Rachats de startups : comment l'Europe compte calmer la fièvre acheteuse des géants du Net

La France, l'Allemagne et les Pays-Bas veulent renforcer le Digital Market Act (DMA), qui doit remettre à plat le droit européen de la concurrence pour l'adapter à l'ère du numérique. Les trois pays estiment que le texte "manque d'ambition" en matière de surveillance des rachats de startups, et proposent de donner davantage de pouvoir à la Commission européenne pour bloquer les rachats à visée anticoncurrentielle.
Sylvain Rolland

3 mn

(Crédits : Yves Herman)

WhatsApp par Facebook, Fitbit et Waze par Google... Autant de rachats de startups alors balbutiantes par des géants du Net américains, qui sont passés comme une lettre à la poste auprès des régulateurs, mais dont on mesure aujourd'hui les effets délétères sur la concurrence. Pour éviter que ce genre d'erreurs se reproduisent, la Commission européenne remet à plat son droit de la concurrence : c'est le Digital Markets Act, ou Règlement sur les marchés numériques, annoncé en décembre dernier. Un texte majeur qui part du principe que les rois actuels de l'économie, les fameux Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) ont réussi à devenir indéboulonnables et à abuser de leur position dominante parce que les régulateurs n'avaient pas les armes pour les contraindre.

L'un des chantiers du DMA concerne les fusions-acquisitions. Et part du principe suivant : ce n'est pas parce qu'une petite startup navigue sous les seuils de vigilance que son acquisition par un géant du Net ne revêt pas un caractère stratégique. WhatsApp et Messenger en sont des exemples parfaits : ils étaient seulement des "petits" réseaux sociaux en vogue au moment de leur rachat par Facebook. Mais leur acquisition a tué une potentielle concurrence majeure, car les deux messageries ont explosé sous la tutelle de Facebook, faisant de l'écosystème Facebook la pierre angulaire des interactions sociales.

Lire aussi 11 mnDigital Services Act (2/2) : les empires des géants du Net enfin sous pression ?

Renforcer le rôle de la Commission européenne

Le DMA prévoit donc de renforcer les contrôles sur les acquisitions en créant une obligation d'informer la Commission de tout projet d'acquisition de firme en Europe. Mais la France, l'Allemagne et les Pays-Bas trouvent que c'est insuffisant. Dans une initiative conjointe, les trois pays ont annoncé jeudi 27 mai vouloir renforcer et clarifier le texte, pour faciliter l'ouverture d'enquêtes et bloquer certaines opérations, sur des cibles ayant une grande valeur mais un faible chiffre d'affaires, sous les seuils de notification actuels.

"Ce que nous demandons, c'est de notifier formellement les opérations afin qu'il y ait une documentation plus abondante fournie à la Commission, qui pourra servir de base pour une enquête approfondie", a expliqué le secrétaire d'État en charge du Numérique, Cédric O.

L'appel intervient alors que les ministres en charge du numérique des 27 Etats membres se sont réunis à Bruxelles pour de premiers échanges autour du package DMA/DSA, ce dernier désignant le Digital Services Act, qui vise notamment à mieux réguler les contenus diffusés sur les grandes plateformes numériques comme Facebook et Twitter.

Lire aussi 15 mnGoogle, Apple, Amazon, Microsoft : les Gafam à l'assaut du marché de la santé américain

Les deux textes doivent encore être approuvés par le Conseil européen, qui représente les Etats membres, et le Parlement européen. Le DMA imposera des contraintes spécifiques aux seuls acteurs dit "systémiques", une dizaine d'entreprises dont la toute-puissance menace le libre-jeu de la concurrence, dont les cinq "Gafam" (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

La Commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, a cependant souligné que les règles existantes permettent déjà d'examiner rapidement des rachats lorsqu'ils sont notifiés par les autorités nationales, comme pour l'acquisition récente par Facebook du fournisseur de logiciels Kustomer, pourtant sous les seuils fixés par l'UE.

Lire aussi 2 mnCinéma : Amazon achète les célèbres studios MGM pour mieux concurrencer Netflix et Disney+.

Sylvain Rolland

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 31/05/2021 à 2:51
Signaler
Interdire,bloquer,suspendre,punir, ect.. Arrêtons de faire peur à ceux qui veulent créer ,laissons leurs quelques latitudes .Quand je pense Qu'ils sont déjà entrain de créer des lois à Bruxelles sur l'ordinateur quantique avant même qu'il existe !...

à écrit le 28/05/2021 à 17:56
Signaler
ben quand on ne veut pas regarder les pbs par le bon bout............tiens, ca me rappelle hollande et ses amis, qui ont interdit a dailymotion de s'adosser au grand satan capitaliste americain yahoo!!!! grace a la loi dailymotion, la start up a pu p...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.