Amazon devient la première entreprise à perdre 1.000 milliards de dollars de valorisation

Touché par la dégradation de l'économie mondiale - inflation, dollar fort, crise de l'approvisionnement -, le numéro un mondial du commerce en ligne et du cloud a vu sa valorisation fondre de plus de 1.000 milliards de dollars depuis son pic historique de juillet 2021. Inédit.
Sylvain Rolland
(Crédits : GONZALO FUENTES)

Où s'arrêtera la chute boursière d'Amazon ? Il y a 16 mois, en juillet 2021, le numéro un mondial du e-commerce et du cloud bataillait contre Apple et Microsoft pour le titre de la plus grande valorisation mondiale. A l'époque, Amazon valait 1.880 milliards de dollars. Patatras : le 9 novembre 2022, l'entreprise fondée par Jeff Bezos affiche « seulement » une valorisation de 879 milliards de dollars. L'entreprise arrache au passage un record dont elle se serait bien passé, celui d'être la première à subir une perte de valorisation supérieure à 1.000 milliards de dollars. Sa valeur a fondu de 48,3% depuis le 1er janvier et de 53,7% depuis son plus haut historique du 9 juillet 2021.

Lire aussiPourquoi les Gafam traversent une crise inédite

Les Gafam en souffrance en Bourse après des années d'euphorie

Relativisons : Amazon fait toujours partie du top 10 mondial et si sa chute est spectaculaire, c'est aussi car l'entreprise a atteint des hauteurs accessibles à peu d'autres : seuls Apple, Google, Microsoft, Saudi Aramco, Meta (Facebook) et Tesla ont déjà atteint, certains très brièvement -Meta et Tesla- la barre des 1.000 milliards de dollars de valorisation.

Dans un contexte macroéconomique difficile, la chute d'Amazon en Bourse s'explique par une combinaison de facteurs défavorables. La hausse de l'inflation, le dollar fort et le resserrement des politiques monétaires impactent directement la consommation des ménages, donc le e-commerce qui est son activité principale. Même son deuxième business, le cloud, qui reste sa principale source de profits, est impacté avec une croissance moins importante que prévu. Conséquence : les résultats d'Amazon au troisième trimestre, publiés le 28 octobre, n'ont pas atteint les attentes des analystes. Et le cours a dévissé de 29% depuis cette date, d'autant plus que le marché constate un ralentissement de la croissance du e-commerce après l'explosion post-Covid.

De manière générale, les géants de la tech vivent en 2022 un retour sur Terre après les deux années folles du Covid dont ils ont été les seuls grands gagnants. A l'exception d'Apple, la plupart des autres entreprises de la tech reviennent progressivement à leur niveau de valorisation pré-pandémie. Ainsi, l'action Amazon, qui vaut autour des 90 dollars, est revenue à son niveau de février-mars 2020, avant le premier confinement. Depuis le début de l'année, le co-fondateur du groupe, Jeff Bezos, a vu sa fortune diminuer d'environ 83 milliards de dollars à 109 milliards de dollars, selon les données compilées par Bloomberg.

Lire aussiLe marché sanctionne Amazon après des résultats trimestriels inférieurs aux attentes

Sylvain Rolland

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 13/11/2022 à 19:05
Signaler
Quand vous pensez que s'ils les avaient donné juste avant ben ils auraient fait des heureux et cela n'aurait rien changé pour eux, non en fait cela aurait certainement améliorer leur situation vu que les receveurs auraient pour la plupart renvoyé l'a...

à écrit le 10/11/2022 à 17:59
Signaler
Ca fait vraiment du bien de lire des choses comme ça. Qu'est-ce que j'en avait marre, de tout cet argent virtuel dont s'enorgueillaient les anglo-saxons

à écrit le 10/11/2022 à 17:45
Signaler
Ces valorisations sont totalement déconnectées de l'économie réelle tout comme les cryptomonnaies d'ailleurs .La bourse n'est pas ou plus le reflet de la santé des entreprises mais uniquement un instrument spéculatif à hauts risques : gare aux avent...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.