« Le gouvernement doit compenser nos pertes liées à l'éviction de Huawei » (Grégory Rabuel, SFR)

 |  | 2142 mots
Lecture 11 min.
« SFR était le premier opérateur à lancer la 3G et la 4G en France, affirme Grégory Rabuel. Notre ambition est la même pour la 5G. »
« SFR était le premier opérateur à lancer la 3G et la 4G en France, affirme Grégory Rabuel. Notre ambition est la même pour la 5G. » (Crédits : DR)
ENTRETIEN. Directeur général de SFR, Grégory Rabuel fait le point sur le lancement de la 5G en France. Il appelle aussi le gouvernement, qui a décidé d'écarter progressivement Huawei du marché de la 5G, à indemniser l'opérateur au carré rouge.

LA TRIBUNE - Comment se porte SFR dans ce contexte de crise sanitaire et économique ?

GREGORY RABUEL - SFR se porte aussi bien que possible dans une situation difficile et inédite. Notre activité est certes plus résiliente que d'autres. Plusieurs signaux de baisse d'activité et de chiffre d'affaires sont néanmoins inquiétants. Nos 650 magasins sont restés ouverts puisque les télécoms sont considérées comme une activité essentielle. Mais nous mobilisons ainsi des milliers de collaborateurs alors que, confinement oblige, les flux dans les magasins sont extrêmement faibles. Il en va de même pour les performances commerciales. Notre chiffre d'affaires lié au roaming (frais d'itinérance, Ndlr) est au point mort depuis le mois de mars puisqu'il n'y a plus de touristes. Nous avons aussi un enjeu très important de déploiement de la fibre optique, que nous devons maintenir dans le cadre de ce deuxième confinement. Pour le moment, cela se passe bien et nous espérons que ça va continuer. C'est une période difficile. A part les boutiques et le personnel essentiel à la maintenance du réseau, tout le monde est en télétravail. Notre priorité est de fournir une bonne qualité de service aux Français, de maintenir le réseau en état de marche. Nous observons depuis quelques jours un pic d'utilisation d'Internet, de la data mobile, et nous devons être au rendez-vous.

Cette crise pourrait-elle déboucher sur une restructuration et des réductions d'effectifs ?

Nous sommes en train d'analyser la situation. Nous essayons déjà de tirer les enseignements du premier confinement concernant différents sujets, comme la façon de travailler. Chez SFR, il y avait déjà un jour de télétravail par semaine pour les collaborateurs. Le fait que tout le monde travaille désormais à distance nous fait réfléchir sur notre organisation. Avec ce deuxième confinement, nous sommes très attentifs à l'évolution de la situation. Ce qui nous inquiète aussi, c'est que nous ignorons ce qui va se passer en 2021... La situation demeure très incertaine même si un vaccin pourrait arriver dans les prochains mois.

Selon l'Arcep, le régulateur des télécoms, vous pourrez lancer la 5G à partir du 18 novembre. Quand vos offres seront-elles disponibles?

Forcément après le 18 novembre ! A ce stade, je ne peux pas vous dire précisément quand. Mais c'est une question de jours ou de semaines. Il y a également un certain nombre de demandes que nous devons envoyer à...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/11/2020 à 8:28 :
et aussi indemniser tout les francais qui subisse un manque de liberté
estimation d'un bonheur journalier 1000euro
ce personnage a t'il invente la 5 g non in souhaite de goinfrer dessus
a écrit le 17/11/2020 à 18:39 :
Sans censure je peux dire qu'il n'est pas question de dédommager les erreurs faites par les entreprises bien trop imprévoyantes! Ont elles fait une étude technique d’environnement et d'utilité avant de s'engouffrer dans un aspect strictement comptable? N'ont elles fait confiance qu'aux œillères d'une connivence public/privé?
a écrit le 17/11/2020 à 15:27 :
cette guerre Trumprocoline envers les Granchinois, en réalité nous est dédiée par défaut, victimes collatérales alors que nos amis asiatiques ont 3 milliards de clients, se moquent totalement des USA, ils n'en n'ont pas besoin,c'est l'astuce maléfique de Trumachin de mettre à bas l'Europe et faire de nous ses dimis.
Nous reste plus qu'à devenirs plus européens, justement il y a une entrée, les Russes ont mis au point leurs deux vaccins, ils n'arrivent pas à assurer l'épidémie, et nous avons les moyens de les fabriquer, pas à un endroit attendu mais je pense à Ceva no 1 mondial de vaccins vétérinaires à Angers, une usine flambant neuve inaugurée ce 29 septembre.
a écrit le 17/11/2020 à 14:50 :
L'Etat est souverain ds ses choix géopolitiques. Et il ne manquerait plus qu'il tienne cpte des intérêts particuliers de tel ou tel groupe privé qui intègre qcq part ds ses stratégies, le coût du risque lié à un avenir incertain par définition.
Surtout qu'actuellement, l'Etat, càd nous ts, en fait au plus juste pour limiter la casse... sachant que les dégâts économiques liés à ce nx confinement ne seront probablement pas ts compensés ( nbreuses faillites en perspective).
Alors que pdt cette période, c'est du pain béni pour ts les opérateurs télécom, internet...Dc, circulez, y a rien à espérer !!!
a écrit le 17/11/2020 à 11:43 :
L'état édicte les normes de production dans l'intérêt général. Les agents économiques s'adaptent et en paient le coût. C'est leur responsabilité. Au final c'est le client utilisateur ou consommateur qui paie. C'est le circuit court du commerce. Passer par un circuit administratif qui examine une demande d'aide, puis octroie une subvention financée par l'impôt ou la dette publique est un circuit long et fort coûteux pour le contribuable. Il favorise de façon outrancière l'intermédiaire qui est l'état profond, dirigé par la communauté delena.
a écrit le 17/11/2020 à 10:45 :
Ils sont passés par Huawei parce que c'était moins cher.
Ce qu'ils ont gagné à l'époque, ils doivent le réinvestir maintenant, c'est simple.
Le beurre, l'argent du beurre,...
Ils sont de grands comiques.
S'il avait soutenu Alcatel, il y aurait encore un grand français dans la compétition mondiale.
Ils ont donnez à leurs actionnaires les gains qu'ils leurs demandent de mettre la mains à la poche.
Et qu'ils choisissent un européen !
a écrit le 17/11/2020 à 9:25 :
pleureur mais profiteur
a écrit le 17/11/2020 à 9:02 :
Il n'est pas question de dédommager les erreurs faites par les entreprises bien trop imprévoyantes! Ont elles fait une étude technique d’environnement et d'utilité avant de s'engouffrer dans un aspect strictement comptable? N'ont elles fait confiance qu'aux œillères de la connivence public/privé?
a écrit le 17/11/2020 à 8:38 :
Ne pas avoir compris qu'il valait mieux travailler avec des groupes européens que des groupes chinois est une erreur stratégique (M.Trump avait pourtant envoyé maints signaux).
Réponse de le 17/11/2020 à 14:02 :
@BH
Ca fait déjà bien longtemps que les investissement étrangers étaient sur la sellette, ceci même avant Trump et Macron. La France mais aussi l'UE avait légiféré plusieurs fois dans ce sens. Les récentes piqures Alstom, Technip et CGG en France, Kuka en Allemagne, ou le port du Pirée en Grèce, ont laissé quelques traces indélébiles.
On attend que les règles de L'EU deviennent plus contraignantes plus contraignantes ce domaine, et que la France mette en pratique ces écrits
a écrit le 17/11/2020 à 8:28 :
ah ! le fric, le pognon, déguisé sous le nom de progrès, merci monsieur de détruire allègrement notre planète, quels arguments pour 76G de demain ?, car l'avenir c'est demain avec des centaines de milliers d'antennes, des consommations d'électricité monstrueuses dont je tiens à dire que je suis fier de participer à cette destruction au vu des éoliennes industrielles de 200m de haut que l'on va installer sur le plateau des millevaches.
vive la destruction, vive le pillage, vive le progrès
ps :l je suis certain que vous n'avez pas oublié d'investir dans de l'écologie verte de pomme, les sociétés financières d'éoliennes géantes si vertes, si vertes, si vertes.
Un vert de rage de vos mensonges friqués
a écrit le 17/11/2020 à 8:25 :
Ben moi ça fait déjà 5 ans que je compense vos pertes en payant un service que je n'utilise pas tout simplement parce que après trois recommandés à des sièges sociaux mouvants revenus avec la mention "n'habite plus à l'adresse indiquée", j'ai abandonné.

Je vais donc être obligé de demander à ma banque de cesser le prélèvement, si celle-ci n'a pas un contrat avec vous bien entendu donc avant de sans arrêt demander de la subvention publique, faites correctement votre boulot svp, merci. ON dirait vraiment que vous avez complètement oublié comment on fait.

On croit rêver !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :