car à ce prix-là, on rend l'Internet accessible aux classes moyennes », poursuit-il. Sachant que, pour mémoire, le mobile demeure - de très loin - le principal moyen de surfer sur le Net en Afrique, les d'infrastructures fixes étant globalement très peu développées.

Bientôt 25 pays connectés au haut débit

Cette semaine, Orange a également lancé avec d'autres partenaires la troisième partie du câble sous-marin ACE (« Africa Coast to Europe »). Ce câble - qui atteindra une longueur totale de 17.000 km une fois achevé -, part de la France, et vise à connecter tous les pays africains situés sur la côte atlantique au reste du monde. Ce dernier tronçon, qui coûtera 700 millions d'euros, partira des îles de Sao Tomé-et-Principe, dans le golfe de Guinée, pour rejoindre l'Afrique du Sud. In fine, « il y aura 25 pays connectés à l'Internet haut débit, avec les derniers standards technologiques », assure Marc Rennard.

A ses yeux, il s'agit d'un catalyseur de choix pour développer les services et usages numériques dernier cri. Le directeur exécutif y voit une alternative plus performante que le satellite, largement utilisé par les pays non reliés au câble sous-marin. Mais dont les performances s'avèrent médiocres, selon lui, lorsqu'« on consomme des vidéos ou qu'on utilise des services interactifs ». Pour Orange, l'enjeu est important : une fois que les pays côtiers sont connectés, l'opérateur peut tirer de la fibre optique dans les pays sans accès à la mer et enclavés dans le continent. C'est par exemple le cas du Mali, où l'opérateur apporte de la connectivité grâce à des câbles terrestres traversant ses voisins, le Sénégal et la côte d'Ivoire.

Miser sur les services à valeur ajoutée

 « Le Mali, c'est un pays très important pour nous. On est numéro un avec 13 millions de clients, et on fait plus de 50% d'Ebitda, lâche Marc Rennard. On n'aurait jamais pu y avoir un tel développement sans les câbles sous-marins. » Le directeur exécutif renchérit :

« Lorsqu'il était au pouvoir, je me rappelle qu'Amadou Toumani Touré [« ATT », l'ex-président du Mali, qui a été renversé par le coup d'Etat de mars 2012, Ndlr] m'avait dit : 'Avant, quand j'allais dans les villages, les gens me demandaient une école, une mosquée... Maintenant, ils me demandent Orange.' »

Outre la connectivité traditionnelle, l'opérateur mise sur les services pour ferrer ses abonnés. Régulièrement, le groupe investi dans des startups, à l'instar d'Afrostream, une plateforme de vidéo à la demande spécialisée dans les contenus « afro ». Mais sur ce créneau, le fer de lance de l'opérateur s'appelle Orange Money. Lancée en 2008, cette solution de paiement et de transfert d'argent compte quelques 13 millions d'utilisateurs en Afrique. Sachant que le groupe espère passer la barre des 30 millions de fidèles d'ici à 2018.

Orange Money, « une importante source de revenus »

« En Afrique de l'Ouest, plus de 35% des transactions sont faites par Orange Money, assure Marc Rennard. Au Mali, c'est 20% du PIB du pays qui passe par ce service. » D'après lui, Orange Money constituera demain « une source de revenus très importante ». En 2018, le groupe espère en tirer 200 millions d'euros de chiffre d'affaires, contre 80 millions cette année. « L'objectif, à terme, c'est que le paiement mobile soit aussi populaire que le SMS », poursuit le directeur exécutif. L'appétit vient en mangeant, dit-on.

Pierre Manière

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 16
à écrit le 24/11/2015 à 7:23
Signaler
L'avenement de nouvelles technologies qui n`ont jamais encore exister dependra du desenclavement rural par la meme qualite d'Education pour tous, tout le mode entier aurra acces aux memes resources d`education, notre combat pour grandir equitablement...

à écrit le 23/11/2015 à 15:34
Signaler
"Le Mali, c'est un pays très important pour nous. On est numéro un avec 13 millions de clients, et on fait plus de 50% d'Ebitda." lâche Marc Rennard. On comprend mieux l'appel au boycott des clients maliens mécontents : http://malijet.com/actualite_...

le 23/11/2015 à 23:58
Signaler
Je trouve vos critiques infondées : 1) Orange participe visiblement au développement d'internet en Afrique, cet article donne même l'impression qu'elle en est le principal acteur (au moins en Afrique de l'ouest). 2) Que ce soit Orange ou un de ses ...

le 24/11/2015 à 11:43
Signaler
Parcequ'il y a une différence entre faire des bénéfices et s'en mettre plein les poches. Comme vous le dites si bien, Orange participe au développement d'internet en Afrique et ce n'est certainement pas par bonté d'âme.

à écrit le 23/11/2015 à 14:57
Signaler
Plus des 3/4 de la population africaine vit avec 2 dollars par jour y a des jours où ils trouvé même pas à manger et orange veut leur vendre du téléphone!! Sacrée époque tout de même!

à écrit le 23/11/2015 à 9:55
Signaler
Vous avez dit croissance, oui croissance mais pas pour les pays Africains surtout pour Orange qui n'est déjà pas foutu d'honorer correctement ses abonnés en France alors en Afrique qu'est ce que ce sera, Orange n'est même pas capable de desservir le...

le 23/11/2015 à 11:22
Signaler
Et vous comptez sur qui d'autres pour assurer la couverture des zones blanches ? Est-ce la faute de FT, si on à mis en place une organistion concurrentielle assurant son pillage basée sur les profits plutôt que le service public !

le 23/11/2015 à 13:34
Signaler
Orange est bien entendu disposé à couvrir toutes les zones blanches que vous voulez moyennant paiement. Si vous pouvez vous payer des m2 bon marché dans ces zones, vous pouvez certainement payer la taxe foncière qui va bien pour qu'Orange soit rémuné...

à écrit le 23/11/2015 à 7:42
Signaler
« le champion de la ruralité et des villages » Si seulement il pouvait en être de même dans le pays d'origine d'orange. Que de lignes non entretenues qui pourrissent le long des routes françaises. 300 millions d'euros annoncées par au Sénat en mai po...

le 23/11/2015 à 11:29
Signaler
même type de réponse !! Pourquoi obligation faite à Orange de louer aux concurrents la boucle locale à "prix coutant " en réalité à prix bradés car les investissements sont calculés aux couts d'origines ramenès au prix d'aujourd'hui qui ont forte...

le 23/11/2015 à 14:32
Signaler
Orange pille aussi. Cette entreprise n'a plus rien de 'service publique'. Un exemple parmis tant d'autres : https://lafibre.info/reso-liain/orange-coupe-k-net/ https://lafibre.info/reso-liain/orange-assigne-siea/60/ Comment voulez vous...

le 23/11/2015 à 17:04
Signaler
@O rage Vous ne faites que confirmer et prolonger ma réponse. Nous seulement des sociétés privés, voire des collectivités locales s'autorisent le droit de venir occuper illégalement et gratuitement les fourreaux achetés payés et entretenus et gér...

le 24/11/2015 à 0:32
Signaler
Orange n'est pas une entreprise privée ? Les investissements quant à la création de ces fourreaux, ceux à l'origine soit la quasi totalité, n'étaient ils pas publiques ? Une collectivité locale n'est elle pas publique ? Pour les cas gratuits et illég...

le 24/11/2015 à 1:12
Signaler
Niveau investissement, les boucles locales sont depuis longtemps amorties et de plus non entretenues, la location des lignes aux opérateurs tiers est donc très bénéfique à Orange. D'autres parts en "ruralité" (entendre par là les patelins paumés) il ...

le 24/11/2015 à 12:13
Signaler
@cserieux, alors soit vous êtes un employé d'Orange soit vous en êtes actionnaire ou pire les 2 ! Les coûts de maintenance sont négligeables et sont répercutés sur les offres. Ne vous inquiétez pas Orange ne vend pas à perte. D'ailleurs Orange touch...

le 25/11/2015 à 14:41
Signaler
Voir le rapport de L'ARCEP de novembre 2011 sur les couts de la boucle locale dans lequel les différents couts sonr détaillés : investissements - exploitatoins- dégroupage... la conclusion est : la pertience est de rester sur le calcul de 2005 ca...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.