Macron en renfort des pépites de la French Tech

 |   |  628  mots
(Crédits : Benoit Tessier)
Emmanuel Macron présentera mardi soir à l'Elysée sa stratégie pour faciliter le financement des pépites françaises du secteur technologique, souvent tentées d'aller chercher des capitaux aux États-Unis quand elles partent à la conquête des marchés internationaux.

Le président de la République s'exprimera devant le gratin des startups et du capital-risque, convié en ouverture d'une convention organisée à Paris par France Digitale, qui fédère les entreprises françaises du secteur. Selon l'Elysée, le président annoncera notamment le déblocage de fonds provenant des grands investisseurs institutionnels français dans les jeunes entreprises de la tech.

L'exécutif sollicite depuis plusieurs mois les grandes banques et assureurs français pour qu'ils participent à la création de fonds de capital-développement disposant chacun de plus d'un milliard d'euros.

Les startups trouvent aujourd'hui en France un environnement favorable pour se financer dans les premières étapes de leur existence. Grâce notamment à l'effet de catalyseur et d'entraînement de Bpifrance, filiale de la Caisse des dépôts, il existe aujourd'hui de nombreux fonds d'investissement capables d'investir jusqu'à plusieurs millions d'euros dans leur capital.

Mais leur parcours devient plus difficile ensuite, lorsqu'elles cherchent des investisseurs capables de miser plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines de millions d'euros dans leur croissance.

En France, "il n'y pas de gros fonds (d'investissement) capable de mettre 50, 100 ou 200 millions d'euros" dans une jeune entreprise, expliquait récemment à l'AFP Olivier Novasque, patron de Sidetrade, un éditeur de logiciels utilisant l'intelligence artificielle, et ancien vice-président de l'association professionnelle Tech in France. "Or quand vous êtes dans le numérique, il faut tout de suite penser à conquérir le monde", sans attendre que d'autres ne prennent la place.

Faire émerger des géants européens

"Il n'y a aucune raison de ne pas voir émerger des géants de la tech en Europe" si les jeunes pousses en croissance parviennent à trouver sur place des financements suffisamment solides, assure à l'AFP Yann du Rusquec, directeur général d'Eurazeo croissance, l'un des principaux fonds européens de capital développement. "Le niveau et l'ambition des entrepreneurs européens est vraiment très élevé - c'était peut-être moins le cas il y a une dizaine d'années."

Souvent, les jeunes pousses françaises aux ambitions mondiales n'ont pas d'autre choix que de courtiser les fonds américains. Eux ont les poches suffisamment larges pour investir de telles mises, grâce notamment à l'épargne des retraités américains. Ou bien elles se lancent en Bourse sur le Nasdaq, le marché américain des valeurs technologiques, à l'image de Criteo, spécialisé dans la publicité internet.

Le président de la République, qui s'inspire d'un rapport rendu en juin par Philippe Tibi, ancien président de l'association française des marchés financiers, souhaite également favoriser l'émergence d'un futur Nasdaq européen, un marché boursier européen spécialisé dans les valeurs technologiques. Il invitera donc banquiers et assureurs français et internationaux à installer à Paris des fonds spécialisés dans l'investissement dans des entreprises technologiques cotées, qui commenceraient par apprendre le métier sur le Nasdaq avant de revenir d'ici quelques années en Europe pour lancer un marché européen.

Dans la foulée du rendez-vous de mardi, le gouvernement annoncera aussi les jeunes pousses retenues dans le Next 40 et le French Tech 120, deux groupes de pépites françaises du secteur technologique considérées comme des champions internationaux en puissance. Ces sociétés bénéficieront d'une visibilité particulière au sein de l'administration et du gouvernement, et la liste sera actualisée chaque année.

"L'important, c'est qu'Emmanuel Macron passe le message à l'ensemble de la finance française qu'il faut investir dans la tech", souligne Yann du Rusquec.

Côté banques, Crédit Mutuel Alliance Fédérale a annoncé d'ores et déjà lundi dans un communiqué qu'il "mobiliserait une enveloppe de 200 millions d'euros dédiée au financement de la French Tech".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2019 à 18:45 :
certes il est élu par défaut président de la répoub lique comme disait ferrand, mais on le voit on l'entend en permanence sur toutes les chaînes, toutes les radios, tous les journaux excepté qq irréductibles, mais comment ce personnage n'est pas plus détesté, lui qui parasite tous les médias, de plus on ment sur ses résultats, le chômage baisse, PTDR passer de 8.9 à 8.5% de qui se moque -t'on? déficit incroyable tout comme la dette qui passe allègrement les 100% de PIB. Mais enfin médias aux ordres, combien touchent-ils ou quelles sont les menaces.................... de benalla???
a écrit le 17/09/2019 à 11:22 :
plutôt que de vouloir financer pour parité... des chimères.....macron devrait poursser certains fonds à investir bêtement dans un outil technologique capable de fournir à un hopital, en temps réel..... le nombre de lit disponible.....

ça c 'est du concret et du palpable......et ça apporterait en partie une réponse à la crise des urgences.....
a écrit le 17/09/2019 à 11:02 :
M. Macron «  augmente » aussi «  nos salaires », avec de meilleures conditions de travail ( et je vote pour vous , même , si vous êtes un Bourgeois)

Pour un «  ordinaire » je n’ai aucun problème avec les étiquettes d’emballage... 🙂
a écrit le 17/09/2019 à 10:57 :
Pépite n'est pas le bon mot, car cela sous entend que cela rapportera dans le lien de causalité de la nature et du regroupement moléculaire!!!

l'espoir pour une start up est plus correspondant, voir mythe pour certaines, car la levée de fond ne fait pas le résultat !

Sinon, les licornes, mais je crois entre nous qu'il y en aura peu, non par la qualité de la recherche mais du développement, ou je suis plus sceptique par la pratique et réaliste en rapport avec la notion de vision, mais nous constaterons d'ici quelques années..... En tout cas, a 2% de femmes qui arrivent a faire une levée de fond, alors que la ménagère de 50 ans est la cible, permet de croire qu'il sera difficile de comprendre le développement, mais l'espérance fait vivre !!!! ah ah ah

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :