Huawei réduit la voilure et se prépare à des temps difficiles

 |   |  805  mots
D’après Ren Zhengfei, Huawei retrouvera « en 2021 », sa « vitalité afin de servir l’humanité ».
D’après Ren Zhengfei, Huawei retrouvera « en 2021 », sa « vitalité afin de servir l’humanité ». (Crédits : Reuters)
Après les sanctions américaines, le géant chinois des smartphones et des équipements télécoms a pris des mesures pour diminuer sa production.

Dans le monde des smartphones, Huawei a connu une insolente croissance ces dernières années. Au premier trimestre, le groupe de Shenzhen caracolait encore à la deuxième place des plus gros vendeurs de terminaux du globe. Avec 58,7 millions de smartphones écoulés, il se situe derrière Samsung (71,6 millions de smartphones vendus), mais largement devant Apple (44,5 millions). Il y a quelques mois, Huawei semblait encore en bonne voie de détrôner, comme il l'ambitionnait, son rival sud-coréen d'ici à la fin de l'année. Mais cet objectif n'est plus d'actualité. Impacté de plein fouet par des sanctions de Washington visant à lui fermer le robinet des technologies américaines, Huawei a indiqué qu'il n'espérait pas damer le pion à Samsung cette année.

Aujourd'hui, le groupe de Shenzhen est plutôt contraint de réduire drastiquement la voilure. Ce lundi, l'agence Bloomberg a indiqué que Huawei s'attendait à une baisse de 40% à 60% de ses livraisons de smartphones à l'étranger. Plusieurs options sont à l'étude, dont le retrait d'un de ses derniers bébés, le Honor 20. Le lancement de ce modèle, dont la commercialisation débutera en Grande-Bretagne et en France ce vendredi, pourrait être interrompu si les ventes ne sont pas au rendez-vous. Huawei a déjà indiqué qu'il misait sur le marché chinois pour compenser au moins partiellement les baisses de ventes anticipées sur le Vieux Continent.

A côté du Honor 20, Huawei a décidé de repousser de trois mois le lancement de son smartphone pliable, le Mate X. Véritable porte-étendard du savoir-faire de Huawei, ce terminal, qui coûte la bagatelle de 2.299 euros, a été dévoilé en février dernier au Mobile World Congress de Barcelone. Il faudra désormais attendre le mois de septembre, au mieux, pour passer commande.

Ce lundi, Ren Zhengfei, le fondateur et chef de file de Huawei, a admis sur le groupe essuyait de grosses difficultés. « Oui, (les ventes de smartphones) ont baissé de 40% », depuis la mi-mai et l'annonce des sanctions américaines, a-t-il déclaré lors d'un entretien au siège du groupe à Shenzhen. Le dirigeant a également indiqué qu'il allait très fortement réduire sa production d'environ 30 milliards de dollars cette année et en 2020. Une mesure particulièrement lourde au regard du chiffre d'affaires du groupe, qui a passé la barre des 100 milliards de dollars l'an dernier - sachant que les smartphones représentent environ la moitié de ces ventes.

D'après Ren Zhengfei, Huawei retrouvera « en 2021 », sa « vitalité afin de servir l'humanité ». A l'en croire, son groupe a sous-estimé l'impact des sanctions américaines. « Nous ne nous attendions pas à ce qu'ils nous attaquent sur autant d'aspects », a-t-il déclaré.

« Nous le pouvons pas nous approvisionner en composants, nous ne pouvons pas participer à de nombreuses organisations internationales, nous ne pouvons pas travailler en étroite collaboration avec de nombreuses universités, nous ne pouvons rien utiliser comportant des composants américains, et nous ne pouvons même pas établir de connexion avec des réseaux utilisant de tels composants », a-t-il égrené.

Huawei mise sur son propre système d'exploitation

Sur le front des smartphones, le groupe a déjà pris des mesures fortes pour se relancer. Prochainement privé d'Android, le système d'exploitation de Google, Huawei compte possiblement s'appuyer à terme sur le sien, baptisé « Hongmeng », en Europe. La semaine dernière, Huawei a demandé son enregistrement sur le Vieux Continent et dans neuf autres pays, selon les données de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI). Sachant qu'aujourd'hui, Hongmeng est encore en phase de test en Chine.

Dans les équipements de réseaux mobiles, où Huawei est désormais leader, le groupe attend encore de savoir dans quelle mesure certains importants pays européens (comme le Royaume-Uni ou la France) vont lui permettre de déployer ses infrastructures. L'enjeu est énorme pour le groupe chinois, qui compte énormément sur la 5G, qui commence à arriver sur le Vieux Continent, pour se développer. Sur ce créneau, le très fort lobbying de Washington, qui pousse l'Europe à bannir comme lui Huawei du marché de la 5G, l'inquiète.

Et pour cause : son rival Nokia, qui a pourtant admis récemment avoir du retard dans cette technologie, a indiqué au début du mois bénéficier des déboires du groupe chinois. D'après l'agence Reuters, Federico Guillen, à la tête de l'activité clients de l'équipementier finlandais, a affirmé qu'avec 42 commandes d'opérateurs, il se situait maintenant devant Huawei et le suédois Ericsson. Sachant que ces derniers totalisent respectivement, selon les estimations, 40 et 19 commandes. En pleine tempête, Huawei va devoir trouver des solutions, et vite, pour préserver ses principales activités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2019 à 23:31 :
Huawei est effectivement dans la mouise mais il dispose d'un marché intérieur et certainement d'une certaine capacité à rebondir mais ça va être difficile. Mais connaissant le contrôle étatique de la Chine sur l'économie, il y a de fortes chances que le savoir-faire d'Huawei profite aux autres constructeurs chinois. Au delà de ça, ce qui est certain c'est que la Chine a les moyens de développer des microprocesseurs sans dépendre des USA, c'est une question de temps et avec les sanctions US, ce temps s'est rétréci.
Concernant Android, trouver un OS alternatif ne sera pas un problème pour Huawei, le problème sera de créer un éco-système solide autour . Si la Chine impose au marché interieur que les Android soient bridés (pour éviter l'espionnage!), il y a moyen.
a écrit le 17/06/2019 à 20:21 :
Si Huawei a un tant soit peu de sens du stratégique, ils sortent un OS en open source et ils font un carton, tant le marché est mûr pour un système qui n'est pas plombé par les mouchards de Google.
Réponse de le 17/06/2019 à 20:46 :
Ha bah oui, c’est évident, tout ceux qui craignent le manque de discrétion des services de Google se sentiront parfaitement à l’aise avec un OS chinois ! Et pas n’importe quel chinois !! 😀
a écrit le 17/06/2019 à 16:52 :
Sans verser dans la critique facile, Huawei paie pour la politique chinoise à plus d'un titre. Le premier étant d'obliger les investisseurs étrangers à créer des JV avec des groupes nationaux pour pourvoir accéder au marcher chinois...
a écrit le 17/06/2019 à 16:31 :
Un pas en bond pas en arrière est la meilleure des stratégies quand on a été prit la main dans le sac.

Qu’ils conçoivent un système d'exploitation de qualité, non falsifié vraiment bon et rien que ça pourra les mener solidement à rivaliser avec les autres étant donné que c'est là qu'est la profonde faiblesse de nos smartphones, des systèmes d'exploitations complètement nuls qui gaspillent les ressources de notre téléphone afin de permettre àa la société marchande d'envahir nos vies personnelles.

Cela m'étonnerait qu'ils le fassent hélas parce que dictature oligarchique rigide mais pourtant c'est ce que je leur conseille s'ils veulent revenir en force d'ici 3 ou 5 ans étant donné qu'un super bon système d'exploitation aurait un succès fulgurant et vendre la conservation de ses données face à apple et google de la part de la chine serait un message particulièrement succulent pour les clients avertis, de plus en plus nombreux. En tout cas moi je l'adopterais sans problème !

Mais une dictature oligarchique est elle capable de mettre ses vieux réflexes de côté ? Sachant qu'en UE notre oligarchie moins anti-démocratique n'y arrive pas on voit mal les chinois capables de cette raison là.

Contempler l'amérique régner.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :