Podcast : en plein boom, la plateforme suédoise Acast veut conquérir la France

 |   |  713  mots
Lancée en 2014 en Suède, la plateforme de podcasts Acast revendique 170 millions d'écoutes mensuelles - dont 25% sont enregistrées aux Etats-Unis.
Lancée en 2014 en Suède, la plateforme de podcasts Acast revendique 170 millions d'écoutes mensuelles - dont 25% sont enregistrées aux Etats-Unis. (Crédits : Capture d'écran / Acast)
Lancée en 2014, la plateforme de podcasts Acast débarque en France. Elle souhaite se démarquer de la concurrence en misant sur un accompagnement complet des producteurs de contenus et une monétisation personnalisée. La startup suédoise a bouclé une série C de 35 millions de dollars en décembre dernier pour financer son expansion internationale.

Le marché français du podcast est en pleine ébullition... et il attire désormais les acteurs étrangers. Le géant suédois Acast débarque en France. Lancée en 2014, cette plateforme permet aux podcasteurs de publier, distribuer et monétiser des contenus audio à la demande. Elle revendique 170 millions d'écoutes mensuelles - dont 25% sont enregistrées aux Etats-Unis. Acast était jusqu'ici principalement présente sur des grands marchés anglo-saxons (Etats-Unis, Canada, Australie, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande, puis Irlande et Norvège depuis 2018).

"La France est un pays où l'audio est historiquement important, notamment grâce à la radio qui est très bien installée. En 2018, nous avons observé un point de bascule avec le développement des podcasts natifs", estime Yann Thébault, Pdg d'Acast France et ancien Directeur général de Spotify France. "Mais la majorité des écoutes de podcasts en France est réalisée par des replay de radio. Les podcasts natifs représentent seulement 15% du marché - contre 70 à 75% aux Etats-Unis et au Royaume-Uni - donc nous avons belle marge de progression."

Acast revendique déjà 2 millions d'écoutes mensuelles en France, via des contenus d'éditeurs partenaires comme la BBC, le Guardian ou encore le Financial Times.

Faciliter la monétisation des podcasts

Alors que les plateformes françaises de podcasts fleurissent (Binge Audio, Louie Media, Tootak, Majelan...), Acast espère tirer son épingle du jeu en "couvrant l'intégralité des besoins des podcasteurs", affirme Yann Thébault.

"Nous proposons une offre complète. Acast fournit un outil CMS pour héberger les podcasts. Nous nous chargeons ensuite de les distribuer le plus largement possible, en les faisant référencer sur des agrégateurs de podcasts ou des plateformes partenaires comme Spotify. Acast s'occupe également de la promotion sur les réseaux sociaux et développe un plan de commercialisation avec les podcasteurs", liste le patron d'Acast France.

Alors que les podcasts doivent encore trouver leur business model, l'entreprise s'est fait un nom dans ce petit monde en créant une technologie dite "d'insertion publicitaire dynamique". "Auparavant, les publicités étaient "en dur" dans les podcasts. Si vous écoutiez un podcast de quelques années, alors le contenu était diffusé avec de vieilles pub de l'époque. Avec cette méthode, nous affichons des publicités en temps réel pour l'intégralité de nos podcasts. Cela permet d'avoir un ciblage plus précis des utilisateurs, tout en permettant aux podcasteurs de monétiser leur ancien catalogue", explique Yann Thébault.

Acast mise également sur de la publicité très personnalisée. En 2018, la startup a signé un partenariat avec A Million Ads afin de proposer des publicités en fonction de la géolocalisation, de la météo ou encore du moment de la journée. Ainsi, la startup est capable de créer 23.100 versions pour une seule et même publicité, en ciblant les auditeurs de podcasts humoristiques par exemple, selon Campaignlive.

70,2 millions de dollars levés depuis 2014

En 2018, Acast a profité du boom de l'audio. Elle totalise désormais 3.300 podcasts, soit une hausse de +93% sur un an par rapport à 2017. Depuis sa création, le suédois a enregistré 2 milliards d'écoutes. Le premier milliard a été réalisé sur trois ans... Quand la jeune pousse a enregistré le second milliard en moins de 9 mois.

"Il y a une saturation de l'information visuelle. Le podcast permet à la fois de libérer les yeux et les mains, ce qui est très adapté à la mobilité. Il y a aussi un fort pouvoir avec le son, qui permet d'aborder toutes les thématiques possibles", juge Yann Thébault.

Acast est gratuit pour les auditeurs (via une application disponible sur Android et iOS) et pour les podcasteurs. L'intégralité de son business model repose sur la publicité. L'entreprise ne communique ni sur son chiffre d'affaires, ni sur sa rentabilité. La startup revendique néanmoins une "croissance de 86% de nos revenus en 2018", chiffre Yann Thébault. Pour financer son expansion internationale, la jeune pousse a réalisé une levée de fonds en série C de 35 millions de dollars en décembre dernier. Au total, Acast a levé 70,2 millions de dollars. La plateforme devrait partir à la conquête du marché allemand dans les semaines à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :