Pourquoi le vote par Internet est, pour l'instant, une fausse bonne idée

RÉGIONALES. Face à l'abstention qui a battu des records lors du premier tour des élections régionales et départementales, de nombreuses voix prônent le recours au vote par Internet. Mais s'il présente des avantages théoriques certains -modernité, rapidité, solution alternative en cas d'absence le jour du scrutin-, ses nombreuses limites -technique, sécurité, confiance et sincérité du scrutin- n'en font pas une option réaliste pour l'heure.
Sylvain Rolland

7 mn

(Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)

L'abstention historique lors du premier tour des élections régionales et départementales du 20 juin dernier -deux électeurs sur trois ne se sont pas déplacés- aurait-elle pu être atténuée si le vote par Internet avait été mis en place ? Comme après chaque scrutin, le débat est relancé. "Je souhaite qu'on puisse mettre en place le vote par Internet dans le prochain quinquennat", a expliqué sur France Inter lundi matin Stanislas Guérini, le délégué général de La République en marche (LREM).

Lire aussi 4 mnAprès les élections régionales, les gros ennuis tactiques d'Emmanuel Macron

Une solution populaire qui résout beaucoup de problèmes... en théorie

L'idée du vote par Internet rencontre un fort écho parmi la population, si l'on en croit un sondage réalisé par Odoxa-Backbone consulting et publié jeudi par Le Figaro et franceinfo. D'après lui, 78% des Français sont favorables à la mise en place du vote par Internet, et l'approbation grimpe même à 80% parmi les abstentionnistes du premier tour. Parmi eux, 41% ont justifié leur abstention par le simple fait qu'ils étaient "indisponibles ce jour-là"... même s'ils pouvaient toujours anticiper en faisant une procuration.

Sur le papier, le vote par Internet apparaît comme une solution, voire une alternative solide au vote physique : c'est plus rapide -on peut voter en quelques minutes et éviter un déplacement au bureau de vote-, plus pratique -on peut voter n'importe où-, et cela correspondrait à l'évolution des usages, avec la numérisation de nombreuses activités du quotidien. Bonus : le vote par internet est déjà autorisé par la France dans certains cas, notamment pour les élections professionnelles, les assemblées générales des copropriétés, ou encore les élections des représentants consulaires à l'étranger, qui se sont tenues en mai dernier.

Lire aussi 7 mnElections régionales et départementales : le numérique, le grand oublié de la campagne

Une fausse bonne idée ?

Sauf que dans les faits, le vote par internet a tout de la fausse bonne idée. Comme l'a souligné la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL), les élections politiques présentent un "niveau de risque maximal puisqu'elles répondent à des enjeux de société et font intervenir un nombre important d'électeurs, dans un climat potentiellement conflictuel", rappelle l'organisation.

La CNIL estime que pour être possible, le vote par Internet doit remplir cinq conditions : la plateforme mise en place doit "être en mesure de contrer les cyberattaques", "s'assurer de l'identité et du consentement des électeurs", "garantir l'accessibilité du dispositif", "prendre acte de l'absence de rituel républicain" et "assurer la transparence des résultats". Des conditions qui, aujourd'hui, ne sont pas réunies, d'après un rapport parlementaire du Sénat publié vendredi 25 juin.

Le risque cyber aujourd'hui trop important

Le premier risque, celui du piratage de la plateforme et des cyberattaques, est aujourd'hui trop important pour garantir la confiance dans le scrutin en ligne, estime la commission sénatoriale.

"La menace est double : des hackers peuvent altérer le système de vote, remettant ainsi en cause l'intégrité du scrutin, et une puissance hostile peut prétendre avoir modifié les résultats, même en l'absence d'attaque informatique. Alimentée par des théories conspirationnistes, cette manipulation de l'information peut suffire à discréditer l'ensemble des opérations de vote", mettent en garde les sénateurs.

Parmi les altérations possibles au vote figurent les attaques par déni de service distribué (DDoS), qui consistent à multiplier les connexions simultanées au serveur pour le saturer et le faire crasher. Et surtout l'introduction de "chevaux de Troie" dans le système, qui pourraient par exemple modifier le vote ou voler des données personnelles, ce qui viendrait compromettre l'anonymat du scrutin, qui est pourtant l'une des conditions indispensables d'un vote démocratique.

Sans même craindre les cyberattaques, la plateforme de vote en ligne peut également rencontrer des difficultés techniques, comme ce fut le cas lors des élections consulaires de 2014, où "le dispositif est resté inaccessible pendant près de deux heures, en raison d'un pic de connexions dans les dernières heures du scrutin", rappelle la mission parlementaire. Qui conclut que le vote par Internet n'est aujourd'hui souhaitable que pour des circonscriptions de petite taille, et non pas des scrutins nationaux, qui nécessitent un niveau de sécurité que l'Etat n'est pas capable de fournir.

La sincérité et l'intégrité du scrutin impossibles à garantir

Pour pouvoir être proposé aux Français, le vote par Internet doit garantir avec certitude l'identité de l'électeur et l'absence de pressions extérieures. "Ce n'est pas encore le cas en l'état des technologies", tranche la mission sénatoriale, en partie car l'identité numérique actuelle n'est pas assez robuste.

Effectivement, le dispositif FranceConnect, aujourd'hui utilisé par 19 millions de Français pour effectuer leurs démarches administratives, ne répond pas à l'exigence de sécurité nécessaire au sens du règlement européen « eIDAS ».

Surtout, la confiance et l'anonymat sont plus difficiles à garantir avec le vote par internet. "L'avantage du vote papier est qu'on peut s'assurer que le vote est secret, et le citoyen peut avoir confiance dans le fait que son bulletin est correctement comptabilisé une seule fois", explique l'auteur, entrepreneur et spécialiste des technologies Tristan Nitot dans un billet de blog. Or, avec le vote électronique, "on ne peut pas s'assurer que c'est bien la bonne personne qui vote" malgré la double vérification avec un SMS, ajoute-t-il. De la même manière, impossible de s'assurer que la personne qui vote derrière son smartphone ne subit pas de pression dans un sens ou dans un autre. Impossible également de s'assurer que le terminal n'a pas été piraté, que le vote a été pris en compte, qu'il n'a pas été modifié, ou qu'un logiciel-espion relie le vote à la personne." "Bref, c'est possible de voter à distance de façon électronique, mais on perd beaucoup en confiance et en secret", conclue-t-il.

Une fausse solution contre l'abstention ?

Enfin, le vote par internet résoudrait-il le problème de l'abstention ? Rien n'est moins sûr, sauf pour être pour ceux qui ne vont pas voter par oisiveté. Pour les non-valides ou les absents, faire une procuration reste possible. De plus, les études montrent que les principales raisons de l'abstention sont plutôt à chercher du côté du désintérêt pour le scrutin et la politique en général. D'après le sondage Odoxa/Backbone consulting pour Le Figaro et franceinfo, 60% des Français interrogés (votants et non-votants) estiment ainsi que "les partis politiques et les candidats, qui n'ont pas su intéresser les électeurs à ces élections" sont les principaux responsables du niveau record d'abstention lors du premier tour des régionales et départementales.

"Le vote en ligne ne réduira pas la distance prise par nos concitoyens avec la parole publique. En démocratie, c'est l'isoloir qui met à l'abris l'électeur des groupes de pressions, qu'ils soient familiaux, amicaux, extérieurs, pas le smartphone" déclare Jean-Michel Mis, député LREM. "Prendre une heure pour aller voter est une chance. Voter n'est pas liker", ajoute le député LREM Eric Bothorel, pour qui voter est un devoir civique qui implique un effort de la part des citoyens.

Sylvain Rolland

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 28/06/2021 à 22:17
Signaler
Le vote électronique est une évidence, quand à la sécurité elle peut être suffisement bonne entre mail et sms voire 2 sms. A mon avis ne pas l'avoir mis en place laisse les vieux partis de gauche et de droite, les vieux élus multicomptes dans leur z...

à écrit le 27/06/2021 à 17:46
Signaler
Ce n'est pas une fausse bonne idée, c'est indispensable à la démocratie. Il faudra bien que nos politiques se le mettent en tête au lieu de protéger leur pré carré, ne votent que les militants et les amis des politiques en place. Etre contre c'est êt...

à écrit le 27/06/2021 à 12:28
Signaler
Internet n'est utile que si cela est répétitif et loin d'être solennel!

à écrit le 27/06/2021 à 11:35
Signaler
De mon point de vue, j'estime qu'Internet est à un niveau de passoire qui ne permet pas de faire confiance à un vote en ligne. Pourquoi ?... => On peut constater que les procédures de sécurité se surchargent de plus dans les applications couran...

à écrit le 26/06/2021 à 13:00
Signaler
Il va falloir créer un mouvement ou voire un parti dont le principal objectif sera le vote par internet. Ce ne serait pas le parti le plus bête quand on voit ce que l'on nous offre! Peut-être le mouvement des gilets internet, pourquoi pas §

à écrit le 26/06/2021 à 12:13
Signaler
Les changements et réformes datent d’un décret de 2019 , si les LREM ont fait des choses bien , ils ont ont fait beaucoup de choses très mal ( comme le décret des syndicats en ordonnance de loi de 2019 ) pour faciliter les décisions financières sans ...

à écrit le 26/06/2021 à 11:56
Signaler
Le vote par internet est le gadget de dernier secours quand on n'a plus rien à offrir de valable.

le 27/06/2021 à 3:50
Signaler
Commençons par supprimer les scrutins à deux tours, et adoptons le scrutin non proportionnel à un tour comme en Angleterre . Ce scrutin permet l'alternance et offre aux électeurs un choix net et mobilisateur. Avec la fusion des listes et les désistem...

à écrit le 26/06/2021 à 11:23
Signaler
Pas de vote internet, ni par correspondance ou autres idées farfelus. Le vote doit être réalisé, tel qu'il est actuellement, dans un bureau de vote avec un isoloir car il doit être secret et l'électeur ne doit subir aucune intimidation. Aux Etats-Uni...

le 27/06/2021 à 7:54
Signaler
Me semble qu'en France le bourrage d'urnes était une tradition de tout bord mais avec une vraie attache communiste. On ne compte plus les résidents permanent de cimetières qui ont votés en masse qui pour la chiraquie, qui pour les autonomistes etc.....

à écrit le 26/06/2021 à 11:18
Signaler
Pas de vote internet, ni par correspondance ou autres idées farfelus. Le vote doit être réalisé, tel qu'il est actuellement, dans un bureau de vote avec un isoloir car il doit être secret et l'électeur ne doit subir aucune intimidation. Aux Etats-U...

à écrit le 26/06/2021 à 10:41
Signaler
L’anonymat du vote en question, le fait que le vote blanc ne soit pas reconnue, que le mandat des élus ne soit pas résiliable... ne profite pas a l'utilisation d'internet pour les élections!

à écrit le 26/06/2021 à 10:28
Signaler
Qu’il est amusant de voir des responsables politiques, surtout quand il s’agit de personnes ne faisant pas forcément le plein de voix, se mettre brusquement à rêver qu’avec le vote par correspondance ou le vote électronique ça irait beaucoup mieux, d...

à écrit le 26/06/2021 à 10:11
Signaler
L'introduction du vote par internet peut avoir ds conséquences inédites: l'explosion des votes blancs, rendant criant ce qui est nié par les politiques: le raz-le-bol des français de ce système où on ne remet pas en cause nos organisations. Il va bie...

à écrit le 26/06/2021 à 10:09
Signaler
Parce que personne ne surveille déjà de près les machines à voter tandis que la seule expérience rendue publique était du temps de Sarkozy qui donnait du 73% pour lui contre 27% pour Royal tandis qu'après avoir interrogé les gens aux sortis d'urnes c...

à écrit le 26/06/2021 à 8:51
Signaler
Le vote par correspondance et par internet a des avantages et inconvénients : Par exemple beaucoup de syndicats de copropriétaires ont profité de la mise en place de l’urgence des lois de la crise sanitaire pour faire leur AG au 30 juin + liberté ...

à écrit le 26/06/2021 à 1:45
Signaler
Complètement en désaccord. La possibilité de vote par internet est INDISPENSABLE. A preuve nous sommes entre 38.000 à 40.000 français ici installés en thailande pour diverses raisons. Comment fait on ? Pour aller voter je dois faire 50 Kms AR et enco...

le 26/06/2021 à 8:54
Signaler
@rolars. Si vous etes immigre definif ce qui est mon cas, voter pour un president francais n'a aucun interet puisque vous residez dans le pays ou vous avez decide de finir vos jours. Par consequent, ne demandez pas le beurre et l'argent du beurre. ...

à écrit le 25/06/2021 à 22:10
Signaler
: On déclare ses impôts sur internet . On paye ses impôts, taxes, amendes par internet. On gère ses comptes bancaires sur internet, virements, PEA...On fait des achats sur internet. On fait des entretiens d'embauche sur internet. Les jeunes font leur...

à écrit le 25/06/2021 à 22:00
Signaler
Le vote par internet est indispensable, pas unique comme mode d vote, mais la question de la sécurité ne peut être un argument bloquant. Pourquoi autorise-t-on des opérations des plus confidentielles par internet? La protection du citoyen et de sa ...

à écrit le 25/06/2021 à 19:26
Signaler
Autant la question de l'anonymat du vote par internet est pertinente, autant les autres obstacles techniques, je ne comprends pas. Cela voudrait dire que le site de la déclaration des impôts ne serait pas sécurisé ? Quoi qu'il en soit, je n'ai pas l...

le 26/06/2021 à 11:14
Signaler
Cela irait même plus loin qu'une tartufferie de référendum, le vote électronique rend de fait inutile la représentation. Proposition de loi sur votre téléphone: SMS taper 1 = oui taper 2 = non taper 3 = bin j'en sais rien faut voir s'en pense les z...

à écrit le 25/06/2021 à 19:21
Signaler
Pour mémoire les régions ont été introduites par F.Hollande et devaient se sustituer aux départements. Que s'est-il passé ? Une fois de plus les politiques ont multiplié les bonnes places permettant de caser les copains et permettre les retours d'as...

à écrit le 25/06/2021 à 19:18
Signaler
Si l'on veut éviter l'hémorragie des électeurs radiés qui ne se réinscrivent plus, cessons de les radier; il semblerait que les votes se fassent "en famille" dans les communes où l'on a des attaches historiques; mieux vaut des électeurs mal-inscrits ...

à écrit le 25/06/2021 à 18:52
Signaler
"....ses nombreuses limites -technique, sécurité, confiance et sincérité du scrutin- n'en font pas une option réaliste pour l'heure." Pourtant c'est vraiment tout ce que l'on nous vend sur Internet depuis des années, surtout les banques et l'etat av...

à écrit le 25/06/2021 à 18:52
Signaler
Par internet, je ne vote plus, les bidouillards de la bricole voteront à ma place

à écrit le 25/06/2021 à 18:21
Signaler
Non. Soit on est concerné par ce qui se passe dans son pays, sa commune, sa région, soit on s'en fout et ce n'est pas le vote par Internet qui améliorera la conscience politique des gens. Ça risque d'être pire parce que les manipulations populistes v...

à écrit le 25/06/2021 à 17:58
Signaler
Reunion de travail France Telecom (Orange pour les moins de trente ans), janvier 1996 : "Plus c'est numérique, plus c'est facile !". Il n'y a qu'à voir les polémiques sans fin à chaque élection américaine. Couplé au vote anticipé, c'est la confisca...

le 27/06/2021 à 7:59
Signaler
Parce Tiberi et autres faisant voter les morts c'est plus safe ?

à écrit le 25/06/2021 à 17:35
Signaler
C'est la pire des idées. Les maisons de retraite vont voter à 100% , ce sera la course à la récolte d'identifiants et de mot de passe, car on ne pourra pas contrôler de quel ordinateur la saisie sera faite. Si on veut débloquer l'abstention, il faut ...

le 26/06/2021 à 8:59
Signaler
100% d'accord. Sans compter l'acces a distance des machines a voter et leurs bidouilles. On a vu cela durant l'election du peroxyde US.

le 27/06/2021 à 8:01
Signaler
Parce que les maisons de retraite ne votent pas déjà à 110 % ? Vous êtes confondant...

à écrit le 25/06/2021 à 17:15
Signaler
Tout peut être piraté sur le net y compris le vote électronique,on fait basculer un ou deux % d'un côté ou de l'autre et le tour est joué ,personne ira vérifier de toute façon ou alors placer des vérificateurs de son camp c'est encore plus simple.L'a...

à écrit le 25/06/2021 à 17:12
Signaler
C'est une mauvaise idée tout court. Si vous nous retirez le contrôle démocratique des urnes, les citoyens seront légitimement en droit de prendre les armes pour déposer les oligarques qui nous asservissent.

le 26/06/2021 à 9:01
Signaler
Le peuple de France prendre les armes. Mais oui, bien sur. "Peuple de ruminants" dixit de Gaulle.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.