2,8 milliards d'euros, 3 licornes : premier semestre exceptionnel pour la French Tech

 |   |  1179  mots
Le mois de juin 2019, avec 812 millions d'euros levés, a même explosé le record de la French Tech.
Le mois de juin 2019, avec 812 millions d'euros levés, a même explosé le record de la French Tech. (Crédits : French Tech)
Les startups françaises ont levé 2,8 milliards d'euros au premier semestre 2019 (+32% par rapport à l'an dernier), réalisé cinq méga-levées de plus de 100 millions d'euros, et engendré trois nouvelles licornes, ce qui porte le total à sept. La French Tech devrait exploser le record de 2018 avec entre 4,5 et 5,5 milliards d'euros levés sur toute l'année. De quoi consolider sa place de dauphin en Europe derrière le Royaume-Uni ?

Des records, encore des records, toujours des records. Conformément à notre analyse de l'année 2018 et du premier trimestre de 2019, la French Tech est bel en bien en train de passer de "startup nation" à "scale-up nation". Au premier semestre 2019, les pépites françaises ont levé, d'après nos calculs*, presque 2,8 milliards d'euros, pour 134 opérations, soit une progression d'environ 32% par rapport à l'an dernier (1,9 milliard d'euros).

"Les startups peuvent grandir et grossir en France, l'écosystème de financement se structure et se renforce, il y a de plus en plus de liquidités, énumère Franck Sebag, associé chez EY et fin observateur de la French Tech. "Logiquement, les Série B et au-delà se multiplient, ce qui permet à la France de rattraper son retard dans les grosses levées de fonds par rapport aux autres écosystèmes européens matures comme le Royaume-Uni et l'Allemagne".

Ce décollage spectaculaire permet d'anticiper que 2019 va certainement à nouveau battre tous les records. En 2018, la French Tech avait levé 3,65 milliards d'euros, d'après EY. La somme du premier semestre représente déjà à elle seule 76,7% de ce montant... Les startups hexagonales devraient ainsi lever, d'après les projections, entre 4,5 et 5,5 milliards d'euros si la tendance observée au premier semestre se confirme.

Lire aussi : Levées de fonds : la France en passe de réussir sa mue en "scale up nation"

5 méga-levées et 3 nouvelles licornes

Dans le détail, le semestre a été marqué par 96 levées de moins d'un million d'euros, 171 levées entre 1 et 5 millions d'euros, 37 levées entre 5 et 10 millions d'euros, 23 entre 10 et 20 millions d'euros, 20 entre 20 et 50 millions d'euros, 9 entre 50 et 100 millions d'euros, et 5 méga-levées de fonds d'au moins 100 millions d'euros.

"On observe une nouvelle échelle de valeur : une levée pour lancer les opérations peut monter jusqu'à 3 millions d'euros, tandis qu'on considère qu'une bonne Série A se situe autour de 10 millions d'euros. Par ricochet la valeur des Séries B et au-delà augmente, d'où l'explosion des levées de plus de 20 millions d'euros. La conséquence du relèvement de la Série A est qu'il y a moins de levées entre 5 et 10 millions d'euros et davantage entre 10 et 20 millions d'euros", note Franck Sebag.

Le champion du semestre est incontestablement la plateforme de retouches photo Meero, qui a levé 205 millions d'euros en juin. Doctolib, avec ses 150 millions d'euros en mars, ainsi que Ynsect et ManoMano (110 millions d'euros chacun respectivement en février et avril) complètement le podium. La cinquième méga-levée est à mettre au crédit de la pépite de gestion des ressources humaines HR Path, tandis que le champion de la cybersécurité Dashlane est à deux doigts d'une méga-levée avec ses 98,6 millions d'euros levés en mai.

Le mois de juin 2019, avec 812 millions d'euros levés, a même explosé le record de la French Tech, précédemment tenu par le mois de mai 2018 (516 millions d'euros). Le mois d'avril 2019 complète le top 3 avec 514 millions d'euros. Le montant du deuxième trimestre s'établit à 1,6 milliard d'euros (record) et celui du premier trimestre tutoie les 1,2 milliard d'euros.

Le semestre a également enfin débloqué le compteur des licornes de la French Tech. vente-privee.com, OVH, BlaBlaCar et Deezer ont été rejoints par Doctolib, Ivalua (après sa levée de 60 millions d'euros en mai) et Meero. La France compte donc désormais 7 licornes, contre 4 fin 2018, même si quatre d'entre elles (vente-privee.com, OVH, Deezer et Ivalua) ont été créées il y a plus de dix ans.

Lire aussi : Licornes : la French Tech cherche la bonne formule

Dynamique encore plus forte au Royaume-Uni, mais l'Allemagne stagne

Cette explosion des tours de table se retrouve-t-elle ailleurs en Europe ou s'agit-il d'une exception française ? D'après Franck Sebag, la même dynamique s'observe également au Royaume-Uni, qui, décidément, ne pâtit pas outre-mesure de sa situation politique extrêmement tendue avec la perspective du Brexit. D'après les premiers calculs de l'analyste, qui seront affinés jusqu'à la publication, fin juillet, du baromètre du capital-risque de EY sur le premier semestre, les startups britanniques ont levé 5,3 milliards d'euros dans les six premiers mois de l'année, soit une progression de plus de 50%. La performance est, à la fois en valeur et en pourcentage de croissance, meilleure que celle réalisée par l'écosystème français. Autrement dit : malgré la percée hexagonale, le titre de champion de la tech devrait rester, durablement, au Royaume-Uni.

En revanche, la France pourrait semer l'Allemagne et s'affirmer comme un solide dauphin du leader anglais. Les startups d'outre-Rhin ont levé environ 2,5 milliards d'euros au premier semestre 2019, d'après EY, soit moins que la France et moins que l'an dernier sur la même période (2,8 milliards, -11%). La faute à moins de méga-levées cette année, malgré les énormes tours de table de TravelTech (484 millions d'euros) et Adjust (201 millions d'euros), qui, à eux seuls, pèsent 27% du montant total des levées allemandes. Cette dépendance de l'écosystème allemand aux méga-levées montre, par ricochet, la profondeur de l'écosystème français, qui dépend moins des performances de ses champions et réalise davantage de petits, mais aussi de moyens et de gros, tours de table.

Lire aussi : Malgré le Brexit, pourquoi Londres reste le champion du capital-risque en Europe

Le Top 20 du premier semestre 2019 déjà meilleur que le Top 20 2018

Logiquement, l'augmentation spectaculaire du ticket moyen des levées françaises aboutit à un top 20 2019 qui s'impose déjà comme plus impressionnant que celui de toute l'année 2018 : cinq méga-levées contre trois, neuf levées entre 50 et 100 millions d'euros contre cinq, la vingtième startup a levé 38 millions d'euros contre 28 millions d'euros pour la vingtième de l'année 2018 (il s'agissait de l'autre champion français du cloud, Platform.sh).

Voici le top 20 2019 (cliquer sur le nom de la startup pour lire l'article) :

1. Meero - 205M€ - IA - juin

2. Doctolib - 150M€ - e-santé - mars

3. Ynsect - 110M€ - agriculture - février

3ex. ManoMano - 110M€ - e-commerce - avril

5. HR Path - 100M€ - RH - avril

6. Dashlane - 98,6M€ - cyber - mai

7. Wynd - 72M€ - retail - janvier

8. Vade Secure - 70M€ - cyber - juin

9. Payfit - 70M€ - RH - juin

10. Bioserenity - 65M€ - biotech - juin

11. Mirakl - 62M€ - marketing - février

12. Ivalua - 54M€ - cloud - mai

13. Shift Technology - 53M€ - cyber - mars

14. ContentSquare - 52M€ - marketing - janvier

15. Talentsoft - 45M€ - RH - janvier

15ex. Dental Monitoring - 45M€ - medtech - mars

17. Alan - 40M€ - assurance - février

17ex. Vestiaire Collective - 40M€ - e-commerce - juin

19. Finexkap - 39M€ - fintech - juin

20. Addev Materials - 38M€ - industrie - avril

*Calcul mené sur la base de notre propre recensement des levées de fonds, complété par la veille de la banque d'affaires eCap Partner et le site spécialisé Maddyness.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2019 à 18:28 :
Plus les gens se font "arnaquer" et plus ils sont content que cela fonctionne, alors que cela n'a encore rien rapporté!
a écrit le 04/07/2019 à 9:22 :
lever de l´argent et faire de la dette, c est une chose.
il reste à voir si leur modèle peut grandir au niveau mondial ou si ela sera une licorne franco francaise adressant le marché francais en francais... dans ce cas croissance sera faible
a écrit le 03/07/2019 à 10:36 :
C'est une bonne nouvelle, presque la seule au niveau comparatif avec nos voisins, pour l'économie française.
Il faut noter que pour trouver une levée dans l'industrie il faut attendre la 20ème place. L'industrie du futur ne se passe pas en france et le bio-tech non plus. Il n'y a que de services: c'est bien mais insuffisant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :