Cloud : Amazon choisi par la SNCF et promu par Orange ou quand l’Etat-actionnaire fait le jeu des acteurs américains

Le député Philippe Latombe (MoDem) dénonce à l'Assemblée nationale le choix de la SNCF, de confier l'hébergement de ses serveurs à Amazon Web Services, ainsi que celui d'Orange d'en assurer la commercialisation auprès de ses clients. Ce faisant, il s'élève contre la politique des entreprises détenues tout ou partie par l'Etat qui choisissent des acteurs américains du cloud. Analyse.
François Manens

6 mn

(Crédits : Ivan Alvarado)

Est-il normal que des entreprises dans lesquelles l'Etat a des participations choisissent de soutenir des acteurs américains du cloud, en l'occurrence Amazon Web Services ? Le député vendéen Philippe Latombe (Modem) s'en est ému jeudi à l'Assemblée nationale, via la procédure de question écrite au gouvernement. « De grandes entreprises, dans lesquelles l'Etat a de très importantes participations et possède pourtant une minorité de blocage, continuent de confier l'hébergement de leurs applications et de leurs données à des hyperscalers non européens », s'est-il indigné.

Amazon choisi par la SNCF et commercialisé par Orange

A l'origine de cette sortie médiatique, symbolique du la grogne du secteur français du cloud depuis le début de l'année, se trouvent deux récents événements. Le 8 décembre, la SNCF a fièrement annoncé qu'elle venait de passer la quasi-totalité de ses serveurs dans le cloud d'Amazon Web Services (AWS), alors qu'elle les gérait elle-même auparavant.

Puis, le 14 décembre, plusieurs éditeurs de logiciels ont reçu des emails de démarchage de la part d'Orange Cloud for Business, avec pour objet la vente de services d'AWS. « Nous avons signé un partenariat fort avec AWS qui nous engage sur plusieurs années et nous migrons les entreprises vers AWS et assurons un service managé de qualité », annoncent les commerciaux du géant des télécoms français.

L'Etat ne fait pas de préférence nationale dans ses commandes cloud

Autrement dit, deux grandes entreprises françaises -détenues par l'Etat français à hauteur de 13,4% pour Orange et 100% pour la SNCF- font la promotion du géant américain, pourtant large numéro 1 de son secteur avec plus de 33% du marché mondial (d'après Synergy Research). Forcément, les acteurs français de l'écosystème s'énervent de cette mise en avant de leur concurrent et de l'inaction de l'Etat. Mais le gouvernement a déjà répété à de multiples reprises qu'il ne mènerait pas de politique protectionniste dans le secteur, contrairement aux Etats-Unis.

Par exemple, le mois dernier, à l'occasion de l'annonce d'un plan d'investissement de 1,8 milliard d'euros dans le cloud, le secrétaire d'Etat à la Transition numérique, Cédric O, avait balayé la demande insistante d'une politique de commandes publiques. Il promouvait une "concurrence loyale" et refusait d'envisager une "stratégie autarcique", un discours qui s'inscrit dans la continuité de la stratégie gouvernementale depuis le début du quinquennat.

Mais de son côté, le député Philippe Latombe voit dans le laisser-faire du gouvernement une incohérence politique : « L'Etat ne peut pas prétendre soutenir l'émergence de champions européens du logiciel cloud, à travers la stratégie nationale pour le cloud annoncée le 17 mai dernier, tout en continuant à tolérer de tels renoncements. »

La SNCF convaincue par Amazon

Dans La Revue du Digital, Arnaud Monier, directeur technologie chez eVoyageurs SNCF (filiale numérique de la SNCF) justifie le choix d'héberger ses 7.000 serveurs dans trois data center d'Amazon, situés en région parisienne. « Nous avons fait le choix d'AWS, c'est un choix d'ingénierie. Quand nous avons regardé le profil de risque et les garanties de services, en toute sincérité, nous avons été convaincus. Le ratio entre coût et bénéfice était en faveur d'AWS. » Autre argument avancé par le dirigeant : la capacité à monter en charge lors des pics de demandes clients, comme lors de la vente des billets pour les départs de noël. A aucun moment la comparaison n'est faite avec les concurrents français d'AWS comme OVHCloud, Scaleway ou Outscale.

Résultat : la vente des billets de train et la gestion des applications du personnel de la SNCF (contrôleurs, agents en gare, conducteurs...) se fait donc sur une infrastructure AWS depuis la mi-septembre. « 100% de nos ventes de Noël ont été faites dans le Cloud et il n'y a eu aucun problème », se félicite le dirigeant.

Quelle souveraineté ?

Le problème, c'est que la question de la souveraineté prend de plus en plus de place dans le secteur du cloud. Or, qu'une entreprise comme la SNCF, capable de cartographier une large partie des déplacements des Français, place ses données sous le giron d'un acteur américain représente un certain risque. La faute à des lois comme le Cloud Act, qui permettent au pouvoir judiciaire américain de saisir des données hébergées sur l'infrastructure d'une entreprise américaine.

Pour pallier ce risque, le gouvernement a lancé le label « cloud de confiance », destiné à des offres françaises soumises à la norme de sécurité très élevée SecNumCloud. Mais cette stratégie ne favorise pas les spécialistes français du secteur, et d'ailleurs, ce n'est pas son objectif. Rapidement, les géants américains se sont associés avec des entreprises françaises pour proposer leurs services sous un autre emballage. Par exemple, Microsoft Azure a noué un partenariat avec Orange et Capgemini pour créer la coentreprise Bleu, candidate au label. De son côté, Google s'est associé avec Thales avec le même objectif.

François Manens

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 26/12/2021 à 15:14
Signaler
Pourquoi OVH n'a pas ete choisi pour la SNCF, encore une fois l ambiguite du governement sur sa strategie qui semble basee que sur des effets d'annonces politiciennes

à écrit le 21/12/2021 à 8:13
Signaler
C'est triste. En particulier dans un contexte de crise, l'argent investit va aller développer l'emploi américain.

à écrit le 20/12/2021 à 9:52
Signaler
Il faut être sérieux. Il n'y a pas d'offre francaise. Que des prestataires de service qui mettront une marge. Et si on gratte un peu: Serveurs: made in USA ou Asie Routeurs: made in USA Logiciel réseaux: made in USA Solutions SAas :made in USA...

le 21/12/2021 à 1:48
Signaler
Si cela existe mais des entreprises comme OVH n'essayent même plus de contrecarrer les plans de conseillers issus des cabinets Mc Kinsey, Deloitte, KPMG... véritable porte-avion des intérêts US, incrustés dans les grandes sociétés publiques et mêmes ...

à écrit le 19/12/2021 à 11:51
Signaler
Le monsieur macron n'a pas signé la vente d'alstom, alcatel, tecnip est autres pour rien ! vous vous attendiez a quoi? c'est un affairiste, et les affairistes n'ont pas de pays ! Pour autant, faudrait lui dire qu'il est président d'un pays et pas d'...

le 19/12/2021 à 12:35
Signaler
S'il était président d'une entreprise il la défenderait sinon ses actionnaires le renvoyeraient. Malheureusement la France n'est pas géré comme une entreprise.

le 19/12/2021 à 23:27
Signaler
Et Il y avait quelque chose comme 9 hébergeurs alternatifs français...pas 2 ou 3 mais 9 ! C'est à se demander pour qui roule ce foutu president camembert à la fin !

à écrit le 18/12/2021 à 19:32
Signaler
Les dirigeants français pensent toujours que choisir un fournisseur important étranger est un acte de bonne gestion. Voir Alstom, PSA Renault pour ceux que je connais bien. En plus les américains savent y faire pour obtenir un marché. Voir le finance...

à écrit le 18/12/2021 à 18:05
Signaler
L'informatique c'est pas un truc de nos dirigeants politiques depuis 40 ans . Nos nouveaux dirigeants essayent de rattraper les années bisounours mais le travail est colossal et la place est prise par les américains, qui eux, ne sont pas prêt de lais...

le 18/12/2021 à 19:23
Signaler
Nos dirigeants ? Tente de rattraper quoi ? Si j'observe bien on est passer du Fortan/Pascal au plan calcul pour ine fine tout refourguer à Microsoft et consort us. De Bull à Alcatel en passant par cap gemini etc.. nous avons vu une formidable opérat...

le 19/12/2021 à 11:55
Signaler
c'est pas année bisounours, c'est de !'incompétence et de l'affairisme, pardon mais cela dénote d'une collusion ou rien d'autre ! Cette situation est volontaire, faite par des hauts fonctionnaires pour des hauts fonctionnaires et il n'est question, ...

à écrit le 18/12/2021 à 14:00
Signaler
Sûrement que le cabinet mac kinsey à soufflé l'idée au gouvernement. Ce qui me sidère c'est qu'il y a 60 ans de tels agissements auraient valu très chers à leur commanditaire, mais là tout va bien.

à écrit le 18/12/2021 à 13:23
Signaler
Mais existe-t’il des hyperscaler européens ? Il me semble que seuls les GAFAM sont hyperscaler à l’heure actuelle

à écrit le 18/12/2021 à 12:44
Signaler
1 ère question : existe t il des stars esuivakente ayant la capacité d intégré autant de données que celle de la sncf d orange ? 2eld question: y a t il eu un appel de offre mettant en concurrence plusieurs acteurs ? 3ème question: l ´indépendance...

à écrit le 18/12/2021 à 12:43
Signaler
1 ère question : existe t il des stars esuivakente ayant la capacité d intégré autant de données que celle de la sncf d orange ? 2eld question: y a t il eu un appel de offre mettant en concurrence plusieurs acteurs ? 3ème question: l ´indépendance...

à écrit le 18/12/2021 à 11:28
Signaler
Parfaitement d'accord. C'est bien gentil de servir la messe mais faudrait-il encore mettre ses actions en accord avec ses discours. Cela vaut pour amazon cloud comme pour les systèmes d'exploitation des pc... mais comme Macron fut personnellement le ...

le 18/12/2021 à 14:03
Signaler
Vous n'en avez pas marre de tout ramener à Macron. Les fixettes, ça ne mène nulle part.

le 18/12/2021 à 19:07
Signaler
Vous avez parfaitement raison asimon, les responsables sont la Chine, Poutine et les kmers vert écolo bobo. N'oublions pas non plus l'influence néfaste de castor & pollux.

à écrit le 18/12/2021 à 9:33
Signaler
Un autre aveu de faiblesse mais bon ça se voit que nos dirigeants ne sont plus des dirigeants seulement de vulgaires comptables quand même non ? C'est leur fameux "pragmatisme" avec lequel nous soulait déjà Sarkozy et pour ces leaders là le pragmatis...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.